Vaccins : L’échec de Sanofi, c’est l’échec de la Macronie !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Qu'a fait Sanofi depuis 10 ans ? Ils licencient la moitié de leurs chercheurs au nom du fric et vous les encouragez, vous en êtes les complices. C'est à cause des traîtres assis sur les bancs de ce gouvernement que la France n'a pas de vaccin !
YouTube video

Pourquoi Sanofi n’a pas son vaccin? Mais je comprends que vous n répondiez pas à ma question parce que l’échec de Sanofi, c’est l’échec de la Macronie. Qu’a fait Sanofi depuis dix ans? Ses dirigeants ont licencié la moitié de leurs chercheurs la moitié. Ce groupe comptait 11 laboratoires en France. Il en reste aujourd’hui 3. Sanofi s’est désengagé de tous les traitements non rentables : la cardiologie, les antibiotiques, la neurologie, le diabète. Est-ce parce que la firme se porte mal? Au contraire. Mais tous les profits vont aux actionnaires. L’an dernier encore, en plein confinement, la firme battait un nouveau record 4 milliards d’euros de dividendes. Et en même temps, en même temps. Comme tous les ans, Sanofi annonçait la suppression de 1700 emplois.

Que faites vous face à ce sabotage? Vous laissez faire, vous les regardez faire. Vous êtes complices. Durant ces années de casse, l’Etat et son chef ont apporté leur appui à Sanofi. Appui financier avec notre argent. Avec l’argent des Français. Des milliards de crédit impôt recherche alors qu’il détruisait la recherche. Un soutien moral, politique. Emmanuel Macron qui ouvre ses salons à l’Elysée, à Sanofi, ici même, dans cet hémicycle, le premier ministre qui nous déclare : « On ne doit pas critiquer Sanofi. » Serge Weinberg, le président de Sanofi, organisateur de cette casse et fait commandeur de la Légion d’honneur. Pourquoi cette complicité? Il faut l’expliquer aux Français. Parce que Serge Weinberg, c’est l’ami de Monsieur Macron, c’est l’homme qui lui a conseillé de s’enrichir. C’est l’homme qui l’a fait entrer chez Rohtschild. Voilà pourquoi vous n’en parlez pas. Monsieur Macron parlait de trahison. La trahison est sur ses bancs.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Vous en voulez encore ?

Si vous souhaitez aussi que je poursuive la bagarre, à l’Assemblée et ailleurs,
que je porte la voix des oubliés, alors, j’ai besoin de vous… et de vos sous !