Mon voisin le président

Dans l’Assemblée, hier, on était classés par ordre alphabétique.
Je me suis donc, “Ruffin”, retrouvé à côté de “Rugy”.
L’autre François était félicité de partout.
C’est vrai que j’avais du mal à comprendre, c’est bizarre la vie politique: François de Rugy, pour moi, c’est le gars qui s’est mangé 3,82 % à la primaire du Parti socialiste. Qui s’était engagé, par une signature je crois bien, à soutenir le vainqueur de cette primaire. Qui, aussitôt après, a trahi sa parole et Benoît Hamon.
Franchement, ça ne me paraît pas un modèle : comment avoir confiance en ça ?
On a eu un échange, sur les bancs, hier.
Je lui ai demandé, en bougonnant, s’il n’avait pas honte de s’être assis sur son engagement comme ça.

“Quand on est mariés, on a le droit de divorcer, il m’a répliqué.
– C’est un peu facile comme réponse…
– Et pour vous, c’est facile aussi : vous n’appartenez à aucun parti.”

Enfin bref, voilà comment on se fait des petits copains dès la rentrée.
Peut-être qu’il fallait se lever quand même, et acclamer à travers lui l’institution, la République, etc., m’enfin, si c’est lui et Ferrand les visages de la “nouvelle politique”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre député, votre voix

Je ne vous promets pas la lune, mais face aux puissants, je m’engage à ça : ne pas courber l’échine, me tenir droit.

18 Partages
Partagez4
Tweetez14
WhatsApp
Email