Police : le ciblage ethnique est prouvé, documenté

Traoré Violences Policieres Racisme

A Paris mais aussi à Aulnay-sous-Bois ou à Beaumont-sur-Oise, peut-on dire que la couleur de peau n’est pas un signe distinctif ? C’est aujourd’hui évident qu’elle l’est. C’est un fait que la République doit changer.

« Le reflet du monde dans un casque de pompier »

François Ruffin pompiers

« Optimisation », « rationalisation », les pompiers en subissent la pression. Qu’on réduise leur budget, leur nombre, leur matériel et un jour viendra on s’en mordra les doigts, désarmés devant la catastrophe climatique comme l’hôpital devant le Coronavirus.

Que notre société écrase les plus fragiles, on devrait l’accepter ?

Ruffin femmes de ménages Grandes gueules

« Combien ça coûterait à l’Etat, aux entreprises, on me demande, de payer les femmes de ménage correctement ? » Là n’est plus la question : c’est un impératif moral. Comme député, nous sommes payés 5800 euros, et agents d’entretien seraient à 800 euros par mois ? Qui peut l’accepter?

Pour les femmes de ménage, le zéro absolu d’En Marche !

Pour les femmes de ménage, le zéro absolu d'En Marche !

Ca a cogné en Commission. On sait pour qui on se bat : Patricia et ses collègues, qui à 5h du matin nettoient la salle « à fond, à fond, à fond », pour 740€ par mois. Elles seront là demain matin. Et pour le même tarif : En Marche ! a vidé ma proposition.

Grazziela, femme de ménage à l’Assemblée nationale à 740 euros par mois

Femme de ménage Bourdin

Ce qui me fait me lever le matin, c’est l’indécence. L’indécence, des femmes de ménage qui se lèvent à 5h du matin, prennent deux bus, pour laver les bureaux de l’Assemblée nationale sans que personne ne les voit, à 740 euros par mois. Et l’indécence par le haut, les milliards qui pleuvent sur quelques-uns, même par temps de crise…

Femmes de ménage : encadrer la sous‑traitance, cesser la maltraitance

Femmes De Menage

Hier, le Président leur rendait hommage. Aujourd’hui, il est temps de passer de la parole aux actes. Qu’à l’Assemblée et ailleurs, on encadre la sous-traitance, pour que cesse la maltraitance des femmes de ménage : voilà le sens de ma proposition de loi.

Appel à témoins. Femmes de ménage : l’heure de vérité pour la majorité !

Femmes de ménages : appel au témoignage

Pour améliorer leurs conditions de travail dans la durée, nous souhaitons « encadrer la sous-traitance pour éviter la maltraitance » : témoignez !

« Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie

La santé : Allocutation d'Emmanuel Macron

Qui l’ignorait, franchement, que « la santé » est un « bien précieux » ? Lui et son « élite » d’énarques, ses obsédés des « déficits », technocrates, Inspecteur des finances qui ont jivarisé la politique ? « Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie.

Le relocalisation sans le protectionnisme, c’est du bidon

il faut arrêter la mondialisation

Il faut arrêter la mondialisation. On doit se protéger. Il faut l’arrêter, comme une machine infernale, lancée dans une course folle, qui écrase tout sur son passage. Et conçue pour tout écraser.

Où va leur argent ? Les Français ont le droit de savoir !

Nous demandons que soit rendue publique la liste des grandes entreprises qui bénéficient des aides financières de l’État. Car non, on ne fait pas « a priori » confiance à des firmes qui délocalisent, et s’installent dans des paradis fiscaux.

Suppression de lignes aériennes intérieures : le vert-nis de Bruno Le Maire

bruno le maire

« Bruno Le Maire et François Ruffin, même combat ! » Sauf que les mesures sur l’aérien intérieur ne concernent… que trois lignes. Vernis politique à la reprise de l’économie carbone, le ministre de l’Economie n’annonce rien : il parade. Communiqué.

En trois ans, huit collèges supprimés en Picardie !

Blanquer

« En trois ans, depuis votre arrivée au ministère de l’Education nationale, ce sont 327 postes qui ont été supprimés dans l’Académie d’Amiens. Soit huit collèges. » Courrier à Jean-Michel Blanquer.

Allô Ruffin ! #12 : Olivier Besancenot, Gilles Perret !

#AlloRuffin depuis Amiens, avec Olivier Besancenot, Gilles Perret, … et vous !

On parle des métiers dévalorisés avec Corinne Pointé et Fabienne Guillot, ex-caissières, et de l’hôpital en première ligne avec Anne Gervais, gastroentérologue !

La première des ruptures : la vie avant l’économie

La vie avant l’économie. Ces quelques mots vont de soi, ils énoncent une banalité. En vérité, c’est toute la société que nous avons à inverser, un grand renversement, le cul par-dessus tête, ou au contraire le monde remis à l’endroit, les pieds enfin sur terre.

Le « courage » d’être faible avec les forts, fort avec les faibles

fort avec les faibles

Le courage d’être fort avec les faibles, faible avec les forts. Car c’est le lien le plus évident entre crise sanitaire et crise démocratique : on aurait écouté le « demos », jamais les urgences ne se seraient retrouvées à nu.