Tian’anmen sur Garonne

Bombardée par les canons à eau, gazée de lacrymo, son fauteuil roulant déplacé de force, une entorse de la cheville, des hématomes et une garde à vue… Odile Maurin, la présidente d’Handi-social, une asso de soutien aux personnes handicapées à Toulouse, a vécu un drôle de samedi avec les Gilets jaunes.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Pour la manif des Gilets jaunes, ce samedi, on avait lancé un appel pour le logement accessible, avec le DAL. Du coup, on était en tête de cortège. C’est super tranquille, calme, pacifique. On est partis de Jean-Jaurès, on a pris Marengo, derrière la gare, Alsace-Lorraine, les quais…

Et puis, au moment d’arriver à Arnaud-Bernard, je ne sais pas pourquoi, on se retrouve face à tout un cortège de camions de CRS qui barraient la route. Ça n’avait aucune logique, le lieu n’était même pas interdit, seule la place du Capitole l’était ! Les gens de la manif, tout de suite, se sont mis à terre, les mains en l’air, pour bien montrer que, justement, c’était pacifiste, qu’on voulait juste continuer la manif. Et moi, avec deux autres personnes en fauteuil, on s’est approchés pour parlementer, voir si on pouvait passer.

On a commencé à parler avec le responsable du dispositif. Mais là, y a une commissaire, une petite jeune, qui est arrivée, et qui nous a donné l’ordre de dégager. On ne voulait pas, on continuait à négocier. Alors, ils ont envoyé les grenades lacrymo et les canons à eau. Y avait rien eu, aucune violence, rien. Y avait des gens avec des cannes, des personnes âgées, dans la manif, mais ça les a pas gênés…

Une fois qu’il y a eu les lacrymos et les canons à eau, les gens ont commencé à lancer des œufs, et même des pierres, c’est vrai, mais avant ça, il n’y avait rien eu, aucun problème.

« Ils ont pas pu me mettre en cellule : elle était pas accessible aux fauteuils roulants ! »

J’ai pris des gaz lacrymo, moi aussi, et de l’eau, j’étais trempée, mais je ne voulais pas bouger. Alors, je me suis mise devant leurs véhicules, pour les empêcher d’avancer et de repousser les manifestants. J’aime pas qu’on me dise que je ne peux pas aller quelque part. Tout le temps, on nous le dit, avec nos fauteuils, ben là, non, ça suffit. J’ai bloqué un véhicule, et ils sont venus déplacer mon fauteuil. Je leur criais qu’ils allaient le casser, je les prévenais, qu’il coûte 30 000 euros, mais ils me déplaçaient, et à chaque fois je revenais devant eux, pour les bloquer.

Une première fois, ils m’ont fait partir sur le trottoir, le fauteuil a failli se renverser. Et puis, l’un des policiers a manipulé mon joystick, et ça c’est super dangereux… Mon fauteuil est parti à toute vitesse, il a foncé dans un véhicule de police. Ma cheville droite a vrillé en tapant dedans.

J’avais mal, mais les policiers se sont mis autour de moi et m’ont dit : ‘‘Vous êtes en garde à vue.’’ Moi, je demandais à voir un docteur, j’avais mal, mais il n’y avait personne. J’ai voulu aller à la pharmacie à côté, ils m’ont rattrapée et ont ramené mon fauteuil. Heureusement, quelqu’un est allé me chercher des antalgiques.

Ensuite, pour m’amener au poste, ils ont d’abord appelé les pompiers, mais leur véhicule n’était pas équipé pour mon fauteuil. Alors, ils ont voulu faire venir un camion élévateur pour me transporter. Mais même s’ils avaient pu, le camion ne pouvait pas fixer le fauteuil, une fois à l’intérieur. J’y serais jamais montée !

Ça a bien duré une heure, tout ça. Ils étaient bien embêtés. En plus, leur cellule n’était pas accessible aux fauteuils ! Pour une fois que l’inaccessibilité nous est utile…

Alors, ils m’ont dit ‘‘Vous pouvez partir, mais y aura des suites, on vous appellera.’’ De toute façon, je sais qu’ils m’ont dans le collimateur. Que le procureur recueille des témoignages contre moi.

Je les emmerde, et je vais continuer à les emmerder.

À lire également

12 réflexions sur “Tian’anmen sur Garonne”

  1. Odile, elle ne pliera pas, c’est pour cela qu’on la suit; elle combat pour la défense et l’application des droits des personnes handicapées. La première cause de discrimination est le handicap, depuis des décennies, alors oui, on en a marre! C’est 1 combat juste, notre détermination est inaltérable.

  2. C’est le roman Handi gang qui se joue en ce moment dans nos rues, dommage que le téléfilm qui va en être tiré met l’accent sur la mère du jeune en fauteuil, c’est le gang d’handicapés en colère qu’il faudrait médiatiser, les invisibles sortent de l’ombre et c’est tant mieux ! Bravo Odile

  3. Une honte ces policiers, s’attaquer à une personne handicapée en fauteuil électrique !!!!
    Notre pays est en plein régime totalitaire avec ce gouvernement !!
    Pauvre France, je suis retraitée, maman d’un adulte de 27 ans avec handicap, tante d’un adulte de 30 ans avec handicap et ma belle-soeur est handicapée en fauteuil électrique depuis l’âge de 33 ans, je suis vraiment indignée !!

  4. Bravo, en effet on les emmerde grave car on ne veut pas de cette milice aux ordres de la macronie.
    De plus on emmerde aussi les banques la LFI auras son prêt pour les élections !
    Et qu’ils vienne me chercher (sic)

  5. Christine Cambon

    Plein soutien à vous Odile et à votre courage pour tout ce et ceux que vous défendez !
    Christine Cambon

  6. Ils sont vraiment devenus fous par choix!
    Bravo Odile!
    Le danger est vraiment intérieur! Chacun doit être un résistant digne de la mémoire des résistants qui se sont sacrifiés pour que vive la France et ne pas laisser « les Jours Heureux » entre les griffes de vautours pitoyables!

  7. C’est impensable de lire de tels témoignages ! Honte à notre gouvernement, à ceux qui leur obéissent, et surtout à ceux qui tirent les ficelles!

  8. J’habite en banlieu toulousaine et j’ai déjà participé à plusieurs samedis des Gilets Jaunes. Ce que je viens de lire est révoltant. Ce que la police fait va trop loin. Et ce samedi, j’ai vu « J’veux du Soleil ». Que la lutte continue, nous sommes nombreux.

  9. Ils sont complètement CINGLÉS !
    Comment cela est possible en France ?
    Il faut vraiment dégager Macron !
    Ce gouvernement est un DANGER pour la FRANCE . BRAVO pour le  » soleil  » ! François Ruffin . Nous Gjaunes et le peuple on ne LÂCHE RIEN . 💛

  10. Halala!! Le fauteuil qui ne rentre pas dans le camion des pompiers, un comble!!
    Bon pour le commissariat et la cellule, t’as raison chère Odile, ya des fois où l’inaccessibilité a du bon. Je bosse pour ma part avec des personnes en fauteuil et je peux te dire que je rencontre ce problème dans des tas d’endroits, commerces, services administratifs et comble d’ironie dans des magasins spécialisés dans le matériel pour handicapés(porte automatique trop rapide et marchette bien vicelarde à passer)
    Je me fous en rogne à chaque fois( parce que moi je suis valide et que je suis une tête de con), au risque de plomber l’ambiance quelquefois.
    Plus rien ne m’étonne de la part de ce gouvernement de nantis drapés dans leur arrogance, totalement à côté de la plaque et ,semblerait-il MORTS DE TROUILLE!!
    Odile j’éspère que tu vas bien, je suis baba devant ta force et ta pugnacité;RESPECT++
    ON LACHE RIEN LES POTES!!! VIVEMENT LE SOLEIL!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reste informé !

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député.