Vous mettez en sommeil la démocratie !

Vous choisissez aujourd’hui de faire un chèque en blanc au Président sur les deux choses essentielles aux Français : la santé et la liberté. Pépères, tranquilles, désinvoltes, vous mettez la démocratie en sommeil, l’Etat de droit entre parenthèse.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Lire la vidéo

Vous choisissez aujourd’hui de faire un chèque en blanc au Président, vous mettez en sommeil la démocratie. Vous lui remettez les pleins pouvoirs sur les deux choses essentielles aux Français : sur la santé et sur les libertés. Et en plus vous faites ça tranquille, pépères, manière un peu désinvolte un samedi après-midi en regardant les tablettes. Comme une formalité sans vote solennelle.

Sans le Premier ministre, sans le ministre de la Justice, sans le ministre du Travail, sans le ministre de la Santé. Avec un rapporteur, avec une ministère déléguée chargée de l’Autonomie mais qui on dirait ne cherchent même pas à convaincre. Qui ne répondent pas sur la mise entre parenthèse de l’État de droit.

Car on est bien là-dessus : on est sur la mise entre parenthèse de l’État de droit. On n’est pas là ce soir sur le fond des mesures. On n’est pas sur le couvre-feu, on n’est pas sur le confinement, on n’est pas sur la fermeture des bars, on n’est pas sur la fermeture des restaurants, ça n’est pas ça qui est discuté. C’est est-ce qu’on doit continuer à mettre entre parenthèse notre État de droit.

On vous alerte ici, à gauche, chez les Communistes, les Socialistes, les Insoumis. On vous alerte en face, à droite, avec les Républicains. Les Indépendants de l’UDI vous alertent. Liberté et Territoires vous alertent. On vous alerte dehors quand le Président de la Commission nationale des droits de l’Homme vous dit : « En temps de paix la République n’a jamais connue une telle restriction des libertés. » Quand le président du Conseil scientifique lui-même et cinq de ses collègues réclament une accroche moins verticale, moins technocratique, plus ouverte, plus inclusive.

En signant ce chèque, ce chèque en blanc, vous ne rendez pas service au gouvernement. Vous ne rendez pas service au président de la République qui, quelque part, se trouve encouragé à poursuivre dans la solitude du pouvoir, dans la surdité, dans le non-dialogue avec l’Assemblée et plus largement dans le non-dialogue avec la société.

Qu’est-ce qu’il risque de se produire ? Vous avez géré la crise des gilets jaunes par des mesures policières. Vous gérez la crise du Covid par des mesures policières. Ce qu’il risque de se produire c’est une rupture, une cassure dans le pays. Et je le dis sur un thème comme celui de la santé je ne le souhaite pas. Je souhaiterais qu’il y ait une homogénéité du corps social grosso modo dans l’acceptation des mesures.

La manière dont vous mettez ça en œuvre, ça ne le rend pas possible. Ca n’est pas possible de décider seul de dévoiler puisque j’entendais ça à propos du Premier ministre qui doit dévoiler des mesures comme on fait un tomber un linge devant une statue d’un seul instant, brutalement, soudainement, des choses qu’on ignorait l’instant d’avant. Ca ne peut pas marcher dans la durée comme ça.

« Le mot non, disait Malraux, fermement opposé à la force possède une puissance mystérieuse qui provient du fond des siècles. Toutes les plus hautes figures spirituelles ont dit non à César. L’esclave dit toujours oui. » Ce soir, oui, je dis non. Nous disons non. Nous disons non au fait de mettre entre parenthèse dans la durée notre démocratie. La mettre en sommeil. D’autant que c’est nuisible à la santé elle-même.

Quand bien même, combien nous serions plus forts, plus intelligents, si vous procédiez à une émulation collective de la société.

Si vous vous appuyiez sur toutes les ressources qui peuvent exister, de chercheurs, d’auteurs, de politiques, d’universitaires, si vous mettiez la société en branle pour savoir quelles mesures il faut prendre, comment on fait pour rouvrir de nouveaux lits, comment on fait pour produire des masques, comment on fait pour avoir des infirmières, ces centaines de milliers d’infirmières qui au cours des dernières années ont abandonné l’hôpital, formées pendant trois ans, et l’abandonnant souvent au bout de six ans, des centaines de milliers d’infirmiers et d’infirmières qui auraient été disponibles si vous aviez lancé un appel pour venir dans les hôpitaux, pour être prêt cet automne.

Mais en fonctionnant seul là-haut, vous ratez ça. Vous ratez de vous appuyer sur toute l’énergie du pays.

Sur le même thème

bfm ruffin impot covid

Pour un impôt Covid sur les profiteurs de la crise

Les profiteurs de « guerre » sont connus : c’est l’industrie pharmaceutique, les assureurs, la grande distribution et les plateformes numériques. Peut-on moralement accepter que des firmes tirent des bénéfices de cette crise quand des malades, l’hôpital, les commerces, le million de pauvre en plus cette année, en souffrent. Les profiteurs du Covid doivent payer !

Fnac-Darty: je suis furieux !

La Fnac et Darty vont rester ouvert, ma petite librairie de quartier va fermer, ça dit tout de ce nouveau confinement : les ordinateurs sont essentiels, les livres secondaires. Le télétravail il faut le sauver, mais la culture, l’amitié et même la famille, plus rien à secouer.

miniature surpris par le virus rmc ok

Macron « surpris par le virus », c’est un gag ?

Quand Macron en arrive à dire hier soir : « Nous sommes surpris par la deuxième vague », c’est un gag ? Alors qu’il aurait pu simplement écouter son Conseil scientifique qui n’a cessé de l’alerter.

Commentez

10 réflexions sur “Vous mettez en sommeil la démocratie !”

  1. Bonjour,
    Comment s’appelle cette blonde à la gauche de F. Ruffin, que l’on voit toujours sur les vidéos et qui ne cesse de lever les yeux au ciel et de secouer la tête pour montrer son agacement, sa désapprobation ? elle est certainement Lrem ou Lr. Si vous pouviez seulement cadrer celui ou celle qui parle du groupe LFI ; )

    1. Charrier Martine

      Ce n’est pas la première fois, elle passe son temps à çà !!!

      Voir la vidéo ci dessous :

      Alexis Corbière accuse une députée LREM de l’insulter pendant qu’il parle
      111 118 vues
      •30 janv. 2019

      L’Obs

      Le député La France insoumise a dénoncé l’attitude de Véronique Riotton, députée LREM de Haute-Savoie, qui s’est placée debout à côté de lui pendant son intervention en séance et l’aurait insulté alors qu’il dénonçait la « dérive autoritaire » de la « loi anti-casseurs » portée par le gouvernement.

      https://www.youtube.com/watch?v=xNWiAR9-iRM

  2. Peut-être que les infirmières formées qui ont quitté le métier ont simplement écouté M. E. Macron et décidé de suivre son exhortation, embrassé son idéal ? Au lieu de chercher leur place dans la société par leur utilité au bien commun, par leur abnégation au service d’autrui. Peut-être ont-elle compris la grandeur de projet présidentiel et plus généralement de notre élite dirigeante ? Peut-être ont-elle décidé de marcher selon la morale et les codes sociaux que nous montrent les médias ? Peut-être ont-elles choisi de « faire de l’argent » — pour citer un autre président — afin de devenir milliardaires ?
    Ou peut-être ont-elles été simplement dégoutées de servir dans des institutions où tout semble fait pour nuire à l’efficacité ? Alors que le discours dominant proclame l’importance de se servir soi-même en priorité (mes envies, mes désirs, ma carrière, mon plaisir, ma retraite, mes vacances, mes biens…) comment supporter d’être au service dans une société à l’éthique si pitoyable ? Aider les autres, c’est dans la nature humaine, et paraît-il une caractéristique du genre féminin ; mais le faire en se laissant frapper sur les deux joues, n’est-ce pas fort naturellement au-dessus des forces de quiconque ?
    Tant que la morale des Français en restera là, qu’importe l’action présidentielle, gouvernementale, ou parlementaire : nous ne serons pas un société.

  3. Sur la forme :
    dans toutes ces vidéos de l’assemblée nationale , on voit une personne sur la droite de l’écran manifester ostensiblement( c’est pas la pire vidéo) , par sa gestuelle , son désintérêt pour le discours en cours.Un peu comme un cancre qui ferait le pitre dans le dos du professeur . Je ne sais pas comment il serait possible d’en jouer, comme ce n’est jamais la même personne , et que visiblement le fait de se retrouver à l’écran est calculé.

    1. Charrier Martine

      Exact !!! Cette député LaREM en a fait sa spécialité !!

      Voir la vidéo ci dessous :

      Alexis Corbière accuse une députée LREM de l’insulter pendant qu’il parle
      111 118 vues
      •30 janv. 2019

      L’Obs

      Le député La France insoumise a dénoncé l’attitude de Véronique Riotton, députée LREM de Haute-Savoie, qui s’est placée debout à côté de lui pendant son intervention en séance et l’aurait insulté alors qu’il dénonçait la « dérive autoritaire » de la « loi anti-casseurs » portée par le gouvernement.

      https://www.youtube.com/watch?v=xNWiAR9-iRM

  4. Sur le fond :
    A l’heure où le désœuvrement guette des milliers de chômeurs supplémentaires , notre sociėté n’arrive pas â trouver les bras nécessaires au surplus de travail dû à une épidémie .
    A quoi est dû ce bug de l’intelligence ?
    Si l’on veut positiver la situation actuelle , le covid est l’occasion de réfléchir à comment bien lutter contre un virus qui pourrait être dix fois plus nocif. Est ce que la majorité trouverait ridicule l’idée d’un service civique hospitalier , à l’image du service militaire d’autrefois , puisque l’on est d’après le président «  en guerre » ?

  5. Ghislaine Aissani

    Ce soir pas d étoiles juste un satellite placé là qui brille de ses horeurs en ce Dimanche 8 novembre
    Ah se croit il mettre des horloges comme dise certain Ou alors le ciel va nous tomber dessus Qui sait on verra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *