Votre député

votre voix
Comme député, je ne vous promets pas la lune. Mais plutôt cet engagement, permanent : devant les ministres, devant les PDG, devant les puissants, je ne courberai pas l’échine. Je me tiendrai droit en votre nom.
Législatives
J'ai besoin de vous !

Renouveler mon mandat dans la 1ère circonscription de la Somme, c’est pas gagné d’avance, jamais ! Alors pour ça, j’ai besoin de vous et de toutes les bonnes volontés qui voudront filer un coup de main, un peu de temps ou un peu d’argent !

Pouvoir d’achat : bienvenue au bal des faux-culs !

Vous avez du talent Monsieur le Ministre, je dirais même : vous êtes le meilleur des menteurs. Sur les bancs du gouvernement, aujourd’hui c’est le bal des faux-culs : vous valorisez le travail dans les mots, mais vous l’écrasez dans les faits !

Ils ont l'argent
on a les gens !

Faut pas que causer, il faut se bouger aussi. Secouer la couenne des administrations. Qu’elles ne se disent plus : « Ah, on peut supprimer leur région, leurs usines, leurs Postes, leurs maternités, leurs tribunaux, ils se tiennent tranquilles, les taiseux. »

#BDR115 : Macron, Borne & Co, les faux-culs de la « valeur travail » !

« Le travail est une valeur essentielle, c’est la clé de l’émancipation », et patati et patata. Maintenant j’ai compris, c’est comme une loi : plus Borne, Macron et les autres célèbrent le travail, plus c’est pour le casser ! Plus ils célèbrent le travail et moins les travailleurs ont de salaire, de statut et de repos !

Une Bastille est tombée, il en reste mille à prendre !

Le 14 juillet, c’est l’irruption du peuple sur la scène de l’histoire. C’est la destruction d’une Bastille qui fonde notre République. C’est un moment gênant que la bourgeoisie est bien obligée de fêter. Nous devons leur rappeler : la Révolution française n’est pas finie. On a pris une Bastille, il nous en reste mille autres à prendre.

GG RMC Youtube Vignette

L’injustice des impôts expliquée aux Grandes Gueules !

« Vous allez déménager aux Bermudes, vous ? Ou au Luxembourg ? Non. Moi non plus, et pas non plus la petite entreprise. Voilà pourquoi, depuis 40 ans, nous sommes plus taxés. Et pourquoi les firmes, les capitaux, le sont de moins en moins. »