Mourenx : en grève contre le silence

Les salariés de Sanofi – Mourenx, près de Pau, ont choisi : ils ne se tairont plus contre leur empoisonnement aux produits toxiques, par leur propre entreprise. Ils sont en grève depuis le 23 octobre.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

En octobre 2018, nous étions allés à Mourenx, sur le site de l’usine Sanofi, celle d’où sort la Dépakine. Quelques semaines plus tôt, l’info était en effet sortie : l’usine recrachait dans l’atmosphère, depuis des années, du bromopropane et du valproate de sodium, des substances cancérigènes et mutagènes, dans des proportions 190 000 fois supérieures aux normes autorisées.

Alors, ce jour-là, nous avions mené notre « commission d’enquête officieuse et décentralisée », sur la place, devant la mairie, écoutant les habitants, les salariés, les associations, les professionnels de santé qui étaient venu témoigner.
Ils avaient dit leur peur de voir leurs proches, leurs enfants, ou eux-mêmes impactés par ces produits, substances actives, celles de la Dépakine qui a déjà provoqué plus de 30 000 cas d’autisme ou de troubles neuro -développementaux chez les enfants des mères traitées à ce médicament.
Les salariés du site s’interrogeaient.
Des riverains qui voyaient les cas de cancers se multiplier dans leurs familles, chez leurs voisins, s’inquiétaient.
Des associations réclamaient la transparence.
Tous avaient clamé leur volonté que la situation change.

Ils avaient dit, enfin, leur colère face au silence de Sanofi, des élus, des autorités, qui refusaient de communiquer sur la pollution environnementale et sanitaire en cours. Ou qui se contentaient, comme le géant pharmaceutique, d’affirmer qu’il n’y avait « pas de danger, car le vent éloigne les substances rejetées »

Un mois plus tard, en novembre 2018, on apprenait les résultats d’un test diligenté par la médecine du travail : oui, certains salariés de Sanofi avaient bien des traces de Dépakine dans leur sang.
La réaction de Sanofi à ces résultats ? Le silence.

En mars 2019, la Direction régionale de l’environnement exigeait de Sanofi des informations complètes car, « compte tenu de la toxicité de ces substances, les effets de rejets sur la santé des populations autour de l’usine doit être documentée, en tenant compte de l’historique des émissions de puis le démarrage de l’usine », quarante ans plus tôt.
La réaction de Sanofi à cette injonction ? Le silence.

En mai 2019, l’Inspection du travail se fendait d’une lettre à Sanofi, pour condamner, sévèrement, la « mise aux normes » que l’entreprise avait effectuée : le rapport transmis, disait-elle « ne permet donc pas de s’assurer de la conformité des installations d’aération et de ventilation de l’atelier de production et des laboratoires de contrôle du site de Sanofi Mourenx, ni à votre entreprise d’affirmer qu’elle maîtrise le risque chimique dans son établissement », ce qui s’avère passible « d’une sanction pénale ».
La réaction de Sanofi à cette mise en demeure ? Le silence.

En octobre 2019, un nouveau rapport tombait, qui indiquait que, pour huit marqueurs sur neuf, les ventilations et aspirations d’air de l’atelier de fabrication de Dépakine étaient « non satisfaisantes ».

La réaction de Sanofi, face à ces nouvelles données ? C’est notre copain Jean-Louis, délégué syndical CGT pour Mourenx, qui résume : « Ben, la semaine dernière, aucun dialogue possible avec la direction. Le responsable du site était en congés, tout comme la RH, et comme le directeur de Mourenx. C’est du mépris pour les salariés qu’on empoisonne. »

Alors, depuis le 23 octobre, plus de la moitié des salariés du site sont en grève. « Ils en ont marre que Sanofi les prenne pour des cons, justifie Jean-Louis. Certains n’ont pas les moyens de faire grève, mais nous disent soutenir le mouvement. Ils ont conscience que le chantage à l’emploi, ça suffit. Qu’on n’a pas à s’exposer à des produits toxiques en se taisant sous prétexte qu’il y a un chèque à la fin du mois… »

Que réclament les grévistes ? Pouvoir, avant tout, partir un an de manière anticipée, pour cinq ans de présence à risques sur le site. Pour profiter un peu d’une vie écourtée ? « C’est pas pour ça qu’on se satisfait des mauvaises conditions sanitaires, prévient Jean-Louis : il faut maîtriser le mal à la source, aussi bien pour les salariés que pour les riverains et l’environnement. »

Que répondra, cette fois, Sanofi ?

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reste informé !

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député.