Rouvrez les amphis !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Rouvrez les amphis ! La moitié des jeunes sont "inquiets pour leur santé mentale", 30% des étudiants sont en dépression... Mais le gouvernement continue comme avant. Pourquoi ? On peut le dire clairement. Parce que les jeunes ne votent pas, ou peu. Parce que les jeunes ne sont pas, ou peu, organisés. Parce qu'ils ne protestent plus. Et oui, je préférerais des jeunes qui prennent la rue plutôt que du Xanax !

On en a plein le derrière. Et je reste poli, je pense à ma mère. Y en a marre. Ca suffit.

On vous a donné un an, oui, tout un printemps à l’isolement, avec les Ausweis pour sortir, les parcs et jardins interdits, les enfants enfermés, les grands-parents qui ne voient plus les petits. Et depuis, c’est pire, on vasouille, déconfinement, re-confinement, re-déconfinement, et peut-être, bientôt, le re-re-confinement, plus les couvre-feux à 20 h, à 18 h, les commerces ouverts, fermés, ouverts, les pas plus de six à table.

On patauge, on pédale dans la semoule. On vous a donné un an, un an pour tout rater, les masques, les tests, les vaccins. On vous a donné un an d’obéissance, de docilité comme jamais, mais maintenant, y en a ras le bol. Ma claque. Ca craque.

Des amphis aux pensées suicidaires en Picardie

Fin décembre, je rencontrais le président de l’Université de Picardie : « On a fait passer des questionnaires auprès de nos étudiants, il me racontait, sur les 3450 réponses qui nous sont remontées, 20 % ont scénarisé leur suicide. » Waouh. Ca me paraissait énorme.

J’avais beau les entendre, les lire, ces témoignages, de Maëlys : « J’ai envie de me taper la tête sur la table, tellement je n’en peux plus », Jessica, « Je pleure tout le temps, je ne me fais même plus à manger, je passe mes journées allongée dans mon lit », de Yann, « J’ai même picolé seul dans ma chambre tellement j’étais désespéré », j’avais beau, 20% de notre jeunesse étudiante qui aurait scénarisé son suicide, y a un biais d’enquête, je me disais.

Des amphis dépressifs dans le pays

Et puis, vient de tomber, l’étude, nationale, elle, de Santé Publique France. Près de 30%, 29% exactement, des 18-25 ans sont en dépression. 50 %, la moitié, un sur deux, sont inquiets pour leur santé mentale. Et certains, combien ?, ne se contentent pas de le scénariser, leur suicide. Cette semaine, un étudiant vient de se défenestrer à Lyon. En novembre, c’est à Nice, à Montpellier, que deux drames survenaient. Et un autre, en octobre, à Nancy. Les organisations étudiantes vous demandent cela : combien de suicides ? Combien ?

Nous l’ignorons. Vous l’ignorez. Et vous répondez à la détresse par un numéro vert ! C’est de la faute au virus, vous me direz. Oui, évidemment, en partie. Mais c’est de la faute, aussi, à votre politique.

Des amphis oubliés

D’abord, parce que vous n’en avez rien à secouer, de cette santé mentale. La preuve ? Dans votre conseil scientifique, dans votre conseil de défense, pas un seul expert, pas un seul médecin, pas un seul statisticien qui travaille là-dessus, sur la santé mentale. C’est la marque, évidente, que ça ne pèse pas dans la balance, ces dépressions, ces idées suicidaires, ce mal-être psychique. Que dans vos décisions, ça ne compte pas.

Vos décisions, justement, quelles décisions ? Comme un ça va de soi, à l’automne, vous fermez les amphis, vous fermez les facultés, vous fermez les universités. Les profs se débrouilleront avec Zoom, ils feront de la visio, c’est l’avenir, quoi, le numérique, qu’ils s’y mettent enfin, ces ringards, l’occasion de moderniser tout ça, de massifier pour pas cher.

L’exception des amphis

Les usines tournent. Les sites Amazon tournent. Cet amphi, ici, de 577 personnes, tourne. Mais les autres amphis du pays, eux, doivent fermer. Pourquoi ? Après quelles discussions ? Après zéro discussion. Où votre « doctrine », comme vous dites, pour masquer votre nullité, où votre « doctrine » est-elle débattue, discutée, votée ? Nulle part, ni ici ni ailleurs. Où met-on en question que, au fond, on enferme les jeunes pour protéger les plus âgés ? Ni ici ni ailleurs. Où examine-t-on le pour et le contre de mesures plus ciblées, sur les plus fragiles, sur les plus à risque, plutôt qu’un confinement généralisé ? Plutôt qu’un pays mis à l’arrêt ? Ni ici ni ailleurs.

Alors, je viens ici, pas pour pleurnicher, mais avec une demande claire, nette, précise : rouvrez les amphis. Rouvrez les amphis ! Rouvrez les amphis ! Décidez-le tout de suite, et faites-le très vite. Si, demain, vous re-confinez le pays, eh bien vous les re-confinerez avec. Vous les re-confinerez avec les entreprises. Vous les re-confinerez avec les lycées, avec les collèges, avec les écoles. Soit. Comme toute la Nation. Mais pas, aujourd’hui, contre eux, une loi d’exception.

Des amphis… qui ne votent pas

Cette demande de bon sens, vous n’en ferez rien, et je veux dire pourquoi. Pourquoi, depuis un an, l’enfermement des jeunes. Pourquoi leur mort sociale. La réponse est simple : Ils ne votent pas, ou peu. Ils ne sont pas, ou peu, organisés. Ils ne protestent même plus. « S’il ne fait aucun doute que des révoltes ont existé, écrivait Max Weber, ce qui appelle manifestement une explication, c’est surtout le fait qu’elles n’aient pas été plus nombreuses. » Et oui, j’espère, j’aspire, à une révolte des jeunes. Que leur vitalité se répande en cris, en manifs, plutôt qu’une une résignation mortifère, solitaire. Oui, je préfèrerais qu’ils prennent la rue plutôt que du Xanax.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Publications en lien

aides a domicile loi grand age

Sinon la Loi Grand Âge, c’est pour quand ?

C’est un record : cinq reports ! A chaque fois que je vous cause des aides à domicile, vous me répondez : « Vous verrez Monsieur Ruffin, la Loi Grand Âge arrive ! » Mais elle n’arrive jamais ! Ca fait plus de trois ans que vous nous baladez !

« Je n’obéirai plus »

Nous n’allons plus attendre.
Nous n’allons plus attendre votre permission pour vivre, pour rire, pour danser, pour chanter, même masqués.
Je n’obéirai plus.
Depuis lundi, vous proclamez : « Dedans avec les miens, dehors en citoyens ! »
Comptez sur nous.
Ce printemps, nous serons dehors en citoyens !