Ruffin fait le ménage à l’Assemblée !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Ce matin, on a tapoté à la porte de ma chambre-bureau, au 101 rue de l’Université.

J’étais encore au lit, je n’ai pas réagi.

La porte s’est ouverte, j’ai grogné un “Je suis là”, et la porte s’est refermée avec un “Oh, pardon !”

Comme j’étais réveillé, je suis descendu au petit déjeuner.

Quand je suis remonté, les tapis de douche ne trainaient plus dans la salle de bain, la cuvette des toilettes était récurée, les serviettes changées, les poubelles vidées.

Le même miracle se reproduit tous les jours.
Ce n’est pas l’œuvre d’une fée, non, mais de femmes.

J’ai échangé avec elles, rapidement, dans les couloirs.
Elles arrivent à 6 h, elles repartent à 10 h.
Assez tôt pour ne pas déranger le travail des députés.
Du lundi au vendredi, ça leur fait une vingtaine d’heures par semaine.
A raison de 9 € de l’heure, leur paie s’élève à 600 € et quelques par mois.

Bénéficient-elles de tickets-restau ? Non.
Sont-elles un treizième mois ? Non.
Des primes de panier ? De salissure ? Non.
Seulement 50 % de réduction sur le pass Navigo.
Et tant mieux, parce qu’elles ont une petite heure de transport à l’aller, et autant au retour.

Ce pupitre ciré, ici, c’est elles.
Les cuivres lustrés, c’est encore elles.
Les marbres luisants, c’est toujours elles.
Elles sont partout et pourtant, elles sont absentes.
C’est le propre de la propreté : elle ne laisse pas de traces.
Leur travail est invisible.
D’autant qu’on s’applique à les rendre, elles aussi, invisibles.

Elles viennent ici tôt le matin, je l’ai dit, en horaires décalés.
Pour nous éviter de les croiser.
Et peut-être pour nous épargner la honte.
Car comment n’aurions-nous pas honte ?
Honte de ce fossé ?
Sous le même toit, dans la même maison, elles sont payées dix fois moins, avec toutes des temps partiels contraints, toutes sous le salaire minimum, toutes sous le seuil de pauvreté.

Notre Parlement, plein de raisonnements et de bons sentiments, s’accommode de cette injustice de proximité.
Je mentionne ça, parce que c’est sous nos pieds, sous notre nez.

Je le mentionne, également, parce que c’est à l’image de la France.
Toutes les entreprises, toutes les institutions, les universités, les régions, les lycées maintenant, les collèges, les hôpitaux, les gares “externalisent” leur entretien. ça fait moderne, “externalisé”.

Ca fait des économies, surtout.
Ca signifie que, silencieusement, au fil des décennies, à travers le pays, des milliers de femmes, à vrai dire des centaines de milliers de femmes, ont été poussées vers la précarité, vers des horaires coupés, vers des paies au rabais.

Je le mentionne, enfin, parce que ça vaut pour le ménage, mais au-delà aussi.
Ca marche pareil pour les AVS, auxiliaires de vie sociale et auxiliaires de vie scolaire, pour les assistantes maternelles, pour les emplois à domicile en tous genres. Pour toutes celles, des femmes le plus souvent, pour toutes celles qui s’occupent de nos enfants, des personnes âgées ou handicapées.

Quand ce travail n’est pas tout simplement gratuit, compté pour zéro dans un PIB aveugle.

J’entends volontiers parler, dans cet hémicycle et ailleurs, d’une “société de service”, et chaque fois ça nous est vanté avec gourmandise, comme une promesse de bonheur.

Forcément, nous sommes du côté des servis.
Servis ici, à l’Assemblée, et aux petits oignons.
Servis dans les hôtels.
Servis dans les supérettes.
Servis jusque chez nous par des nounous.
Méfions-nous.
Méfions que cette société de service ne soit pas une société de servitude, avec le retour des serfs et des servantes, des bonniches, mais sous un nouveau visage, sous un autre nom, plus moderne, plus acceptable,
et qui nous laisse à nous, la conscience en paix.

Avec, en prime, en plus de la chemise repassée, de la moquette aspirée, des Chèques Emploi Service défiscalisés.

Notre confort est assis sur cette main d’œuvre bon marché.

Alors, depuis cette semaine, l’ambition présidentielle est partout martelée : à travail égal, salaire égal.
Fort bien.
Mais ça ne suffit pas.
Vous devez, nous devons, revaloriser les métiers largement occupés par des femmes.
Leur bâtir de réels statuts.
Leur garantir des revenus.

D’autant qu’ils sont, bien souvent, les plus utiles.

Virez les publicitaires.
Virez les traders.
Virez les nuisibles.

Mais payez comme il faut les aide soignantes, les infirmières, les auxiliaires de puériculture.

Avant de légiférer pour le pays, qu’on me permette de démarrer plus petit.
Par ici.
Par la poutre que nous avons dans notre oeil.
Puisque se mène, nous dit-on, une grande réforme de notre Assemblée, qu’on ne les néglige pas, ces femmes de ménage.
Qu’on les intègre au personnel.
Qu’elles bénéficient de temps complets, et de primes, et de treizième mois.
Qu’elles ne touchent pas, sans doute, nos salaires de parlementaires. Oublions l’égalité, mais qu’elles gagnent un revenu décent, digne d’elles et digne de nous.
Qu’elles passent au-dessus du Smic et du seuil de pauvreté.

Monsieur le Ministre, madame la rapporteur, mes chers collègues, j’espère vraiment que, pour une fois, mon voeu sera exaucé.

Je compte sur vous.

Ou alors, je vois une autre option.
Dans Tenue de soirée, Jean Pierre-Marielle demande
“Vous savez à quoi on reconnaît un riche ?
C’est quelqu’un qui ne nettoie pas ses toilettes lui-même.”
Une alternative, alors, c’est que les députés et leurs équipes nettoient leurs toilettes eux-mêmes.
Et qu’avec une telle mesure, cette tâche ne soit plus attachée à un genre.
Que l’on compte parmi nous des hommes de ménage et des hommes pipi.

Partagez cet article :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Secouez l'Assemblée !

Ne manquez aucun discours...

D'autres discours à l'Assemblée...

pansement CO2

Un pansement sur une hémorragie de CO2…

On apprend que les 82 wagons qui emmenaient les fruits et légumes de Perpignan à Rungis vont être supprimés. Remplacés par des camions. 20 000 à l’année. Voilà le choix du marché. Votre loi Mobilité, sans vision, sans horizon, n’est qu’un pansement sur une hémorragie de CO2…

VOIR LA SUITE

4 réflexions sur “Ruffin fait le ménage à l’Assemblée !”

  1. Marie-Christine INGIGLIARDI

    Merci pour ce beau texte.
    Oui, beau.
    Parce que vrai, sincère, dérangeant, intelligent, humain.
    Je te suis depuis le début, j’écoute et regarde les vidéos… C’est la première fois qu’avant de l’entendre, je lis d’abord le texte de ton intervention. Et je t’entends mieux encore ! Et j’entends Victor Hugo, Zola, Louise Michel…!
    Tu es indispensable à cette assemblée.
    Je te souhaite les valises de courage, les wagons d’enthousiasme dont tu as besoin pour continuer.

  2. Une question, François : sont-elles venues te chercher les femmes de ménage de l’Ass Nat , t’ont-elles demandé quelque chose ? Sont-elles derrière toi ? Ou si c’est juste ton versant chevaleresque et ton sens des bonnes actions chrétiennes inculquées à l’école de la Providence ?
    Si elles obtiennent un statut très protecteur, « ils » risquent de vouloir confier le travail à des sous-traitants, donc attention : effets pervers en vue.
    Malheureusement, lorsqu’ils décideront de faire des économies ou réduire le train de vie de l’Ass Nat, ils raboteront plutôt sur les femmes de ménage que sur leurs indemnités de député… Seras-tu encore là pour faire aux femmes de ménage un rempart de ton corps (sculpté par la pratique assidue du foot) ?
    Le mieux est souvent l’ennemi du bien.

    1. Cela s’appelle de l’empathie, le sens de l’équité, et une farouche volonté de rendre ce monde plus juste et moins violent pour les plus fragiles. Rien de chevaleresque, mais une énergie et un courage à toute épreuve pour affronter le dédain et le cynisme de ces Tartuffes. Alors bien sûr d’autres préfèrent plonger la tête dans le sable, ce rassurer en disant que ça pourrait être pire. Et faire enfler leur bedaine au restaurant de l’Assemblée Nationale.

  3. Violences = = j’ai publié et ceci , ce n’est pas du bavardage : Voici trois textes que j’ai publié :

    A)Presque tous Les médias complices des gens de pouvoirs = Qui confinent la France d’en bas : Toujours plus bas ! Qui soutiennent les plus nantis , qui sont propriétaires de l’essentiel des moyens d’informations = Qui utilisent tous leurs moyens à essayer vainement » de détruire JL Mélenchon = La personnalité la plus en vue des politiques Français (ses) …… Par des gens qui ne lui arrivent pas à la cheville ! …..Ces gens soutenant les gens qui gèrent de façon douteuse les logements dits sociaux = Qui poussent de plus en plus de familles modestes à la rue en les expulsant des logements dont ils ont si inconsidérément majorés les loyers . A la mort de faim et de froid ….Poussant beaucoup aux suicides parmi les professions ….= ces assassins voudraient donner des leçons du Liberté , Égalité , Fraternité ! Sous prétexte de violences des Gilets Jaunes , pourtant , si douces , comparativement ……Que ces journalistes soutiens de ces voleurs et assassins = souffrent des colères des gens de la France d’en bas ! Même si , écrivant cela je me répète : Je ne suis pas un violent Mais , l’énervement des Gilets Jaune , n’ont rie à voir ou à comparer avec les côtés assassins des gens de pouvoir actuel !

    B)Ainsi , certains policiers , et leurs complices , de nombreux journaleux , se croient investis d’une telle autorité qu’ils peuvent , autant qu’il leur plait de tabasser les citoyennes et les citoyens , et ou de nous envoyer la musique de l’exploitation de l’homme par l’homme des plus nantis(es) de ce qu’est devenue la France ! + Elles , ils , ces policiers matraqueurs ne se rendent même pas compte , ainsi que les journaleux du régime , qu’ils servent depuis toujours , payés (es) pour çà = Ces gens qui consistent à pousser et maintenir la France d’en bas , de + en + bas , et de + en + nombreuse = dans la misère = L’espérance de vie de cette France d’en bas est sur le point de constater que leur espérance de vie , est de dix ans inférieure , comparativement à leurs assassins et complices …..Ces gens qui servent si bien cette société de l’exploitation de l’homme par l’homme = Qui selon les professions , provoquent de plus en plus de suicides , qui expulsent de plus en plus de familles de leurs logement devenus si rares et chers , nous enregistrons de plus en plus de morts de la misères , du froid = Les journaleux , dans leur grande majorité qui soutiennent à ce point ces faiseurs de misères et qui sont de plus en plus nombreux à être des milliardaires = TOUT CELA , DANS UNE SOCIÉTÉ QUI REJETTE DE + EN + LE : LIBERTÉ , ÉGALITÉ , FRATERNITÉ =Ils craindraient , maintenant de récolter ce quelles et ils ont semé ? Allons nous continuer à ce que soixante pour cent de l’électorat ne s’exprime plus ? et laisse des minorités conduire le pays = à çà ! = surtout grâce à elles et eux ? Les gens qu’elles et eux , ont poussés(es) à l’instauration d’une si grande misère = Loin de s’atténuer !

    c) LA FISCALITÉ Sur le revenu …J’en ais reçu confirmation à la TV ! C’est , de nos jours , la plus forte , rentrée fiscale = LA TVA =Près de deux cent milliards d’Euros , sont ainsi prélevés sur les revenus …consacrés à la consommation ! Les titulaires des plus petits revenus y soumettent TOUT LEURS REVENUS = ELLES ET EUX!!! L’espérance de vie des « gens » de la France d’en bas est de près de 10 ans inférieure ,à celles de ceux d’en haut ! Elle ne peut faire face financièrement , avec leurs si faibles revenus.. ! La d’en France d’en bas : Condamnée à séjourner dans la rue , y trouve de + en + souvent = la mort ! Les parlementaires qui nous produisent cette société de + en + assassine , n’ont pas perdu de vie , par la misère = elles et eux ! Continuerons nous ainsi ? Est-il légitime de poser la question ? Nous ne savons que trop bien que , si nous parlons de milliards à la France d’en bas , Elle ne semble pas bien comprendre ? Elle est encore nombreuse à voter pour = çà ! Décidément , la réponse ne se fera pas par la démocratie ? En attendant la police , profite des largesses = Pourquoi ces différences = Au nom du = Liberté , Égalité , Fraternité CE GRAIN AINSI SEMÉ .DEVRA BIEN ÊTRE RÉCOLTE PAR LES CELLES ET CEUX QUI L’AURONT SEMÉ ?
    d)Je ne développerais pas ici: je cite les titres = de ce qui suit : Les majorations de salaires toutes calculées et distribuées en % , les logements sociaux : Amortis en une quinzaine d’années = loués + de cent ans = Ou sont affectés les loyers encaissés après amortissement ? Les institutions sociales ouvrières = pourquoi des fonds sont transférés de l’ARRCO aux profits de l’AGIRC et de l’AGFF = Jusqu’à 2 milliards d’euros /an …..Etc….
    AUSSEUR Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Secouer l'Assemblée !

Avec un fil conducteur : moins pour l’argent, plus pour les gens ! Plus pour les hôpitaux, plus pour les petits clubs de foot, plus pour les femmes de ménage…

Nous suivre