Moins de gavage, plus de partage !

La lettre de voeux pour 2024 de votre député Picardie Debout !, François Ruffin, et de sa suppléante, Hayat Matboua.

Je radote, mais comment l’accepter ? Le matin, vous vous levez tôt, vous prenez votre auto, vous allez au boulot, et pourtant, vous peinez à vivre de votre travail : depuis deux ans, le pouvoir d’achat des salariés a largement baissé. Un tiers des Français se rationnent sur à peu près tout : les repas, les soins, le chauffage, les activités des enfants…

Et pendant ce temps, en haut, ils se gavent. Jamais la Bourse n’a autant flambé. Jamais les firmes n’ont autant versés aux financiers. Et que fait l’Etat ? Que font le Président, le gouvernement ? Entre les riches et les pauvres, entre les forts et les faibles, eux devraient rétablir les plateaux de la balance. Mais au contraire, ils les déséquilibrent encore !

Emmanuel Macron et son équipe refusent toute taxe sur les super-profits, sur les hyper-dividendes. Ces milliards qui nous manquent pour financer les hôpitaux, les écoles, les trains, etc. Mais non, pas touche aux profiteurs de crise !

En revanche, ce sont les travailleurs qu’ils frappent sans hésiter : avec la retraite à 64 ans, contre tous les syndicats unis, et même contre une majorité à l’Assemblée. Voilà qui nourrit de la colère, chez moi, chez vous.

Et cette colère, pourtant, il nous faut la transformer en espoir. En espoir concret, dès maintenant, des avec des actions d’entraide, avec nos voisins, dans les associations, dans notre quartiers ou notre village. En espoir pour demain, d’un gouvernement, d’un Président, qui se soucieront des gens avant l’argent. Qui veilleront à ce que « Liberté – Egalité – Fraternité » au fronton de nos mairies ne soient pas que des mots.

Voilà à quoi, sans nous décourager, nous oeuvrons, à vos côtés ici et votre voix à Paris. Et pour 2024, je vous souhaite : Amour, gloire et beauté !

Votre député François Ruffin, et sa suppléante Hayat Matboua

Partager :
Pour me soutenir... faites un don !

C’est pas pour moi, personnellement : vous le savez, je ne garde que le SMIC de mes indemnités parlementaires, mais pour continuer d’organiser des événements, de publier tracts et affiches, de mener la bataille des retraites et les suivantes !