Intérimaires, les oubliés de Whirlpool

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

En 2016, l’effectif de Whirlpool comptait 193 intérimaires (en équivalents temps plein).
Or, c’est comme s’ils n’existaient pas, ni pour les pouvoirs publics, ni pour la multinationale, ni pour le repreneur… ni pour les médias!
Depuis vingt ans, Whirlpool n’embauche plus, recourt massivement à une main d’oeuvre précaire.
Ce sont les plus jeunes (moins de quarante ans) qui sont laissés à l’abandon, dans un «grand vide», eux qui ont le plus besoin qu’on leur garantisse un avenir stable.


Eux ne luttent pas, d’abord frappés par la résignation. Et surtout craignant que, à la fin de la semaine, leur mission ne soit pas renouvelée: leur contrat est en effet hebdomadaire, et ceci depuis des années.
Whirlpool joue avec la législation depuis vingt ans. Sur les contrats, l’intérimaire change de poste, mais pas dans l’usine: il reste au même poste. « On dit juste, vous remplacez X ou Y, pour changer les contrats. »


Surtout, avec les syndicats, nous venons de découvrir ça : Depuis un an, Whirlpool a écarté tous les intérimaires historiques, qui avaient 5, 10, 15 ans de boutiques. La firme les a remplacés par des nouveaux, là depuis le printemps, et qui ne risquent donc pas de lutter pour leur place.

Nous demandons donc aux pouvoirs publics de mener une enquête, avec un recensement des intérimaires passés chez Whirlpool, et d’appuyer des requalifications en CDI avec intégration au plan social.

interimaires whirlpool

whirlpool industrie picardie

L’industrie “heureuse” dans la Somme

En 1996, parmi les trente plus grands établissements, la Somme comptait 14 industries.
Vingt ans plus tard, il n’en reste plus que 6. La moitié est sortie du tableau, l’essentiel à cause de délocalisations dans les pays de l’Est (Sièges de France en Roumanie, Goodyear en Pologne, etc.). Difficile de chanter les vertus d’une européanisation heureuse.

Au même format

Sur le même thème

La bataille de Whirlpool, épisode 3

Venir il y a deux ans dire aux salariés qu’ils tous seront repris, c’est nous prendre pour des cons.
Venir dire aujourd’hui qu’il est déçu, c’est nous prendre pour des cons une deuxième fois.

La verrerie de Jaurès : l’Etat garant, ou aux abonnés absents ?

« Si vous n’êtes pas contents, nous irons en Espagne. » Après Alstom, après Whirlpool, après Ascoval, après une longue liste, l’Etat sera-t-il responsable du désastre industriel de Verallia, jetant des centaines de camions dans les Pyrénées ?

Muriel Pénicaud, la fossoyeuse de Whirlpool

« Ils sont les complices des délocalisations », tranche Frédéric Chantrelle, délégué CFDT du site de Whirlpool. Alors que l’inspecteur du travail, la DIRECCTE Hauts-de-France, avaient refusé

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
il est ou le bonheur couv

Il est où, le bonheur

« Nous sommes tous sur la même planète, tous sur le même bateau. » Le mardi 23 juillet dernier, Greta Thunberg et ses jeunes amis visitaient l’Assemblée nationale. « La bataille pour le climat, nous la gagnerons tous ensemble ! »
Ah bon, vraiment ?

Retrouvez le dernier livre de François Ruffin en librairie. En savoir plus.

Restez informés

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député. Retrouvez également nos newsletters sur Messenger et sur Telegram.

Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *