Flixecourt : une alternance pour Sabrina ?

« J’ai arrêté de travailler quand on a découvert une maladie génétique à ma fille, Sabrina… » Au Café du Centre, à Flixecourt, Christel est venue en famille, juste comme ça, pour se donner des nouvelles depuis le temps du rond-point et du Gilet jaune.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

« Elle a subi deux opérations du crâne, et elle devait en avoir une troisième à ses dix-huit ans, mais le professeur Devauchelle préfère repousser à ses vingt ans. Même s’il sera à la retraite, il reviendra pour elle. C’est un peu sa chouchoute… »

Je me tourne vers la gamine, « et toi, tu fais quoi, alors ? », timide comme une gamine, en retrait derrière ses lunettes.

« Je cherche une alternance. J’ai une place à la Maison Familiale Rurale, pour un BTS MCO Management Commercial Opérationnel , mais il me manque l’entreprise. »

Christel reprend : « Elle a obtenu son bac avec mention, mention bien. Jamais elle n’a voulu se reposer sur son handicap, elle l’effaçait plutôt. Par exemple, jamais elle n’a dit qu’elle était sourde, on ne le savait pas. Pendant des années, elle lisait sur les lèvres, elle se débrouillait toute seule. Jusqu’à faire un malaise, un jour, et alors nous, ses professeurs, on a compris. Elle est maintenant appareillée des deux côtés. »

Un coup d’œil, ça ne se voit pas, les oreilles cachées par sa longue chevelure brune.

 « Elle a son projet : c’est le BTS management, et ensuite, de partir un an en Espagne, à Ténérife, pour compléter avec une formation en commerce international. Elle a déjà fait un stage là-bas, ça lui a énormément plus, des gens sont prêts à l’accueillir… Mais là, c’est la galère, y a aucune entreprise pour la prendre.
– Tu fais beaucoup de démarches ?
je lui demande.
– Ah oui ! Ce printemps, avant le confinement, j’étais allée chez Jennyfer, chez H et M, pour me proposer comme vendeuse en alternance. C’était plutôt d’accord, ils m’avaient dit : ‘Reviens après ton bac.’ Mais là, j’ai rappelé, et tous les magasins, c’est : ‘On attend, avec ce qui se passe…’ J’appelle des entreprises toutes les semaines, j’ai envoyé au moins cinquante CV, partout c’est : ‘On attend.’ Mais pour moi, si ça ne se débloque pas avant décembre, je perds ma place en formation. Dans toute ma classe, y en a qu’une seule qui a trouvé une alternance, et c’est en partant dans le sud.
– Et tu veux pas faire un BTS normal, sans alternance ?
– Non, je n’aime pas trop les cours.
– Et elle veut gagner des sous, ajoute Christel, elle veut quitter ses parents, habiter du côté d’Abbeville avec son copain, passer le permis… Et pour elle, c’est la galère, parce qu’elle n’a droit à rien, là, ni à une bourse ni à la garantie jeune…
– Et tu ne veux pas être reconnue adulte handicapée ? »

Sabrina secoue la tête.
« Non, elle ne veut pas. Elle ne veut pas faire le dossier. Je lui ai proposé, mais elle refuse. Comme elle est majeure, c’est à elle de décider. »
Et on sent bien, quand même, chez la mère, une fierté de ce refus.

On a causé de la pauvreté chez les jeunes, de l’envie d’avoir envie, de la crise en cours, etc. Je lui ai dit, aussi, combien j’étais confiant pour elle : elle a trouvé le courage, durant des années, de surmonter sa maladie, son handicap, elle s’est forgée une force qui ne va pas la quitter, et de cette épreuve nouvelle, de cette attente, je suis convaincu qu’elle saura faire une chance pour découvrir – je l’espère – d’autres horizons.

Mais bon, laissons tomber la petite philo, passons plutôt une petite annonce : y aurait pas, dans la Somme, entre Amiens et Abbeville, une boutique pour permettre une alternance à Sabrina ? Pour qu’elle poursuive son parcours hors-norme ?

Sur le même thème

1

François Ruffin fait son Dépu’tour !

Avant de retourner à l’Assemblée pour l’année,
j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vous écouter.
J’ai besoin d’ entendre vos vies et vos soucis.
Pour essayer de les faire résonner à Paris.
Venez m’interpeller.

Photo 2020 09 09 16 35 08

Mission : métiers du lien !

C’était mon gros boulot cette année : une mission d’information, que je menais, sur les « métiers du lien ». Assistantes maternelles, accompagnantes d’enfants en situation de handicap, animatrices périscolaires auxiliaires de vie sociale : des professions avec un faible statut, et de maigres revenus.

routes nationales

On s’oppose… on propose !

J’aime écrire. Alors, je m’adonne pas mal à la littérature parlementaire : rapports, propositions, résolutions… En toute honnêteté, sans grand espoir que ça passe. Mais avec comme but, au moins, que ça attire l’attention sur des sujets qui, sinon, seraient oubliés.

Photos 18

Retraites : Macron, c’est toujours non !

« La baisse programmée des pensions de retraite. » C’est Axa qui a révélé la réalité de cette réforme. Bien plus que toutes les études du gouvernement…

Commentez

3 réponses

  1. Pourquoi ne pas tenter un courrier adressé à Mme Macron elle est du coin sa famille possède des boutiques de chocolats macarons spécialité d’Amiens la famille Trogneux… Elle a beaucoup de relations dans cette region. Elle appréciera certainement d’aider une jeune fille de sa région. Qui ne tente rien bon courage !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *