Avec vous, on se bouge !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Faut pas que causer, il faut se bouger aussi. Secouer la couenne des administrations. Qu’elles ne se disent plus : « Ah, on n’a pas de souci avec les Picards ! On peut supprimer leur région, leurs usines, leurs Postes, leurs maternités, leurs tribunaux, ils se tiennent tranquilles, les taiseux. » Qu’ils se méfient un peu, au contraire.

La Nuit des écoles

En janvier, le rectorat annonçait 63 fermetures de classes dans la Somme : à Eaucourt, à Vignacourt, à Saint-Sauveur, à l’école Marivaux d’Amiens, au Soleil Levant et à Menchecourt à Abbeville, etc. Des actions se menaient, ou se préparaient. Avec des réunions publiques, des tracts, des pétitions, nous avons alors coordonné « Une nuit des écoles », qui fut couverte par TF1, France 2, BFM, M6, etc.

Nous sommes aujourd’hui redescendus à 35 fermetures. Nous continuerons d’agir en juin, une fois les effectifs de la rentrée connus. Avec un principe : en primaire, nous ne voulons pas plus de 25 élèves par classe. Résultat : De 63 fermetures prévues, on passe à 35. Pour le moment. Et partout dans le département, des parents, des enseignants se sont rencontrés. Prêts à s’investir pour la rentrée prochaine.

 

 

Sauver les contrats aidés

À la rentrée de septembre, Emmanuel Macron annonçait la suppression des contrats aidés. Une mesure qui ne figurait nulle part dans son programme. Nous avons aussitôt lancé une pétition.

Avant de mener campagne à l’Assemblée ou dans les médias. Nous ne sommes, malheureusement, pas parvenus à faire reculer le président. Suite à nos interventions, néanmoins, des postes ont été sauvés. À la ludothèque Préludes à Abbeville, par exemple. Ou encore à la crèche les Pitchounes… dont les auxiliaires de puériculture furent même reçues à l’Elysée !

Résultat : Quelques contrats aidés “sauvés” de-ci et de-là. Mais une casse gouvernementale qui se poursuit, qui nuit à la vie associative, culturelle, sportive, qui décourage un peu plus des personnes en difficulté…

 

creches abbeville

 

La Poste

Les Abbevillois nous ont fait part de leur attachement à la Poste Saint‑Wulfran, qui risque de fermer. Une pétition a d’ailleurs recueilli plus de 3000 signatures. Aussi, par l’intermédiaire du PDG de La Poste Philippe Wahl, nous avons provoqué une réunion publique avec les dirigeants régionaux de l’entreprise. C’était, semble-t-il, quasiment une première en France que cette rencontre très directe. Nous estimons que ce devrait, au contraire, être la norme : avant qu’on envisage de fermer un service public (gare, hôpital, tribunal…), un échange avec les habitants devrait être obligatoire. Résultat : Le bureau de Poste Saint‑Vulfran ne fermera pas en 2018 et un projet est en cours avec la municipalité pour qu’il ne ferme pas du tout. Et surtout, les habitants ont été écoutés, ont formulé d’autres demandes, par exemple la réouverture de la Poste Hyper U le samedi à l’étude…

 

avs paris

Train

À la veille de Noël, avec mon collègue communiste Sébastien Jumel, nous avons monté une manifestation pour défendre la ligne Abbeville-Le Tréport. Ensemble, avec des centaines d’habitants, nous avons emprunté cette ligne pour alerter sur sa fermeture prochaine. Nous avons reçu le soutien du président du Conseil régional des Hauts-de-France Xavier Bertrand, du Conseil départemental de la Somme, du député Les Républicains Emmanuel Maquet, du sénateur Daniel Dubois… Résultat : Pour le moment, le Gouvernement refuse d’investir sur cette ligne. Mais des courriers et des recours sont encore en cours.

 

jumel ruffin train

 

Garages

Les habitants du quartier La Salamandre, à Amiens, se plaignaient de la fermeture de leur garages, pour des raisons de sécurité. Nous avons négocié avec l’Opac pour que, d’une part, leurs loyers soient baissés (de 15 euros). Et pour que, d’autre part, ce printemps, des garages rouvrent à l’endroit que eux préféraient. Résultat : Une partie des garages du mail Roger Salengro ont réouvert. Les locataires dont le garage a fermé ont connu une baisse de loyer de 15 euros. C’est une première phase. Si elle se passe bien, le reste des garages rouvrira.

 

 

 

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.

"Debout les femmes !" au cinéma !
Retrouvez le dernier film de François Ruffin et Gilles Perret, en avant-première jusqu'à sa sortie en salle le 13 octobre !