« Une fois n’est pas coutume, je félicite votre gouvernement. Enfin presque… »

Une fois n’est pas coutume, je tiens à féliciter la majorité et le Gouvernement au sujet du budget du logement : 5,7 milliards d’euros sur trois ans pour construire 1,5 million de logements abordables, parce qu’il n’est pas normal que les ménages consacrent 30 % de leurs ressources au logement, et jusqu’à 50 % dans les foyers les plus modestes. C’est une excellente décision ! Pardon, veuillez m’excuser, j’ai confondu mes notes : cette décision n’est pas prise en France mais en Allemagne. Elle n’est pas de Macron mais d’Angela Merkel, qui investit plus de 5 milliards d’euros dans les logements sociaux.

Quoi qu’il en soit, je félicite tout de même le Gouvernement et la majorité : 2 milliards d’euros ! C’est certes un montant moindre mais on peut espérer qu’il permette aux offices HLM de bâtir 300 000 logements supplémentaires. Ce sera un coup de boost ; je dis bravo ! Pardon, je me suis de nouveau trompé : ce n’est pas en France mais en Angleterre, ce n’est pas Macron mais Theresa May.

Encore un essai, et j’espère ne plus me tromper : en France, les crédits du logement social connaissent une baisse de 2 milliards d’euros sur deux ans. Grâce à votre politique très efficace, la construction de logements sociaux plonge déjà. En 2016, 128 000 logements étaient programmés, contre 113 000 en 2017 et à peine 100 000 en 2018. Chapeau pour ces résultats !

Et ce n’est qu’un début. Vous continuez le combat et poursuivez la casse. La « Casse » des dépôts et consignations, justement, prévoit dans son étude annuelle que vos mesures entraîneront une baisse de la construction de 38 % dans les vingt prochaines années. Diviser par deux : voilà votre œuvre ! En outre, les réhabilitations suivent grosso modo la même courbe de déclin.

Que signifient concrètement ces décisions pour les gens ? Quelle est la principale attente exprimée à ma permanence à Amiens, comme sans doute dans les vôtres ? C’est le logement. En l’occurrence, le mot « attente » convient parfaitement car les familles modestes doivent s’armer de patience et attendre des années avec trois, quatre ou cinq enfants dans un F2 ou un F3. Il y a quinze jours, j’ai fait un petit « Banlieue Tour » en Seine-Saint-Denis pour comparer la situation qui y prévaut avec celle de ma circonscription. Quelle y est la principale attente ? Le logement, là aussi. L’attente d’un logement, mais aussi l’attente de travaux de réhabilitation dans des logements délabrés, ou simplement de la réparation d’un ascenseur en panne.

Vos chiffres abstraits auront des conséquences très concrètes – fuites non réparées, champignons sur les murs, infiltrations d’eau, halls dégradés, ascenseurs en panne – et pour tous, toujours, de l’attente, de l’attente, de l’attente.

François Ruffin

François Ruffin

Né à Calais, j'ai grandi à Amiens. J'y ai fondé le journal Fakir, puis réalisé le film Merci patron !. Élu sous l'étiquette Picardie debout ! (FI, PCF, EELV, Ensemble), je continue à jouer tous les dimanches en vétéran avec l'Olympique amiénois et à m'occuper de mes deux enfants, de 5 et 8 ans, en garde alternée.

Rejoignez-nous !

Je ne vous promets pas la lune, mais face aux puissants, je m’engage à ça : ne pas courber l’échine, me tenir droit.

Sur le même thème :

10 réponses à “« Une fois n’est pas coutume, je félicite votre gouvernement. Enfin presque… »”

  1. J’aurais aime la video et le texte. Malentendant!

    Répondre

    1. François Ruffin 7 novembre 2018 à 16:36

      C’est rajouté !

      Répondre

  2. Bravo, bravo, Bravo !
    L’humour est la meilleure alliée de la gravité.

    Et les voir à la tribune aussi pathétiques, ça me fait penser aux banquiers dans Mary Poppins…

    Le talent au service du peuple, ça fait plaisir !

    Répondre

  3. Lilianne Hermoza 7 novembre 2018 à 19:13

    Trop drôle !
    Sur un sujet dramatique malheureusement.
    Bravo M. Ruffin, de porter nos voix.

    Répondre

  4. Venez en province il y a beaucoup de logements vides

    Répondre

    1. Alors qu’il y a beaucoup de mal logés en provine aussi.
      Alors, quelle conclusion pouvez-vous en retirer ?
      Autre remarque, concernant la vidéo cette fois :
      C’était quelle commission où il y avait moins d’un quart de ses membres ?
      Quelle honte !!!

      Répondre

  5. Excellent! La gueule qu’ils tiraient les petits valets du capital , j’aimerais croire que c’est la honte qui s’affichait sur leurs visages mais je ne fais aucune illusion sur l’insondable profondeur de leur mépris vis à vis des pauvres gens et leur suprême indifférence en ce qui concerne leur sort.L’égoïsme de ces gens là n’a d’égal que leur incompétence à la VIE .
    Merci camarade !

    Répondre

  6. Ben ouais, j’ai 64 ans et j’ai connu le mal logement quand j’étais gosse, enfin un logement sans salle de bains, les toilettes à l’extérieur de l’appart sur le palier, pas d’eau chaude. La France ne brille pas par sa politique du logement, c’est le moins qu’on puisse dire. Aujourd’hui je suis propriétaire, j’ai le confort mais ça ne m’empêche pas de penser à ceux qui en sont exclus et à ceux qui sont mal logés comme à Marseille. Je connais, c’est une honte! parmi ces morts je crois avoir entendu qu’il y a de Comoriens, j’ai vécu à Mayotte et ça m’attriste beaucoup de voir le sort qui leur est réservé ici comme là-bas.

    Répondre

  7. Marylene Canteaut 11 novembre 2018 à 18:41

    Excellent ! Joindre l’humour à l’efficacité ! Quel discours qui fait beaucoup de bien … !
    Souhaitons qu’il fasse réfléchir notre gouvernement … Mais je crains qu’il soit devenu sourd , hélas …
    Mais continuons la lutte (« C’est la lutte finale … »)

    Répondre

  8. J’aurais aimé entendre et voir cette vidéo… mais je n’en vois aucune sur ce site. J’ai peut être fait une fausse manœuvre ?…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informés

Dossiers chauds

Les articles clés