Répétez après moi : “A-CTIO-NNAIRES… DI-VI-DENDES… CAC-QUA-RANTE…”

« A-CTIO-NNAIRES… DI-VI-DENDES... CAC-QUA-RANTE... » Allez, répétez après moi, Mesdames et Messieurs les ministres ! Votre silence sur l’orgie là-haut est complice : vous couvrez ceux qui se gavent !

Les couches sont rationnées dans les EHPAD. Les soignants sont rationnés dans les hôpitaux. Les salariés sont rationnés sur leur fiche de paie. Tout le pays se serre la ceinture.

Tout le pays ? Non. Tout le pays, sauf là-haut. Là-haut, c’est l’orgie.

Avec 135 milliards d’euros, indique Le Monde, « Les entreprises du Cac 40 annoncent des bénéfices record ». Mais qu’avez-vous à en dire, Mesdames et messieurs les ministres ? Rien.

Les prix du carburant, à la pompe, ont augmenté de moitié, ça pèse dans les budgets des Français. Et pendant ce temps, le cours en Bourse de Total a doublé, avec des profits jamais vus, jamais connus. Mais qu’avez-vous à en dire, mesdames et messieurs les ministres ? Rien.

Les grandes fortunes cachent des dizaines de milliards au Luxembourg. Mais qu’avez-vous à en dire mesdames et messieurs les ministres ? Rien.

D’après France Info, en cinq ans de Macron, les premières familles françaises ont quasiment triplé leurs fortunes. Triplé en cinq ans ! Mais qu’avez-vous à en dire mesdames et messieurs les ministres ? Rien.

« Ac-ti-on-naires… Di-vi-dendes… CAC qua-rante… » Allez, répétez après moi, Mesdames et Messieurs les ministres. « Ac-ti-on-naires… Di-vi-dendes… CAC qua-rante… » Je vous offre ce cours de lexique parce que, ces mots, vous ne les prononcez jamais. A croire qu’ils n’appartiennent pas à votre vocabulaire… Qu’ils ne figurent pas dans votre dictionnaire.

Votre silence signe votre complicité. Vous les couvrez. Ce sont vos financeurs, ce sont vos investisseurs. Et ils peuvent vous dire « bravo », vous dire « merci » : votre mission est accomplie. Votre mandat est réussi.
Alors, vous en pensez quoi, de cette orgie là-haut ?

Comme le déclarait Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. »

Partager :
Pour me soutenir... faites un don !

Ils sont indispensables notamment pour payer des salariés et des locaux de travail, organiser des événements, acheter du matériel, imprimer des affiches, des tracts… Ils nous aident à financer mon action politique et celle de Picardie Debout !