Le deal Macron-Ruffin : retour sur une Fake News

Face au « président des riches », il y a « l’autre candidate des riches, Marine Le Pen« . Lecteur, assidu, des programmes du Rassemblement national, j’en ai démontré « l’arnaque sociale ». Mais ça, l’extrême droite n’aime pas. Voilà qu’elle me salit avec une vieille Fake News. M’accusant de quoi ? D’avoir tout fait pour sauver une usine et ses ouvriers. Il est vrai que ça ne risque pas de leur arriver !

L’initiateur de cette rumeur, sur un deal Ruffin-Macron, a lui-même dit qu’il s’était fait berner. Retour sur cette Fake News.

Voici, ci-dessous, la vérité rétablie, à nouveau :

Fin août 2016, je débarque, comme journaliste-activiste, sur le site de Saint-Vincent-de-Mercuze, où Christophe, Karine et une poignée d’autres occupent leur usine : Ecopla. Un patron-voyou de plus qui pille leur entreprise, une industrie qui se barre en plus, un ministre-Macron-qui-n’a-rien-fait de plus, un tribunal de commerce véreux en plus. Et le monde entier qui s’en fout, d’eux, au fin fond de leur vallée du Grésivaudan. Alors, je me fais conseiller des luttes, pour les aider à se sauver, par tous les moyens : des réunions au ministère de l’Economie, des débats à la Fête de l’Huma, des meetings à la Bourse du Travail, des tribunes… et parmi ces épisodes, une rencontre avec les salariés et le candidat Macron, qui fait l’objet d’une vidéo, pleine de mensonges, que je reprends un à un ci-dessous :

1. La vidéo fait croire que je me serais arrangé avec Macron, sur le dos des salariés : c’est faux. Les salariés étaient présents à cette réunion. Ils l’ont eux-mêmes affirmé dans une lettre pour me soutenir face à ce mensonge : https://francoisruffin.fr/ecopla-courrier-salaries/

2. La vidéo fait croire que l’objectif était d’arranger Macron : c’est faux. La minute qu’on entend dans la vidéo, sur 2h de réunion, c’est parce qu’avec les salariés, on exige qu’il admette publiquement sa faute, pas qu’en privé, pour que sa lumière rejaillisse sur Ecopla, que les médias s’y intéressent.

3. La vidéo fait croire que ce serait un arrangement personnel entre moi et Macron, pour nous profiter : c’est faux. Nous avons, avec les salariés, interpelé autant de candidats de l’époque (2016-2017) que possible : Macron oui, mais aussi Montebourg, Duflot, Hamon, Mélenchon, Sarkozy, Juppé, Le Maire.

4. La vidéo fait croire qu’un scénario bien dessiné était conclu avec Macron : c’est faux, nous sommes en fait allés l’interpeler par surprise le soir-même à un meeting, sans le prévenir, sans prévenir son équipe.

5. La vidéo fait croire à un accord secret, des négociations cachées : c’est faux. Un journaliste de Radio Nova nous accompagnait pendant la réunion, en toute transparence, car nous n’avions, moi et les salariés, rien à cacher.

6. La vidéo fait croire que ces événements seraient récents : c’est faux. Ils datent de 2016, je n’étais ni député, ni candidat. La vidéo elle-même une fake news sortie il y a trois ans déjà, de nombreux médias l’avaient d’ailleurs à l’époque démontré :

Bref : je ne regrette rien. Avec les ouvriers d’Ecopla, on a tout essayé, y compris, oui, une rencontre avec Macron pour braquer les projecteurs des médias sur le cas de l’usine. Je ne regrette qu’une chose : qu’on n’ait pas réussi à la sauver. Ça, l’extrême-droite qui essaie de me salir aujourd’hui s’en fout. Mais moi, me battre aux côtés des Ecopla, des Whirpool et des autres, c’est mon combat depuis 20 ans, c’est ma fierté.

D’ailleurs, l’auteur de la vidéo lui-même a reconnu s’être trompé et s’est excusé : https://twitter.com/Esban_/status/1516049308897980422

Partager :
Pour me soutenir... faites un don !

C’est pas pour moi, personnellement : vous le savez, je ne garde que le SMIC. Mais organiser notre tournée sur la ligne de front du Sud, préparer la future Nuit des Superprofits et plein d’autres choses !