« Une fois n’est pas coutume, je félicite votre gouvernement. Enfin presque… »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Pour une fois, je vais féliciter le gouvernement ! Enfin presque... Et si votre ascenseur est en panne, vous saurez un peu pourquoi...
YouTube video

Une fois n’est pas coutume, je tiens à féliciter la majorité et le Gouvernement au sujet du budget du logement : 5,7 milliards d’euros sur trois ans pour construire 1,5 million de logements abordables, parce qu’il n’est pas normal que les ménages consacrent 30 % de leurs ressources au logement, et jusqu’à 50 % dans les foyers les plus modestes. C’est une excellente décision ! Pardon, veuillez m’excuser, j’ai confondu mes notes : cette décision n’est pas prise en France mais en Allemagne. Elle n’est pas de Macron mais d’Angela Merkel, qui investit plus de 5 milliards d’euros dans les logements sociaux.

Quoi qu’il en soit, je félicite tout de même le Gouvernement et la majorité : 2 milliards d’euros ! C’est certes un montant moindre mais on peut espérer qu’il permette aux offices HLM de bâtir 300 000 logements supplémentaires. Ce sera un coup de boost ; je dis bravo ! Pardon, je me suis de nouveau trompé : ce n’est pas en France mais en Angleterre, ce n’est pas Macron mais Theresa May.

Encore un essai, et j’espère ne plus me tromper : en France, les crédits du logement social connaissent une baisse de 2 milliards d’euros sur deux ans. Grâce à votre politique très efficace, la construction de logements sociaux plonge déjà. En 2016, 128 000 logements étaient programmés, contre 113 000 en 2017 et à peine 100 000 en 2018. Chapeau pour ces résultats !

Et ce n’est qu’un début. Vous continuez le combat et poursuivez la casse. La « Casse » des dépôts et consignations, justement, prévoit dans son étude annuelle que vos mesures entraîneront une baisse de la construction de 38 % dans les vingt prochaines années. Diviser par deux : voilà votre œuvre ! En outre, les réhabilitations suivent grosso modo la même courbe de déclin.

Que signifient concrètement ces décisions pour les gens ? Quelle est la principale attente exprimée à ma permanence à Amiens, comme sans doute dans les vôtres ? C’est le logement. En l’occurrence, le mot « attente » convient parfaitement car les familles modestes doivent s’armer de patience et attendre des années avec trois, quatre ou cinq enfants dans un F2 ou un F3. Il y a quinze jours, j’ai fait un petit « Banlieue Tour » en Seine-Saint-Denis pour comparer la situation qui y prévaut avec celle de ma circonscription. Quelle y est la principale attente ? Le logement, là aussi. L’attente d’un logement, mais aussi l’attente de travaux de réhabilitation dans des logements délabrés, ou simplement de la réparation d’un ascenseur en panne.

Vos chiffres abstraits auront des conséquences très concrètes – fuites non réparées, champignons sur les murs, infiltrations d’eau, halls dégradés, ascenseurs en panne – et pour tous, toujours, de l’attente, de l’attente, de l’attente.

Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.