Accordons l’asile politique à Julian Assange

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
« Si les guerres peuvent être déclenchées par des mensonges, la paix peut être préservée par la vérité. » disait Julian Assange. Pour service rendu à la France, parce que nous défendons la liberté de la presse, nous devons lui accorder l'asile politique

Avec Cédric Vilani, nous avons rédigé une proposition de résolution pour que la France accorde le droit d’asile à Julian Assange. Nous avons rapidement obtenu des signatures venant de tous les groupes parlementaires.
Pourquoi ?

Parce que les motifs pour défendre Julian Assange sont pluriels, divers. J’en vois au moins trois.

Pour les droits de l’Homme

D’abord, les droits de l’Homme, les droits d’un homme, jamais jugé, jamais condamné, et pourtant enfermé depuis près de dix ans maintenant, pour aucun crime. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, écrit – je le cite« Julian Assange doit à présent être libéré immédiatement, réhabilité et indemnisé pour les abus et l’arbitraire auxquels il a été exposé. »

Pour les droits de la presse

Ensuite, les droits de la presse – et comme reporter, j’y suis attaché. Quel est le seul crime que Julian Assange ait commis ? C’est d’avoir divulgué des vérités, notamment sur les guerres américaines, en Irak, en Afghanistan. C’est comme journaliste, qu’il a suscité la colère de Washington, c’est comme lanceur d’alerte qu’il risque toujours une extradition, avec à la clé 175 années de prison.

Pour service rendu à la nation

Enfin, je vois un troisième motif, et qui me tient à cœur : patriotique. Qu’a révélé Julian Assange ? Que l’Etat français, jusqu’à son chef, était espionné par ses alliés américains. Comme le soulignait Eric Dupont-Moretti lui-même, avec force et justesse, avant de devenir ministre de la Justice – je cite : « On va tout de même rappeler ce qu’il a permis de révéler. Il a permis de révéler en France que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient été espionnés par les Américains, ça n’est pas rien. Il a permis de révéler également que Pierre Moscovici et François Baroin, deux ministres français de l’économie, avaient fait l’objet d’une opération d’espionnage économique conduite par les États-Unis. »

Ne serait-ce que par orgueil, pour services rendus à la Nation, nous devons accueillir Julian Assange.
« Il faut protéger toutes les libertés, déclarait le président Emmanuel Macron, en 2019. La liberté de la presse mais la liberté des individus aussi. » Julian Assange incarne à la fois la liberté de la presse et la liberté des individus.

Et j’ajouterais que, en l’accueillant, nous marquerions aussi la liberté de notre pays.
Voilà pourquoi, pour ces trois raisons, qui se cumulent, qui se mêlent, les signataires de cette résolution, issus – je le rappelle – de tous les groupes parlementaires, voilà pourquoi nous réclamons que la France accorde le droit d’asile à Julian Assange.

Assange, Manning : des Prométhée modernes

J’ajouterai un mot, plus personnel.
Dans un entretien paru hier, j’ai vu que John Shifton comparait son fils, Julian Assange, à Prométhée. Et c’est bizarre parce que, en début d’année, j’ai publié un ouvrage qui tournait autour de Prométhée, autour de cette figure mythologique, et je m’interrogeais :
Qui serait Prométhée, aujourd’hui ?

Comme figures dignes de lui, qui lui ressemblent, je songe aux lanceurs d’alerte. Depuis l’Olympe des multinationales, des sièges sociaux, eux assistent à l’injustice, et ils se font passeurs, à leur tour, ils volent des connaissances qu’ils livrent aux humains. Eux sont des passeurs de lumières, c’est le feu du savoir qu’ils ramènent aux hommes, pour les éclairer. Mais ils sont brûlés en retour, leur vie tourne à la tragédie : les Zeus du Pouvoir et de l’Argent s’acharnent contre eux, les voilà accusés, gardés à vue, persécutés, condamnés, emprisonnés…

Comment ne pas voir en Manning et son « isolement carcéral maximum », oubliée sept années durant dans sa prison de Quantico (Virginie), dans des « conditions cruelles, inhumaines, dégradantes » d’après le rapporteur de l’Onu, comment ne pas voir en elle Prométhée, envoyée dans le Caucase, au bout du monde, à sa marge, exclu ? Et Assange dans son ambassade équatorienne, avec sa barbe blanchie, ses traits tirés, vieilli prématurément, n’est-ce pas Prométhée attaché à son rocher ?

Qu’on écoute leur histoire, alors, qu’on se la raconte, qu’on se la passe, qu’on donne un sens à ces existences sacrifiées, voilà qui peut participer du soulagement…

A vous, John Shifton, à vous, Stella Morris, et à Julian Assange, si nos propos trouvent un écho dans sa prison, je veux dire que, modestement, mais nous sommes à vos côtés. Nous vous souhaitons, dans cette épreuve, dans cette longue épreuve, nous vous souhaitons de ne pas perdre courage. Et nous espérons que, à la fin, c’est la liberté, c’est la justice, c’est la vérité qui vont gagner.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.

"Debout les femmes !" au cinéma !
Retrouvez le dernier film de François Ruffin et Gilles Perret, en avant-première jusqu'à sa sortie en salle le 13 octobre !