Lan01.org, c’est parti !

« On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ». Telle était la devise de Gébé dans L’An 01. Aujourd’hui, on est bien obligés d’arrêter. Donc autant réfléchir. Pour que demain soit moins triste.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

« On arrête tout, mais on alerte. » Ces derniers jours, j’ai reçu de nombreux témoignages. Auxiliaires de vie sociale sans masque ni gel, animateurs vacataires privés de droits au chômage… Ces situations, comme député, je peux m’en faire le relai. En interpellant les autorités, notamment dans mon département, la Somme. En les mettant en lumière. Sur le site, chacun pourra donc déposer son témoignage.

« On réfléchit, et on écrit. » Quelle leçon tirer de cette pandémie ? Le chacun pour soi ? La guerre de tous contre tous ? Ou, au contraire, la remise en cause d’une économie qui a écrasé la vie ? Je vais écrire un bouquin, et j’invite à le co-rédiger avec moi. Mon écriture pourra être suivie en direct et je ferai appel aux citoyens, à des écrivains, pour contribuer, pour m’aider via le site.

« Et ensemble, c’est moins triste. » Même confinés, il faut continuer à vivre, à lire, à penser, à aimer, à rire aussi. Aussi, on se donnera rendez-vous chaque soir, pour une heure de radio depuis ma cuisine, à suivre depuis ma page Facebook et à retrouver sur le site.

Notre état d’esprit, en gros : c’est par temps de crise que se forge l’avenir. Et il n’est pas écrit d’avance : 1929, a donné le nazisme en Allemagne, le New Deal aux Etats-Unis, le Front populaire en France.

A nous de choisir notre chemin pour demain.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email

192 réponses

  1. Vous devait aller travailler car sur les 730 milliard que la BCE donne, vous aurait que les miettes. Les banques auront le pactole pour vous endettait par la suite. (pour eux double bénéfice temps que pour vous il faudra vous contenter des miettes mes n’oublier pas de travailler avec 800 € jusqu à 67 ans pour payer vos crédits)

    1. Deja 1000 milliards en 2012 , ca commence à faire un paquet, non ? Les pays de la zone euro versent tous leur obole à la BCE qui les redistribue en pièces détachées aux dits pays . Détachées de toute forme de redistribution et de démocratie. Je ne suis pas trop douée en chiffres, mais lire et écrire, c’est dans mes cordes ; alors je lis …. Un très bon ouvrage de Jean Loup Izambert : « 56… » recommandé en temps de confinement,une oeuvre majeure pour décrypter le non dit structurel de notre démocratie…. et plus récemment, dans la même ligne…. que le G 7 a coûté aux français 25 millions d’euro, suivis d’une courte tête par la refonte de TRACFIN 15 millions au bas mot ( affaire à suivre), et ceci expliquant que les magistrats ont suivi comme un sel homme la grève contre la réforme des retraites en laissant courir la réforme judiciaire ( TRACFIN a perdu toute indépendance judiciaire pour passer sous le contrôle de l’Etat …. )de même les juges d’instruction…; Ah, mais, l’Etat, ce ne serait pas Nous , des fois ?

  2. Quelle belle initiative !!! Merci à toi et à ton équipe, rebondir de la sorte, re donner de l’espoir, faire travailler nos méninges, en commun. Merci merci merci !!!

  3. dans ma petite ville de Fourmies (59) un ami a du solliciter le maire nouvellement réélu pour qu’ il donne le stock sanitaire restant des élections ( masques, gants, désinfectant) cet ami les as récupérés et redistribués voici le lien ci dessous vous serez étonnés de ce qui se trouve dans nos mairie un stock démentiel ! messieurs les députés obligés les maires à fournir le personnel de santé de leurs communes avec ces surstock ! (il y a 5 ou 6 photos )
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10216906168942527&set=pcb.10216906170222559&type=3&theater

    merci et soyons vigilants
    Michèle Longuet
    (confinée du 59)

  4. Votre proposition de pouvoir apporter une modeste contribution à la rédaction du livre est une idée séduisante et originale. Je m’inscris donc dans cette démarche et me mets à disposition dès que le processus sera engagé.
    La co-construction du monde futur va de soi.
    Attention cependant car il faut veiller à éviter l’écueil du fourre-tout. Puisque comme vous le suggérez, nous sommes aujourd’hui une multitude qui dispose « gratuitement » (chose si rare dans une société ou les marchands règnent sans partage) du temps de réfléchir pour son propre compte en même temps que pour l’intérêt commun, autant en profiter pour faire émerger une pensée structurante qui ne se contente pas de proposer des aménagements à la marge.
    Stephane Gaffet a raison, nous devrions au plus vite exiger un contrôle populaire strict de l’utilisation des 730 milliards de la BCE. Sinon, nous pouvons présumer que ce sera d’abord pour sauver leur système, avant de sauver la multitude.

    1. je te suis complètement là-dessus, François Fabregat, notre pays dispose d’un stock d’économistes atterrés , utilisables à bon escient ; dont les études et rapports méritent d’être présentés à l’Assemblée et rediffusés sur sa chaîne, suivis de référendums sur une une question débattue et posée en temps réel, pas reléguée aux calendes grecques, ( ce n’est pas un jeu de mots- j’étais à Athènes en octobre dernier, dans un quartier populaire proche d’Omonia, et le bilan est triste. ).

  5. On a rien à te dire de plus, tu connais tout sur tout, on est sur la même longueur d’onde, le plus c’est que tu vas avoir des témoignages pour étaler les revendications concrètes lors de tes débats présidentiel. T’as qq choses dans ta façon de t’exprimer qui te différencie des autres membres LFI. VOILÀ qq de bien pour notre patrie… Muxu ongi 46 piges

  6. Proposition ô combien intelligente et intéressante !…
    Je suis partante pour cette expérience inédite.
    Merci de la proposer.

  7. Le monde se noie dans des images instantanées, qui se chassent les unes après les autres. Le Corona, à terme, suivra cette logique. Oubliés la canicule, les attentats, les glaciers qui fondent.
    Les acteurs économiques importants ont les reins solides, les plus démunis le restent, et entre eux deux, le français moyen se déchire un rouleau de papier cul. Question confinement, rien ne change dans les têtes, rien ne changera dans les comportements. Comme disait mon père à son apogée, seule la mort met tout le monde d’accord, aucun coffre fort ne suit un corbillard. L’orgueil et la filouterie se cachent derrière une solidarité autant relative qu’ éphémère, chacun pour soi, Dieu pour quelques uns, et un écran de fumée pour les non lieux de quelques autres, Balkany, Gosnh, Sarko etc.
    Comment réagit Corona dans les banlieues, chez les SDF, les Roms, les sans dents et les sans papiers? Le pouvoir est dans les médias plus que dans l’hémicycle, et le devoir reste sur la table depuis la nuit des temps. « Naître et ne pas être », voila 67 ans que je cherche une réponse, et j’en viens à penser que le corona est la 8° plaie d’Egypte.

  8. Pas de chance pour les oligarques et le gouvernement pourris jusqu’à la moelle, maintenant les gueux, les pauvres et les moins pauvres, les salariés, les « chomistes », les oubliés, quoi, parce que maintenant on a le temps de réfléchir. Et nous ne nous priverons pas!

  9. Le CCAS … d’ACTION SOCIALE de Tourcoing a entrepris recemment une reprise en main le Service d’Aide à Domicile…
    1. a réaffecté les aides à domicile sur différents secteurs et ainsi privé les personnes agees de 95 ans et plus par exemple de l’aide qui s’occupait d’elle depuis des années, résultat, colère, déprime, manque d’appétit, tristesse et résignation… ma mère est amaigrie et sans plus aucun ressort…
    2. on gère au coup par coup, résultat les nouvelles aides qui interviennent ne sont pas formées et ne connaissent pas les usagers, on ne leur remet aucune fiche de renseignement sur la personne à aider, des AAD arrivent pour le lever a des heures décalées de l’habituel service, les personnes au réveil sont perdues voire angoissées par ces nouveaux visages qui se penchent sur elles et leur demandent : qu’est ce que voulez que je fasse maitenant ? à 95 ans on comprend que ca soit bien difficile de se réveiller ainsi…
    3. en période de vacances les aides habituelles sont remplacées par des personnes recrutées dans des agences, sur quels critères ? personnel non formé et peu motivé vu leurs conditions de travail très astreignantes.
    4. quand on téléphone, après 17 heures, on vous met en attente… la dernière fois j’ai passé 2 m 1/2 sans aboutir nulle part.
    5. On ne titularise plus, on ne forme plus, on ne présente plus les intervenants aux usagers pour faire connaissance et d’en profiter pour actualiser les besoins, ce qui se pratiquaient avant que…
    5. l’équipe Darmanin de Tourcoing ne déstructure un service d’ACTION SOCIALE, en service d’INACTION SOCIALE ! un service DESHUMANISE !

  10. CCAS / Tourcoing.
    Pour faire suite à ce diagnostic je voudrais faire bien sur quelques propositions :
    1. lancer une enquête sur les besoins des aidés par tranche d’age et par secteur
    2. former le personnel et titulariser après période d’essai.
    3. prevoir des piqures de rappel de formation, en soins, en cuisine, voire comment respecter l’environnement dans l’entretien etc…
    4. revoir l’amplitude des journées, aménager de vrai temps de pause pour déjeuner
    5. mettre l’humain d’abord dans la gestion et le fonctionnement des services sociaux.

  11. La pandémie est contraignante surtout pour les enfants, impossible de se connecter à l’ent au début. Mais j’apprécie de travailler à la maison 🏡 car je suis avec les filles et c’est un défi de s’improviser professeurs. Il y a des hauts, envie de travailler et des bas 👇, fatigue et énervement. A bientôt

    1. Chère Bedu, les parents ne sont pas formés, effectivement pour l’école à la maison…..Malgré de nombreuses et courageuses perçées , mais il y a des petites techniques que tu peux utiliser facilement pour travailler l’attention des enfants avant de les confronter au travail scolaire. Ce petit miracle simple et pas cher s’appelle le coloriage de mandalas. En appliquant des méthodes tout aussi simples qui participent de l’implication morale de l’enfant , il y a moyen de les entraîner dans cette voie. Tu définis une tranche horaire lors de laquelle tu invite chaque enfant à choisir un modèle de mandala, et à s’impliquer dans le processus, qu’en fin de coloriage, il fasse un devoir, celui de son choix…. Surtout garder la notion de liberté et d’engagement moral. au final, l’enfant a réalisé un challenge, et s’en sort avec une estime de soi rehaussée et une ambiance familiale dont tu ne regretteras pas les effets.
      On nous apprend tellement à agir par réaction et par soumission, qu’on en oublie les bienfaits du libre arbitre ; par ce biais de l’engagement moral, tu réhabilites la créativité et l’engagement populaire, un début de conscience politique en douceur. Rien ne t’empêche non plus et en plus de rechercher sur le net des sujets ayant trait à ceux relatifs aux devoirs, et ouvrir un débat avec l’enfant sur le sujet , en mode  » tiens, on va vérifier… » et cela devient un jeu, et on en apprend bien davantage qu’en restant « confiné » dans le scolairement correct. Il faut réapprendre la liberté, c’est essentiel pour ouvrir de nouvelles perspectives en se faisant du bien . Bon confinement à toute ta petite famille.

  12. Penser par soi-même me semble un bon début. Defions nous des tribuns, des prophètes, des journalistes, ect…  » L’ An 01,on réfléchit.. », REFLECHIR ET NE PAS ALLER VOTER aurait dû être un impératif catégorique pour ces élections municipales.
    Votre ennemi peut avoir raison ( J. Attali) et les personnes les plus proches de vos idées tort. Je ne suis pas sûr d’avoir bien œuvré à la » CO-CONSTUCTION » du nouveau monde mais ces choses là doivent être dites.

    1. ALEEEEERTE JAUNE, NON, ORANGE, que dis-je, ROUGE CRAMOISI
      !!!! tout ça c’est un coup monte pour placer l’humanité en esclavage TOTAL ! etat d’urgence et droits qui valsent à la poubelle TOUCHE PAS A MES RTTT ! vs rentabilité… destruction de notre habitat ( tout le vivant), ça se fait progressivement, en provoquant autant de multitudes de luttes éparses qui génèrent autant de confusion et de divisions pour gagner du temps. Un éteau qui se resserre, De la Corée du Nord au Vénézuéla, l’Europe en ligne de mire, en décomposition. Et graduellement, ce n’est plus de Capitalisme qu’il s’agit, mais de BARBARIE PLANIFIEE , à l’échelle planétaire. Vous êtes au courant du nombre de journalistes assassinés cette décennie, Daphne Caruana Galiziades, ou arrêtes et confinés ( Julian Assange, torturé , militants tués comme des cafards ( hommage à Rémi Fraisse) , Gilets Jaunes tel Zined Redouanre, 80 ans butée jusque dans sa cuisine. Pour mieux la soumettre la clique de technocrates milliardaires applique la stratégie du traumatisme, France ruinée , propagande toute puissante à la place de cerveaux en état de fonctionnement, et quand bien même ils le seraient comment faire coïncider flicage des piétons, arrêt des moyens de transports, c’est le cas sur certaines lignes de TER, les habitants sont complètement isolés, sans moyens de communiquer. Macron justifie avec un effort national bonne conscience conjuguée à statistiques tronquées message anxiogène suivant à la lettre l’accord mondial conclu dans la première quinzaine d’août entre les principaux dictateurs oligarques qui, chacun vont jouer leur partie et alimenter la pièce qui se joue sous nos yeux. Huxley disait à son heure que ce monde sera celui de prisonniers qui seront leurs propres geôliers… La fabrique du consentement tourne à fond , propre à nous déshumaniser lorsque tout viendra à manquer qu’aux abords des check points, des hordes de chômeurs se déchireront pour travailler contre une misère . Le chômage tue 14000 personne en France chaque année, et combien dans le monde ? télétravaille et tais-toi , sinon, à la niche : 135 euro d’amende si tu resistes . Le tabac en tue 73000 en France…. Mesures d’urgence, ? Où çà ??? Traité de Marrakesh, accords d’août 2019, Covid , Erdogan lâche ses stocks de réfugiés et on nous raconte des histoires de chauves souris à l’heure où la génétique nous promet des humains sur mesure … Lol, et relol !!!!  » Il est plus facile de tromper les gens, que leur faire admettre qu’ils ont été trompés  » Mark Twain…
       » Un préjugé est plus difficile à détruire qu’un atome » A. Einstein
      -« L’imposture n’existe qu’en tant qu’elle repose sur des faits contraires à la manifestation de la vérité  » Sénèque….
      Miss Beloubet, trouve un truc sympa aussi, la libération de détenus ex confinés en milieu non protégé, et passablement désocialisés, pas une thune en poche, ni boulot, ni hébergement, quand les services de prise en charge sont désertés….. Le siècle des lumière – le retour—-
      Conclusion : à l’adresse de Jules Edouard de machin-chose : Doudou le Magnifique, sois tu lâches tes doses de traitements à des prix admissibles pour l’ensemble de la communauté, sois tu dégages en QHS pour crime contre l’humanité.

  13. votre proposition est intéressante. Personnellement, j’ai 79 ans , mais je suis intéressée et je ronge mon frein depuis bien longtemps, parce que je pense a l’avenir de mes petits enfants. Les gens sensés ont de tas de propositions qui peuvent être intéressantes pour s’en sortir, mais nous vivons dans un monde ou, hélas, l’argent est la seule chose qui compte.
    Pas pour nous les vieux nés pendant la guerre, nous avons vu, ces dix dernières années, l’ambiance générale se dégrader, c’est devenu du chacun pour soi, et ça me rend malheureuse.
    Je ne suis qu’une mamie qui arrive a son terme, mais je veux finir ma vie en étant utile pour l’avenir de la jeunesse. Je dis souvent, qu’on emmène rien dans la tombe, La création ne manque pas, il est des esprits plein d’idées
    Concernant le contrôle des sommes attribuées pour les divers commissions rien n’a jamais été fait, certains se sont gavé pendant que des gens crèvent de faim ou n’ont pas de quoi élever leurs enfants dignement..
    L’argent a un coté malsain qui rempli parfois les poches de celui qui exploite le petit, au fond rien n’a changé depuis le moyen âge. Les discours tels que le dernier , nous n’y croyons plus , et ça fait peur

  14. Jacqueline LORTHIOIS

    Objet : Témoignage de Jacqueline, auteure des « Minutes essentielles »
    Références : interview par François Ruffin le 25 Décembre 2009 sur Là-bas si j’y suis
    Voir rubrique « qui suis-je » sur mon site http://www.j-lorthiois.fr

    Cher François Ruffin
    J’espère que vous vous souvenez de « Jacqueline de Cergy » que vous êtes venu voir en 2009, car cette émission citée plus haut a joué un rôle dans ma vie absolument central. Et m’a permis par l’élan de solidarité qu’elle a généré d’accepter ma nouvelle condition de handicapée. Et j’ai opéré ainsi, à mon échelle, mon « an 01 » à moi.

    En résumé, je suis toujours sur le pont, plus militante que jamais.
    Mais je milite « autrement » depuis mon lit, parfois avec qq sorties très rares. Je suis devenue « la plume » de plusieurs collectifs très actifs… Je ne peux pas manifester, mais j’écris des chansons de manifs, par exemple…

    1/ Tout d’abord qq nouvelles de notre relation que j’ai maintenue.
    J’ai pas assez de sous pour acheter Fakir et puis c’est difficile de lire dans son lit (j’ai écrasé mes lunettes). En tant que musicienne j’aime mieux le son. Alors j’écoute les sons que vous émettez. Même si vous ne le savez pas, je vous suis depuis très longtemps, via internet j’ai assisté à votre campagne, applaudi à votre élection. Je suis avec vous dans votre cuisine rouge avec une petite note de vert (essentielle cette petite note de vert, même rôle que la « note bleue » dans les musiques de blues). J’ai ri à l’épisode ridicule de la chemise qui dépasse. J’écoute vos discours à l’Assemblée Nationale, je me marre en regardant la tête de vos auditeurs (notamment les ministres !) La loi travail, la réforme des retraites… Les violences policières… Rien ne nous aura été épargné ! J’aime bien vos visites sur les ronds-points, votre enquête sur les « métiers du lien » = totalement dans l’œil du cyclone ! (Mais attention, vous n’avez fait que la moitié du boulot, il faut AUSSI donner la parole aux gens de l’autre bout, les « liés » Voir le point 2/).

    2/ Ensuite qq nouvelles du front sanitaire, vu du côté « malade ».
    Mon dos tordu a été redressé artificiellement par les chirurgiens, mais la cause qui l’a générée (les médecins disent que j’ai une maladie « idiopathique » – sans cause – ce qui est complètement ridicule, ils n’ont pas trouvé, c’est tout. Pour ma part, je pense qu’il me manque une case dans le cerveau qui gère le « contrôle postural ») n’ayant pas été réglée, mon schéma corporel initial a repris ses droits. Mon dos s’est retordu par dessus les tiges, les vis et les plaques… et j’ai reperdu 5 des 7 cms durement gagnés sur les 15 perdus.
    Ça n’a pas plu à mes poumons qui se sont trouvés écrasés. Avatar qui a généré une insuffisance respiratoire qui s’est aggravée au fil du temps. J’ai eu d’abord des crises, ce qu’on appelle des TVO qui nécessitaient la prise de cortisone, ventoline, etc… comme les asthmatiques. Entre les crises, j’arrivais à sortir, à marcher un peu. Et puis en décembre dernier, je suis passée à une BPCO de niveau 4 (le niveau 5, c’est la fin de l’histoire), une maladie respiratoire chronique assez invalidante (à 85% engendrée par le tabagisme, moi qui ai arrêté de fumer pour mes enfants il y a près d’un demi-siècle). On a installé un appareil respiratoire chez moi, avec ordre de faire un certain nombre de nébulisations / cortisone par jour. Si je n’arrive pas à juguler les difficultés respiratoires, il ne me reste plus que les urgences et l’intubation. Bien évidemment, mieux vaut éviter en ce moment de fréquenter les urgences ! Je pratique donc l’isolement absolu.
    Avec ce nouvel handicap, je suis devenue extrêmement sensible à la pollution de l’air, un véritable abri météo à moi toute seule. Chaque matin, j’ajuste mes « doses » après avoir mis le nez dehors et tenté qq respirations. Heureusement, on peut combattre le mal par de la kiné respiratoire qui permet d’acquérir ce qu’on appelle de la « cohérence cardiaque » : la capacité d’inspirer et d’expirer de façon égale et régulière. Difficile pour moi, car je n’ai aucun problème pour souffler (ça mobilise le ventre, les femmes-mères en ont une longue expérience), mais de gros pbs pour inspirer (ça mobilise le diaphragme, qui comme tous les muscles de mon tronc a fait une fonte musculaire aggravée). Ma fille m’a téléchargé une appli avec des vagues dont il faut suivre le flux et le reflux en inspirant et soufflant… Des gestes élémentaires qui me sont difficiles. Je ne vais plus en kiné respi, c’est trop dangereux, car on ne croise que des personnes à risque.

    Je trouve qu’on donne en ce moment beaucoup la parole au personnel soignant et c’est très utile, mais je regrette qu’on la donne insuffisamment aux handicapés, aux paralysés, aux grabataires qui eux justement doivent compenser leur perte de mobilité par une mobilité mentale accrue.

    J’ai beaucoup de choses à dire aussi en tant que malade sur les déserts médicaux (Cergy est une catastrophe, on a construit une tonne de logements dans les ex-villes nouvelles. Avant le confinement, c’était 5 H de queue dont 1 h dehors – j’amène ma chaise – à touche-touche pour voir mon médecin traitant. Le Samedi, les gens viennent à 6h du matin pour une ouverture des portes à 8 h et après on attend des heures en salle d’attente.
    J’ai beaucoup à dire encore sur la politique de Martin Hirsch et la fermeture de l’Hôtel-Dieu (créé par Saint-Louis tout de même) un bijou de famille vendu pour y mettre des galeries marchandes… Résultat : les 9 premiers arrondissements de Paris n’ont plus aucun hôpital, alors que Paris-Centre cumule à la fois une fréquentation touristique record avec le monument le plus visité d’Europe (ND, 14 millions de visiteurs/an évidemment avant l’incendie), le plus gros point de transit d’Europe (Châtelet, 800 000 flux/jour) et le n° mondial des musées, le Louvre (10 millions de visiteurs/an). Ce qui met ce site au premier rang des zones à risques sanitaire, terroriste, climatique… On a été bien contents de trouver les urgences de l’Hôtel-Dieu pour gérer la catastrophe de Brétigny sur Orge !
    Dans le même ordre d’idées, je ne me remets pas de la fermeture du seul centre de psychosomatie (il en existe une tentraine en Allemagne) à la Pitié-Salpétrière créé par le professeur STORA (à la fois psychiatre, neurologue) un génie spécialiste des rejets de greffe qui m’a sauvé du désespoir en m’aidant à accepter mon nouveau corps. Et qui a été viré, au prétexte qu’il avait 82 ans (il était frais comme un gardon ; une bonté, une humanité telles que rien que de le voir, vous alliez mieux…) Son livre « Vivre avec une greffe » est dans mes archives de proximité et son sous-titre : « accueillir l’AUTRE » serait hautement utile à ceux qui ne supportent pas leur « vie de confiné/e ». Car justement, j’ai dû apprendre à être « CONFINE-E DE L’INTERIEUR », avec ma cage d’un kilo de métal, je transporte ma prison de 50 cm x 30 toujours avec moi. Et je peux assurer que cette situation est bien plus difficile à vivre que les prisonniers de Fresnes dans leurs 9 m2. Et qu’il a fallu un sacré apprentissage. Notamment l’isolement radical dans lequel je suis plongée, de par ma différence.

    Une suggestion pour ce point 2/
    Je découvre avec cette situation inédite de la France confinée, que notre savoir faire – ce qui pourrait s’appeler un « sur-moi fort », une mobilité mentale compensant notre immobilité physique – nous rend extraordinairement adaptés à la situation. Je pourrais par exemple témoigner de « comment passer de la situation « être seule » et ne pas « se sentir seule ». Comment se sentir reliés, parce qu’on est utile… Des compétences qui seraient peut-être précieuses à transmettre à tous ces gens qui ont acquis une dépendance pas possible aux réseaux sociaux, accros à leur téléphone portable et qui sont incapables de vivre avec eux-mêmes et avec leur famille dans un milieu confiné, parce qu’ils ne savent pas « vivre avec l’autre », mobiliser leur mental et « lâcher prise ». Ce qui m’a le plus servi dans mon année d’« allongée », vous vous souvenez ? C’était le livre le Scaphandre et le papillon et le chapitre où Jean Dominique Bauby lui qui est sous perfusion arrive à débrancher mentalement ses tuyaux pour se composer des succulents menus. Son livre est une extraordinaire leçon sur « comment sortir de l’enfermement ».

    3/ J’en viens au militantisme et à l’an 01
    J’ai co-fondé en 2011 le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) qui s’est battu pendant 8 ans contre le projet Europacity porté par les milliardaires Auchan et Wanda. Vous avez d’ailleurs à ce sujet reçu à l’assemblée nationale une de nos militantes Dominique Damour. Nous avons gagné, mais nos ennuis ne sont pas terminés.
    Voir article ridiculisant la fable : « arrosez 2 milliardaires, ça ruisselle sur la banlieue ? » (il suffit de taper mon nom avec la phrase) Je me suis même fendue d’un dessin avec une malle de pirates pleine de pièces d’or pour Auchan-Wanda et des cactus pour Villiers le Bel. (J’ai dû profiter d’une accalmie respiratoire pcq les séances de nébulisation, ça fait trembler les mains !!)…
    Notre collectif se bat désormais contre la gare du Grand-Paris-Express que le « trio infernal » (Mme Cavecchi pdte du CD 95 ; M. Blazy maire de Gonesse ; M. Renaud pdt de la CA Roissy-pays de France) voudrait coûte que coûte réaliser sur le Triangle de Gonesse et qui est à la fois une aberration écologique et une inutilité abyssale en matière d’emplois et de transports. Il faut sauver nos terres agricoles devenues si rares en zone urbanisée d’IDF. Il FAUT restaurer un minimum de souveraineté alimentaire !!!
    Voir article « les vers de terre ne prennent pas le métro » (idem, taper mon nom avec la phrase, ça fonctionne).
    En tant qu’urbaniste et socio-économiste, spécialisée dans l’adéquation Emploi /Main d’œuvre sur les territoires d’Ile-de-France, je mène avec d’autres, notamment nos collègues du plateau de Saclay (nous avons co-fondé la COSTIF, Coordination contre les Grands Projets Inutiles IDF) un combat acharné contre la « grrrrandeur » : la Métropole du Grand Paris, le Grand-Paris-Express, le Grand Roissy, le Grand Orly, le « OIN » (on en pleurerait) de Saclay, de Seine-aval… j’en passe et des plus mauvaises. Je me bats y compris contre mes potes écolos qui défendent les transports en commun et qui n’ont pas compris que passé un certain seuil de concentration, l’amélioration des déplacements ne fait qu’aggraver à terme la situation, en permettant leur augmentation, en repoussant le pb sans le résoudre…
    Voir article https://www.metropolitiques.eu/_Lorthiois-Jacqueline_.html

    Suggestion pour ce point 3/
    Je pense qu’il faut arrêter d’urgence la « mégapolisation ». C’est une catastrophe qui par son gigantisme rend la gestion des problèmes impossible : il est temps de revenir à la « sobriété heureuse ». On le voit déjà quand, à l’annonce de mesures de confinement, les parisiens fuient la capitale dans des embouteillages monstres. Une enquête effectuée auprès des français concluait que la ville « idéale » devrait atteindre environ 30 000 habitants. Dans les communes de banlieue, on n’a pas compris qu’en situation de saturation, augmenter l’offre suscite une hausse de la demande. Que répondre sans s’interroger à des besoins de logements par exemple, oblige à de nouvelles constructions, etc. Et le cercle infernal est enclenché.
    C’est la même chose pour les transports en commun. En Ile-de-France, la saturation des lignes A (la ligne la plus fréquentée du monde, 1,2 millions de passagers/j) B (900 000) et D (600 000) engendre une stratégie à courte vue qui consiste à vouloir doubler le réseau, avec 200 kms de métros supplémentaires, sans tenir compte de la hausse consécutive de l’ardoise, passant de 19 milliards € à 35… Et ce n’est probablement pas fini. Les aménageurs ne se rendent pas compte que résoudre le problème provisoirement a pour conséquence de permettre une concentration inégalée des activités économiques, avec 19 communes (sur 1274) qui cumulent la moitié de l’emploi régional (voir la carte dite « rouge » de l’article de Métropolitiques précédemment cité). On voit bien à cet exemple que le modèle métropolitain a fait long feu. Que la « mobilité » prônée comme une vertu est profondément démodée par rapport aux enjeux climatiques. Les deux cartes de la Chine « avant » et « pendant » le confinement des populations montrent bien les effets positifs d’une réduction massive des pollutions grâce à une baisse drastique des déplacements.

    Voilà les points que j’aimerais bien aborder dans notre discussion sur l’an 01.
    Merci de m’avoir lue. C’est très long. Mais comme il y avait une dizaine d’années qu’on s’était pas parlés…
    ONLR = On ne lâche rien !!
    Jacqueline

    1. J’étais venu rapidement, sur la page quasi blanche de ce beau projet, dés son annonce par François Ruffin, depuis sa cuisine à carreaux rouges et blancs.N’ayant pas osé alors y écrire quoi que ce soit et pourtant me sentant tellement concernée, convoquée même par la nécessité de penser pour re-construire ensemble notre société qui va vraiment très très mal!!!!(et je ne parle même pas du corona et de notre confinement qui viennent comme faire exploser à nos conscience le mal capitaliste qui nous ronge depuis si longtemps!).

      C’est mon fils de 25 ans, les jeunes sont souvent bien plus en conscience politiquement que nous (j’ai bientôt 58 ans, suis dans le soin, psychomotricienne en pedopsychiatrie, ai toujours voté mais ne me suis jamais autant senti concerné qu’aujourd’hui) qui m’a fait découvrir « merci patron » il y a quelques années, puis Fakir, depuis je ne me rendort plus!! et c’est tant mieux.
      Et c’est la lecture de cet écrit de Jacqueline LORTHIOIS, si militant et si intelligent, mais aussi traversé par tant de vécu tout personnel , qui me décide donc à moi aussi répondre et écrire.

      Vos propos chère Jacqueline me parlent, bien plus que d’autres trop érudits en politique économique, car s’ s’ils sont bien évidemment pertinents, je ne me sens pas toujours à la hauteur, pas assez de culture politique encore, mais ça vient….
      Je ne sais comment je peux collaborer de ma place à ce beau projet qui envisage chaque humain comme porteur et vecteur d’idées innovantes, chacun de sa place, quelle que soit son origine, dans le seul but de re-penser notre société, nos vies, nos relations (je fais un métier basé sur la relation…corporelle mais relation humaine avant tout).

      Je suis d’accord avec beaucoup de vos propos Jacqueline, et votre témoignage sur votre situation corporel, « Pour ma part, je pense qu’il me manque une case dans le cerveau qui gère le « contrôle postural » et  » n’ayant pas été réglée, mon schéma corporel initial a repris ses droits », me parlent tellement en tant que psychomotricienne.
      je trouve remarquable humainement, votre capacité à faire du lien entre « confinement » et votre vécu corporel depuis tant d’année.

      Bref, réinventons tous ensemble, unissons nos forces vives, il est plus que temps, et j’espère que cette belle initiative de François Ruffin, va emmener dans son sillage tous les citoyens qui veulent qu’on arrête de les prendre pour des imbéciles, des moutons passifs lorsqu’on les amène à l’abattoir
      Ce confinement à une grande qualité: il peut nous rendre créatif et encore plus vivant, mais il faut pour cela en avoir le désir, en ressentir la nécessité et s’en donner la peine!

      Merci!!!!!

  15. 1789 – 2020

    – 230 années de pillage de la biosphère par de prétendus «propriétaires » des Ressources naturelles.
    – Les travailleurs et la planète ne sont que force de travail et ressources physiques qu’ils exploitent de manière irresponsable à leur profit exclusif.
    – Le maintien dans l’ignorance, et la manipulation des peuples sont à la base de notre système économique.
    ***
    Lire « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après! » PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste

  16. Extrait de : http://bit.ly/tragédiecapitaliste
    ________________________

    La représentation commune de notre monde capitaliste est biaisée. Elle ne permet pas de le comprendre dans sa réalité.

    En effet, de manière insidieuse, notre système capitaliste détourne à son avantage – et à notre insu – la fonction de tout ce qui est susceptible de renforcer l’image que les dominants veulent lui donner. Seront ainsi pervertis les « experts », les médias ou encore l’Ecole de la maternelle aux plus prestigieux établissements qui façonnent notre perception du système.

    Notre vie durant, nous baignons dans cette idéologie qui nous apparaît naturelle au même titre que la pluie et le beau temps.

    Mais dès lors que nous sommes conscients de ce stratagème, les rouages de cette machine sautent aux yeux !

    Nous verrons pourquoi et comment la privatisation des ressources premières confère un pouvoir quasi totalitaire à ceux qui se pavanent au sommet de la pyramide sociale.

    Et nous découvrirons qu’un système libéral, duquel les ressources premières seraient propriété lucrative de la collectivité, répondrait de ce fait et de lui-même aux désirs de la collectivité, de même que le système libéral actuel répond aux désirs des propriétaires de ces ressources.
    _______________________
    Suite ici : « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après! »
    PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste

  17. Extrait de : http://bit.ly/tragédiecapitaliste
    ______________________
    La recherche systématique de profits, raison d’être du capitalisme, conduit à organiser le pillage des ressources terrestres et humaines.

    Cette entrée en matière est violente. Vous allez découvrir que la réalité est machiavélique.
    Pour un observateur extérieur à notre monde, les raisons des catastrophes économiques, sociales et écologiques sont évidentes voire grotesques. Et pourtant nous ne les voyons pas car nous sommes prisonniers d’un système de pensée construit tout au long de l’évolution de nos sociétés occidentales.
    Vous comprendrez comment une minorité tire les ficelles ; et que leur jeu est à l’origine de ces catastrophes.
    _____________

    Il est passé sous silence que – dans les faits – le pouvoir est aux mains des grands propriétaires et banquiers.

    Une réelle démocratie supposerait que les ressources premières et le contrôle de la monnaie reviennent à la collectivité. Les puissants perdraient ainsi leur domination et nous serions enfin libres de gérer ces ressources non plus pour maximiser leur profitabilité, mais pour restaurer la planète et sauver ses habitants dans un système qui, par ailleurs, pourrait être libéral.
    _______________________
    Suite ici : « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après! »
    PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste

  18. Extrait de : http://bit.ly/tragédiecapitaliste
    ______________________
    Loi fondamentale du capitalisme :

    1. La Terre et les ressources premières sont, lorsque physiquement possible, propriété de personnes privées, transmise à leurs descendants.

    2. Chacun peut acheter des «droits d’usage» aux propriétaires, qui assurent une gestion généralement désastreuse de ces ressources pour maximiser leur profit.

    3. La Rente issue des «droits d’usage» permet l’enrichissement des propriétaires.

    4. Dans ce cadre, l’entreprise est libre. Elle sera d’autant plus profitable que le marché sera captif et manipulé.

    ______________________
    Loi fondamentale pour une humanité durable :

    1. La Terre et les ressources premières sont des biens communs, propriété inaliénable de la collectivité qui a la responsabilité de les transmettre aux générations suivantes.

    2. Chacun peut acheter des «droits d’usage» de biens communs à la collectivité dans les limites d’une gestion raisonnée.

    3. La Rente issue des «droits d’usage» permet à la collectivité de financer l’entretien de la biosphère.

    4. Dans ce cadre, l’entreprise est libre et sera d’autant plus profitable qu’elle répondra aux souhaits de la collectivité.
    _______________________
    « Le capitalisme épuise les ressources de l’humanité, sans pour autant répondre à ses besoins.
    C’est monstrueux, et nous ne le voyons pas ! »
    _______________________
    Extrait de « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après! »
    PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste

  19. Bonjour François … C’est encore le Printemps des Poètes jusqu’au 23 mars….

    Le thème : Le Courage…

    Alors si on jouait ENSEMBLE à Jacques a dit pourquoi pas une IMPROBABLE RENCONTRE…

    Juste parce qu’un Jacques a dit un jour:
    « Ce que tu ne peux pas dire, il ne faut pas le taire mais l’écrire… »

    Et puis la Combe Rolat n’est pas loin de la Source du Lison et avec mon laissez-passer en règle, moi je peux y aller encore prier tous les jours prier à la mémoire du Grand Charles … Beauquier 😉 !!!

    C’est sur « Le Réveil »…

    CHICHE … Et MERDE à la DISTANCIATION SOCIALE !!!

    alain le sténanais

  20. Bonjour François … C’est encore le Printemps des Poètes jusqu’au 23 mars….

    Le thème : Le Courage…

    Alors si on jouait ENSEMBLE à Jacques a dit pour une IMPROBABLE RENCONTRE…

    Juste parce qu’un autre Jacques a dit un jour :
    « Ce que tu ne peux pas dire, il ne faut pas le taire mais l’écrire… »

    Et puis la Combe Rolat n’est pas loin de la Source du Lison et avec mon laissez-passer en règle, moi je peux y aller encore prier tous les jours prier à la mémoire du Grand Charles … Beauquier 😉 !!!

    C’est sur « Le Réveil »…

    CHICHE … Et MERDE à la DISTANCIATION SOCIALE !!!

    alain le sténanais

  21. Même en période de crise, quelle justification existe-t-il à ce que l’Etat aide les entreprises qui ont fait des bénéfices records l’année dernière ? Les actionnaires doivent d’abord mettre la main au porte-monnaie avant de nous faire payer.
    Par ailleurs le plafond de 4,5 fois le SMIC pour la prise en charge du chômage partiel par l’Etat est trop important.
    2,5 fois ça devrait être jouable pour les salariés, si tant est que les banques acceptent que soient différés les remboursements de prêt immobilier… ll n’y a pas de raison pour que des personnes qui touchent 4 500 euros par mois continuent à mettre de l’argent de côté pendant une crise, sur le dos des autres contribuables…

  22. Ecrire un livre sur la « future France  » est certes un défi mais c’est aussi la possibilités pour certaines personnes de faire des propositions fort intéressantes et judicieuses pour nous les hommes et les femmes de la basse caste. Mais parmi ces hommes et ces femmes, il y a des personnes très intelligentes et bourrées de bon sens qui manque fort à ce président des riches et ne nous aiment pas et veut notre perte.
    Des idées oui j’en ai et j’aimerai pouvoir participer à certaines « discussions » qui pourraient m’intéressaient . C’est une occasion unique de montrer à ce monarque que la « base » vaut quelque chose et qu’elle n’est pas aussi ignarde qu’il pense .
    Merci en tout cas de votre bienveillance envers le peuple et vous êtes le seul en qui j’ai confiance en ce moment du point de vue politique

  23. Co – écrire ensemble un livre est tout à fait stimulant . je suis en train de lire un bouquin qui sappelle »Co- création  » CAC de Brétigny aux éditions Empire qui parle création et éducation populaire . c’est une publication plurielle inscrite dans une recherche sur les pratiques artistiques en co- création engagées dans le champ social menée depuis 2013 par céline Poulin directrice du CAC de Bretigny
    ma pratique du théâtre de l’Opprimé au sein du Théâtre du Potimarron à Bischheim( bas rhin) est une acrtivité artitique de co- création, qui consiste à mettre en scène des histoires d’oppression vécues par le personnes pour s’exercer ensemble, ensuite , à les transformer afin de les rendre plus conformes à la société que nous voulons celle de la liberté , l’égalité , la fraternité et la justice sociale .
    peut être que je m’associerai à l’écriture de ce livre en commun . !?

  24. Bonjour.

    Mes ( talents d’écriture ne me permettent pas trop de participer à l’élaboration de votre livre mais je me permet de vous suggérer une idée .
    J’ai été hier confronter à la fermeture d’une jardinerie , endroit ou l’on trouve toutes sortes de graines et de plants pour cultiver le potager , ce qui apporte une partie de la nourriture à bon marché pour nombres de personnes précaires: retraité au minimum vieillesse ,allocataires du r s a , chômeurs en fin de droit ect
    Il me parait donc important que ces commerces soient considérés comme des besoins vitaux pour la population la plus précaire qui dispose d’un jardin
    Quelqu’un de votre groupe parlementaire peut-il intervenir dans ce sens dans le cadre de la loi qui va être discuter par rapport aux conséquences de l’épidémie du coronavirus.
    Le printemps arrive et le jardinage c’est maintenant ,pas dans six semaines ,enfin au moins pour une partie . cordialement

    1. Bien vu, Michel Noireau, j’ai pensé à la même chose que toi, mais le hic, c’est que vu le profil du gugus qui nous détestent de toute sa hauteur, cela risque de devenir contre productif. On l’a constaté avec les G.J, il reprend tout à son compte et se sert de ce qu’il peut pour faire monter la pression. A moins d’un bon traitement pour ce triste sire, j’ai bien peur que ta super idée ne se transforme en interdiction formelle de prendre soin de soi et des autres à commencer par le droit de se nourrir..Mais bon, l’idée est bonne effectivement, pour peu que l’on ait affaire à des gens intelligents….

    2. Merci pour votre demande. Je galère aussi pour trouver une solution et démarrer mon potager (avec cette intention d’autosuffisance alimentaire), car je n’avais pas anticipé l’achat de plants et semis.
      Pour moi, c’est une nécessité nationale : que chacun puisse faire son potager et être ainsi moins dépendant des grandes surfaces.

  25. Bonjour,
    Si j’ai bien compris, cette page permet de proposer, de réfléchir. Pour me situer rapidement, j’ai fait dans ma jeunesse des études de sciences économiques, j’ai travaillé plus de 30 ans dans une association oeuvrant en direction des personnes en difficulté. Je suis aujourd’hui en retraite.
    Donc, voici un premier jet.
    LVMH, Pernod Ricard et d’autres groupes font des dons (fabrication de gel sur les lignes de production de parfum, alcool pour permettre cette fabrication…). Sous couvert d' »union sacrée », il ne faudrait pas cependant oublier que ces mêmes groupes usent et abusent des dispositifs toujours en vigueur pour « optimiser », soustraire des milliards au budget de la nation, ruiner les services publics, influencer les politiques sociales pour maintenir les salaires au plus bas. Et ils vont probablement bénéficier des aides qui seront débloquées pour les entreprises. Beaucoup de commerçants du littoral atlantique bénéficient des conseils avisés d’officines qui les orientent sur Jersey, parfait paradis fiscal à 20 km de la côte française. Ils vont réaliser un chiffre d’affaires exceptionnel et avant la saison, puisque les résidences secondaires et autres se sont remplies des citadins qui ont quitté les villes.
    Je crois que la plupart de nos concitoyens n’ont ni la culture, ni la curiosité qui pourraient leur permettre d’analyser l’environnement socio économique dans lequel ils vivent. D’ailleurs, le vocabulaire reste compliqué, l’enseignement orienté et partiel.
    Alors, que pourrait être l’après Covid19 ? peut-on raisonnablement croire Emmanuel Macron quand il semble vouloir redécouvrir les vertus du service public ? J’en doute, mais on pourrait battre le fer tant qu’il est chaud ! C’est pourquoi il me semble vital que tout ce qui est en lutte contre le libéralisme effréné s’agglomère, que toute la nocivité de ce système soit décortiquée, expliquée par tous les canaux : par exemple, recourir aux consortium de journalistes qui ont déjà beaucoup travaillé… mais à vide, pour que tous, nous comprenions et exigions que soient déclarés illégaux les dispositifs d’évasion et d’optimisation fiscale et que ce soit gravé dans la loi au niveau européen à minima ; pour que les personnes qui dépouillent l’Etat des ressources nécessaires au service public soient déchues de tout droit social (pas de retraite, pas de sécurité sociale, …), à l’image de ceux qu’ils maintiennent dans la pauvreté.
    On a le temps de réfléchir, de se dire qu’applaudir le corps médical à 20h00 pour l’oublier quand ça ira mieux, ce n’est vraiment pas suffisant. C’est maintenant qu’il faut expliquer, marteler, exiger, répéter, par toutes les voies possibles, pour une prise de conscience collective, jusqu’à ce que l’Etat redevienne souverain et fasse ce pourquoi il existe. Arrêtons de faire semblant de croire qu’une telle crise ne se reproduira pas, soyons fermes dans l’exigence de reconstruction du service public.
    Prenons soin de nous tous et restons éveillés.
    Claudine

  26. Bonne idée. C’est amusant j’ai regardé des extraits de l’an 01 il y a 4 jours (d’ailleurs si qqun sait comment trouver le film en entier…). Ici en Guadeloupe même confinement qu’ailleurs et donc du temps pour réfléchir à l’après. Les risques : habitude du non-social (je me fais livrer, je me gave d’écran), je ne sors plus (dehors c’est dangereux, attentats, risques climatiques, manifs, répression, maladies…), je télétravaille. Bref l’humanité transformée en mouton de la conso, bientôt génétiquement programmée et technoassistée. Les autres possibilités : la crise présente dure suffisamment longtemps pour que (re)naisse le besoin de liens (amis, clubs, asso…) et de partage, pour que l’ensemble de la société reconnaisse et admire ce service public tant décrié, pour que le dégoût et l’inutilité de la conso s’installe. A ce propos, il est comique de voir le système tourner en roue libre sur son inertie (cf : les pubs de CNN : grosses bagnoles, aménagement de cuisine…). PS : les banquiers, les traders & co ont l’air autant voir plus flippé que les médecins, les infirmières et le service médical qui pourtant sont au cœur du combat. Encore une fois la vie est moins intéressante que le pognon. Alors qui sauvera-t-on ?

  27. Le grand paradoxe du moment…le capitalisme a tellement fragilisé les services publics qu’il est obligé de tout stopper pour permettre de limiter le nombre de malades graves…….Nos hôpitaux ne pourrons pas d’absober le tsunami de malades…. repensons la solidarité et le sens de Nos société… que souhaitons nous vivre ??????

  28. Edouard Philippe nous a prévenu l’après crise Covid sera dur. Vous reste -t-il encore un cran à votre ceinture ?

  29. Le discours de Macron, lundi, a été ma première fois. Je n’ai jamais eu la force de l’écouter parler, même pendant sa campagne électorale. C’est pas bien je sais mais j’y arrivais pas. Pour moi, ce type était creux et désincarné.
    Le discours de lundi, je l’attendais avec impatience. Et je n’ai pas été déçue. Par moi, tout d’abord, oui j’ai eu raison de ne pas l’écouter avant, et par lui. Comment croire un tel homme ? Comment croire qu’il puisse subitement se soucier d’une partie de la population restée transparente pour lui depuis son élection ?
    Et toutes ses promesses vagues et irréalisables, « l’état paiera », non mais quel culot ! L’état c’est nous ! Et son vocabulaire ! A qui s’adresse -t-il ? Qui peut croire à sa conversion de dernière minute ?
    J’ai fait l’effort d’attendre la fin de son discours en me disant, jusqu’où va-t-il aller ? Et oui, il va loin le bougre.
    Même dans une crise terrible comme celle du coronavirus, il tire la couverture à lui. Il enfume avec des mots savants et vides.
    Il m’a déprimée bien au-delà de ce que nous traversons. Le coronavirus finira bien par partir et lui sera toujours là. Inchangé dans ses convictions ultra libérales.
    Ses promesses vagues sont déjà remises en question, que l’on soit salarié ou indépendant. Non les loyers ne seront pas gratuits, sauf ceux des bailleurs publics. Non le chômage partiel n’est pas aussi simple à mettre en place. Non le service public ne sera pas plus à l’abri qu’avant le coronavirus. Non les grosses entreprises qui fraudent le fisc ne deviendront pas vertueuses et solidaires. Non tout l’argent promis n’est pas un acte de générosité . Non, il n’est pas devenu un mec de gauche.
    Vous avez raison de commencer à parler de l’après, pendant. Je vous suis depuis longtemps et je suis persuadée de votre honnêteté et de votre sincérité. Votre ego ne me fait pas peur.
    Je passe régulièrement vos films à mes groupes de remobilisation professionnelle et je peux vous garantir qu’ils leur font du bien.
    Merci pour cette nouvelle initiative que je vais suivre avec beaucoup d’attention.
    Bonne chance et surtout, restez avec nous.

    1. Valérie, faut-il te rappeler le mécanisme de la « pseudo soumission »… un truc bien connu des pervers qui se font gauler en plein flag ? le ton du gugus était bien travaillé, mais si ça peut te rassurer de n’être pas seule à douter, prends soin de ton confinement et, si possible, étudie les bouquins de Marie -France Hirigoyen ; tu m’en diras des nouvelles. Gros bisous sincères …

  30. Bonjour Monsieur Ruffin,

    J’ai beau ne pas être du même bord politique que vous, je partage totalement l’idée de réfléchir à l’an 01, en préparant la transformation de notre modèle social.
    Je suis prêt à participer [à distance] à vos ateliers.
    J’ai déjà amorcé certaines réflexions.

    Pour info, je suis la crise du COVID depuis 7 semaines. J’ai envoyé 5 lettres d’alerte à la présidence de la République [copie de la première aux organes de presse qui ne m’ont évidement pas publié. Alerte à mon frère journaliste, qui n’a pas réussi à convaincre ses collègues]. Me basant sur des données brutes issues d’études scientifiques de différents pays, j’ai en effet acquis la conviction que, sans mesure drastiques et courageuses, la situation tragique que nous vivons actuellement était inéluctable…
    La responsabilité de nos dirigeants et de la Direction Générale de la Santé est immense.
    L’heure n’est pas encore à régler les comptes, mais j’ai commencé à documenter…

  31. Bonjour François ou l’équipe de François selon qui lit (parce que bon, je ne suis pas complètement sûr que même enfermé dans une cuisine, il ait le temps de tout lire),
    Si tu es intéressé, je suis disponible pour te rédiger un petit truc sur le financement et la circulation monétaire. En partant de l’histoire monétaire depuis Bretton Woods jusqu’aux accords de la Jamaïque pour expliquer ce qu’est la monnaie, comment elle se crée, ce qu’elle vaut, comment sa création a été confisquée aux états pour n’être créée qu’en direction du système financier. Partant, il est possible d’analyser la dette et comment ce n’est qu’un leurre qui permet de maintenir les salariés dans la soumission et rediriger la totalité des profits vers les seules grandes fortunes en refusant toute mesure de redistribution qu’elle soit de nature fiscale ou par l’inflation.
    Ce chapitre est nécessaire pour échapper à l’antienne permanente des coûts. On peut partir d’un tranquille : « Mais d’où viennent les 700 milliards que promet la BCE ? », pour continuer par un : « où vont-ils ? » en finissant par : « pourquoi c’est totalement pervers » et bien sûr, sinon ça ne sert à rien : proposer une réforme de la monnaie afin de s’assurer que la création monétaire, privilège d’état et donc du peuple commence par financer ce que le peuple veut pour subvenir à ses besoins avant de financer ce que désire ton copain que tu aimes beaucoup (sissi, un type qui s’appelle Bernard et à qui tu déclares ta flamme au moyen d’un t-shirt… Tu lui a d’ailleurs consacré un film où tu le remercies…).

    Voilà, adresse mail de contact après le pseudo si ça t’intéresse. Courage et merci pour ton boulot !

    1. Entièrement d’accord avec Oskendor. Ce n’est toutefois pas un sujet simple à « vulgariser » mais l’enjeu en vaut la peine. Car si les Etats ne remettent pas la main sur ce pouvoir régalien, le changement de système économique et financier sera difficile à mettre en route.
      Il serait intéressant également de dire ce que l’on pourrait faire avec cet argent public : nationaliser oui, mais pour quel but => c’est dans ces périodes de crise que l’on voit l’intérêt des pouvoirs publics. La première chose que les acteurs privés font quand ça commence à être explosif est de ce tourner vers les pouvoirs publics (un petit retour en arrière sur 2008 voire même avant pourrait être intéressant à illustrer dans le livre) : nationalisation des pertes, privatisation des profits.
      Les transports, la santé, les télécommunications, le logement etc… voilà plein de secteurs où il est possible d’imaginer une feuille de route où l’Etat reprendrait les choses en main avec un seul but : servir l’intérêt public.
      Je suis très intéressé de participer à vos ateliers.

  32. En ces temps où la liberté et la liberté d’expression est menacée merci de nous permettre de présenter notre conception et notre vision d’un monde meilleur où l’humain aura la priorité sur les statistiques et les résultat économique.
    Nous pensons que la CONSCIENCE des peuples doit être libérée de ce cycle infernal qui même notre monde à sa perte !!!

  33. Plusieurs sujets :
    Réinventons la solidarité en Europe après la porte claquée à la face de l’Italie qui demandait de l’aide .
    Comment faire pour que l’Europe ne soit pas perçu uniquement comme un fabricant de contraintes .
    Travaillons sur l’indice du bonheur en Europe au lieu du PIB

    Fraude fiscale : quels moyens supplémentaires pour faire mieux ?
    Un exemple : le contrôle systématique de tous les grands chantiers

  34. Bonne idée de réfléchir.
    Voici quelques utopies:
    Les services vitaux pour les sociétés ne doivent pas être privés, mais appartenir et être gérés collectivement par les citoyens. Les représentants éventuels doivent être réellement représentatifs, en sexe, age, revenus, secteurs pro, niveau d’étude … revoir la constitution pour éviter d’avoir des professionnels carriéristes vulgairement appelé « politiciens », et pour répartir les pouvoirs.
    Le service de la santé fait parti des services vitaux. Je serai pour lister ensemble les autres services vitaux, alimentaire de base, justice, police, énergie, banque… etc, et soumettre cette question au plus grand nombre.
    Actuellement, toutes gestions fait appel à des comptes et des équilibres financiers. Je ne comprend pas comment on accepte de compter le coût des soins ou leurs remboursement, avec la même monnaie qui sert à spéculer?
    Il faudrait une monnaie pour les activités vitales (la vrais vie) indépendante (sans taux de change) avec les monnaies pour ceux qui veulent jouer (bourse).

  35. BRAVO ! Participer à Construire l’Avenir Commun « ENSEMBLE » ,Excellente initiative !
    François !!! pas étonnant que tu sois le « moteur PROGRESSISTE » depuis toujours !
    Lorsque ce matin tu as proposé de commencer par donner priorité au thème « LA SANTE » , je signe de suite !
    A ce jour nous pouvons pas imaginer combien cet échange va t- être FRUCTUEUX et aboutir à des liens humains et d’innombrables imaginations constructives et déterminantes pour le futur .
    Effectivement cela nous touche TOU-TE-S ,
    Proposer que nous devenions non plus des spectateurs Mais des ACTEURS de notre DESTIN COMMUN!
    Pour avoir eu à subir une dure épreuve !La Perte de mon fils Cédric de 5 ans et demi hospitalisé d’Urgence en week-end pour une méningite fulgurante à purpura fulminant .
    A la suite de ce drame j’ai pu rebondir en entourant d’autres patients dans ma ville et m’engager à leurs cotés ,j’ai de nombreuses idées à apporter et à échanger !
    Ne nous remettons pas aux autres , responsabilisons-nous !
    *Mettre en place des organisations ou chacun prendra sa place pour intervenir dans le domaine de sa santé face aux caractères de Risques qu’il rencontre dans son métier et son environnement.
    *Alors qu’il existe une prévention routière , la PREVENTION SANTE est ignorée !
    *Nous avons une carte d’identité Obligatoire ,
    Imaginons une vraie réponse au cas par cas par un livret médical depuis sa naissance en créant une CARTE SANTE individualisée avec nos antécédents médicaux (consultable et uniquement visualisable et accès par les professionnels de santé, avec code bloqué) et non une carte monétique (carte vitale) uniquement pour but financier.
    Je serais très heureux d’apporter ma petite contribution et de m’associer à écrire ces Nouveaux JOURS HEUREUX , donner VIE et suite à 1945 (année de ma naissance).
    A+….
    Bien à Toi et à Tou-te-s

  36. I have a dream…
    « Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
    Je vais te raconter l’histoire de l’être humain
    Au début y avait rien au début c’était bien
    La nature avançait y avait pas de chemin
    Puis l’homme a débarqué avec ses gros souliers
    Des coups d’pieds dans la gueule pour se faire respecter
    Des routes à sens unique il s’est mis à tracer
    Les flèches dans la plaine se sont multipliées
    Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
    En 2 temps 3 mouvements l’histoire était pliée »
    (Mickey 3d, Respire)
    Et si on reconsidérait le droit de propriété, avec de vrais principes de liberté, d’égalité, de fraternité ?
    A l’origine, la terre appartenait à tout le monde, donc à personne en particulier… L’être humain était nomade…
    Jusqu’à ce que de premières tribus préhistoriques s’approprient une grotte, une source, un territoire… L’humanité est devenue fondamentalement sédentaire…
    Dans sa configuration actuelle, notre planète offre 149 400 000 km2 de terres émergées, dont :
    – 40 300 000 km2 de haute montagne, soit 27% de cette surface ;
    – 35 000 000 km2 de forêts, soit 23% ;
    – 27 000 000 km2 de déserts, soit 18% ;
    – 16 200 000 km2 de zones glaciaires, soit 11%.
    Il reste donc 30 900 000 km2, soit 21%, de terres habitables et cultivables.
    Si l’on considère que la population humaine va atteindre inexorablement 9 milliards d’individus d’ici quelques décennies (ce qui est sans doute beaucoup trop, mais ceci est une autre discussion…), cela représente 3 433 m2 de surface disponible par habitant.
    Pourquoi ne pas décider que la moitié de cette surface soit utilisée comme bien commun de l’humanité pour cultiver et construire les infrastructures communes indispensables à la vie en société, et que l’autre moitié (soit env. 1700 m2/personne, ou 6 800 m2 pour une famille de 4 personnes par exemple) soit distribuée à chacun de façon équitable ?
    Entendons-nous bien, pas en pleine propriété, mais en « droit de jouissance », c’est-à-dire du « fructus » (droit au profit issu de l’usage), et non de l' »usus illimité » (droit de possession et de contrôle) et encore moins de l' »abusus » (droit de destruction). Et seulement pour la durée de sa vie, sans droit de transmission, mais avec un droit de mobilité et donc d’échange.
    Ainsi :
    – liberté : car on peut faire ce que l’on veut de cette parcelle, la cultiver ou la laisser en jachère, ou l’échanger ;
    – égalité : car chacun reçoit la même surface (peut-être modulée par des critères de qualité ?) ;
    – fraternité : car la moitié des surfaces reste un bien commun, et que la moitié « privée » ne l’est qu’au sens du « fructus ».
    Je fais donc ce rêve qu’un jour la terre sera partagée avec équité, et que chacun pourra ainsi disposer au minimum d’un espace de vie pour se nourrir, se loger, se divertir, dans un cadre coopératif qui ne permette plus l’accumulation, la concentration et la transmission de génération en génération du « capital terre » entre les mains d’une minorité…

  37. Au delà de la situation sanitaire, au delà des stratégies de communication et conscient de l’imperative obligation de freiner le fléau quelques constats en vrac :
    – La BCE débloque 750 milliards. Elle le peut donc. Ce qu’elle fait aujourd’hui pour les marchés et les grands groupes que ne le fait-elle pas pour par exemple pour éradiquer la pauvreté en Europe, que ne fait-elle pas pour trouver des solutions à l’afflux des migrants dans l’urgence, que ne le fait-elle pas pour aider les états à parfaire le système de santé, etc…. Les affirmations des opposants prétendant que l’argent existe se vérifie.
    – Le maintien du premier tour des municipales n’a-t-il pas pour raison l’intention du gouvernement de minimiser la débâcle de LREM. Comment peut-on dans ce cas croire en la parole paternaliste d’un président dont la sincérité est écornée.
    – D’une façon plus globale et universelle nous constatons que cette mondialisation des marchés ne nous apporte ici comme ailleurs que des éléments négatifs. Peut-on citer un seul élément positif depuis des décennies de ce système. Climat, pandémie, paupérisation, vitrine des vendeurs d’armes sur les champs de bataille démontrant leur efficacité à massacrer des populations et a faire de ces régions du globe pour des décennies des zones de non-droit de désertification sociale et économique.
    Voilà ce qui, dans ce matin de confinement , me vient à l’esprit.
    Si cet évènement peut habituer certains d’entre nous à nous plier à un déni de démocratie il peut aussi , comme avec cette initiative de François Ruffin , nous donner l’espoir d’un autre monde.
    Allez! On s’y met !!??

  38. Je suis reconnaissant au Corona virus de permettre à nos dirigeants et aux plus privilégiés d’entre tous de redécouvrir les vertus de la solidarité. Je ne doute pas que cette prise de conscience salutaire ne perdure bien après le passage de la crise…

  39. Reflexion collective, travailler ensemble…pret à contribuer…avec des textes … QUELS seraient les modes d’action ?
    dores et déjà…bon courage à tous..

  40. Superbe et nécéssaire initiative. Je repense beaucoup ces jours-ci aux mots de Maurice-Kriegel Valrimont qui imagina le CNR alors qu’il était en prison. Quand d’autres imaginaient le Plan Marshall…
    L’Après se prépare aujourd’hui.
    Il faut effectivement se servir de cette crise pour partir dans les directions plus saines et solidaires loin de l’ultra liberalisme, mais nul doute que les ultras liberaux préparent eux aussi l’Après.
    Soyons offensif et imaginatif !

  41. Si je vous aidé, il y a tellement d’incohérence de ce gouvernement, même pour gérer cette crise. Il disent tout et son contraire.

  42. Si je peux vous aidé, il y a tellement d’incohérences de ce gouvernement, même pour gérer cette crise. Il disent tout et son contraire.

  43. Bonjour, jai laissé un commentaire hier mais il a été ôté !!!!
    J’ai quelques nouvelles qui peuvent intéresser les personnes. Tout d’abord l’enseigne GIFI propose des gels pour les mains à 1.35 euros. De plus l’infectiologue le professeur RAOULT de l’IHU méditerranée à conçu un protocole avec les virologues chinois,pour soigner le coronavirus avec de l’hydroxychloroquine un médicament contre le paludisme.
    voir le site de sylvano trotta intitulé bonnes nouvelles et vous verrez l’interview de ce professeur.
    Autre chose, je rebondis sur le discours de Dominique , philosophe, sur l’écologie. Pour avoir vécu dans plusieurs endroits en France, je me suis aperçue que les régions n’ont pas toutes les mêmes soucis écologiques et que ce qui se fait au nord de la France ne sera peut-être pas la même problématique dans le sud.
    C’est vrai que laisser aux maires une certaine responsabilité pour l’écologie est bien mais encore faut-il qu’il s’intéresse à la population dont il a la charge et que le fait d’être élu ne lui monte pas à la tête par le pouvoir « partiel » dont il jouit. Et puis la première chose, à mon avis c’est l’éducation des enfants quand on voit que la plupart ne savent pas distinguer une courgette d’une aubergine!!! Mais les enfants apprennent vite les gestes, les réflexes qu’il faut pour changer le monde de demain. C’est une grande force dont on n’imagine pas la portée.

    Portez vous bien bon confinement

  44. Bravo François pour votre initiative, que je soutiens avec enthousiasme.
    Je serais heureux de prendre contact avec vous.
    Fraternellement
    Henri Pena-Ruiz

  45. « c’est le printemps les amis » A part ça je trouve aussi cette idée de coconstruction de notre avenir, très inintéressante, pour le moins. Je ne sais pas trop par ou commencer, mais je m’engage à contribuer en fonction de mes compétences.
    M’étant déjà inscris en réserve sanitaire, je m’inscris maintenant en réserve démocratique.

  46. Je vais suivre ce qui se dit sur ce site sans étre sur d’y apporter quelque chose. Juste un petit message pour décompresser un peu après la lecture de commentaires sur facebook concernant « l’affaire buzyn et philippe ». Je ne décoléré pas depuis que j’ai lu l’article du Monde, j’y arrive pas et cette ambiance qui régné depuis que le confinement a été instauré n’aide en rien.
    Voir ces gens (buzyn et toute la clique) jouer avec la vie des gens, c’est insupportable. Je prônerai la destitution immédiate de ces gens et si, comme l’a annoncé si pompeusement le crétin en chef, « nous sommes en guerre », je te colle tout ça devant un peloton d’exécution. Là, je veux voir la peur dans leurs yeux. Et puis, on arrête parce que faut pas décorner, on n’est pas des sauvages, on va juste les laisser vivre avec leurs consciences bien noires. Quant a nous, on met la tété dans les épaules, on laisse le tsunami passer et emporter les ruines de cette économie de mort, on aide au front des hospitaliers avec nos moyens, même dérisoires
    J’ai vu mon fils de 16 ans sur son lit de mort. J’ai un ami qui a vécu une choses complètement folles lorsqu’il était militaire en Afrique et qui ne s’en est jamais remis: son superieur a tiré sur un gamin de 4 ans parce que ce gamin avait des explosifs autour du ventre et qu’il était envoyé pour faire peter le camp des français. J’ai souvenir d’une photo de presse montrant une mère palestinienne qui tient son fils mort dans ses bras
    Là, je me dis « plus jamais ça » même si c’est complètement illusoire, je ne veux plus voir cette souffrance.
    Alors, je viendrais sur ce site pour reprendre un peu d’air, se dire qu’une fois cette crise sanitaire passée avec son lot de victimes dues a la légèreté et a la connerie de nos dirigeants, on pourra vivre ensemble, avec peut-être une main derrière et une main devant mais dans la paix et l’empathie pour affronter la vague de fond du réchauffement climatique. J’ai une crainte: que l’été qui approche soit caniculaire, que nous soyons encore en confinement. Perso, j’ai un jardin mais je pense aux gens enfermés dans des tours de la banlieue de grandes villes…..S’il n’y a rien pour apaiser cette ambiance surrealiste, je n’ose pas penser aux conséquences
    Bon voila, c’est foutraque, c’a n’a peut-etre pas d’intérêt ou hors sujet mais ca m’a fait du bien

  47. bonjour
    intéressé pour participer à l’écriture du livre: comment ça marche?
    je suis élu dans le département de la vienne
    j’ai contacté par mail ce matin mon député Sacha Houlié pour demander ou en est on pour les masques et tenues adaptées pour les pro de santé de ville; une autre proposition au sujet des elections municipales : installation du conseil qui devait avoir lieu mais qui n’a plus lieu : ne suffit il pas d’annoncer que les équipes en place réelues ou pas , continuent leurs mission jusqu’à nouvel ordre ; Même les « battus » dont la volonté de rendre service a leurs concitoyens, patali patalaire … bien entendu….

  48. Le stress diminue les défenses immunitaires…Bonne initiative l’an 01…Plus pratiquement, que l’on se rappelle les entretiens qui se sont déroulés dans la première quinzaine d’août 2019, : Macron / Poutine, Trump/Kim jun hun, Erdogan/ Xi Xiping, un déploiement de défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie… juste avant le G7. Dans cette période a été évoqué l’utilité de se débarrasser des journalistes ( voir le cas Assange) Tout s’enchaîne très vite en mode « Stratégie du choc » . J’attends d’ici peu l’obligation vaccinale et bénéfices pour les multinationales du complexe militaro industriel/laboratoires, et justifications de vaccinations. Ils ont fait tres fort : diviser par la méfiance, la peur… et affaiblir par le stress. Peu avant la crise Covid, Buzen a discrédité les thérapies alternatives ( deremboursement de l’homéopathie.). je persiste à affirmer que soutenir le système immunitaire avec des méthodes naturelles peut sauver des vies sans financer les lobbies du dit complexe.

  49. Bonjour,
    J’ai laissé hier un bout de texte sur le site, ayant spontanément bien envie de collaborer à un tel projet d’écriture. Relisant ma prose à froid, je me demande surtout si elle répond bien à la commande initiale. La radio quotidienne, c’est une bonne idée mais il faudrait aussi du retour individuel. Bon courage, merci et à bientôt.

  50. Les particuliers doivent rester confinés chez eux, mais les entreprises qui continuent à produire restent ouvertes et leurs salariés doivent aller travailler.
    Si on considère cela d’un point de vue social et humain c’est d’une totale incohérence.
    Si on le considère d’un point de vue financier c’est clair comme de l’eau de roche. Le gouvernement va indemniser les entreprises qui ne peuvent pas travailler et prendre en charge le chômage partiel de leurs salariés. La note va être salée. Si en plus les grandes entreprises qui peuvent produire ainsi que leurs salariés, s’arrêtent de travailler alors la note va atteindre des sommets pharaoniques.
    Concernant le premier tour des élections municipales c’est également une question de « gros sous » : les candidats avaient déjà fait leurs campagnes, et les campagnes électorales coûtent cher. On ne pouvait pas au dernier moment reporter l’élection qui aurait englouti leur budget et les aurait obligés à recommencer plus tard. Par contre on pouvait reporter le second tour puisque aucun budget n’avait encore été engagé.
    Le peuple raisonne avec son cœur, les dirigeants avec leur calculette.

  51. Bonjour,
    Bonne idée de discuter et d’écrire collectivement cet « après » .
    Pour le titre , si je peux me permettre, je remplacerais, « pour que demain soit moins triste » par « pour que demain soit plus joyeux ». Je pense que pour que les gens adhèrent à une pensée de changement et de rupture, ils ont besoin d’y voir du positif. Et « moins triste » c’est triste ! C’est négatif !
    L’idée de sobriété heureuse défendue par Pierre Rabhi est , à mon sens, ce vers quoi on a besoin d’aller. Ayons ce but en tête dans toutes nos discutions et notre réflexion pour ce « demain » .

  52. Je veux bien coopérer à la rédaction de ce livre …
    Mais je ne trouve pas de lien pour commencer !
    Très concrètement où dois-je cliquer ??

  53. Mr Ruffin,

    C’est avec plaisir que je vous suis tous les matins.
    Vous êtes un politique humain, à l’écoute du peuple et sans langue de bois.
    Je me pose la question de la différence entre les classes sociales. Il y avait déjà un fossé mais là, je trouve que c’est de pire en pire. Lors de l’allocution de Mr le Président, qui n’utilise que des techniques pour nous endormir, il fallait faire que « des sorties nécessaires » mais comme vous le soulignez continuer à aller travailler est le nerf de la guerre.
    Je suis Agent Territorial Spécialisé dans les Écoles Maternelles. Mes collègues et moi ainsi que les enseignantes avons été en contact des « porteurs sains ». Les écoles ont été fermées Lundi. Les enseignantes étaient présentes le Lundi afin d’assurer les codes d’accès pour le site de l’école. Le Mardi, quelques-unes étaient là mais on eut la directive d’être confiné dès 11h30. Et nous?? Nous étions les « brigades de désinfection », hahahaha. Nous n’avons eu aucun matériel supplémentaire, le même que celui que nous utilisons lors des vacances scolaires. Avez-vous eu du gel hydro-alcoolique, bien sûr que non, c’est une maman qui travaille dans le milieu médical qui nous l’a fourni. Bref! Mardi, nous nous inquiétons de savoir ce que nous allons faire: continuer ou être en confinement? D’après nos informations, le service technique aurait été prévu dès 13h du confinement, le service administratif dès le matin, je suppose, vu qu’il y avait des réunions (notre responsable du personnel n’était pas présente pour répondre à nos réponses, vu qu’elle s’occupait seule de la « crise »). Et nous?? Nous avons eu une note de service le Mercredi 18 dans notre boite aux lettres. Sommes-nous le reste de la mairie? Ne faisons-nous pas parties autant que nos autres collègues de la mairie? Comme nous sommes dans les écoles, donc excentrées, nous n’existons pas!!
    Ensuite, comme vous le soulignez, les personnes qui font des pneus ou travaillent pour la distribution dans les entrepôts, eux peuvent aller se faire contaminer. Une vie est-elle moins importante que l’argent? Je pense aux personnes qui continuent de se mettre en danger pour faire des choses non vitales (passer de la publicité, travailler dans les entrepôts…). LE président aurait dû dire le pays va s’arrêter pendant un moment, pas de sortie personnel et de travail. Comme vous le mentionnez si bien, tout le monde ne peut télétravailler.
    Je remercie le personnel de santé qui doit souffrir en ces temps difficiles et sans moyen supplémentaire. Les gouvernements qui se sont succéder ne peuvent pas se regarder le nombril et se dire que c’est de leur faute que nous arrivons dans des situations où le nombre de lits s’est effondré, le personnel est moins nombreux et surtout pas protégé. Nous avons besoin d’eux certes mais leur proche également.
    Je me permets de vous remercier pour votre franc parler, pour votre écoute et attention auprès de toutes les personnes de cette société.
    Cette crise sanitaire va-t-elle réellement permettre de nous rendre plus solidaire ou de repartir comme avant?
    Les personnes sont quand même égoïstes lorsqu’on voit ce qu’il se passe dans les magasins où les personnes se battent alors que les magasins sont réapprovisionnés, que les pâtes, l’eau, le papier toilette (ridicule) étaient rares en début de semaine. Il faut penser à tout le monde et pas faire des courses pour remplir un bunker!
    J’aimerai penser que la solidarité reprenne, mais j’en doute. Moi, j’aimerai faire plus moi-même, comme cultiver des légumes dans ma petite cours, le pain moi-même. Je rêve de magasin local pour rendre la vie sociale et les denrées essentielles à l’échelle du producteur aux consommateurs. Est-ce un rêve, une illusion ou une réalité?? Des mesures doivent être prises même à l’échelle locale!!
    Cette crise permet également au gouvernement de faire passer des lois pour revoir les 35 heures et la prise de nos congés sans que personne ne s’en alerte. Le monde professionnel va être touché, nos acquis aussi, sans que nous ne pouvons rien faire!! Merci le coronavirus, ça sert au gouvernement fourbe!!

    1. oui avec en plus l’interdiction qui nous sera faite de pouvoir manifester notre colère car l’interdiction de réunion de plus de 100 personnes risque de devenir une loi. En fait pour Macron ce virus vient à point pour bâillonner le peuple.
      Nous devons redescendre dans la rue dès l’après confinement.

  54. Bonjour !
    Il serait bon de savoir de quel protection contre les virus sont équipes nos armés ???
    Déjà nos armées sanitaires vont au combat peut armée et très mal protégés, la police n’en parlons même pas , et l’armé ???
    Chacun sait fort bien qu’il n’y a pas que les virus dit  » Naturel  » et je met les guillemets car jusqu’alors l’on ne sait pas et il y a de forte chance pour que l’on ne sache jamais, qui dit qu’un jour il ne faudra pas se battre contre un virus de guerre ??? Alors je repose la question , comment sont équipes nos armées … Merci

  55. Vous avez bien raison de ne pas avoir confiance à ces hommes politiques qui nous dirigent depuis de nombreuses années, l’expérience nous le confirme, les hommes ont changé mais pas la politique libérale <>. Au sujet de la santé, supprimons la tarification à l’activité elle a contraint les hôpitaux à faire des choix, délaisser ou supprimer certaines activés et ces choix ont participer à la fermetures de lits, et même de services, revoir les fermetures d’hôpitaux de proximité soit disant non rentables, la santé ne doit pas faire de l’argent pour l’argent.
    Il faut supprimer la taxe sur les salaires des hospitaliers. Il nous faut une politique de santé qui ne soit pas commercial, on a besoin de tout les corps de métiers aux sein de nos hôpitaux, arrêter d’externaliser certains services et mettons en place une véritable politique de santé aux services de l’humain .

  56. Si beaucoup d’entre nous n’ont pas ou plus de conscience de classe, je pense que nos dirigeants et leurs amis financiers eux ont bien conscience de la leur. La solidarité, s’ils la pratiquent, c’est entre eux.
    A nous, la solidarité avec des mots, des phrases souvent au conditionnel.
    Il y a deux générations, les prolos et les patrons se «rentraient dedans ». Maintenant nous avons une classe moyenne, que j’appelle « classe tampon ».
    Les plus pauvres, eux, sont aidés car les salaires ne suffisent plus. Générosité ? Solidarité ? Non. Sans ces aides, ça péterait.
    Je ne crois pas à la sincérité des discours du Président, trop empreint d’émotion indispensable pour convaincre. Après cocora y’aura du boulot !
    (peut-être hors sujet, j’ai pas tout compris au fonctionnement de l’An01

  57. Rêvons/ ne rêvons pas.
    Rêvons le possible (et peut-être aussi l’impossible). Ne méprisons pas la réalité. La solidarité qu’engendre le Covid s’arrête à la porte des migrants, des SDF, des incarcérés. Le capital va en prendre un coup, mais les pauvres en sortiront laminés. Rêvons l’impossible. D’abord que tous les gars du monde se donnent la main. On ne peut vaincre ce truc tout seul, dans son pays. Au sortir de la crise, une idée doit dominer : on se doit les uns aux autres un devoir d’assistance. L’humanité est une et indivisible. Commençons par là. Que les gouvernants rendent des comptes pour l’impréparation des systèmes de santé laminés par leurs politiques (ultra)-libérales. Au fait, l’ONU (c’est quoi ce machin?) – ça ne sert à rien en ces temps de guerre ?

  58. Bonsoir, comment trouve t’on le texte en cours? comment a t’on accès au direct?

    Mille mercis pour cette initative.

  59. Chez SANOFI 90 % des opérateurs et opératrices au travail en production, est ce vraiment nécessaire lorsqu’on sait que nous allons devoir tenir sur la durée ? Au rythme de la contamination combien de temps encore allons avoir des bras pour produire ?
    Au lieu de reduire nos capacités de production et garder des travailleurs « sains » en réserve pour tenir sur la durée, SANOFI prefaire faire tourner ses capacités de production à 100%.
    Nous devrions nous être en train de faire un marathon et SANOFI nous engage sur un sprint.

  60. Je trouve l’idée séduisante mais à condition de pouvoir déboucher sur des propositions concrètes.
    Je souhaitais dire que pour moi la priorité des priorités est la réécriture de la constitution. C’est elle qui depuis 60 ans bride la souveraineté du peuple et empêche tout contrôle de celui-ci sur son quotidien et son avenir. Les Gilets Jaunes l’avaient compris tout de suite et ont déjà fait un gros travail dans le cadre des ateliers constituants. Une fois la constitution réécrite le peuple pourra décider tout le reste.
    Donc pour cet An 01 je propose que nous réfléchissions à comment réussir à franchir cette étape alors que l’oligarchie et le système mondialisé seront en guerre contre nous.

    En attendant cette suprême étape toutes les batailles seront vouées à l’échec.

    1. Salut à tous. Entièrement d’accord avec Patrice, il est plus que temps de passer à un nouveau modèle de constitution, le travail est immense, profitons de ce break dans la frénésie imbécile de notre société myope, incapable de voir autre chose que le profit financier et personnel à court terme.

    2. Je partage à 200% cette initiative.
      Si l’on veut que ça change vraiment et reprendre notre avenir en main, il est indispensable – dès la fin du confinement – de réclamer une Assemblée Constituante (reflétant la diversité genre/âge/diversité géographique et sociale de notre pays) qui remette tout à plat et ébauche de nouvelles perspectives tenant compte de l’urgence écologique et sociale.

  61. salut a tous
    je viens de suivre avec interet, sur LCP, les débats sur le projet de loi sur l etat d’urgence sanitaire.
    effarant de non echange, de refus de propositions d ‘amendement, sous le seul joug de la presidente….
    ils nous promettent, apres les retraites, le casse de nos congés payés, de nos heures sup, de nos rtt, pour financer leur crise….
    60 Milliards pour les entreprises…..
    570 par la BCE…
    100 M d ‘evasion fiscale….
    50 M de dividende pour le cac40….
    de l argent, il y en a ailleurs, qu’en tapant sur les salariés!
    pour preuves….
    alors réagissons fort!

  62. Que penser de la crise actuelle ??
    Depuis le début de cette année 2020, nous assistons impuissants à la propagation de ce covid-19… Cette crise sanitaire a commencé à Wuhan, avant de se propager en Chine, en Asie, puis dans quasiment tous les pays d’Europe, l’Amérique du Nord commence à être sérieusement touchée, l’Afrique viendra surement et l’Australie n’y échappera pas non plus…seule la Russie n’apparaît pas sur les cartes « officielles » mais je doute qu’elle puisse échapper à cette pandémie…
    Plusieurs remarques s’imposent à propos de la gestion de cette crise dès le départ, et interrogent sur les manquements de nos responsables politiques en termes d’anticipation, de précaution et de protection de notre Nation, alors qu’indiscutablement on sait aujourd’hui (cf déclarations de Mme Buzin..) qu’ils étaient déjà renseignés sur ce qui se préparait :
    comment se fait-il que l’on n’ait pas fermé toutes les liaisons aériennes avec la Chine dès le début de cette épidémie ??
    comment se fait-il qu’aucun contrôle sérieux des voyageurs en provenance des régions infectées n’ait été réalisé dans nos aéroports et que l’on se soit contenté d’affichettes appelant chacun à sa « responsabilité » ??
    Par la suite, ayant laissé ainsi les premiers contaminés rejoindre la France sans contrôle sérieux, on s’est empressé d’aller récupérer les français qui le souhaitaient dans les zones déjà gravement infectées en leur imposant un confinement de 14 jours à leur arrivée sur notre territoire sans être certains que cette durée de 14 jours puisse vraiment garantir que ces personnes ne soient des contaminateurs « asymptomatiques »…
    Dans le même temps, la France a livré à la Chine 17 tonnes de matériel de protection…alors que les déclarations de Mme Buzin, ex-ministre de la santé démontrent aujourd’hui que tous nos responsables politiques étaient au courant de la gravité de la situation et des développements à venir dans notre propre pays !!
    Il me semble que la livraison des 17 tonnes de matériel de protection (masques, blouses, gants GHA…) à la Chine en date du 17 Février constitue une faute GRAVISSIME lorsqu’on constate qu’aujourd’hui tout ce matériel vient à manquer dans nos structures hospitalières, on voudrait volontairement créer les conditions d’une crise sanitaire sans précédent que l’on ne s’y prendrait pas mieux…C’est horrible et cela méritera un procès à la hauteur des dommages générés par ce manquement à tous les principes de précaution et de protection.. .💣💣
    Notre ex-ministre de la « Santé » qui aujourd’hui nous livre ses regrets n’aura guère brillé par sa détermination à lutter contre la propagation du virus et encore moins dans sa volonté de protéger notre population alors que c’était justement le rôle qui lui incombait du fait de sa fonction . Non !!
    Elle a préféré « démissionner » pour une bataille politique perdue d’avance ( tout en pensant que les élections n’auraient pas lieu..) et voler au secours d’un président à qui aujourd’hui elle reproche de ne pas l’avoir écoutée, et d’un parti à la dérive du fait des révélations « branlantes » de son ami B Griveaux…
    Quel COURAGE !! Mme Buzin, vous incarnez à vous seule tout ce que votre président avait annoncé quand il parlait d’une « nouvelle façon de faire de la politique » : le mensonge, la calomnie, la corruption, l’irresponsabilité et la trahison… Le peuple n’oubliera pas !!!
    Vos « regrets » d’aujourd’hui me donnent envie de vomir !!!!
    Vos regrets ont tout de même un aspect « positif » dans la mesure où ils révèlent non seulement votre comportement irrationnel et écœurant, mais plus encore la gravité des comportements de Macron, Philippe, du directeur de la Santé et de votre « remplaçant » Mr Veran qui tous vont devoir assumer leurs incompétences, leurs mensonges, et leurs implications CRIMINELLES dans la crise majeure que connait aujourd’hui notre pays confiné, dans lequel tous les responsables des hôpitaux publics crient leur détresse du fait du manque de matériel de protection, du fait du manque de lits (supprimés tour à tour depuis plusieurs années pour économie..), du fait du manque de personnel…..
    Les RESPONSABILITÉS CRIMINELLES de ces « irresponsables » et « coupables » devront être jugées par le tribunal qui leur convient, j’espère que l’ensemble de la classe politique saura se réunir pour demander que ces crimes ne restent pas impunis, mais sachez d’ores et déjà que le PEUPLE vous a jugés et que la condamnation sera sans appel !!
    Pendant ce temps nos infirmières, nos médecins, nos épidémiologistes, nos pneumologues, tous nos personnels soignants sont EUX sur le front et luttent au péril de leurs vies pour sauver les vies que vous avez mises en danger !! Ces HÉROS méritent notre reconnaissance, notre respect et notre soutien ainsi que tous nos encouragements…EUX font preuve d’un COURAGE sans faille et EUX assument leurs responsabilités dans des conditions que vous n’avez pas facilitées..
    MERCI à eux, MERCI à tous les Français qui vont comme toujours s’unir pour gagner ce combat que vous avez rendu plus difficile, et courage à toutes les familles qui sont auprès de leurs proches souffrants, une pensée émue aussi à tous ceux et celles qui se retrouvent ou se retrouveront endeuillés, nous devrons leur apporter notre soutien ….

    Un Français révolté et écœuré par vos agissements !!

    1. Bonjour à toutes et à tous,

      Je partage le même sentiment. Pourquoi ne pas avoir arrêter les liaisons aériennes dès le premier cas décelés de coronavirus??
      Nos politiques??? Une très grosse blague!!! Ils ne savent que nous mentir et s’en moque pas mal de nos vies, de nos batailles, des luttes du personnel soignant ou social!!
      Lors de la dernière apparition de Mr le Président, qui sortait d’un centre d’hébergement parisien, ne respectait en aucun cas les « gestes barrières »: il se tenait à mois d’un mètre des personnes devant lui, il y avait plus de dix personnes, il n’était en rien protégé (pas de gel, pas de gants)… Est-ce une blague de faire tout le contraire de se que l’on dit?? Il ne sait faire que ça… Ne sortait pas… mais allez voter, protéger les autres…. mais continuer à travailler, restez chez vous… mais les marchés restent ouverts… Où allons-nous?? Je ne sais pas ce que dirait Dora, en tout cas, je pense droit dans le mur..
      Les choses vont-elles changer après? Je suis de plus en plus sceptique… Voyant des français qui sont, certains, indisciplinés et ne comprennent pas les restrictions, bien qu’elles ne soient pas claires… faisons tous le sacrifice de quelques semaines sans sortir pour arrêter la propagation. Tout le monde ne voit pas la gravité des choses.
      Les personnes qui ne s’intéressent pas à l’information en général continueront de vivre comme ils le vivaient avant. Pour ma part, je pense que cette pandémie aura cassé quelque chose en moi. Ferais-je encore la bise aux gens? N’aurais-je pas peur de rester proche de plusieurs personnes?? Je pense que j’y penserai au début mais est-ce que ça ne va pas me faire peur de sortir?
      Je pense qu’à la fin de la pandémie une réunion de famille se fera… Et j’ai hâte!! Tout le monde me manque. Il faut faire des concessions pendant un moment!
      Je repense aux nombreux actes terroristes, qui m’avaient fait extrêmement peur. Au début, les français avaient peur de sortir, d’aller dans les lieux publics, dans des concerts… On nous disait de « reprendre une vie normale, de sortir, d’aller aux restaurants, aux concerts ». J’ai l’impression que peut importe comment le mal nous frappe, il nous laissera des traces.

  63. Pourquoi les services publics ne prennent pas en compte les dernières découvertes de l’ IHU de Marseille.
    ci dessous le lien vers une explication très complète.
    https://www.nosignalfound.fr/le-professeur-raoult-confirme-que-son-traitement-contre-le-coronavirus-fonctionne-mais-recoit-des-menaces-du-gouvernement/?fbclid=IwAR3gSQMpeFcN9c_-kxu6dsbP3kSOfOFg2jM273spu2XkThAwqq0yans4AiI  

    que font les députés de l’opposition face à cette débandade gouvernementale dans le traitement stratégique de cette épidémie: pas de masques pour les pro de la santé et encore moins pour les civils, services d’urgence en manque de matériels et de personnel?
    Il faut qu’une commission d’enquête parlementaire face le point rapidement, des gens meurent à cause de ces nuls au pouvoir !

  64. que se passe t’il?
    confinement et couvre feu en pleine campagne !!!!!!!!!!
    il est devenu interdit de se balader en forêt ou en bord de mer , avec contrôle des la police et verbalisation,
    alors qu’il est autorisé d’aller faire ses courses ds les supermarché!!!! les seuls magasins vendant nourriture et matériels divers (appartenant aux ultra riches) qui ne vont pas subir de conséquences économique contrairement aux petits magasins auront du mal à survivre (ce qui permettra aux gros de prendre plus de part de marché ).
    Au secours la république n’est plus au service du peuple!

  65. Bonjour
    Moi ce qui m’intéresse ce sont les conséquences bénéfiques du coronavirus. Je m’explique: partout où l’activité s’est ralenti ou arrêtée ( Chine, Venise, etc. ) on a vu la nature se régénérer. La crise du virus est quelque part l’éprouvette de la décroissance, et une manière empirique de découvrir les résultats d’une décroissance ou au moins d’un arrêt de la croissance par une réduction de l’activité. Et l’on constate que ces effets sont assez immédiats : taux de co2 en ville, qualité des eaux à Venise, etc.
    Intéressant non, comme dirait Desproges!

  66. Après la crise, les mêmes vautours, cyniques et sans foi ni loi seront là. Il faut dès mtnt définir ce que nous ne voulons plus. Il faut une société autonome et solidaire. Plus de mondialisation à tt crin, mais des productions locales et de l’abattage sur demande (on ne tue que les animaux que l’on consomme) Ils faut donner de l’importance à ceux qui en ont : ces fameux métiers du lien et de l’enseignement ! Il faut redéfinir la valeur travail vs l’activité nécessaire à tt être humain, redéfinir une agriculture bio et saine, tirer les leçons écologiques de cette crise avec une pollution qui recule enfin… Et pourquoi pas dissoudre la bourse, empêcher de se gaver sur le travail des petites gens, de spéculer sur la misère … Monsieur Ruffin, je vous adresse toute mon admiration et un immense respect pour ce que vous faites. Vous êtes un homme bien, fort courageux, un grand homme.

  67. Bonjour à tous
    Ne serait-ce pas le moment opportun pour adresser une pétition en ligne au président, pourquoi pas à l’Europe pour demander dès à présent une transition écologique forte et durable.
    Je crois qu’une telle pétition pourrait être portée par une personne publique neutre afin de fédérer le plus grand nombre et de pouvoir être médiatisée plus facilement
    Un soutien populaire massif et lisible serait un outil formidable pour aider François et d’autres députés tant en France qu’à Bruxelles
    Nous avons une fenêtre de tir, pour reprendre un langage guerrier, je pense qu’il faut en profiter.
    Ma réflexion en est là…. qu’en pensez-vous ?
    Courage à tous
    Nicolas

  68. Merci François pour cette initiative citoyenne. Pour tenter de réécrire les règles concentrons-nous comme vous l’avez évoquez avec Pablo sur DIX mesures phares compréhensibles par tous et surtout faisant consensus pour le plus grand nombre. L’élaboration par et pour le peuple d’une nouvelle constitution me semble être un bon début !
    Souhaitons que ce virus ne soit que le dernier avertissement avant le collapse total !!!
    En attendant…là ou l’homme recule, la nature revient, et autour de chez moi le chant des oiseaux n’a jamais été aussi audible !!!

  69. mon premier message n’a pas été publié
    je reviens donc pour dire que cette démarche est inintéressante

    commenter le discours du president : Ok
    Ça fait 40 ans que j’ observe la dégradation des moyens en santé et de l’accompagnement de nos anciens
    on ne parle pas de l’humain mais de fric ..;
    alors c’est super de commencer a inverser la vapeur et je propose qu à tous les niveaux de réflexion et de décision
    que dans tous les écrits qui parleront de tout ce secteur de la « vie » , les premières phrases qu’on lira, les premiers mots que l’on entendra soient ; « Pour le bien être de chacun, pour le respect de la dignité humaine » nous allons aborder tel ou tel sujet
    je ne veux plus entendre ou lire autre chose en introduction sur ces sujets si importants ; si toutes les lois, toutes les
    réunions décisionnelles dans les conseils d’administration des hôpitaux , des maisons de retraite, dans les ministères
    à l’assemblée nationale, que sais je, commencent par ces mots, nous aurons sacrément avancé

  70. J’ai peur qu’il ne nous faille ARRACHER la généralisation des tests et les traitements par la mobilisation tant les bénéfices espérés sont colossaux… Je m’explique.
    Cette vidéo m’a interpellé :
    https://www.facebook.com/LeLibrePenseur.org/videos/662371141244761/?hc_location=ufi
    POURQUOI L’IHU DE LA TIMONE QUI PROCÈDE À DES TESTS GRATUITS À MARSEILLE NE FAIT L’OBJET D’AUCUNE COUVERTURE MÉDIATIQUE ?
    Face à l’incurie des néolibéraux au pouvoir un homme agit : teste, diagnostique, traite et guérit dans le silence assourdissant des médias.
    En creusant un peu j’ai appris que le traitement appliqué à Marseille, à base de Plaquenil du laboratoire SANOFI qui en offre 300.000 doses n’est pas testé par l’Inserm, il coûte 4,17 €.
    L’Inserm teste le KALETRA à 433,72 euros du labo américain ABBOTT.
    Je m’interroge sur ce silence étrange et j’ai encore cherché :
    Les bénéfices espérés par 1 seul des 4 labos américains dont les médicaments sont testés par l’Inserm se chiffrent en milliards de dollars.
    Presse financière US :
    ANALYSE FINANCIÈRE DU REMDESIVIR UN DES MÉDICAMENTS TESTÉ PAR L’INSERM POUR LA COVID 19 : « LE MÉDICAMENT POURRAIT FAIRE BEAUCOUP D’ARGENT SI TOUT ALLAIT BIEN. »
    260 DOLLARS LE TRAITEMENT QUAND L’IHU DE MARSEILLE GUÉRIT POUR 4,17 EUROS!
    Traduction de l’article, source en fin d’article :
    « Gilead Sciences fera-t-il fortune avec son médicament contre le Coronavirus?
    Combien d’argent Gilead peut-il espérer gagner avec son traitement prometteur?
    Alors que l’épidémie de coronavirus continue de se propager à travers le monde, seules quelques sociétés ont réussi à apporter des traitements aux essais cliniques jusqu’à présent. L’un d’eux est Gilead Sciences ( NASDAQ: GILD ), dont l’ancien remède contre Ebola, le Remdesivir, semble être un moyen efficace de traiter les symptômes du COVID-19.
    Naturellement, les investisseurs sont ravis de ce que cela pourrait signifier pour la société, les actions de Gilead ayant augmenté de 22% au cours des deux derniers mois, alors que l’épidémie de COVID-19 a continué de s’aggraver.
    Alors que le virus continue de se propager, le Remdesivir pourrait être très demandé par les pays du monde entier. La question qui mérite d’être posée, cependant, est de savoir quel impact financier le Remdesivir comme traitement de la COVID-19 aura sur Gilead.
    Plongeons-nous dans les détails et examinons de plus près combien d’argent Gilead doit ramasser.
    Certains analystes, comme Geoff Meacham de Bank of America Merrill Lynch, ont déclaré en février que la hausse totale du Remdesivir n’était pas si impressionnante et ne changerait pas grand-chose aux perspectives financières à long terme de Gilead. Il a prédit que les ventes totales de Remdesivir liées au COVID-19 atteindraient un chiffre unique de seulement 2,5 milliards de dollars.
    Le schéma posologique optimal pour le Remdesivir reste incertain, les tests cliniques actuels expérimentant un schéma thérapeutique de cinq et dix jours, bien que les médecins aient également réussi à administrer une seule dose importante du médicament. Les analystes de Morgan Stanley ont prédit que la société pourrait facturer aussi peu que 260 $ par traitement en Chine, qui serait le principal marché du Remdesivir (au moins en ce moment). Si l’on suppose que près de 18 000 patients COVID-19 actuellement diagnostiqués dans la province du Hubei suivent tous un plan de traitement complet du Remdesivir quand (ou si) il devient disponible, cela représente seulement 4,7 millions de dollars de revenus potentiels si le virus ne se propage pas de manière drastique.

    Comme mentionné précédemment, cependant, il est possible que le Remdesivir se révèle être un prophylactique efficace, bien que des études cliniques supplémentaires devront être effectuées avant que cela ne soit prouvé. Dans l’affirmative, le marché du Remdesivir change radicalement.

    Si nous regardons seulement les régions les plus touchées de la Chine continentale, il y a environ 11,1 millions de personnes dans la ville de Wuhan et environ 61,9 millions dans la province du Hubei. Bien sûr, cela ne veut pas dire que toute la population finirait par prendre le médicament, mais même si nous disons qu’environ la moitié de la population de la province, peut-être 30 millions, prennent du Remdesivir à titre préventif, Gilead gagnerait toujours beaucoup d’argent.

    Dans cette situation, le marché total dans le seul Hubei devrait valoir 7,8 milliards de dollars, en supposant que le prix cible de 260 dollars pour le médicament était antérieur. En comparaison, le chiffre d’affaires de Gilead au quatrième trimestre 2019 s’est élevé à 5,8 milliards de dollars. Bien sûr, Gilead aurait du mal à fournir autant de Remdesivir au début, mais cela montre juste que le médicament pourrait faire beaucoup d’argent si tout allait bien. » !!!
    Source :
    How much money can Gilead hope to make from its promising treatment?
    https://www.fool.com/investing/2020/03/09/will-gilead-sciences-make-a-fortune-off-its-corona.aspx?fbclid=IwAR0V_YCcccjCY0ctG22j5J6WS3DYVC41_Km8ch4Z1172ZuhGQmFwVngtrkU
    https://www.fool.com/investing/2020/03/09/will-gilead-sciences-make-a-fortune-off-its-corona.aspx

    CONTRE LE COVID 19, L’INSERM TESTE 4 MÉDICAMENTS SAUF LE PLAQUENIL QUI A GUERI 75% DES PATIENTS DU Pr RAOULT À MARSEILLE. À LA QUESTION : POURQUOI ?
    « Ni le comité d’éthique ni l’Inserm ne nous ont pour l’heure répondu. » écrit le journaliste de Libération.
    UN PARENT PHARMACIEN M’A DONNÉ UNE IDÉE :
    Médicaments testés :
    KALETRA 433,72 euros. Labo : ABBOTT / USA
    REMDESIVIR 240,70 euros. Labo : GILEAD SCIENCES / USA
    LOPINAVIR 185,82 euros. Labo : MYLAN / USA
    LOPINAVIR/RITONAVIR 47,06 euros. Labo : MYLAN / USA
    Médicament non testé :
    PLAQUENIL : 30 comprimés de 200 mg, soit à la posologie recommandée de 600mg/jour pendant 10 jours = 4,17 euros Labo : SANOFI FRANCE
    Le médicament non testé est bien sûr celui à 4,17 euros pour un traitement complet, celui avec lequel le Pr Raoult a obtenu 75% de guérisons.
    LE 20 JANVIER 2020, LE PLAQUENIL QUI ÉTAIT EN VENTE LIBRE PASSE SUR ORDONNANCE… TIENS, POURQUOI ?
    Sources :
    Article du quotidien du Pharmacien
    https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/01/15/plaquenil-passe-sur-ordonnance_281744

    Article de Libé
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/17/la-chloroquine-est-elle-finalement-utilisee-en-france-pour-traiter-le-covid-19_1781865?xtor=EREC-21-%5Bcovid%5D&actId=ebwp0YMB8s1_OGEGSsDRkNUcvuQDVN7a57ET3fWtrS-L74JXkXWyEe-QhNRcDiUx&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=501636

    Aperçu des conflits d’intérets :
    « Entre temps l’Inserm et le CNRS nous ont lâché ».
    CONFLITS D’INTÉRÊTS
    Didier Raoult a un conflit ancien avec le mari de la ministre, par ailleurs PDG de l’Inserm, Yves Lévy, sur le modèle des IHU. Il l’a publiquement exprimé à plusieurs reprises et notamment dans un article du Canard qui soulignait le conflit d’intérêts patent entre une décision ministérielle sur le statut des futurs IHU et la position similaire du PDG de l’Inserm.
    https://marsactu.fr/didier-raoult-inaugure-son-ihu-mediterranee-infection-sur-un-mode-defensif/?fbclid=IwAR162jOMBMg3fRSDTJOac_vrjm0dVAH0VYOWPN8MbJ2BPrmB3aw-wO1-e40

    POURQUOI CE SILENCE AUTOUR DU Pr RAOULT ?
    La bataille du mari de la ministre
    https://www.marianne.net/politique/comment-matignon-tente-de-sortir-la-ministre-agnes-buzyn-d-un-embarrassant-conflit-d

    François, il faut rendre compte : seule une mobilisation peut vaincre les conflits d’intérêts que cachent sans doute l’occultation du protocole de prise en charge de l’IHU qui GUÉRIT !
    Je joins la communication à une revue à comité de lecture de l’IHU de La Timone sur son protocle :
    HYDROXYCHLOROQUINE AND AZITHROMYCIN AS A TREATMENT OF COVID-19
    https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/
    Le courriel du Pr Didier Leroux sur demande à scenarandco@orange.fr

  71. bonjour, quel plaisir de t’avoir près de nous. Que ces malheureux moments nous amène à réfléchir tous ensemble à un nouveau fonctionnement. Dans la réflexion sur les 10 mesures, voilà ce qui me vient à l’esprit:
    Tout ce qui est en rapport à la santé physique ou psychique doit être public: on ne fait pas d’argent sur le dos des malades. Il faudra peut être malgré tout écrire une règle de bonne conduite pour les soignants: ce qui est à l’hôpital appartient à tous
    et les malades: du genre je ne vais pas aux urgences pour un bobo, écrire une définition claire et précise de ce qu’est une urgence…
    L’école doit être gratuite et toute personne doit avoir accès à cette éducation. Celle ci ne doit pas être un challenge du meilleur mais cela doit être un lieu d’éveil, de tolérance, de bienveillance, d’écoute, de communication avec les autres et avec la nature. L’école doit apprendre à respecter la nature, notre terre…
    Tout transport doit être public afin que toutes personnes quelque soit la région ou elle habite puissent se déplacer pour aller à l’école, au travail, se faire soigner, aller au marché, aller en vacance, visiter un proche: bus, mini-bus, train, taxi…
    Et si tout le monde pouvait connaitre cette douce sensation de la nature. Il comprendrait certainement mieux pourquoi il faut la protéger.
    Le bonheur d’habiter dans les marais, je ne m’en lasserai jamais. Le printemps est là! Les oiseaux chantent à tue tête, les grenouilles se réveillent et lorsque tu fermes le yeux la sensation du vent qui te caresse le visage est une merveille. Tous les sens sont en éveillent.
    A bientôt prenez bien soin de vous
    Christine

  72. Salut !
    Super l’initiative pour l’An 01 et l’écriture un peu collectivisée d’un livre. Mais s’il vous plaît, pourriez-vous être conséquent et arrêter avec les vidéos ?! Vous savez très bien que ça fait partie du problème et que ça consomme énormément d’énergie. À cette heure, pour éviter un accident nucléaire lié au covid, il faudrait surtout exiger que des tranches nucléaires soient mises à l’arrêt et qu’il y ait par conséquent un véritable rationnement énergétique. Utiliser des ordi et internet, c’est déjà consommer beaucoup d’énergie, mais c’est sans doute difficile de s’en passer surtout en ce moment où nous avons besoin de construire du politique à distance. Mais pourrions-nous au moins le faire de la façon la plus sobre possible ? En tant que ‘leader d’opinion’ s’il vous plaît, prenez cette responsabilité-là.
    Merci

    1. Je me permettrais de répondre à Darragon en précisant que la vidéo, l’image, pour lancer le projet, apporte vie, fougue et dynamisme dont nous avons besoin en ces temps quelque peu surréalistes ou cloisonnement est de rigueur, confinement porté à l’individualisme.
      Un contact humain, même par média visuel interposé, fait communion (Et pour ma part je dirai merci pour cette vidéo emplie de simplicité, de sincérité et fortement constructive).
      Ensuite, à chacun de nous de prendre le relais, en étant force de propositions et de positionnement, par le temps de la réflexion et par le biais de l’écrit qui aide à poser nos idées.
      Lire, écrire, rayer, ré écrire, échanges et confrontations…..Le collectif fait de singularités fera son œuvre.
      A bientôt

  73. mesures à prendre: abandonner toute référence au PIB (et à sa croissance ou stagnation=) pour piloter nos politiques.. Il y a belle lurette que cet indicateur n’a plus de pertinence.. Aux Etats-Unis , il croît et le peuple vit de plus en plus mal…
    Le remplacer , comme en Finlande, par un indice de « bien-être »

  74. Bonjour
    Je regarde les infos comme tout a chacun et je me pose une question: Elle est ou l’Europe ? Celle qui est sensé être solidaire ? _Pour autorisé l’épandage du glyphosate qui nous tue a petit feu elle est là !
    _ Mais pour les masques, le gel, les respirateurs qui nous sauve???? le silence et l’inaction sont de mise…

    Richard

  75. Bonjour, merci pour cette initiative.
    Mon point de vue d’enseignante, à l’heure actuelle…

    L’usage des outils numérique révèlent (sans surprise) le fossé entre les familles. Faute d’un service opérationnel (l’ENT pour espace numérique de travail) qui ne peut gérer le nombre de connexions et de dossiers déposés chaque jour, les enseignants cherchent et trouvent des parades.
    Nous devons, dans mon établissement, recourir à un autre moyen que le numérique pour nous assurer que TOUTES les familles aient accès aux cours et devoirs. Si le service peut bien fonctionner, on obtient alors des réponses d’élèves encourageantes, mais sur la durée je ne pense pas que cela soit une solution.

    C’est par cette expérience à distance que l’on remarque, et remarquera d’autant plus, que l’essentiel de la relation avec l’élève se fait dans une salle de classe. Même si les échanges y sont parfois tendus, cela fait partie du métier. Les élèves le disent très bien pour certains, l’école leur manque, ils y ont leurs habitudes et leurs dialogues « en présence ».

    Bien à vous,
    Anne

  76. Un instant de sidération :
    LVMH fait un don de 200 millions d’€ pour Notre Dame et 10 millions ….. de masques pour lutter contre la pandémie.
    Sans commentaires …

  77. Applaudir au balcon …et voter comme des cons…

    Applaudir au balcon, c’est bien, c’est gentil, c’est sympa, c’est peut-être même nécessaire
    Le président des ultra-riches a même dit dans son appel du 16 mars : « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. Nous serons plus forts moralement, nous aurons appris et je saurai aussi avec vous en tirer toutes les conséquences, toutes les conséquences. »
    Oui… mais ?

    Mais le jour d’après, recommencer à voter pour des cons serait catastrophique et à désespérer du genre humain.
    Faudra quand même réaliser que ce sont les mêmes qui surtout aujourd’hui (mais aussi depuis des décennies, avec notre complicité d’électeurs naïfs) en ont plein la bouche des « nos infirmières et nos médecins sont admirâââbles, ce sont nos héros du quotidien », qui ont organisé méthodiquement la destruction du système de santé, à coups d’exonérations de cotisations sociales, de T2a, de précarisation des agents publics, de bas salaires…
    Les mêmes qui n’ont cessé de proclamer « il faut dégraisser le mammouth, il faut moins de fonctionnaires mais qu’ils soient mieux payés ».
    Les mêmes qui ont réduit la recherche, notamment fondamentale, à la misère, pour privilégier la recherche et développement des entreprises, leur offrant les milliards du CICE avec les résultats que l’on sait : baisses d’effectifs, presque rien en termes de résultats (les investissements des labos pharmaceutiques auraient même diminué ! si l’on en croit France Culture de ce matin 21 Mars)
    C’est vrai que les agents des services publics sont d’autant plus admirâââbles qu’ils sont de moins en moins nombreux et de plus en plus précarisés.

    Les bonnes paroles, les riches n’en sont jamais avares : le bon peuple est si sensible, reconnaissant et affectueux quand on le caresse… Et il sait si bien se contenter de peu…

    Alors ce jour d’après, préparons-le dès maintenant et le plus largement possible, en se répétant comme antidote: « cessons d’avoir peur, surmontons notre peur en échangeant entre-nous, en partageant nos connaissances, nos intelligences, nos sensibilités, nos savoirs et savoir-faire et ainsi se mettre en capacités de dire ce que nous voulons réellement comme destin de vie, de société ».

    Ainsi pour répondre à la Macronie et consorts, en seulement quelques mots:
    Oui NOUS allons vous en faire tirer les conséquences, Toutes les conséquences !

    Alors, le jour d’après, il faudra se réveiller en commençant par ne plus re-voter …pour des cons. Vive l’autogestion !…

    Le Président l’a dit : « Nous gagnerons, mais cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions seront balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent (sic) . (…) le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour aux jours d’avant ».

    Et si nous lui répondions : « Chiche ! Nous allons recenser toutes les aspirations au changement, toutes les propositions de changements, que la crise générée par l’épidémie aura suscitées. Nous allons les classer, les analyser, les hiérarchiser et les faire remonter au Président, au Gouvernement, aux Parlementaires, à toutes les institutions et corps constitués du pays. »

    Mais nous allons aussi surtout les faire circuler au sein de la population du pays tout entier pour qu’elle s’en empare et organise elle-même les changement auxquels elle aspire. Et nous allons créer une plateforme pour recueillir toutes les propositions de changement.

    C’est pourquoi nous pourrions lancer cet appel, et demander à tous de le faire circuler tout autour de soi tel un bon et utile virus, aussi efficacement et rapidement que l’a fait le méchant Covid-19 : « Connectez vous sur la plateforme XYZ (à créer) et exprimez-vous librement, mais surtout déposez les propositions concrètes qui vous tiennent à coeur, des plus modestes aux plus ambitieuses ! »

    Des propositions qui, en tous cas changeraient vraiment votre vie au quotidien et celles de vos enfants, qui tiendraient enfin compte de l’intérêt général et pas de celui des 1% qui nous dirigent et qui décident de tout, en se moquant bien d’un Parlement qui ne sert plus qu’à changer des virgules dans les textes de loi dictés au gouvernement par leur petite minorité d’ultra-riches.

    Pas besoin de se casser la tête : on écrit ce qui vient à l’esprit, comme ça vient.
    Ne surtout pas se sentir illégitime, ignorant, impuissant et se comparer aux crânes d’oeuf de l’ENA, de l’Inspection des Finances et de Polytechnique qui nous gouvernent …avec la réussite que l’on sait.
    C’est comme cela qu’ont été rédigés les Cahiers de Doléances avant le début de notre Révolution Française.

    Mais ce pourraient être plutôt, cette fois-ci, les « Cahiers pour les jours d’après », parce que des Cahiers de Doléances s’adressent à quelqu’un (ou quelques uns) dont on attend quelque chose alors que désormais, par précaution, il nous semble, 231 ans après, que c’est A NOUS TOUS de faire nous-mêmes ce que nous avons à faire pour que ça change comme NOUS le souhaitons.
    De ce fait les propositions pourront aussi concerner les moyens à se donner pour mettre en oeuvre le processus de changement, sans l’attendre une fois de plus « d’en haut ».

    Souvenons-nous de ce qu’avait écrit, il y a cinq siècles, Etienne de LA BOETIE : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ».

  78. Jeu
    Mots interdits avec amende.
    Au cours d’une conversation avec une amie, en moins d’une minute nous avons prononcé au moins 10 fois le mot SYSTEME ou le mot STRUCTURE.
    Ouaaaa!
    Cette façon d’examiner, d’interpréter la société, le monde, la politique ne produit qu’une chose : Invisibiliser les responsables. On entend souvent : C’est le système, tu pourrais en mettre d’autres à la place ce serait pareil etc.
    Nous ne sommes que les rouages d’une machine etc. Le théologisme ambiant qui consiste à brailler à tous vents : TINA, TINA, TINA me plonge dans un effroi mécanique comme l’orange.
    Cela me semble très important de changer le lexique et de bannir certains mots.
    Et donc pour commencer la liste avec les plus importants je propose :
    Démocratie : Nous ne sommes pas en démocratie. (Voir Julia Cagé) et d’autres
    Structure, système : (Voir Grégoire Chamayou, Annie Lacroix Riz) et d’autres
    Cap : Injonctions à suivre le cap quoi qu’il arrive. (Voir Barbara Steigler) et d’autres
    Etc.
    Nous sommes tellement imbibé par ce vocabulaire que nous ne nous en rendons plus compte. Même Francois Ruffin.
    Non, non, non C’EST PAS LE SYSTEME. Il y a des gugusses aux manettes. Il faut absolument les identifier.

  79. Et si le service public de la télévision était réquisitionné pour diffuser des cours aux heures d’école, à la place des niaiseries habituelles.

    1. … du bon sens !… et pas si difficile à mettre en oeuvre, une réquisition, comme on sait bien le faire pour des gendarmes ou des militaires. Mais ça grignoterait du « temps de cerveau disponible » exclusivement utilisé pour l’intox médiatique habituelle, la pub, en plus des niaiseries abêtissantes habituelles… Fred (Amiens).

  80. Salut à tous
    C’est le printemps, je constate que l’énergie du bon sens bouillonne, que les bourgeons de la bienveillance et de l’altruisme pointent, attention cependant, les forces malveillantes des blaps au pouvoir ne faibliront pas.
    Liberté est un mot que le rêve humain alimente. Il n’existe personne qu’il l’explique, et personne qui ne le comprenne.
    (Jorge Furtado, L’ile aux fleurs 1989). Magnifique court-métrage que je vous encourage à voir.
    Si nous voulons poser les balises pour une autre manière de gouverner, il faut nous mettre au travail dès maintenant, en souhaitant qu’il ne soit pas trop tard.

  81. Je suis sans doute hors sujet mais ne sachant que faire des réflexions que m’inspire la situation actuelle, je vous soumets le billet suivant intitulé: « Confiné ou con in fine? »
     » Me voilà interdit de ma marche quotidienne alors qu’elle m’aide à penser sous prétexte que le coronavirus s’arrête au seuil de mon jardin. Ca alors! Quelques jours auparavant la voix de son maître laissait entendre qu’il était inutile de fermer les frontières car le virus ne s’y arrêtait pas. Ca alors! J’aurais basculé sans m’en rendre compte dans le monde quantique où les lois qui régissent l’infiniment petit diffèrent de celles qui gouvernent l’infiniment grand.
    Réfléchissons: Si j’élargis le périmètre de mon jardin aux frontières du territoire français, que fait le virus? Il passe ou pas? Et inversement si je rétrécis les limites du territoire français aux frontières de mon jardin, que fait le virus? Il s’arrête ou pas? Donc il y a un « Hic » car à l’aune quantique mon jardin et le territoire français ont une dimension presque équivalente. Car ce n’est pas le virus qui s’arrête ou pas, c’est le porteur que l’on arrête ou pas. Personne ne pénétrant dans mon jardin, je suis donc à l’abri. Inversement si personne n’arrête les passagers se présentant sur le territoire français, il est évident que l’épidémie va se déclarer.
    C’est donc dans le monde du foutage de gueule que j’ai basculé.
    Pourquoi le pouvoir n’est-il donc pas intervenu? D’abord il ne veut surtout pas attenter au culte de Mammon, car fermer les frontières, c’est l’argent qui ne rentre plus, et l’argent doit rentrer et il y aura sacrifice humain au besoin surtout quand les sacrifiés sont ceux-là qui ne sont rien.
    Puis il y a un autre avantage à laisser le ver entrer dans le fruit car de toute façon il y aura perte financière puisque devant le début d’hécatombe il a fallu fermer les frontières. Tout n’est pas perdu, au contraire même. Cette situation va offrir des opportunités à la classe dominante: la population médusée, sidérée, est plus facile à manipuler.
    Plus de revendications sociales au nom de l’hypocrite cohésion nationale et la foule appellera même de ses voeux davantage de mesures coercitives et liberticides. Du pain béni à l’heure de l’extrême onction!
    La caractéristique principale d’un pouvoir est son cynisme: une partie de la classe laborieuse va se contaminer sur le lieu de travail pendant que le reste du ménage est confiné: que se passe-t-il au retour…. Con in fine!

  82. C’est ok pour moi, même si ce n’est qu’une phrase…Qu’un mot !
    Merci pour cette initiative !
    Nous risquons d’être nombreux !
    Cela risque d’être compliqué !
    Tant mieux !

    EBDM

  83. C’est ok pour moi, même si ce n’est qu’une phrase…Qu’un mot !
    Merci pour cette initiative !
    Nous risquons d’être nombreux !
    Cela risque d’être compliqué !
    Tant mieux !

    EBDM

  84. Donnons la parole et faisons monter la colère
    Covid-19 : le conseil des ministres spécial du 29 février accouche du 49.3 !
    Depuis lors dans la gestion de la crise sanitaire toujours plus de scandales, mensonges, démagogie, cynisme, arbitraire …
    Des SDF verbalisés pour non confinement, ubuesque ? non Castaneresque !
    Bientôt, flach-ball pour tous.
    Des milliards pour les entreprises et rien pour les travailleurs privés de revenus par suite du confinement !
    Jupiter est devenu Sher Kahn.
    Le « en même temps » est devenu « à peu près », bricolage, « mamie tricote moi un masque pour aller bosser » …et toujours autant si pas plus de morgue, conseils « d’experts », de mépris, de désinformations … des guignols et pas que de l’info
    Pénurie de masques pour les soignants mais bouchons d’oreille et œillères (voire baillons ?) à gogo pour les élus LREM.
    Débat parlementaire confisqué pour cause de confinement, alors que disent les élus LREM de la gestion de cette crise sanitaire ?
    François, sois charitable, invite-les au micro de l’AN 01
    Et surtout, François prends soin de toi et de ta famille et ne vas nous faire un burn-out !

  85. https://la-bas.org/la-bas-magazine/infobreves/le-parisien-indiscipline-dans-le-93-mais-appel-du-soleil-a-paris

    J’espère que les soignants « africains » mettront autant d’acharnement à soigner les haineux que ceux ci rn mettent à les attaquer systématiquement, n’est ce pas Mr Zeymour.
    Je souhaiterais, dans une autre periode bien sûr, à un appel à cesser le travail quelques heures en direction des travailleurs « africains ». Les haineux pourraient alors constater ce qui marche encore et ce qui ne marche plus.
    Je m »interroge sur la possibilité d’un appel ciblé pour une catégorie de travailleurs d’un point de vue légale. Quoiqu’il me semble qu’il y en a eu en direction des femmes.
    Un autre point, je trouve qu’on n’utilise pas assez l’arme du boycott puisque seule l’économie est prise en compte
    Je ne sais pas ou en est la tentative de sa criminalisation, ne concerne t elle que le BDS

  86. MACRON pense déjà au « jour d’après » (« Le Monde du 20/03). Ne lui confions pas le jour d’après !
    MACRON, serviteur des banques et de la finance internationale n’a fait que favoriser les plus riches et appauvrir les plus pauvres depuis son arrivée au pouvoir (suppression de l’impôt sur la fortune, réforme du droit du travail etc.). Il avait commencé lorsqu’il était ministre des finances.
    En ces temps de crise, les PDG du CAC 40 – dont MACRON est le laquais – profitent personnellement de l’écroulement des bourses (Canard Enchaîné du 18 mars).
    Il ne s’agit pas de refuser la polémique comme le fait MELANCHON (Canard Enchaîné du 18 mars) en se drapant dans une posture d’homme d’Etat, mais nous tous devons aussi penser au jour d’après dès maintenant pour ne pas en laisser le monopole au généralissime. Dans un premier temps,exigeons dès que la pandémie régressera :
    – MENSONGES D’ETAT
    – CHEF DE L’ETAT
    – CHEF DES MENTEURS
    – MACRON DÉMISSION

  87. J’avais initialement posté ce texte samedi 21, comme contribution sur le thème « faiblesses de nos démocraties » Sa place est plutôt en commentaire, je le renvoie donc.
    Quid de la prise en compte des résultats et travaux du Pr Raoult, Directeur de l’Institut Méditerranée infection à Marseille et de son équipe quant à l’intérêt de la chloroquine pour traiter le covid-19 ?
    Ces recommandations sont connues en France et du gouvernement depuis au moins mi février 2020.
    Dès février, le Pr Raoult déclare « ce serai une faute médicale de ne pas donner de chloroquine contre le virus chinois (sic) ». Il s’appuie sur ses travaux et sa parfaite connaissance de la chloroquine et surtout sur les résultats très encourageants d’une étude chinoise sur un panel de 100 patients atteint du covid-19 !! Il entame alors une expérimentation à Marseille
    Le 27 février, le ministère de la santé affirme « qu’aucune étude rigoureuse … * ne démontre l’efficacité de la chloroquine pour lutter contre l’infection au coronavirus chez l’être humain. »
    …* « publiée dans une revue internationale à comité de lecture indépendant ». Ceci sous-entend que les résultats des Chinois sur un panel de 100 personnes ne sont pas dignes d’intérêt pour les éminents « spécialistes » Français qui ont l’oreille du gouvernement ! Les Chinois n’ont pas respecté la procédure !!
    La chloroquine est connue depuis 70 ans, elle ne coûte presque rien, elle est produite par Sanofi qui dispose de réserves importantes …
    Le 16 mars, le Pr Raoult annonce les premiers résultats positifs de ces essais cliniques. Certes sur un panel restreint mais il y a urgence !
    Dès le 19 mars, Trump prend position en faveur de l’utilisation de la chloroquine.
    Que se passe t-il au gouvernement pendant ce temps …
    « En France, une vague d’espoir a été relayée par « des politiques », elle a échoué jusqu’au Sénat français. Dans l’intimité nocturne de jeudi à vendredi, le président du groupe LR, Bruno Retailleau, a questionné Olivier Véran sur le sujet, lors de l’examen du projet de loi d’urgence de lutte contre le coronavirus. Mi-médecin mi-politique, le ministre de la Santé a joué la prudence active. Pour pousser plus loin les premiers essais marseillais, il a demandé « une étude multicentrique qui a démarré il y a trois jours notamment dans les hôpitaux parisiens, à Lille et dans d’autres territoires sur quelques centaines de malades et qui sera rapide » » (le Télégramme 20-03-20).
    Il est vrai qu’il est urgent d’attendre ce n’est pas comme si le confinement n’avait pas été décrété ! et que les hôpitaux engorgés ne pouvaient plus suivre et que le nombre de morts augmentait de façon exponentielle depuis plusieurs semaines !!!
    Il est plus urgent d’en profiter pour réduire encore le droit du travail, renforcer les contrôles et verbaliser.
    (D’autres journaux et revues françaises ont relayé l’info. : ceci n’est pas une étude bibliographique mais encore un coup de colère).
    Encore un bel exemple de « la faiblesse de notre démocratie » et celle-là est de taille XXL !!

  88. cher François Ruffin,
    Quelle riche idée (mais ça n’est pas la première) que ce projet de livre collectif pour recueillir les doléances de tout le monde vivant cette période de confinement plus ou moins bien.
    Je dois t’avouer qu’à peine sortie de mon café du matin, je me précipite sur le net à l’affût d’une nouvelle intervention de ta part : tes propos sont un rayon de soleil et correspondent exactement à ce que j’attends de la politique : tes coups de gueules à l’Assemblée, ton tour de France ronds-points auprès des gilets jaunes (que je suis aujourd’hui), ta présence auprès des ouvriers chaque fois qu’ils sont menacés, ton reportage dans la cour de l’Elysée en pleine canicule, ne parlons pas de tes livres et ton journal que j’achète régulièrement…
    Certains te verraient bien à l’Elysée en remplacement du voyou actuel (et je suis polie), mais il me semble que ta place de « lanceur d’alerte » comme je crois, tu te définis, est primordiale : un pied dans le gouvernement et l’autre sur le terrain, derrière ton stylo ou dans ta cuisine…
    J’ai un peu (bcp) dérivé, mais j’avais grand besoin d’écrire mes ressentis !

  89. Les décisions sont prises par des personnes appelés représentants. En regardant objectivement elles ne représentent pas grand monde. Dans le fonctionnement actuel de la représentativité par le vote et la délégation des pouvoirs à un individu, les décisions prises sont essentiellement sur du court ou moyen terme. Le temps d’un mandat. Elles doivent satisfaire les électeurs, Pierre, Paul ou Jacques du réseau de l’élu.

    On arrive à une situation où les décisions importantes pour le bien commun, ne sont pas prise correctement. Personne est responsable, les citoyens ont démissionné ou se sentent impuissant. Les élus même plein de bonnes volontés ne peuvent pas prendre des décisions qui paraîtraient de première abord impopulaire.

    Pour prendre les décisions importantes sur du long terme et qui touchent l’avenir de tous, si on exclu le fascisme qui pointe de plus en plus au sommet des états, La seule possibilité humainement acceptable est la démocratie.
    Les décisions importantes à prendre sur l’avenir de l’humain et du vivants, doivent être prise collectivement après une grande réflexion permanente démocratique à laquelle tous les citoyens peuvent s’investir.
    Cela nécessite que les individus est le temps (c’est le cas aujourd’hui), les infos soient fiables et indépendantes (?difficile de s’y retrouver), et que les citoyens aient le pouvoir de décider (cela est à inventer).

  90. ça commence mal la liberté d’expression ! mon commentaire précédent n’a pas passé le comité de « modération ». Il est vrai que je critiquais Jean Luc MELANCHON pour sa phrase rapportée par le « Canard Enchaîné » de ne pas vouloir engager de polémique, alors que je propose l’organisation d’un mouvement pour exiger la démission du général MACRON. J’essaierai de trouver un autre lieu pour exprimer cette proposition.

  91. bon François je m’inscris sur ton site parce que j’aime ton émission, comment tu la fais, comment tu as l’air d’être , comment tes hésitations me comblent,
    je suis désolé de ne pouvoir contribuer a ton bouquin coopératif, génial quil soit cooperatif
    tu vois je suis un chercheur-praticien en éducation et école et mon hypothèse concernant l’école… c’est que sa transformation sera possible en faisant travailler les profs ensemble sur leurs pratiques de cours, allez 1h par semaine en plus de leurs cours, 1h payée évidemment… le prochain ministre de l’éducation n’a que ça a faire… c’est tout, 5 ans suffiront et avec internet les échanges interbahuts vont faire une sacré créativité façon francois ruffin qui va nous recréer l’école…
    je suis en train d’écrire un livre la dessus
    bises l’ami

  92. Bonjour,

    Je pense qu’il faudrait faire du lobbying auprès des députés de l’opposition, de droite comme de gauche, pour demander un RIP sur la démission du président et du gouvernement. Macron nous a expliqué qu’il souhaitait une rupture avec notre modèle économique, mais les mesures d’urgence votées ce week-end montrent que le plus gros des efforts portera une fois encore sur les travailleurs. Les financiers, quant à eux, participent à la solidarité suivant leur bon vouloir. Le jour d’après, il sera essentiel de laisser les Français décider quel modèle de société ils souhaitent bâtir pour faire face à ces crises. Pour cela, je ne vois pas d’autre solution qu’un nouveau vote, sur des projets clairs. Par le RIP ou par une autre manière, il faut virer Macron et sa clique. Non pas par esprit de vengeance, mais parce qu’il nous faut trancher les questions essentielles : quelles nouvelles solidarités souhaitons-nous retrouver ou mettre en oeuvre ?
    Avec le RIP, un référendum pourrait être organisé dans quelques mois, lorsque l’épidémie sera maîtrisée et que nous aurons eu le temps d’en tirer certains enseignements.

    Je compte par ailleurs essayer de motiver mes collègues pour faire de même avec notre boss allemand parti se réfugier à Berlin le 13 mars après nous avoir donné des règles intenables pour le télétravail. Encourageant les chefs d’équipe à vérifier que nous nous connections bien aux heures habituelles de travail. On est sans nouvelles de lui depuis lors, il n’a pas pris le temps de répondre à nos questions. Nous avons été rachetés il y a un an par un groupe pan-européen qui a déjà procédé à 8 licenciements et laissé partir une douzaine de salariés (sur 120). Quand on pourra reprendre le boulot normalement, mon rêve serait qu’on se mette en grève pour exiger la démission du boss et la nomination d’un patron issu de notre entreprise, afin de rétablir notre autonomie et mettre fin aux suppressions d’emploi. Mais aussi faire en sorte que les travailleurs participent aux orientations stratégiques.

    En attendant, on serre les dents et on reste chez soi !

  93. Pour l’avenir, et l’après-coronavirus, deux pistes importantes ; la démocratie, faire en sorte d’y revenir. La loi urgence coronavirus est à suivre de près. La durée de l’état d’urgence est prévu pour deux mois, mais par la site pourra être prolongé sur simple décret.. et là on peut s’interroger sur les intentions du législateur. Pourquoi prévoir une telle dispositions ? Est-ce seulement pour gagner du temps ? Ou peut-on craindre une dérive autoritaire ?

    De même cette loi urgence coronavirus à l’opposé des paroles du président ou du ministre découvrant les bienfaits de l’état providence envisageait de réduire la liberté de fixer ses congés et de prolonger la durée du travail sans dépasser les 48h hebdomadaires maximales fixées par l’Europe (Ouf !) Ce type de mesure pourra facilement être prolongé pour raison de crise économique qui ne manquera pas de suive la fin de la pandémie.

  94. Bonsoir François,
    J’ai quelques trains de retard puisque je n’a pris le temps de regarder que 2 vidéos, mais je vais me rattraper.
    En vrac quelques réflexions. Tout d’abord je sais que cela a déjà été dit mais pas terrible la pub pour carrefour et celle sur google c’est moyen aussi.
    La santé serait un des grands sujets à débattre, en effet comme on se dit tous les ans en début d’année « et surtout la santé ! ». Il me semble que la première chose serait de faire en sorte que le gens ne soient pas malades. Si on pouvait offrir à la population une alimentation saine et équilibré (le sirop de fraise à proscrire). Les premiers maux responsables de tous nos déséquilibres sont le stress, la malbouffe, la sédentarité et la pollution. Revoir nos styles de vie améliorerait grandement notre état de santé. Encore faudrait il que l’Etat nous y aide. Bref tout ça pour dire qu’on n’est pas tous égaux devant la maladie et bien sur ce sont toujours les mêmes qui trinquent. Il faudrait faire passer l’économie après la vie, oui mais comment ? Je crains que les gens en général soient pris dans une spirale infernale et acceptent avec fatalité tout ce qui arrive. Je travaille dans une petite structure d’une vingtaine de personnes et je passe pour une extra terrestre. Je leur mets sous le nez, les journaux Fakir, l’âge de faire, Charlie Hebdo, je leur joins des adresses de site, mais rien à faire, on me répond « c’est comme ça ». je n’arrive pas à leur faire comprendre que si c’est comme ça c’est que nous le voulons bien, il y a des moyens de résister. Dans ma commune nous avons créé une liste pour les municipales, citoyenne et écologique, nous avons travaillé avec une ardeur et une foi incroyable avons lu des tas d’ouvrages avons potassé le pacte de transition, nous voulions refaire le monde à notre échelle, bref nous y croyions, mais pas les électeurs… Comment sensibiliser le grand public à l’écologie, à la résilience à un autre mode de vie. Je sais que tout le monde attend des jours meilleurs mais personne ne veut faire d’effort tout le monde veut conserver son petit confort, ses vacances au soleil, à la montagne. C’est tellement pratique de prendre l’avion et c’est moins cher que le train pourquoi se priver, on peut ainsi aller au bout du monde pour un weekend, on va quand même pas s’en priver !
    Cette crise sanitaire qui nous tombe dessus pourrait elle ouvrir les yeux, pourrait elle faire prendre conscience que notre système économique est arrivé à son terme ? Je n’y crois pas. Le professeur Didier Raoult et d’autres ont le moyen de lutter contre le covid 19, par la chloroquine, qui couterait rien et dont il maîtrise parfaitement l’utilisation. Mais notre gouvernement, conseillé par des médecins et laboratoires intéressés préfère laisser l’argent régner. La découverte d’un nouveau vaccin couterait une fortune et enrichirait encore les mêmes… En attendant on compte les morts, tous les soirs on a droit à un état statistique complet, comme si un challenge était lancé à celui qui compterait le plus de morts dans sa commune ! Bien sur il y a de zones d’ombre quant à la survenue de ce virus, mais elle pourrait être écologique. On a tous les outils pour se sortir de cette situation et surtout pour ne pas y retomber, il faudrait juste la volonté. Il faut une refonte totale de notre système sociétal. Il ne s’agit pas de revenir à l’ère de la bougie, et c’est bien ça qui fait peur. Pourquoi l’écologie fait elle si peur ? Comment sensibiliser le maximum de gens. je ne comprends rien à cette société, on n’a jamais autant entendu de pub sur les nouvelles bagnoles SUV qui consomment beaucoup plus qu’une berline ordinaire alors qu’on dit par ailleurs que nos réserves en énergie fossile s’amenuisent. Lorsque nous avons appris la mise ne confinement de la Chine, les gens avec je me trouvais ce jour là se sont inquiété de savoir qui allaient fabriquer les jouets de leurs enfants !! Incroyable à quel point la réflexion est absente chez la plus part d’entre nous. Réjouissons nous quand même, car la nature elle, reprend du poil de la bête l’eau est de nouveau claire dans les canaux et les oiseaux s’en donnent à tue tête. Et nous pauvres humains encagés nous regardons avec envie leur envol et leur grande liberté. On est bel et bien en train d’assister à la décadence de l’Occident et ce n’est pas le covid 19 qui me fait peur, mais ce qu’il y aura après. Ou plutôt ce qu’il n’y aura plus car beaucoup vont y perdre des plumes et vont rejoindre la grande famille des paumés, des oubliés ! L’attitude du gouvernement n’est surement pas innocente, il va nous tenir un peu plus en créant une paupérisation de la société en créant tout simplement l’esclavage. C’est un vrai système dictatorial qui se met en place. Il faut absolument se réveiller, il faut désobéir, il faut lutter.
    François PRESIDENT !!

    1. coucou c’est Brigitte (M) merci pour ce beau texte qui en plus parle de nous, pauvres pleumeurois!
      20/20 en analyse critique.

  95. Les 750 milliards de la BCE démontrent qu’aucune leçon n’a été tirée de la crise de 2008. Les mêmes erreurs vont être commises puisque le modèle ultralibéral va à nouveau s’imposer.

    C’est aux citoyens maintenant de relever le défi en proposant et mettant en place une toute autre gestion de notre présent et notre avenir dans tous les domaines.

    Et pour cela il faut que le peuple parviennent enfin à prendre les rênes au delà des partis politiques. Le mouvement des Gilets jaunes doit nous servir de boussole et de modèle.

  96. Pourquoi le capitalisme m’a enfermer chez moi

    Voilà… Ça fait maintenant 9 jours… Probablement que je ne sortirais pas dans une semaine et encore moins demain. Alors je trompe l’ennui. J’ai éteint la télé, de toute façon qu’est-ce qu’elle va dire de plus celle-là… Nan… Je suis bloqué chez moi… je lis des livres, je joue à des jeux, j’ai un discord avec des amis, j’ai un salaire sans rien faire qu’être ici.

    Le jour, je regarde le soleil brillé sans en profiter, je mange des trucs en boîte, des pâtes, des plats que je me prépare. Le soir, j’entends de ma fenêtre les gens frappés des mains, soutenir le personnel en travail. Mais le reste du temps je suis enfermé chez moi. Je squatte tour à tour mes réseaux sociaux et comprends que maintenant je dépends d’eux. Je lis des absurdités sur Anne Frank et compare notre situation et la sienne prétextant que je râle, mais que cela n’est rien comparé à ce qu’a vécu cette petit fille juive en 40.

    Franchement, je pense que les gens qui postent ce genre de chose n’ont jamais lu son journal. Car, si une chose me reviens bien en mémoire, c’est l’ennuie qu’y éprouve cette petite fille dans sa cave à ne rien faire. Et puis, à quoi ça serre de me comparer à Anne Frank ? Tu y étais ? Tu la connaissais ? Au mieux c’est déplacé, au pire c’est une insulte à sa mémoire, à nous tous aussi. J’ai le droit de m’ennuyer et de le dire. Anne Frank ou pas. Et toi de fermer ta gueule avec tes leçons de morale indécente.

    En plus, l’ennuie c’est un peu la faute du capitalisme ça. C’est vrai… Attends, réfléchies deux minutes… Qu’est-ce qui occupe mes journées ? Vraiment qu’est-ce qui occupe ma vie 24h/24 ? Le travail. C’est vrai, la fameuse valeur-travail à laquelle il faudrait que je sois attaché. « travailler plus pour gagner plus » qu’est-ce qu’on n’invente pas pour me forcer à bosser. Comme dit Orelsan « ta besoin d’une voiture pour aller travailler, tu travailles pour payer la voiture que tu viens d’acheter » voilà à quoi j’en suis réduit. Je travaille mais pourquoi ? Très sincèrement j’aimerais dire, que je travaille pour être utile à la société. Mais soyons honnête vous et moi, elle récompense qui cette société ? Qui est érigé comme un héros ? Le travailleur, producteur de richesse, ou le patron (PDG) qui est montré au média, dont on a retiré l’ISF ? Qui profite de qui ?

    Nan, ça occupe mon temps, ma vie… Pensez donc… Avant cette enferment quelle question on te posait après ton prénom dans les bars ? « tu fais quoi dans la vie ? » tu vois… On te définit par un emploie. Même un retraité. « Qu’est-ce qu’il faisait avant ? » pourquoi c’est si important ? Parce que, tout autant que mes jeux vidéo actuellement, mon emploi trompait mon ennui. Dès lors, on était prêt à tout pour lui. J’ai vu des gens se faire mal pour ça, d’autres faire du mal pour l’emploi. Je pourrais te citer des tas d’exemples qui montrent que l’emploi et le capitalisme font mal. Tu en connais sûrement, même des gens au RSA qui produise quelques choses, mais dont on te rabâche les oreilles qu’ils sont des profiteurs. Qui profite de qui ?

    D’ailleurs c’est drôle, mais on parle de boulot, de taf, de travail, mais jamais d’emploi. Tu sais pourquoi . Parce que s’il y a un employé, c’est que fatalement, il y a employeur. Quelqu’un qui possède l’autre, physiquement par son emploie, mais aussi psychiquement par le poste et les violences symboliques que celui-ci renvoie. Le costume, les demandes, la fiche de paye… Tout… Et sa nous occupe d’être aliéné à tout ceci. Aliéné c’est-à-dire accepter cela sans jamais la remettre en cause. Sans ce dire « mais attend si tu bouffes gros bourgeois c’est parce que moi je bosse, donc rend-moi mon du connard ».

    Nan, tu bosses et tu la fermes… Jusque-là sa nous occupais bien. Mais maintenant, je suis enfermé chez moi à tromper l’ennuie… Ce qui est drôle, c’est de voir la psychose de plein de gens. Bah oui, certain on l’impression de profiter du système comme ça. Mais attend… Tu ne l’as pas volé ton salaire, ni tes acquis sociaux .Sans eux pas d’hôpital …

    Ah… l’hôpital… Là aussi un gros morceau du capitalisme. Depuis la V même république (enfin le coup d’État, parce que là aussi niveau aliénation on y est bien) on a eu de cesse de la détruire cette sécurité sociale. septennat après septennat, quinquennat après quinquennat, on a su le détériorer ce service social. Si bien que, depuis 2018, celui-ci est en grève. Avec les gilets jaunes, ils dénoncent un manque d’effectifs. Alors comprenez bien, quand la bise fut venue, ses douces fourmis, qui jusque-là soignaient vos mains arrachées, vos yeux crevés, vos petits bobos, vos infarctus, vos AVC… bah maintenant il doit gérer le coronavirus et aussi, le manque de place, le manque de soignant, les gens en soin attentif, les psychoses lier à l’ennui.

    Et pendant ce temps, on continue à nous moraliser. Rester chez vous pour sauver des vies, on applaudit des mains, on les laves. Mais la vraie solidarité ne sera pas là. Car un jour viendra ou l’ennuie s’estompera et je serais dehors. Dès lors est-ce que j’aurais envie de nouveau de tromper l’ennuie en restant au taf ? Est-ce que je voudrais tromper l’ennuie en consommant ? Une bière oui, mais ensuite ? J’aurais envie de dire fuck à tout cela. Dès lors, je me joindrais aux forces du service social et la santé qui ont besoin de nous pour combattre.

    Le capitalisme ma enfermer chez moi, parce qu’il a fait du mal par le travail et la destruction de l’hôpital. Il nous a fait chanter au balcon, Moi je suis pour le faire danser. Et toi dans quel camp es-tu ?

  97. Merci pour cette initiative qui je l’espère va faire avancer notre mieux vivre ensemble !
    Deux articles écrits par des universitaires très intéressants très récents :
    > Rompre le cercle vicieux entre épidémies, croissance et pollution :
    https://theconversation.com/rompre-le-cercle-vicieux-entre-epidemies-croissance-et-pollution-133948?
    > Les épidémies sont inévitables, apprenons à les anticiper :
    https://theconversation.com/les-epidemies-sont-inevitables-apprenons-a-les-anticiper-133888?
    > La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État :
    https://theconversation.com/la-france-en-penurie-de-masques-aux-origines-des-decisions-detat-134371?

    Et prenez soin de vous

  98. Ah !!! quelle belle idée que cette radio, merci à toute l’équipe.
    D’abord pour me présenter rapidement, je suis retraité, une carrière dans le second œuvre (menuisier, ébéniste), moitié salarié, moitié indépendant ; ni encarté, ni militant, plutôt rouspéteur.
    Je profite de cette opportunité pour participer à l’aventure de l’an 2020, et ce qui me tiens le plus à cœur : l’unité.
    La FI, a suscité un énorme espoir avec un beau projet de société et de réforme des institutions. J’ai regretté que la stratégie ne soit pas plus claire et que le projet d’une gouvernance collégiale pas plus mis en avant ; et qu’un rassemblement plus large de la gauche ai fait défaut.
    Je suis à Toulouse et ici après un premier tour des municipales qui peut permettre à une liste citoyenne l’accès à la mairie, on se retrouve avec une liste qui refuse pour l’instant l’alliance avec les deux autres ; pourtant avec des projets très proches. Pour quelles raisons ? choix de la tête de liste ? choix du parti ? choix d’une partie du parti ?
    Avant il y a eu des manifs, gilets jaunes, syndicats, corporations, divisions. Y en a marre !!!
    Ton idée de quelques mots clés qui puissent permettre de se souder sur l’essentiel humain me plait, en faisant participer les auditeurs, les intervenants, et plus si affinités. Les miens : égalité, unité, revenu minimum, toit, répartition, proportionnelle intégrale (on accepte que tous les courants soient représentés, et pas un gouvernement élu avec 24% des votants) …
    Et peut-être au bout du confinus, pourquoi pas la radio qui continue ?????
    A bientôt de vous entendre.

  99. La suppression des transports aériens de courtes distances en France et en Europe :, cependant la relation est faite depuis longtemps entre la propagation intercontinentale des épidémies et les quantités énormes de transports aériens mondiaux: article déjà paru en 2006 suite grippe aviaire asie.en 2003.
    Des physiciens américains et français, de l’Indiana University, du CEA et du CNRS, ont montré qu’il était possible de mieux comprendre la propagation de potentielles épidémies au niveau mondial en recourant à des modèles mathématiques intégrant la complexité du réseau de transports aériens, principal vecteur de transmission.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/2006/02/08/01008-20060208ARTFIG90188-le_transport_aerien_principal_vecteur_des_epidemies_humaines.php

  100. La suppression des transports aériens de courtes distances en France et en Europe :, cependant la relation est faite depuis longtemps entre la propagation intercontinentale des épidémies et les quantités énormes de transports aériens mondiaux: article déjà paru en 2006 suite grippe aviaire asie.en 2003.
    Des physiciens américains et français, de l’Indiana University, du CEA et du CNRS, ont montré qu’il était possible de mieux comprendre la propagation de potentielles épidémies au niveau mondial en recourant à des modèles mathématiques intégrant la complexité du réseau de transports aériens, principal vecteur de transmission.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/2006/02/08/01008-20060208ARTFIG90188-le_transport_aerien_principal_vecteur_des_epidemies_humaines.php

  101. Pour OBÉIR à une DISCIPLINE
    il faut faire CONFIANCE
    à qui donne les CONSIGNES

    je paierai une contravention quand vous m’aurez convaincue, que montant dans ma voiture
    stationnée dans mon jardin puis
    roulant …confinée… jusqu’à un parking désert
    puis marchant seule en bord de mer
    je me mets en danger moi ou les autres.

    Tandis qu’au supermarché n’est-ce pas ?
    Tous peuvent postillonner au nez des employés
    sur tous les produits en vente, emballés ou non et sur tout le matériel que des caissières ou caissiers vont manipuler sans aucune protection !
    Depuis le début de la crise personne n’aurait du pouvoir entrer dans ces lieux sans un masque (qui faute de les protéger eux aurait protégé les produits en vente et
    ceux qui encaissent en face à face et vont rentrer à la maison après leur journée de boulot au Smic et embrasser leurs enfants.
    DES VICTIMES PARMI D’AUTRES car ils n’ont pas choisi d’être des héros….
    j’espère qu’ils en auront soupé d’ être gouverné par des crétins!

    1. Hélas Brigitte il n’y a qu’à regarder les résultats des urnes pour constater que les crétins en question font encore carton plein !

  102. Petite histoire à méditer

    -Corona : Univers, Pourquoi me mettre dans le pangolin ?
    _Univers: Cet animal, Corona, est en voie d’extinction. Et pourtant les hommes continuent de le braconner et de le manger. … Ce sera la 1ère étape de ma leçon.
    -Corona : D’accord, Univers. Pourquoi tu veux que ça commence en chine?
    -Univers : La chine est le symbole de la mondialisation et de la production de masse petit. Ce pays est surpeuplé, il produit en masse et pollue en masse…
    -Corona : C’est vrai, Univers… Mais en même temps c’est parce que les autres pays y ont un intérêt financier aussi, non ?
    -Univers : Oui petit, c’est pour cela que ta mission va être de te répandre partout dans le monde, et principalement dans tous les pays concernés par ce système : l’Europe, les US, les pays producteurs de pétrole…
    -Corona : Quelle forme vas tu me donner, Univers ?
    – Univers : Celle d’un virus qui va principalement infecter les voies respiratoires.
    -Corona : Mais pourquoi, Univers ?
    -Univers : Petit, vois tu, de nos jours, les hommes mettent en danger la planète. La pollution est devenue trop importante, mais l’humanité n’en mesure pas l’ampleur. Quoi de plus symbolique que la respiration, Petit, tu comprends ?
    – Corona : Oui mais, ça veut dire que je vais être dangereux, Univers ?
    – Univers : Tu ne le seras pas plus que plein d’autres maladies existantes, petit, et tu le seras bien moins que la pollution elle même qui génère des milliers de morts ! Mais la différence c’est que toi, tu seras visible…
    -Corona: D’accord, Univers. Mais tu crois que ça va marcher ton truc-là alors, je comprends pas comment ?
    – Univers : Tu as raison, petit. C’est pour cela que je vais te rendre très contagieux. Tu vas vite te propager. La vitesse de propagation sera bien supérieure à ta dangerosité.
    -Corona : Ok mais alors, si je suis pas si dangereux, tu crois qu’ils vont avoir peur de moi ?
    – Univers : Oh petit, oui fais moi confiance. C’est sur cela d’ailleurs que je compte pour faire évoluer les mentalités : la peur.
    Ce n’est que quand l’homme a peur, qu’il peut changer ensuite…
    – Corona : Tu crois ?
    -Univers : Oui petit, et je vais ajouter tout un contexte pour amplifier la peur et les prises de conscience.
    -Corona : Quoi Univers…?
    -Univers : La peur va tellement prendre le dessus que l’on confinera les gens chez eux, tu verras. Le monde sera à l’arrêt. Les écoles seront fermées, les lieux publics, les gens ne pourront plus aller travailler. Les croisières, les avions, les moyens de transport seront vides..
    -Corona : oh la la ! Univers, tu vas loin, mais qu’espères tu de cela ?
    — Univers : que le monde change, petit ! Que Terre Mère soit respectée ! Que les gens prennent conscience de la bêtise humaine, des incohérences des modes de vie et qu’ils prennent le temps de réfléchir à tout cela … Qu’ils arrêtent de courir, découvrent qu’ils ont une famille et des enfants et du temps avec eux. Qu’ils ne puissent plus recourir aux suractivités extérieures car elles seront fermées. Se reconnecter à soi, à sa famille, ça aussi, petit, c’est essentiel…
    – Corona: Ok mais ça va être dangereux, l’économie va s’effondrer….
    -Univers : Oui petit, il y aura de grosses conséquences économiques. Mais il faut passer par là. C’est en touchant à cela aussi que le monde, je l’espère, va prendre conscience de ses incohérences de fonctionnement. Les gens vont devoir revenir à un mode de vie minimaliste, ils vont devoir retourner au local, et je l’espère à l’entr’ aide..
    – Corona : Comment vais-je me transmettre ?
    -Univers : par le contact humain.. Si les gens s’embrassent, se touchent…
    -Corona: bizarre ! Univers, là je ne te suis pas, tu veux recréer du lien mais tu éloignes les gens ?
    – Univers : Petit, Regarde aujourd’hui comment les hommes fonctionnent. Tu crois que le lien existe encore ? Le lien passe par le virtuel et les écrans. Même quand les hommes se promènent, ils ne regardent plus la nature mais leur téléphone… A part s’embrasser il ne restait plus grand chose du lien… alors je vais couper ce qui leur restait de lien et je vais exagérer leur travers … en restant confinés chez eux, fort à parier qu’au départ, ils se régalent des écrans mais qu’au bout de plusieurs jours ils satureront… lèveront les yeux.. découvriront qu’ils ont une famille, des voisins … et qu’ils ouvriront leur fenêtre pour juste regarder la nature …
    – Corona: tu es dur, Univers, tu aurais pu alerter avant de taper aussi fort…
    Univers : mais corona, avant toi j’ai envoyé plein d’autres petits … mais justement c’était trop localisé et pas assez fort…
    -Corona: tu es sûr que les hommes vont comprendre cette fois alors ?
    – Univers : je ne sais pas, corona… je l’espère… Mère Terre est en danger… si cela ne suffit pas, je ferai tout pour la sauver, il y a d’autres petits qui attendent … mais j’ai confiance en toi Corona… et puis les effets se feront vite sentir … tu verras, la pollution diminuera et ça fera réfléchir, les hommes sont très intelligents, j’ai aussi confiance en leur potentiel d’éveil… en leur potentiel de création de nouveaux possibles … ils verront que la pollution aura chuté de manière exceptionnelle, que les risques de pénurie sont réels à force d’avoir trop délocalisé, que le vrai luxe ce n’est plus l’argent mais le temps… il faut un burn out mondial, petit, car l’humanité n’en peut plus de ce système, mais elle est trop dans l’engrenage pour en prendre conscience… à toi de jouer…
    – Corona : merci Univers… alors j’y vais …

  103. Le transport aérien, principal vecteur des épidémies humaines
    AUJOURD’HUI, les déplacements en avion jouent un rôle majeur dans la propagation des épidémies. L’ère de la mondialisation industrielle est aussi celle de la globalisation des risques sanitaires. Les …
    Publié le 8 février 2006 à 06:00, mis à jour le 15 octobre 2007 à 23:11
    AUJOURD’HUI, les déplacements en avion jouent un rôle majeur dans la propagation des épidémies. L’ère de la mondialisation industrielle est aussi celle de la globalisation des risques sanitaires. Les épidémies qui autrefois gardaient une dimension locale deviennent aujourd’hui très vite internationales. D’où l’inquiétude due à l’épidémie de grippe aviaire en Asie du Sud-Est ou encore la panique liée à celle de sras en Chine en 2003. Une équipe de physiciens vient de proposer une modélisation de la propagation des épidémies transmissibles d’homme à homme basée sur l’analyse du transport aérien (1). Des modèles qui pourraient s’avérer utiles si le virus de la grippe aviaire mute et provoque une épidémie humaine de grande ampleur.
    Données globales

    Des physiciens américains et français, de l’Indiana University, du CEA et du CNRS, ont montré qu’il était possible de mieux comprendre la propagation de potentielles épidémies au niveau mondial en recourant à des modèles mathématiques intégrant la complexité du réseau de transports aériens, principal vecteur de transmission. Les autres modèles déjà établis pour la grippe, le sida ou le sras revêtaient un caractère très partiel. C’est en effet la première fois qu’un modèle intègre des données aussi globales que la banque de données IATA des flux de passagers entre 3 100 aéroports et les populations des zones desservies. 3 100 équations mathématiques montrant l’évolution du nombre d’individus infectés par villes ont permis de montrer que «les épidémies, de la même façon que les passagers aériens, empruntent souvent les mêmes parcours privilégiés», explique Marc Barthélémy, du département de physique théorique au CEA, un des coauteurs de l’étude. Plus les flux de passagers sont importants au départ de l’aéroport le plus proche du foyer de l’épidémie, plus la prévision est aisée, car les gens empruntent souvent les mêmes canaux. La propagation de l’épidémie du sras, via Hongkong, était donc facilement prévisible. Un autre enseignement de cette étude est le fait que les chercheurs sont désormais en mesure de donner un intervalle de confiance à leurs prévisions, comme en météo.
    Reste encore à compléter ce modèle par d’autres variables, l’importance de la transmissibilité de l’agent infectieux, la variation saisonnière ou les conditions d’hygiène.

    (1) Pnas, 03 février 2006.
    Caroline de Malet

  104. La crise sanitaire rencontrée c’est des morts, des personnels médicaux et techniques épuisés et malgré les mesures du gouvernement des entreprises qui vont fermer, des gens en fin de mois qui choisissaient déjà entre l’essence pour aller au boulot ou les courses pour le repas et qui sont ou vont arriver en fin de droits (d’indemnités journalières, d’assedic, et autres) . Et il va bien falloir renflouer ensuite les caisses de l’État donc c’est une crise au long terme qui va interagir avec notre société. Il est probable que bien de nos concitoyens n’ait pas ou peu conscience :de l’épuisement des uns et de la peur des autres tant sur le plan médical que sociétal : il faut être témoin ou victime pour en prendre la mesure et que cela ne reste pas abstrait.
    Il m’a semblé que les discours du Président et de ses ministres devraient s’adresser en plusieurs langues . Pays multiculturels et vivant une fracture sociale évidente depuis plusieurs années, la première priorité est d’être bien compris et de rendre les mesures prises accessibles.
    Il est hautement probable que bons nombres de gens n’ont pas accès aux mesures à prendre, leur pourquoi et les moyens évoqués pour être aidés.
    Ne faudrait-il pas que les discours des ministres, porte-paroles soient relayés :
    • en plusieurs langues :
    • anglais, allemand, espagnol, portugais, arabe, italien (et dans certaines régions peut-être d’autres langues), bref les langues les plus parlées dans la réalité des microcosmes familiaux.
    Mais aussi, au vu de l’effondrement du système éducatif ces dernières années, effondrement observé par les magistrats, les éducateurs, les enseignants, et tant d’institutions au service du public… en terme d’étroitesse et de registre du vocabulaire :
    • reprendre le discours avec un vocabulaire différent , celui des jeunes, celui des cités, celui repris par des influenceurs de you tube et autres avec qui le gouvernement travaillerait. Des discours imagés aussi (pas que sur le restez chez vous)
    Car je ne crois pas que le discours soit accessible pour tous , il faut différents supports (affichage papier, panneau publicitaire, en plus de liens internet…) dans toutes les villes de toutes tailles.
    Bref cette crise sanitaire ne montre pas que la défaillance du système de soin dénoncée depuis des années, elle démontre celles des 3 piliers de notre démocratie à travers la République :
    l’accès aux soins, l’accès à l’éducation et l’accès à la justice.
    ->  Car le monde continue et les agressions, les dérapages aussi. La police était déjà exsangue de fatigue tout comme les surveillants de prison dans des prisons surpeuplées (et donc des gros réservoirs à virus que ces détenus à 4 dans des cellules de deux qui vont encore moins sortir de leur cellule par sous effectif de surveillants encore aggravés), les éducateurs des institutions à bout…
    Les violences conjugales et sur enfants risquent de s’aggraver avec le confinement, le ministère de l’intérieur et celui de la justice pourront-ils être à la hauteur d’une réactivité nécessaire pour jouer leur rôle de protection déjà difficile habituellement ?
    -> Car bien des personnes n’ont déjà plus accès à un médecin traitant en ville (généraliste ou spécialiste) et donc à part l’hôpital qui va répondre? le numerus clausus a été maintenu depuis 30 ans… et il n’y a pas eu de politique d’éducation à la santé globale (or maladie chronique) , peu eu de réflexion sur les modifications d’organisation que cela aurait dû engendrer au niveau de mes confrères : Combien n’ont trouvé d’autres stratégies que de fermer leur porte aux nouveaux patients?
    -> Car l’éducation de la population en santé ne s’est pas faite à travers l’école ou de façon si dérisoire ! Quid du secourisme, de l’hygiène des mains dans des collèges et lycées sans savon, de l’apprentissage des règles d’hygiène de base et leur utilité. Ne devraient-t-on pas revisiter les savoirs-faire pragmatiques des vieilles générations agrémentés des savoirs de ces instituteurs-hussards de la république sans enlever rien de nos nouveaux savoirs scientifiques et technologiques ? Ceci en sus de l’illettrisme et de l’analphabétisme grandissant chez des élèves qui ne perçoivent pas le sens de leurs enseignements et des enseignants démotivés et/ou épuisés avec un taux de vrai burn-out dramatique sur ce que j’ai pu en observer. Décomplexifier en cherchant à préserver le bon sens humain?
    Peut-être aussi est-ce le moment de passer du :
    « la FRANCE au travail! » de 2008
    à  » la France qui travaille » de la génération d’après les 2 guerres, ce qui suggère de regarder avec curiosité et sans préjugé négatif facile le travail de l’autre comme un maillon indispensable.
    La France qui travaille c’est : observer, comprendre et remercier le rôle de chacun:
    • du postier qui amène  la lettre à celui qui n’a pas internet ou le colis indispensable (et pourtant leur disparition semble programmée)
    • de l’éboueur
    • du transporteur, de l’ambulancier, du taxi
    • de l’enseignant et de ceux et celles qui font qu’il peut enseigner ( technicien, auxiliaire etc…)
    • des médecins et infirmières et de ceux et celles qu’ils peuvent fonctionner (technicien, ingénieur, aides soignantes, agent de service…)
    • des milliers de métiers nécessaires qui existent…
    • des fonctionnaires, dévoués pour la majorité à leur vocation de service public et loyaux aux missions de l’État:  je parle des techniciens, encadrants, enseignants, auxiliaires, médecins, pompiers, policiers, infirmières, magistrats, greffiers, administratifs de tous types de métiers, des centaines de métiers méconnus et sous-estimés.
    Imaginez un seul instant le droit de retrait, l’arrêt du travail de ces gens là relativement abandonnés par les derniers gouvernements successifs et par les mépris et moqueries affichés des individus que nous sommes, c’est à dire par la société toute entière…
    Au lieu de chercher les supposés manques du voisin, du collègue , observer en quoi ce qu’il apporte est utile et complémentaire : un bouleversement de nos mentalités actuelles en somme!
    Car enfin on est un peu tous co-responsables de ce qui arrive et de la façon dont cela évoluera… NON?

  105. La semaine dernière, tout s’est accéléré.

    Parfois, en se levant, on liste tout ce qu’on va faire dans la journée.
    Parfois, en se levant, on se dit qu’on va essayer de prendre un peu de temps pour soi.
    Parfois, en se levant, on entend « j’ai fini!!! » et on sait qu’on doit y aller.
    Parfois, en se levant, on se demande comment on va tenir debout.

    Parfois, on se demande comment on va mourir. Ce sera quand et comment ?
    Parfois, on sent que la vie nous sourit et que nos projets se réalisent.
    Parfois, on a une rage au ventre et rien ne nous détourne de nos objectifs.
    Parfois, on profite de l’instant présent et on se dit qu’on a de la chance.

    La semaine dernière, j’allais super bien. J’ai passé des moments délicieux avec une amie et j’apprends à connaître une nouvelle personne. Ce sont des moments délicieux.

    La semaine dernière, je me souviens avoir pris la décision de planifier plein de nouveaux projets, de belles décisions, mais tellement fière d’avancer.

    La semaine dernière, j’étais portée par de nouveaux espoirs, de nouvelles perpectives et des choses qui se dessinent enfin.

    La semaine dernière, je me souviens avoir souri, seule dans mon lit, en entendant ces petits pas sur le parquet. Les meilleurs moments d’une journée.

    Et puis tout s’est arrêté. On nous a dit « l’école est fermée ».

    Sur le coup, je me suis dit « comment je vais faire pour tenir mes objectifs, planifier ces projets? » J’ai réfléchi à 100 à l’heure question organisation…. Et je me suis dis dis que ça allait le faire.

    Et puis j’ai entendu cette maman.
    Elle a dit devant notre voiture « qu’on me mette directement au cimetière ».
    J’aidais mon fils à monter dans la voiture, je me suis retournée, et j’ai entendu « QU’ON ME METTE DIRECTEMENT AU CIMETIERE ».

    Je me suis glacée. Moi qui suis d’un naturel souriant, je me suis glacée.
    Cette maman je l’admire et depuis un an, je me demande comme elle fait.
    Mais elle fait.
    Et là, je n’ai pas compris. J’ai répondu « oh, sérieux, vous avez besoin d’aide ? Vous pouvez venir à la maison ou je viens vous aider … »
    Non, non ça va aller, m’a-t-elle répondu.
    Depuis une semaine, j’envoie des messages quasi quotidiens et je n’ai eu qu’une seule réponse.

    Tout cela tourne dans ma tête.
    Et je ne sais pas comment avoir d’autres nouvelles de sa part.
    Je cherche une solution et je patauge. Je suis impuissante.
    Quel sentiment horrible.
    On parle d’une femme, on parle d’une maman, on parle d’une femme que je connais depuis quelques années, on parle d’une maman que j’admire. Et je suis impuissante.

    Et s’il lui arrivait quelque chose ? Et s’il arrivait quelque chose à un de ses enfants ?
    Alors pendant que des tas de gens pensent à eux, et à leur boulot, et toussa toussa, moi je pense à elle. Je pense à ce putain de burn out parental dont personne ne parle, dont personne ne veut parler. Parce que nous sommes là, on fait partie des meubles, on est chargée de missions, la mission « je m’occupe de tout toute seule toute la journée sans être payée », sans avoir des égards, pas même de la reconnaissance, non juste un peu d’attention. Je suis là pour relayer, toute la journée le travail de X employées, les employées de l’école (à tous les postes), le travail des aides, le travail du taxi, le travail de la cuisinière, le travail de la bobonne, le travail, le travail, le travail, ….

    Mais quand l’école ferme, tout le monde se demande comment l’école va se faire à la maison. Personne ne se demande comment la maman va ? Comment elle se sent ? Est-ce qu’elle y arrive ? Est-ce qu’elle peut se faire relayer ?

    Finalement, on est dans une forme de discrimination (presque de racisme) de la femme au foyer (ou du parent au foyer).

    Beaucoup ont une jalousie mal placée de ce « statut ». Alors je leur dis démissionnez. Ayez le courage de porter vos actes à votre parole. Démissionnez! Devenez parent au foyer et on en reparle.
    Vous allez devoir faire face à tous ces préjugés, à cette construction sociale que vous êtes, de fait, devant TF1 à vous tourner les pouces, que vous avez du temps, que c’est tranquille, que vous le méritez, que vous ne savez rien faire d’autre, que vous n’êtes plus capable de travailler (sous-entendu pour un employeur).
    Sans se rendre compte de leurs fantasmes, de leurs projections sur votre vie, de leurs pré-supposés.

    Les gens supposent que vous ne faites rien, les gens supposent que vous vous ennuyez, les gens supposent que vous cherchez du travail, les gens supposent, les gens se trompent, les gens ne partent pas du bon postulat.

    Parfois, on me dit « tu verras quand tu auras repris le boulot ». J’ai trop envie d’hurler: « PARCE QUE TU CROIS QUE JE ME BRANLE ENTRE 6H ET 20H ? ».

    Et c’est comme un pays confiné et des ouvriers de chez Amazon, il y a un gouffre.
    Et ce gouffre s’appelle la réalité.
    Ce manque de cohérence entre « les personnels de la petite enfance travaillent dur pour gagner peu » et « les femmes aux foyers se la coulent douce ».

    Tout ce mal est invisible. C’est comme les violences faites aux femmes, 149 mortes, c’est invisible.
    Ce sentiment de ne pas exister.
    Cet affreux sentiment.

    Le burn out parental, c’est idem, sauf que personne n’en parle.

    Ce putain de Corona, il va faire du mal et pas que sur le plan sanitaire.
    Combien de parents au foyer se suicident ?
    Dans notre pays, je ne pense même pas que des statistiques existent sur le sujet.
    Ce sujet sociétal n’intéresse que trop peu.

    Il y a quelques temps, j’étais un peu mal. Mon médecin traitant a dû le sentir. Elle m’a dit « prenez soin de vous ». J’ai voulu répondre: « Cette phrase, on me la répète du matin au soir. Concrètement, je fais comment ? Je laisse mon fils avec sa couche pleine (pendant que je fais du yoga) ? J’enferme mes enfants dans une pièce (et je vais chez l’esthéticienne) ? Je les ligote (pendant que je cherche une place en crèche) ? Je fais comment pour m’occuper d’autres personnes que de moi alors que je n’ai pas assez dormi, que j’ai faim, que je n’ai pas fait pipi? Concrètement, on fait quoi ? ».

    Mais j’ai souri, et elle a pensé que j’allais bien.

    Alors, le Corona va passer, et alors que les maîtresses nous pondent des exercices et des idées d’activités pour les enfants, je me demande si je reverrai cette maman. Parce que sa fille aura peut être appris à lire et bien fait ses exercices pendant le confinement, mais qui se sera inquiété de sa maman ?
    Personne.
    Pas même la directrice de l’école.
    Parce que, de fait, nous sommes réquisitionnées d’office, disponibles, utilisables et jetables.

    1. C’est une remarque qui me donnait toujours envie de pleurer… « prenez soin de vous » en bref, admettez que personne d’autre ne le fera.
      La classe fermée c’est aussi l’importance soulignée de ce qu’était la classe pour ce qu’elle peut essayer d d’instruire mais aussi pour le lieu de garderie comme de rencontres des enfants. c’est bien que les gens s’en rendent un peu compte.
      Mais oui, être mère au foyer ce peut-être une prison et pas forcément dorée et de toute façon c’est un vrai travail quand les enfants sont petits (hormis les enfants handicapés puisque c’est un accompagnement à vie) et la preuve c’est que quand on va travailler, on accepte (« On ») de payer la nounou, la crèche privée etc…

      Je crois que cette phrase est une façon de dire qu’on ne pourra pas prendre soin de vous mais qu’on vous a vu, qu’on a saisi ou entrevu qlq chose et qu’il y a de l’empathie si ce n’est de la compassion; Mais que ce sera à vous de vous regardez avec compassion, d’exiger de l’aide ou de ne pas faire, de border votre territoire, de marquer et accepter et imposer vos limites. Mais personne ne changera la couche à votre place ou ne se lèvera si le compagnon n’y est pas ou ne veut pas comprendre, personne ne contiendra l’enfant qui a besoin d’être contenu là maintenant et pas plus tard. Mais vous pourrez trouver d’infinies ressources si vous acceptez de ne répondre qu’à vos besoins propres en lien avec votre enfant petit, c’est à dire si vous acceptez que le jugement des autres et même des plus chers ne vaut rien s’il ne contribue pas à alléger la part de peine et de travail. Ne pas rajouter la culpabilité c’est déjà commencer par prendre soin de soi…
      je crois.

  106. Un soignant d’un EHPAD en congé en dehors de l’Hexagone et voyageant par avion doit-il être placé à son retour en quarantaine alors qu’une Pandémie relative à une maladie infectieuse émergente appelée Covid-19 est provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 ? Pourquoi les visites de personnes extérieures à
    l’établissement sont-elles suspendues ?? Un EHPAD ne doit-il pas renforcer ses mesures barrières alors que l’établissement soit, ou non, situé dans une zone de circulation active du virus ???

  107. Comment fait on pour participer à l’écriture ? Et pour écouter la radio ? Merci et bravo pour cette initiative

  108. Sans entrer dans le détails des modalités d’un changement, je pense que la situation de crise que nous connaissons demande effectivement une rupture en profondeur avec le monde qui s’éteint malgré lui, aujourd’hui atteint de COVID 19 et demain de bien d’autres maux dont la portée est difficile à présager.
    L’ordre néo-libéral et plus largement capitaliste prouve évènement après évènement que son aboutissement nous entraine vers le pire et qu’il est grand temps de le faire cesser. Seulement Macron comme bien d’autres sont là pour le protéger et le faire perdurer. D’où leur duplicité. Des paroles et des actes divergents. Je pense qu’il se verrait avec plaisir en Cincinnatus matant la plèbe, dictateur occasionnel des financiers patriciens. Une république à la romaine est une réalité d’aujourd’hui. Une démocratie au seul profit d’une aristocratie régnant sur la plèbe et sur une armée d’esclaves.
    Seul un changement de constitution pourrait nous garantir une sortie de cette chappe de plomb qui nous écrase car il n’y a aucun doute que si nous persistons à confier nos destins à cette aristocratie financière, nous ne constaterons que nos soumissions à leurs privilèges qu’ils défendrons de toutes leurs forces.
    Bien sur, les contraindre à revenir à des pratiques plus vertueuses concernant les biens communs est indispensable dans un premier temps mais c’est insuffisant. Les enjeux du futur immédiat nous imposent dans l’urgence une révolution en profondeur tant la convergence des crises se sont donné rendez-vous comme après un banquet où la gabegie n’eut pas de limites dans lesquels quelques uns bafraient en contraignant les autres, majoritaires, à solder l’ardoise.
    Le COVID 19 ne sera qu’un épisode dans la longue liste des conséquences douloureuses de nos comportements collectifs car il faut bien admettre que les victimes, dans l’ensemble longtemps trop passives, ont sinon adhéré, tout au moins largement consenti même si ce fait s’amenuise au fil de ces derniers mois où le politique fait son retour dans le peuple.
    Le patres ne doit plus incarner la nation. La patrie doit disparaitre au profit de la démocratie réelle qui inclue tout le monde à égalité. Sans cet objectif, j’ai bien peur que nous ne voyons jamais la fin des injustices et des souffrances.
    Aujourd’hui, l’occasion nous est fournie pour faire le bilan des promesses de développement, de bonheur défini par la consommation et le choix du matérialisme comme absolu dans une croissance infinie. Tant de dogmes qui se heurtent à la réalité de nos finitudes qui risquent à terme de friser à l’absurde et auxquels plus grand monde ne croira ou ne croit déjà plus.
    C’est cette dimension révolutionnaire que je souhaite voir émerger et qu’il nous faut promouvoir. C’est le moment alors, allons-y !

  109. Reprenons les faits, rien que les faits :

    – le mari d’Agnes Buzyn ,Monsieur Levy, participe à l’inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d’où le virus est sorti;
    – avant cela, le meme mari d’Agnes Buzyn s’est faché avec Didier Raoult, en refusant les label de l’INSERM au centre de recherche mondialement reputé (IHU) dirigé par le professeur Didier Raoult;
    – le professeur Didier Raoult montre que le classique medicament de la Chloroquine soigne 90% des cas de coronavirus s’ils sont depistés assez tôt, il s’oppose au confinement generalisé des porteurs sains qu’il juge digne du Moyen-Age. Il prone un depistage generalisé, et un traitement rapide avec la chloroquine, et avec confinement des seuls malades;
    – la chloroquine coute 10 centimes le comprimé; il est sûr que les laboratoire qui financent l’Inserm cherchent des solutions bien plus couteuses;
    – en octobre 2019, il faut savoir que Monsieur Levy, president de l’Inserm et mari de la ministre, a revoqué le statut de « fondation » des IHU, pour reprendre le controle sur leur recherche – le Professeur Raoult dirige l’IHU de Marseille, et est visé directement par cette directive;
    – le 13 janvier 2020, alors que l’epidemie se répand en Chine, Agnes Buzyn classe la Chloroquine (le fameux remede) dans les substances veneneuses (disponible seulement sur ordonnance), alors que cela fait 50 ans qu’elle est en vente libre;
    – il y a quelques semaine, Agnes Buzyn a dit avoir su que ce serait une hecatombe, et qu’il n’y avait pas de remede;
    – le gouvernement de Macron fait un confinement generalisé de la population, il ne parle pas de la chloroquine;
    – il affirme que les policiers ne doivent pas porter de masques (ils ont été volés pour la plupart, et il n’y en a meme pas pour les soignants);
    – il refuse le depistage de masse, pourtant pratiqué allègrement en Coree et en Allemagne, avec succès;
    – il refuse de fermer les frontieres avec les pays contaminés;
    – Le journal le Monde et l’Agence d’Etat de la santé qualifient les recherches du professeur Raoult de Fake News, avant de se retracter;
    – le Professeur François Perrone revele il y a quelques jours sur LCI que le stock de chloroquine de la pharmacie centrale française, a été pillé;
    – Ailleurs dans le monde, la semaine derniere, grâce à un tweet d’Elon Musk, en 48h, Donald Trump met a disposition de tous les americains la Cloroquine;
    – Le Maroc achete les stocks de chloroquine de Sanofi à Casablanca;
    – Le Pakistan va accroitre sa production de la chloroquine à destinantion de la Chine;
    – La Suisse exclut elle aussi le confinement generalisé de la population, pratique un large depistage et traitement rapide, et accuse la France de faire de la politique spectacle;
    -La société TEVA en Israel annonce qu’elle va livrer gratuitement plus de 10 millions de dose de chloroquine aux USA;
    – Estrosi, soigné lui-meme a la chloroquine, sans reponse du gouvernement, a appelé directement Sanofi pour qu’ils livrent la chloroquine aux hopitaux de Nice;
    – sous le lobbying intensif du Professeur Raoult, un test à grande echelle de la chloroquine a commencé finalement en France, sous la direction de l’Inserm (!), qui veut « refaire les experimentations dans d’autres centres medicaux independants » : ce qui prendra 6 semaines de plus… Presqu’aucun media n’en parle.

    Vous pouvez vérifier ces dires … tout est vrai

    Agnes Buzyn a fait perdre des mois précieux tout cela pour éviter un conflit d’intérêt

    C’est un scandale d’état.

  110. A tous mes amis, belges et français, pour après ! Si on est toujours là !

    Traiter quelqu’un de connard procure parfois un sentiment de bien-être.
    On éructe un nom. C’est comme un éternuement-catharsis, on expulse ce(tte) crétin(e) de manière aussi explosive que possible. La jouissance est directement proportionnelle à la violence du spasme… 
    -« Voilà ! Je me sens mieux ! »
    Voilà qui est fait mais après ? Le(la – oui, ça va ! ) le connard, donc, a-t-il du moins entendu, a-t-il compris que c’était à lui qu’on s’adressait, a-t-il ressenti l’once d’un frémissement qui remette en cause ses certitudes ?
    Rien n’est moins sûr !
    En effet, plus la personne visée occupe une position élevée, position dans laquelle vous l’avez vous-même placée dans des temps d’égarement, moins elle en sera attentive à votre remarque.
    Elle sera peut-être plus sourde car la bêtise en elle se sera calcifiée au niveau de l’oreille interne.
    Elle sera peut-être encore plus infatuée car elle aura pris du melon en prenant du galon.
    Elle sera peut-être aussi en pleine perdition quand ses neurones, formés à la seule concurrence, se bouderont les uns les autres, refusant toute démarche solidaire.

    Un très mauvais bulletin pour le libéralisme financier et ses suppôts

    Un élève qui aurait rendu pareille copie et mérité pareil bulletin que celui attribué à la gente bancaire entre 2007 et 2008, raserait les murs encore aujourd’hui .
    Il chercherait à se cacher dans les tréfonds de la terre ou à s’enfuir pour quelconque planète éloignée, rongé qu’il serait, par la honte.
    Or que constate-t-on dans le chef des responsables de ces montages financiers foireux menaçant l’intégrité physique et mentale de la population ?
    Loin des « mea culpa » salutaires, des excuses indispensables a minima, on les voit, s’affubler d’une arrogance outrancière et exponentielle comme leurs nouvelles bulles.
    Il faut bien dire que ceux qui devaient les rappeler à l’ordre, les Etats et leur gouvernement, se sont contentés de brandir l’index . Peut-être même, dans un élan de bravoure sociale, auront-ils osé prononcer un « ce n’est vraiment pas bien ! » aussi futile que dérisoire.
    Les banques furent donc renflouées sans aucune conditionnalité. Elles eurent l’audace de prêter avec intérêt aux états endettés par leur sauvetage.
    Non ! Vous ne rêvez pas et ceci n’est pas le délire paranoïaque d’un propagandiste de l’union des gauches mais une vérité qui ne sera jamais assénée par aucun média puisque la majorité des rédactions sont asservies à ceux qui les possèdent.
    Ici en Belgique, l’un des plus zélés dans ces démarches fut sans doute notre petit soldat Reynders, qui, en tant que ministre des finances, membre d’un gouvernement en affaires courantes, explosa, en utilisant la voie fort peu démocratique de l’arrêté royal- son cousin dans l’hexagone est le 49-3- le montant de la garantie promise aux éventuels créanciers prioritaires de la « bad bank » de Dexia.
    Maintenant la chorale européenne chante à l’unisson un hymne à l’austérité qui met les banquiers en joie. Que demande le peuple ?

    Ce mauvais bulletin fut donc sans conséquences pour les organismes financiers et les politiciens qui les soutinrent.
    Les mêmes acteurs sont à présent à la barre d’états que traverse une tragédie mondiale. Et il semble bien qu’ils aient eu suffisamment de temps depuis 2008 pour affaiblir davantage les services publics en multipliant les mesures d’austérité à leur encontre , au nom d’une dette qui n’existe pas, au nom du maintien de la croissance, au nom de la préservation de la propriété lucrative de quelques-uns.
    Ces mêmes services publics sont maintenant en « première ligne » pour reprendre un langage militaire cher à certains. Mais, privés de leurs outils par ces marchands, ils ne sont plus que chair pour leurs canons.
    Si les initiatives héroïques qui se multiplient au sein des personnels soignant ou réquisitionnés, arrivent à bout de ce virus, ce ne sera pas grâce au foutoir dans lequel nous ont jetés ces parasites qui échouent à la manœuvre, encore une fois, lamentablement.

    C’est pourquoi,

    Nous devrons nous souvenir de qui les a placé là.
    Déterminer clairement pour qui ils ont travaillé depuis trente ans.
    Prendre conscience du peu d’intérêt suscité par notre existence auprès d’eux.

    Après leur avoir donner les pouvoirs spéciaux, en Belgique, démarche solidaire mais si dangereuse pour une démocratie déjà délitée, il faudra se souvenir de tout ça, et tout leur reprendre. Se donner aussi la force de les dégager car, trop heureux d’avoir échappé à un fléau, il ne faudrait pas que nous en laissions subsister un autre: eux.
    Ce coronavirus, dans ce qu’il a de plus terrible, aura néanmoins eu le mérite de révéler au grand jour, le crime contre l’humanité, ici l’expression prend tout son sens, que représente l’ensemble des mesures prises par nos différents gouvernants depuis qu’ils ont choisir d’obéir au nouveau veau d’or.
    Quand on les jugera, donc, ces connards (voir le texte de Lordon), je prie les gens
    – en Belgique, de se souvenir des accès de zèle néolibéraux de notre chère Première avant la tragédie,
    – en France, je prie les gens de se rappeler qui était ce Président et sa clique jusqu’au premier tour des municipales
    Aurons-nous, au moment du grand bilan, la clémence de leur laisser la tête sur les épaules.
    Aurons-nous cette grandeur d’âme quand nous repasserons en boucle, lors de leur procès – y en aura-t-il seulement un ? -, la somme de leurs agissements intempestifs au nom de la finance, de la croissance et de la fortune de quelques-uns ?
    En Belgique, la Première, aura-t-elle pris conscience des erreurs passées, en compagnie du grand capital ?
    Dans l’hexagone, le Président obtiendra-t-il du peuple la grâce que d’habitude lui seul peut ou ne veut pas accorder ?

    Et quand on les aura dégagés ?

    C’est à ce moment qu’il faudra se souvenir qu’il y en a des milliers d’autres prêts à reprendre leur « œuvre » délétère des liens humains qui sous-tendent la vie. Cela, avec encore plus d’acharnement, d’efficacité et sans vergogne.
    Il sera difficile de reconnaître ces milliers de successeurs assignés à la triste tâche. Car ils iront jusqu’à nous aider à expurger leurs prédécesseurs, gagneront notre confiance pour mieux nous entuber (terme grossier mais aussi exutoire de colère) et reprendront avec plus d’ardeur le massacre de l’humanité.

    Alors, souvenons-nous !

    Par exemple de ces vers de

    Percy Bysshe Shelley inspiré par le massacre de Peterloo

    Ce qu’est l’esclavage, vous pouvez trop bien le dire
    […]
    C’est travailler et en recueillir un salaire suffisant,
    tout juste pour retenir jour par jour
    la vie dans vos membres, comme dans une cellule
    destinée à l’usage de vos tyrans.
    […]
    C’est être des esclaves dans l’âme,
    n’exercer aucun contrôle sévère sur vos propres volontés,
    mais être tout ce que les autres veulent faire de vous ! 

  111. Un très bref message pour le désir de vous livrer un commentaire sous forme de question. Depuis mardi dernier, début du confinement, je tiens à saisir l’heure autorisée (habitant dans un appartement en centre ville de Narbonne) afin de pouvoir effectuer, à l’extérieur , « l’activité physique individuelle » nécessaire à mon bien-être physique mais également mental.
    Et lors de cette sortie quotidienne, je constate donc que des bus de l’agglomération circulent…………, à vide.
    Ma question est donc celle-ci : Comment pouvons-nous laisser circuler des transports en commun lors d’un confinement qui stipule que chaque sortie est strictement réglementée sur une zone très réduite proche du lieu de domicile ?
    Auriez-vous des réponses à m’apporter ?
    Auriez-vous constaté des faits identiques dans d’autres communes et/ou agglomérations ?

    1. l’acces au travail… pour tous ceux qui n’ont pas de voiture.
      les soignants, les femmes de ménages, les aides à domicile, les techniciens, les intérimaires des milieux hospitaliers mais aussi des milieux industriels qui doivent tourner mais aussi des préparateurs de commandes qui livrent nos magasins et des caissières.
      les petits salaires exposés et qui n’ont pas de voiture.
      et s’ils ont seul dans le bus c’est mieux pour eux mais surtout qu’ils aient un bus…

  112. Salut l’équipe de l’an 01 !

    Pour une qui a s’est jetée chaque semaine sur la page de Gébé dans Charlie, c’est une bonne appellation… 🙂

    Donc déjà merci d’exister, et bon courage !
    Pour nourrir ta réflexion, François, bien que, je le suppose, tu ne sois pas en manque de documentation, je ne saurais trop te recommander ces textes de Frédéric Neyrat (auteur, entre autres, de « La part inconstructible de la Terre » et autres) :

    – dans la revue Terrestres en mars 2020 : https://www.terrestres.org/2020/03/05/virus-et-separation/
    – dans Lundi Matin, décembre 2019 : « Seulement nous : l’écologie contre l’Etat » https://lundi.am/Seulement-nous-Frederic-Neyrat
    – idem septembre 2019 : « Feu à volonté » https://lundi.am/Feu-a-volonte-Frederic-Neyrat
    – idem mai 2019 : « Eléments pour une théorie du fauscisme » https://lundi.am/Elements-pour-une-theorie-du-fauscisme-Frederic-Neyrat

  113. Je ne comprends pas, notre « grand pays est capable d’avoir des stocks d’armes phénoménaux, pour attaquer dans la seconde…. en fait qui d’après leurs discours ne « serviront jamais » puisque dissuasive !!!! Et notre grand pays n’est pas foutu à fournir des masques aux soignant pour combattre le covid 19 ??? Il y a vraiment deux guerres, c’est son « en meme temps ». le monde économique doit faire place aux monde qualitatif : pourquoi sommes nous là ?

  114. Osons l’utopie !

    L’an 01 commença par une pandémie. Il fallut ça pour que les consommateurs des pays dits riches (entre nous, une richesse bien fragile, qui fondit très vite…) et que les pauvres du reste de la planète (qui mouraient sans TGV pour les transporter d’un hôpital surchargé à un autre et où les soignants n’avaient ni masques ni gants), comprennent qu’ils étaient des animaux de la même espèce !
    Tout à coup, les humains se réveillèrent et virent le gâchis qu’ils avaient laissé derrière eux : une planète réduite à l’état de poubelle ! Ils comprirent qu’il ne leur arrivait rien d’autre que ce qu’ils avaient fait à la flore et à la faune jusqu’alors.
    Ils n’acceptèrent plus d’être du temps de cerveau disponible pour ingurgiter des publicités qui leur vantaient des produits malfaisants.
    Ils refusèrent de retourner travailler pour « gagner » leur vie, ils voulurent vivre leur vie.
    Ils comprirent, enfin, que tous leurs écrans n’étaient qu’un obstacle entre chacun d’eux et tous les autres.
    Ils comprirent aussi la crétinerie à laquelle leur simulacre de vie les avaient réduits.

    L’an 01 commença par cette prise de conscience. Elle fut douloureuse, tâtonnante, drôle parfois, grinçante souvent. Que faire de son fric quand on n’a plus d’endroit où le dépenser ? A quoi sert le SUV qui dort dans le garage ? A quoi sert le smartphone quand on a simplement besoin d’entendre la chaleur de la voix de ceux qu’on aime ? A quoi bon être un geek quand on n’est même pas capable de se cuisiner son propre repas ? A quoi sert le « personnel politique » ? A quoi servent tous les moyens de gagner du temps, temps qu’on gaspille ? … Que chaque lecteur de ce texte se rappelle de ses réflexions et qu’il complète la liste… elle est longue.

    L’an 01 permit aux humains d’apprendre à se servir du vrai sens des mots. Je crois qu’ils commencèrent par solidarité, politique et société ; justice, valeur et bonheur s’imposèrent comme les suivants. Tout ceci se fit lors du confinement. Ils avaient alors le temps de lire, d’écrire, de penser, de parler (de loin, certes, mais avec de « vrais » gens), surtout lorsque l’internet saturé leur fut rationné !

  115. J’ ai parcouru les contributions au livre, très riches, de bon sens, érudites, référencées, et ce matin Pablo Servigne
    du coup, je ne trouve plus très utile d’ajouter mon grain de sel.
    Mais je me dis que si on veut être citoyen, il faut avoir le courage de participer au débat, aussi modeste que soit sa contribution.
    D’abord ce qui me frappe c’est que les oubliés du gouvernement aujourd’hui sont les invisibles dont les Gilets jaunes avaient fait entendre la voix(aides à domiciles, aides soignantes, caissier.es, précaires en tous genres etc)
    Ensuite pour clarifier ma contribution concernant la souveraineté populaire, je pense en effet qu’on peut s’appuyer sur les expériences qui existent déjà comme « les maisons du peuple » mises en place par Les GJ où j’ai pu constater que la réflexion théorique s’accompagne d’une mise en pratique de « l’entraide » pour reprendre le terme utilisé par Pablo Servigne. Ces maisons du peuple (comme les clubs pendant la Révolution)pourrait servir de base à l’exercice de la souveraineté populaire pour proposer, mandater et faire « ruisseler du bas vers le haut »,
    l’échelon de base de la démocratie se situant,à mon avis, au niveau des élus les plus proches dans les communes ( voir le communalisme avant et pendant la et les Communes).
    Mise en place d’une Constituante (des idées présentes dans les cahiers de revendications rédigés par les ADA des GJ sont déjà une contribution)
    S’appuyer sur les revendications du personnel hospitalier pour exiger ( manifestations massives, RIC) du gouvernement le budget et le personnel qu’ils réclament.
    S’appuyer sur le travail des collectifs de défense de la sécu qui prônent aussi la mise en place de centres de santé publics comme solutions possibles à la désertification médicale.
    Oui à la mise en place d’un système de sécurité sociale alimentaire
    Les circuits courts pour l’alimentation existe déjà, les favoriser dès maintenant.
    Rendre à l’école son rôle de service public, embaucher de toute urgence un grand nombre d’enseignants, pas des précaires.( le double discours officiel dans le domaine éducatif est aussi hypocrite que celui que nous entendons en ce moment à propos de ceux qui doivent rester confiner et ceux qui peuvent aller travailler, discours qui monte les
    parents contre les profs en orchestrant la ruine de l’école publique).
    Je ne suis pas sûre que ça fasse 10 mesures, mais j’aurais essayé.
    En attendant j’applaudirai à ma fenêtre en disant « du fric, pour l’hôpital public » et samedi j’accrocherai une banderole pour les sans abri.
    Salut solidaire et citoyen.

  116. Bonjour,
    Penser l’après.
    À vrai dire comme j’adhère à la collapsologie j’avais déjà penser l’après un peu avant qu’il soit maintenant, vous me suivez?
    Je m’en veux un peu de ne pas ajouter d’ingrédients à mon projet, le contexte devrait pourtant l’enrichir.
    En tout cas il l’encourage, ce projet.
    Mais quel est donc ce projet, vous voulez tous le savoir, je vous sens trépigner d’impatience, non?
    Vous allez être déçu, il est très terre à terre.
    Je suis jardinier et je veux devenir maraîcher.
    Mais sans pétrole dans les champs.
    Donc pas de tracteur, pas de motoculteur, pas de pesticides pas d’engrais…
    Une culture très dense pour laisser à coté des espaces libre, plus sauvages.
    Des mares, des insectes, des oiseau, des arbres…

    Dans le monde, les petites fermes produisent toutes plus de nourriture au m2 que les grandes.
    Elles respectent mieux la nature aussi.
    Par contre elles demandent plus de bras, plus d’humains pour travailler.
    En ces temps de chômage de masse ce n’est pas ce qui manque.

    Il y a 2 problèmes, l’expérience et l’accès au foncier.
    Le foncier c’est au moins un hectare de terre si possible avec une maison dessus.

    Je vais réemménager à Besançon, ma ville natale. La Mairie mène là-bas une expérience intéressante.
    Ils proposent sur une durée de trois ans
    -des terres
    -des serres
    -un camion
    -des outils
    -des conseils
    Et les légumes qui poussent sont pour le candidat qui ainsi pourra les vendre.

    Ça permet à des gens comme moi de rentrer vraiment dans le dur sans s’endetter. Parce que je suis jardinier, j’ai fais des stages en maraîchage mais je ne suis pas (encore) maraîcher.
    Et pendant ces trois ans on peut se tenir informer des offres foncières, devenir plus crédible auprès d’un banquier.

    Je trouve l’initiative de la ville très positive. D’autres villes le font sans doute déjà.
    Encore plus peuvent s’y mettre.
    C’est une piste pour l’avenir.

    Cordialement

  117. Pour sa souveraineté on doit exiger en priorité la restitution de la création de la monnaie au peuple que les gouvernements ont transféré aux banques privées sinon les réformes seront toujours soumises aux lois de la finance internationale. Je vous invite à consulter le site de Philippe Derruder https://Ihed.fr/action-politique et de visionner les vidéos youtube de Jean-Christophe Duval qui ont travaillé sur ce sujet. Et pourquoi pas les inviter à vos émissions quotidiennes.

  118. Bonjour à vous, monsieur le député Françons Ruffin
    Merci pour votre excellente émission.
    Je me demandais si il était possible de mettre en place, un seuil de richesse, comme il existe un seuil de pauvreté,
    et que les richesses qui dépasserait ce seuil, soit redistribué à la communauté?!
    Nous avons besoin d’un monde solidaire, sans cela, nous courrons à notré perte!
    Encore une fois, merci à vous, votre équipe et à tous vos invités

  119. Bonjour à vous monsieur le député, François Ruffin
    Merci pour votre excellente émission
    Je me demandais si, il était possible de mettre en place, un seuil de richesse, comme il existe un seuil de pauvreté
    et que les richesses qui dépasseraient ce seuil, soient redistribués.à la communauté?!
    Nous avons besoin d’un monde solidaire, sans cela, nous courons à notre perte!
    Encore une fois, merci à vous, votre équipe et à tous vos invités

  120. Manifeste pour une mondialisation Solidaire.

    Le virus, le Citoyen et sa culture : théâtre de la vie.

    C’est malheureusement au moment où nous aurions le plus besoin de la culture, de la ré-création, du théâtre et de ses effets d’identifications cathartiques, d’abréaction, de rêveries de la réalité en notre temps extrêmement anxiogène, que cette partie de notre monde, sous injonction règlementaire, est obligé de suspendre ses représentations…

    Certes, il s’agit d’une crise sanitaire et donc d’une priorité prophylactique contre le coronavirus, dont il faut souligner qu’elle ne manquera pas d’effets psychologiques et sociaux, pendant et après le confinement, livrant chaque individu à un face à face avec lui même et toute son intimité originelle.
    Ce face à face salutaire : repli sur soi, sa « maison », sa famille nucléaire, semble apeurer les autorités au point de prescrire pour chaque citoyen confiné, le remède contre l’angoisse et la dépression conjoncturelle, par de nouveaux comportements plus contemplatif (lecture – télévision – nature – etc.).
    Privé de consumérisme, de libre déambulation dans les centres commerciaux et de subordination au calendrier salarial, cette nouvelle totale disposition du temps pour soi, et le dérèglement de mode de vie qu’il entraîne, apparaissent dans les médias presque comme plus dangereux, que la confrontation avec la potentielle maladie.
    Selon les injonctions gouvernementales et médiatiques répétées, il faudrait donc tout à coup adopter de nouveaux comportements jusque là dédaignés et dévalorisés : revenir à l’essentiel, se confronter à l’ennui, à la mort, au rien, au silence, il faudrait honorer nos soignants (en lutte depuis plusieurs dizaines d’années contre la réduction des dotations publiques sanitaires), consacrer son temps « vide » à la lecture, à la télé – dont une chaine commerciale décrypte ses programmes gratuitement à tous pour l’occasion – en clair effectuer une révolution mentale jamais esquissée à d’autres occasions de notre histoire.

    Confinés et futurs confinés, obligés à une « distanciation sociale » (terme dont l’interprétation est délicate), involontaires spectateurs de l’effondrement de nos pactes de croyance, dans un quotidien confiné jusque là inimaginable (épidémies du moyen age déjà enterrées), risquant au mieux la dépression, au pire la relégation pour comportement incivique si nous ne correspondons à la nouvelle norme, au nouveau format.
    Il est donc conseillé à nos concitoyens de meubler les vides, par des occupations et préoccupations plus spirituelles telles que : méditation, coloriage, lecture et jardinage, en bref s’adonner à la contemplation et la culture, sans compter les nombreux programmes internet. Cette soudaine révolution mentale (et comportementale) transitoire, devant nous permettre d’attendre sagement le retour de l’âge d’or de notre système : consommation et marchandisation des objets autant que des humains à profusion.

    Et si nous restions, par ce sevrage imprévu des paradis consuméristes financiers, appétent à cette évolution mentale et comportementale?

    Et si cette expérience du retour à l’essentiel nous entraînait à plus apprécier le simple et l’accessible que la profusion et l’accelération du temps et des biens de consommation.

    Et si nous préférions la méditation et le Bien Vivre Ensemble aux paradis artificiels côtés en bourse ?

    Et si nous en faisions notre nouveau pacte de croyance (c’est à dire le consensus de valeurs qui fonde tous nos comportements), si cette fois ci nous adhérions et non pas subissions un nouveau mode de vie, plus proche de la solidarité et des humanités ?

    Est-ce un hasard si l’écologie et l’éco-psychologie justement conseillent cette voie pour protéger la planète de la dérégulation climatique (dont l’épidémie est en partie la conséquence) ?
    Utilisant des termes tels que Buen Vivir, retour à l’essentiel, empathie, résilience, reliance, créativité, harmonie avec la biosphère, la culture, les biens communs, la solidarité et protection, etc… notions très similaires aux injonctions actuellement médiatisées.

    Sans l’anthropocène en serions nous là ?
    Sans la mondialisation des marchés, des échanges inter-continentaux ?

    Sans l’urbanisation galopante détruisant toute vie sauvage sur son chemin et mettant en contact des espèces qui ne devaient pas se rencontrer, permettant au virus du monde sauvage de contaminer les animaux ressources, ou de compagnie, puis le monde humain.

    Tout cela est provoqué par notre totale dépendance à l’argent, qui nous fait choisir le profit et la captation, au détriment du bien commun et de la solidarité avec les populations déshéritées.
    Pourquoi ne pas considérer alors cette expérience de décroissance, de retour à l’essentiel et à la confrontation à soi tout comme ces nouveaux modes de relation entre l’homme et son environnement, comme le tremplin pour la construction d’une société du bien vivre ensemble, respectueuse de l’environnement naturel et humain, le plus possible autosuffisant face à ses dépendances ?
    Même le président Macron, contre toute attente, nous y invite dans son Adresse aux Français du 12 mars 2020 : il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour,
    Il nous faut sans doute choisir pour notre futur entre deux alternatives : subir un monde qui n’assure que la libre circulation du commerce et au profit des seuls intérêts de la finance (alors l’expérience du confinement n’aura été d’aucune aide) ou l’intelligence d’un autre mode de vivre ensemble planétaire en harmonie avec toutes les espèces.

    Cette voie qui, pourrait-on dire nous tend les bras, est déjà notre actualité, et oblige le seul chemin vers un système d’inter-relations solidaires, coopérantes et prévenantes à l’égard de la bonne santé psycho-sociale et sanitaire. Alors l’expérience du confinement sera l’apprentissage de nouvelles capacités à faire société, pour mieux lutter contre l’entropie prévisible du système dominant, privilégiant la financiarisation de toute vie sur terre.

    ADDAPP – Association de Développement et d’Analyse Psycho-social et Pédagogique.
    AFORSSSE – Association des Formateurs du Secteur Sanitaire Social et Educatif
    universocial.addapp@orange.fr

  121. Information de dernière minute.
    ALERTE NOUVEAU VIRUS EN VUE!!
    Symptômes:
    mensonges, conneries, médiocrité,nullité, incompétence, mépris, suffisance, arrogance.
    Nom commun: LE Si Bêthe.
    Traitement existant: LACONFINNASSE.

  122. Questionnement :

    Ceux qui sont privés de liberté et confinés seul ou entassé dans un appartement trop petit.
    Ceux qui sont au front dans des conditions non suffisamment protégés, les travailleurs indispensables pour les choses communes de bases, vitales.

    Ceux là !
    Sont ils coupable de la situation qu’ils subissent?

    Est ce qu’ils faisaient du business dans le monde entier à contribuer à la destruction de la planète ?
    Est ce qu’ils ont propagé des virus importés des quartes coins du monde comme celui d’aujourd’hui aujourd’hui un peu plus virulent qui viendrait de Chine ?
    Est qu’ils ont décidé de ceux qui aujourd’hui les punis ? La pollution, la surconsommation, les voyages aériens, le changement climatique, les conflits?

    A qui à profité le crime ? Il suffit peut être de regarder qui est dans le confort aujourd’hui.
    Qui concentre les richesses ?
    Qui a décider et entretenu ce modèle destructeur ?
    Qui est confiné en se promenant dans son parc ou sa résidence secondaire ?
    Qui à des masques et passes en priorité pour des facilités de soins ?
    Qui n’est pas sur le front mais peut continuer son business en télé-travail?
    Qui décide?

    Ce virus mets en valeur les injustices et les incohérences d’un modèle choisi par une minorité, et imposé à l’humanité.

    Depuis des années, je ne voyage jamais en avion, je développe des circuits courts et de l’entraide, je motive pour de l’autonomie partout où cela est possible, je lutte et résiste contre l’obsolescence programmé et les nouveaux modes de consommations, J’encourage à trouver le bonheur dans les réalités concrètes fabuleuses de la vie, loin du superflus et du virtuel médiatisé.
    Aujourd’hui je suis privé de liberté physique par cela même dont j’ai toujours dénoncé les agissements.

    Rien ne sert de trouver des responsables après l’accident. Il faut seulement éviter que les risques ne reprennent, et surtout ne plus laisser le pouvoir aux prédateurs incompétents.

    Ne croyons plus en l’homme ou la femme providentiel qui déciderait le bien pour nous. Arrêtons l’individualisme et réfléchissons aux choses communes. Prenons nous en charge. Entraînons notre sens critique et ayons confiance en nous et à notre intelligence collective.
    Partageons les pouvoirs parmi les individus qui ne le veulent pas (créons des collèges de travail constitués par des élus sans candidats, par des tirés au sort…d’experts et d’ignorants), décidons ensemble en limitant les manipulations de ceux qui veulent profiter (décentralisons les décisions, mettons en place des referendums, et des agoras locales… des informations indépendantes). Utilisons une monnaie hors des systèmes financiers, Faisons de vrais démocraties locales pour avoir une démocratie mondiale.

    1. « Est-ce qu’ils ont décidé de ce qui aujourd’hui les punit ? La pollution, la surconsommation, les voyages aériens, le changement climatique, les conflits? »
      Globalement d’accord, avec un bémol toutefois : nous, citoyens politiquement responsables, est-ce que nous ne sommes pas responsables de nos modes de consommation ? Même si le modèle dominant et ses serviteurs (gouvernement, grande distribution, publicité…) nous poussent dans une certaine direction, est-ce que nous ne sommes pas capables de réagir ? Est-ce que nous ne sommes pas capables d’acheter autrement, plus près, plus bio… ?
      Donc je suis, vous êtes, en partie responsables aussi de cette mondialisation. Le côté positif, c’est que je suis, vous êtes aussi capables de casser ce modèle pour inventer autre chose !

  123. Greenpeace nous dit que pour réduire les émissions de CO2, c’est le fonctionnement économique de nos sociétés, basé sur des activités polluantes et creusant les inégalités, qu’il faut revoir. On peut espérer une transformation, mais elle ne viendra pas de la crise sanitaire elle même, il faudra un plan de relance inédit qui prenne en compte l’urgence climatique, environnementale et sociale…Les plans de sauvegarde à court terme doivent avant tout concourir à la protection des travailleurs et être assortis de contreparties sociales et environnementales pour les entreprises…C’est à nous, citoyens, de faire entendre nos voix pour décider des conditions de ces plans de relance.

  124. Lettre ouverte aux amis de la liberté
    La liberté individuelle n’est pas soumise à condition, l’État de droit n’aurait jamais dû être relégué au second rang. Face à la crise sans précédent que connaissent aujourd’hui nos droits et notre démocratie, une prise de conscience collective s’impose, non pas sur le danger sanitaire d’un virus aux conséquences encore inconnues, mais sur celui, autrement plus alarmant, que des choix politiques arbitraires font subir à chacun d’entre nous.
    Sans véritable concertation, sans réflexion ni recul, pétri d’idées fixes et de bon sens moralisateur, c’est en choisissant la voie d’une brutalité inédite que l’État a décidé de répondre aux inquiétudes sanitaires. Mais si la mise en œuvre policière de sa politique ne provient que de sa discrétionnaire volonté, il s’était aussi, et paradoxalement, condamné lui-même à suivre une telle politique sur un plan sanitaire, laquelle n’a été rendue « nécessaire » que par ses propres défaillances : insuffisance des moyens alloués à la recherche médicale, refus d’agir pour améliorer les conditions de travail et de soin dans les hôpitaux, mais aussi confiance naïve en la vertu de délocalisations jusqu’au-boutistes, prouvant aujourd’hui à elles seules l’absurdité et l’échec profond de tout notre système de production actuel. C’est donc bien à cause de son incompétence à garantir la qualité des services publics que l’État, imbu de ses dogmes libéraux, nous a tous conduits à pâtir de sa propre faillite.
    En outre, il a conditionné, unilatéralement, ses prises de décision à la seule et unique valeur qu’il nous impose aujourd’hui : la préservation de la santé (et non pas de la vie, car il serait impensable de réduire celle-ci à sa seule définition biologique, et parce que les mesures liberticides que nous connaissons vont justement à l’encontre du sens plein du mot vie). Selon l’État, cette primauté de la santé justifierait n’importe quelle décision, n’importe quelle mesure répressive ; autrement dit, le droit et la liberté pourraient bien être totalement anéantis, car ils lui sont devenus des valeurs subordonnées. Ainsi, quelques années après avoir justifié la création de règles autoritaires par le diktat de la sécurité, il en crée un nouveau : celui de la santé. Plus grave encore, c’est sans aucun dialogue qu’il décide des mesures à adopter, puisque l’exécutif est maintenant devenu le seul acteur à commander dans notre pays. Aux mêmes causes, mêmes effets : l’État choisit seul les vérités qui s’appliqueront à tous et nous fait croire que la nécessité de leur protection lui donne la faculté de tout imposer, sans aucun respect de la légalité et des libertés ; de ce fait, il a donc pris le caractère d’une incontestable tyrannie.
    Le constat est particulièrement inquiétant : à l’État de droit, qui n’existe plus en rien aujourd’hui, a succédé un État arbitraire, tyrannique et policier.
    On nous répondra sans doute, fort des mêmes préjugés qui ont créé la situation actuelle, que ces mesures d’urgence ne dureront pas, puisqu’elles ne sauraient être, naturellement, que temporaires. En effet, une fois l’épidémie contenue, l’État reprendra le mode de fonctionnement qui était le sien auparavant. Pourtant, se contenter de ce lot de consolation que le pouvoir cherchera à nous donner ne suffit pas. Les mesures actuelles laisseront bien des traces dans le droit, tout comme la réglementation sécuritaire de l’état d’urgence précédent, banalisant et facilitant ainsi la réitération de mesures semblables dans quelques années. Et surtout, rien ne saura réparer les dégâts causés par la situation que nous vivons actuellement. Rien ne saura redorer la confiance aujourd’hui perdue en la politique, les affronts subis par la démocratie et la légalité. Non, la liberté et la légalité ne doivent jamais être à ce point négligées. Non, aucun gouvernant n’a à choisir seul les valeurs qui s’imposeront à tous. Non, l’État n’a aucune légitimité à imposer des mesures d’exception par la force, car il doit être à chaque instant, et quoi qu’il arrive, soumis au droit.
    Mais puisque l’État a notoirement trahi sa mission, il faudra bien qu’il en assume toutes les conséquences.
    Un collectif de citoyens atterrés

  125. Gratitude à François Ruffin et son équipe pour cette initiative. Grâce à sa rectitude, son charisme, son énergie, son souci des petits et au statut que lui confère son mandat de député, il est à même de mener cette révolution ; la lecture des contributions précédentes est très encourageante quant à la motivation de beaucoup d’entre nous !

    Le confinement désarçonne tout le monde et donne du temps pour penser et échanger. Malheureusement, ce qui circule sur internet et les réseaux, c’est souvent des blagues à 2 balles ou des polémiques pour lesquels on a aucune compétence ni information fiable. Il faut que nous restions dans le monde d’après avec l’ambitieux projet de construire une société juste et respectueuse de la terre. La radio et facebook c’est bien mais pas suffisant. Il faudrait absolument avoir une chaîne de télévision pour toucher le plus grand nombre. Je vois par exemple dans mon entourage de français moyen beaucoup de gens qui se posent des questions, émettent des observations pleines de bon sens sur l’absurdité de la croissance infinie, le délire des transports et les scandaleuses dérives du capitalisme sauvage. Il faut pouvoir toucher ces gens en les aidant à approfondir leurs analyses, leur montrer qu’ils ne sont pas tous seuls à vouloir tout remettre en cause, qu’il ne faut pas avoir peur et qu’un autre monde est possible.
    Et on a pas trouvé meilleurs média que la télé pour échanger, débattre, interviewer, montrer des expériences qui marchent, etc… Puis viendra le temps d’un mouvement politique qui portera le projet avec représentativité incontestable, solidité et compétence. J’habite un petit village du nord de la Côte d’Or et me mets au service de cette cause !
    entraîne peut et va CA PEUT MARCHER

  126. « Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision du confinement », a affirmé le chef du gouvernement.

    Des propos à méditer de la part qui, un petit laps de temps, voulaient nous faire croire que les choses ne seront plus comme avant. Vous y croyez, vous, citoyennes et citoyens (sensé-es) de ce pays? En tout cas moi, je ne les crois pas! Quand je lis de tels propos, ma colère et ma rage monte de façon exponentielle, elle suit la courbe du COVID19.

  127. « Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision du confinement », a affirmé le chef du gouvernement.

    Des propos à méditer de la part de ceux qui, un petit laps de temps, voulaient nous faire croire que les choses ne seront plus comme avant. Vous y croyez, vous, citoyennes et citoyens (sensé-es) de ce pays? En tout cas moi, je ne les crois pas! Quand je lis de tels propos, ma colère et ma rage montent de façon exponentielle, elles suivent la courbe du COVID19.

  128. Intermarché de Villeneuve Saint-Georges quartier des écrivains est vide depuis quatre mois = un quart seulement des rayons rempli ! Depuis le 16 mars, c’est encore pire, plus du tout de beurre, de lait, de volailles, de yaourts, de poissons frais, etc…
    Comment se nourrir en produits frais vitaminés sans sortir et pour combattre seuls une pandémie avec des produits naturels (puisque non testés, aucun avis médical, pas de médicaments, pas de soignants, pas de place dan les hôpitaux) dans un pays non préparé de A à Z, malgré nos impôts lourds et notre travail et malgré la contestation sociale qui prévenait les pouvoirs depuis des décennies qu’on courait à la catastrophe sanitaire, écologique et humanitaire en continuant les programmes gouvernementaux ? Aujourd’hui on essaie de se rabattre sur Hourra et Rungis »soi-disant à domicile » (manifestement seuls les Parisiens et qqs banlieues peut être y ont droit) ne livrent pas à Villeneuve-Saint-Georges. Quand on a pas de voiture et pas de permis, on fait comment pour respecter le confinement et se nourrir convenablement en produits frais vitaminés, surtout quand on a une baisse d’immunité à cause des traitements contre le cancer ???? ????????????????????????????????? quand pas d’agriculteurs, pas de coopérative bio, pas de marchés de plein air : peut être que Leclerc ou Auchan livrent à domicile, on va voir, sinon gros problème pour les vieilles personnes et ceux sans moyens de locomotion…………………….. On a bien un potager sur notre terrasse, mais pas encore la saison de récolter nos tomates !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Seule satisfaction, pas d’avion, pas de pollution sonore, car pas d’avions ni de voitures : on peut enfin lire, écrire et travailler en paix. Et aujourd’hui il fait beau, les cerisiers sont en fleurs. Seule la nature a un visage aimable, on se demande d’ailleurs comment elle fait, vu ce que la folie et cruauté de l’humanité (qui ne lui arrivent pas à la cheville) lui ont infligée depuis le XIXe siècle.

  129. Bonjour,

    avant de me projeter vers « l’après » et les espoirs d’un monde nouveau, je souhaite alerter sur le « ici et maintenant ». Sur le confinement à 2 vitesses qui est en train de se dessiner. On le sait, le système de protection sociale français a été conçu pour le plein emploi. Il est très fiable pour les salariés en CDI, mais cruellement absent pour tous les précaires, ces « permittents » dont les différents gouvernements ont cautionné l’apparition pour éviter le crash social, et qu’il va être difficile aujourd’hui de planquer sous le tapis.

    Aujourd’hui, pas besoin d’être ministre pour savoir qu’on ne trouve pas un travail en claquant dans ses doigts. Ni pour deviner que toutes les pistes de petits boulots, vous savez, ceux qu’on trouve en traversant la rue, se sont évanouies à mesure que les commerces et les restaurants on baissé le rideau.

    Je pose 1 je retiens 1. Que reste-t-il? Une cohorte de chômeurs exclus du système ces dernier mois, et notamment depuis le 1er novembre avec l’application du 1er volet de la réforme chômage, cette barrière des 6 mois de travail nécessaires pour prétendre à indemnisation. Pas besoin d’être ministre pour savoir que l’ancien système de 150 heures nécessaires pour être indemnisé serait précieux à beaucoup d’entre nous qui voient fondre leurs économies (s’ils en ont, ce qui n’est pas garanti) comme neige au soleil ou occupent leur confinement à essayer de joindre les deux bouts avec les minima sociaux.

    Alors bien sûr, il y a eu des effets d’annonce. La réforme du 1er avril repoussée à septembre, par exemple. Pas de quoi pavoiser car en réalité, Pôle emploi est tout bonnement dans l’impossibilité matérielle d’appliquer une réforme de cette ampleur, faute de troupes! La structure est déjà incapable de recalculer les droits de de ceux qui réunissent les conditions. Ils sont invités à attendre la fin du confinement!

    Il y a eu aussi ce merveilleux coup de comm : la prolongation exceptionnelle des droits des chômeurs que Muriel Pénicaud a diffusée à longueur de réseau social. « Nous ne laissons tomber personne », on en pleurerait tellement c’est beau.
    Muriel Pénicaud le 23 mars : https://twitter.com/murielpenicaud/status/1242091636089372674

    Mais la réalité pour beaucoup est toute autre. Cette belle annonce est réservée à ceux qui sont en fin de droits en mars, ce qui est un tout petit geste, on l’admettra. Pour les autres, rien.

    Pôle emploi : http://www.pole-emploi.org/accueil/communiques/pole-emploi-face-a-la-crise-sanitaire- covid-19-reponses-aux-questions.html?type=article

    Je m’étonne de ne rien entendre sur les mesures appliquées le 1er novembre, de voir que personne ne monte au créneau pour demander leur suspension. C’est comme si l’on avait déjà admis que la partie était perdue et que cela ne valait plus la peine de se battre. Même la France insoumise semble renoncer d’avance quand, dans ses propositions, elle ne mentionne que le second volet de la loi :

    « abrogation totale et définitive de la réforme chômage. Pourquoi vouloir seulement la repousser? »

    Aujourd’hui plus encore qu’en novembre dernier, il me semble urgent d’abroger ou suspendre à tout le moins ces mesures, de manière à permettre à ceux qui sont concernés de traverser une période de disette sans devoir mendier.

    Il serait urgent aussi de se pencher sur le système d’assurance maladie, conçu lui aussi pour le plein emploi et si imparfait pour les chômeurs et les permittents. Certains, de santé fragiles, sont invités à rester chez eux, ce qui est logique. Ce qui est moins logique, c’est ce constat : celui a alterné petits boulots et chômage ne pourra prétendre qu’à des indemnités maladie ridiculement basses. La théorie les protège. La réalité les expose car ils doivent continuer à travailler, même si leur santé est en péril. Les applaudir, chanter leur héroïsme ne les consolera pas quand ils seront en réanimation. ..

    Les grandes crises agissent comme un miroir grossissant des déséquilibres d’une société. Celui du cornavirus nous renvoie l’image d’un confinement à deux vitesses. D’un pays à deux vitesses… Qui s’en étonnera?

  130. Proposition pour l’après-confinement afin de sortir de la crise

    Idée de base :
    Tirer les enseignements de la crise que nous vivons pour modifier en profondeur les fondements sur lesquels repose notre société.
    Mise en œuvre :
    Elire une Convention Nationale ayant pour objet :
    – d’analyser les causes de cette crise, considérée comme la répétition générale de ce qui risque de se produire sur d’autres terrains (autres catastrophes sanitaires, catastrophe climatique…)
    – de réfléchir aux politiques nécessaires pour réduire la probabilité de survenance de ces phénomènes.
    – de proposer au bout du compte un nouveau pacte national pour refonder l’organisation de notre société. (comme le fit le CNR à la fin de la 2ème guerre mondiale)
    Programme de travail :
    Les principaux domaines à examiner seraient :
    – la sauvegarde des équilibres écologiques et les limites à définir dans les activités humaines pour garantir ces équilibres.
    – La limitation du libre échange généralisé en cours actuellement et de son corolaire, la division du travail au niveau mondial.
    – La limitation du tout-marché, de la concurrence dite libre et non faussée dans tous les domaines – et donc la réhabilitation de l’intervention de l’état et la réactivation des services publics.
    – La répartition juste de la contribution de tous les citoyens au fonctionnement de la société, notamment par une contribution fiscale renouvelée.
    Mise en place de la Convention :
    Elle serait élue au suffrage universel direct. Les électeurs auraient à choisir des députés parmi 5 collèges répartis selon des proportions à définir :
    – Un collège d’universitaires
    – Un collège des gens des arts et spectacles
    – Un collège des forces vives économiques et sociales : syndicats de salariés et syndicats patronaux, organes consulaires…
    – Un collège des forces politiques.
    Les candidats ne pourraient pas avoir de mandat politique national (députés, sénateurs, président de la République) ni de fonction gouvernementale
    Place dans les institutions :
    La Convention fonctionnerait à part du Parlement et des instances gouvernementales (gouvernement proprement dit, Conseil d’état, commissions diverses) qui continueraient leur activité classique.
    La Convention serait élue pour une durée de 12 mois et devrait élaborer un Pacte National soumis ensuite à un ou plusieurs référendums pour mise en œuvre.

    NB 1 : L’élection de cette Convention se ferait :
    – Soit avec accord du pouvoir politique actuellement en place, conscient de la nécessité de refonder l’organisation sociale.
    – Soit en cas de désaccord, par la mobilisation et l’organisation des seules forces de l’opposition de gauche et écologique (comme furent organisées des primaires pour les présidentielles de 2012 et 2017). S’instaurerait alors un rapport de force avec les tenants du conservatisme.
    C’est cette deuxième hypothèse qui s’avère la plus probable.

    NB 2 : Une telle démarche pourrait être engagée au niveau de nos principaux partenaires européens avec les forces politiques qui dans ces pays seraient volontaires (partis et mouvements de gauche et écologiques)

  131. pensez aux aveugles et malvoyants. ce qui en sortira sortez le aussi en version numérique (on peut les
    grossir sur ordi) ou mieux en fichier audio.

  132. Bonjour
    une question se pose pour moi sur le « et après »:
    comment dès maintenant faire entrer dans le camp de l’intérêt commun la police qui est depuis au moins un an le dernier rempart au pouvoir en place?…
    Il me semble qu’en ce moment il y a peut être une occasion de faire « penser » ces joueurs de matraques en leur faisant prendre conscience de notre interdépendance à tous
    Si ces gens là ne marchent qu’aux coup de bâton, peut être qu’un « coup de pression » de la part des soignant, caissier, livreurs…etc les aideraient à réfléchir avant de défendre le pouvoir en place lors des mouvements à venir…?
    Je vous glisse cette idée, si jamais vous vous sentiez de la glisser vous même à voix HAUTE d’une manière ou d’une autre aux « smicard indispensable à la nations »

    Merci pour votre engagement,
    bon courage

  133. Bonjour
    A propos des marchés ouverts fermés et des supermarchés clos et couverts mais ouverts en Haute-Savoie 74:
    Certains Maires ont demandé une dérogation à la règle nationale de fermeture. Certaines ont été acceptées d’autres refusées au motif que l’offre alimentaire était suffisante pour les cas que je connais comme par hasard on peut constater la présence d’un supermarché!..
    Exemple la commune de Viuz-en-Sallaz demande de dérogation et lettre de refus du Préfet § https://www.viuz-en-sallaz.fr/marches-hebdomadaires-centre-bourg-et-hameau-de-sevraz-annules-jusqua-nouvel-ordre

  134. Bonjour à tous,

    Je suis monsieur tout le monde, j’ai honte de mon mauvais côté humain et nous devrions tous en avoir honte. Honte d’avoir laissé se faire tout ce qu’il se produit aujourd’hui.
    Même si depuis que j’ai eu ma majorité, j’ai toujours vu que ce monde marchait sur la tête et n’ai jamais été d’accord avec ce système donneur de leçon et sans aucune vraie logique.
    Aujourd’hui, j’aimerai qu’on devienne enfin humain positivement (car oui nous sommes capable du pire, comme du meilleur) et qu’on commence à tous nous organiser à vivre ensemble, à créer l’utopie que nous sommes tous capable d’imaginer dans nos têtes à différent degré. Quand je disais cela, à mon entourage à l’époque… On me disait à l’époque : « Tu es trop utopiste! Que c’était impossible! Qu’est ce que tu veux y faire? » ou encore « On ne peut rien faire face au système ». Cela m’a toujours révolté et dégouté ; à tel point que j’aurai aimé avoir la capacité d’écrire un livre, pour raconter ma vie et ma colère face à tout ce désarroi ; face à ce soit disant système ; alors que c’est nous qui le composons. Je n’avais pas compris cette résignation commune, mais j’y ai succombé à mon tour.
    Je sais que rien ne peut être parfait, nous sommes tous des individus à part entière, avec des niveaux de conscience à différent niveau… Mais de là, à se laissé dominer par toutes nos bassesses vis à vis des uns et des autres (intolérance, envie, critique facile, ignorance de l’autre)… Mais si nous sommes capables de nous concentrer sur ce qui nous rassemble, dans nos ressemblances, dans nos meilleurs qualités et tenter de nous montrer enfin empathique vis-à-vis des autres.
    Un peu plus de 20 ans ont passé, je travail dans le milieu des télécommunications et j’ai pu rencontrer dans mon domaine d’activité, une personne qui m’a remotivé à milité (malgré que cela soit toujours resté dans un coin de ma tête).
    En plus de cette personne, le mouvement des gilets jaunes m’a fait réfléchir. Car j’y trouvais éco dans ma vision d’union du peuple et de mouvement unitaire et solidaire. Cependant, je me suis dis dès le début de ce mouvement, que c’était dommage, car leur manifestation allait se faire étouffer, manipulé par nos dirigeants pour le discrédité et que leurs manifestations n’allaient pas faire changer et reculer l’état, car le pouvoir capitaliste voudra toujours conserver sa suprématie.
    Pour moi cela fait longtemps qu’ils connaissent la nature humaine et qu’ils ont de l’avance sur le peuple en termes d’organisation ; pour savoir comment manipuler le peuple.
    Pour ne parler que des marionnettes que l’on voit au pouvoir soit ils sont con ; soit ils sont très très malin et je suis convaincu qu’ils ne sont pas con.
    Pour moi rien n’est fait pour le peuple et ils ne lui veulent aucun bien, si ce n’est que nous considérer comme un outil pour leur bien être. Et actuellement, il y a trop d’outils pour eux, car la production est plus que nécessaire, pour qu’eux vivent plus que bien! Donc, on n’hésite pas à prendre des décisions qui paraissent illogique et radicale à nos yeux et cela pour mieux nous condamné à une mort prématurée, en nous montrant leur dédain de notre (entre guillemet) classe. Il n’y a qu’à voir comment ils nous ont traité et monté les uns contre les autres, lors des manifestations
    Sans vouloir rentrer dans une théorie du complot, mais quand même cela semble bien étrange ; qu’on se retrouve avec un virus, qui tombe comme par hasard… A un moment, où des mouvements de peuple commençaient à émerger un peu partout dans le monde… Bien étrange également qu’on se retrouve de nos jours, dans un monde pleins de paradoxes où l’on nous montre à grand coup de média tout et son contraire. En exemple, les belles promesses jamais tenues de la part de nos politiques ; la liberté d’expression, alors que dès qu’on dit quelque chose, un autre va s’empresser de dénoncer, voir de menacer ; que le prône la paix, alors que nous vendons en dessous de table des armes, pour alimenter des guerres, dans des pays où l’on ne cherche qu’à tirer profit des conflits pour des richesses ; etc…
    Si ce n’est pas là le montage d’un horrible théâtre de manipulations… C’est que je dois être le con de l’histoire!
    Enfin bref, il est temps que tout cela change que l’on casse la barrière de nos éducations, croyances, différences, pour ne plus voir que l’être humain enfoui et écrasé derrière tout les murs qu’ils nous ont battis (ou que nous nous sommes battis), car il est temps que le monde se serve de son passé peu glorieux pour ne pas reproduire les erreurs d’hier, mais bien en tirer des conclusions, pour pouvoir avancer !

    Mon idée, car j’en ai une, mais pas encore les moyens financier, temps et réseau de connaissance pour le mettre en place…
    La télécommunication est quand même un bel outil de nos jours qui nous permettrait de nous organiser mondialement et synchroniser nos actions, si tenté que nous renversions tous nos systèmes, car cela ne pourra fonctionner que mondialement (mais donnons l’exemple en France comme à l’époque de la révolution Française)… A savoir ce que nous sommes capable de produire à limitation de la terre, de savoir ce qu’il manquerait à tel ou tel endroit, pour mieux faire fonctionner le partage des biens. De dire clairement ce que nous pourrions avoir en individuel et les biens que nous devrions tous partager. Exemple pris au hasard et sans intérêt : A-t-on réellement tous besoin d’avoir une télévision chez nous ? Ne devrions-nous pas avoir un lieu de regroupement d’une diffusion d’un certain programme dans endroit et d’un autre, autre part pour mieux échanger sur le sujet avec ses voisins (que nous ne connaissons pas au passage, pour le cas des citadins).
    Pour en revenir à mon idée, depuis les gilets jaunes, j’ai dans la tête l’idée d’une chaine youtube, pour pouvoir créer mon réseau (encore faut il que celle-ci fonctionne), avec des vidéos de style zapping sur nos chefs d’état et différents acteurs de nos gouvernements passés ; avec également des des échanges avec des gens de tous les jours, sur des idées et des points de vue (car c’est comme cela que les choses avancent le mieux)… Enfin bref, tout cela pour tenter de trouver dans cette communauté un webmaster, pour le développement d’un site, où tout le monde, pourrait apporter son idée de comment faire avancer au mieux le quotidien de chacun, avec pour racine des experts de chaque domaine d’activité, pour que tout le monde puisse piocher dans toutes ces bonnes idées, ou y contribuer…
    Je vais en revenir à nos dirigeants et tireurs de ficelles dans l’ombre… Ces gens ne peuvent lâcher leurs acquis, car ils sont convaincus que nous n’existons que pour les servir. Il n’y a qu’à voir la considération qu’ils peuvent avoir et les dons qu’ils sont capable de faire pour un monument comme Notre Dame ; mais lorsqu’il s’agit comme aujourd’hui de mettre la main au portefeuille (pourtant ils seraient encore exonéré un plus d’impôt), pour sauver des productions nécessaire pour combattre le virus COVID-19… Là ils se font tout transparent ! Il n’y a qu’à voir comment les grands groupe trompent (entre guillemet) les systèmes des pays, pour tenter de payer le moins d’impôts, voir même de percevoir des indemnités des différents états … Il n’y a qu’à voir ce que les grosses industries chimique et industrielle sont capable d’inventer pour mieux nous empoisonner nous et notre terre… Enfin bref la liste est trop longue et cela fait trop longtemps que cela ne dure. Il faut que tout cela cesse !!! N’oublions rien et même si leur système est monté pour les faire passer pour les meilleurs et les sauveurs… Ce sont eux les pires racailles et tueurs dans l’ombre de ce qui nous entoure ! N’oublions rien et révoltons-nous en nous organisant, car si nous ne le sommes pas, nous n’arriverons à rien et nous les laisserons encore une fois gagner nos vies !!! Ceci n’est pas un jeu, c’est un enjeu, notre bonheur et notre réelle liberté à tous !!!

    PS : Merci encore une fois aux insoumis pour leurs idées et leurs plates forme de communication qui me permettent cette expression et libre à chacun de reprendre mes idées, s’il les trouve bonne, car rien nous appartient, nous ne sommes que les emprunteurs du monde et des idées de chacun.

    Bonne soirée

  135. Je ne sais si vous avez vu cette vidéo : témoignage d’une aide-soignante qui s’est fait brutalisé et mettre en garde à vue par les hommes de mains de Macron pour avoir appelé au secours lors de l’inauguration du camp hôpital-militaire mis en place à Mulhouse (30 lits là où il en faudrait tellement plus !). A écouter, témoignage bouleversant : https://www.youtube.com/watch?v=gx0GNWj_A2E&fbclid=IwAR08wfmXbrvvlZ517G5_SWJnUH64iaPaoX01hQ3sCGmj7cblEZQlBDyoqQ4

  136. Bonjour Mr Ruffin,

    Tout d’abords, merci de nous permettre de nous exprimer via ce que vous nous proposez, à savoir de réagir au discours de Macron quant à la situation du covid 19. Vous proposez de réagir à certains termes surlignés en jaune (quelle belle couleur !), ou à l’intégralité de l’introduction proposée. Cependant, je tends à y régir sur champ plus étendu. Texte à faire paraître dans votre livre si vous le voulez bien :

    Comment peut-on mentir à ce point ? Que de dire « nous allons permettre, et comme nous l’avons toujours fait dans notre démocratie, plus de justice sociale et d’égalité et de soutient… » alors que ce dit président est le valet des lobys et du libéralismes. Après avoir mis à mal tous nos biens et acquis sociaux alors que depuis qu’il « est là », il n’a eu de cesse que de les défoncer littéralement au sens propre du terme. A ceci, il ne vient qu’une seule citation pour paraphraser le personnage, citation de Hannah Arendt, feu politologue Allemande du siècle dernier :

    « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez ».

    Damien Charpentier, Rennes

  137. CRISE OU CHANGEMENT

    Quand on se place d’un point de vue systémique on peut considèrer qu’il y a plusieurs manières de sortir d’une crise :
    – Le bricolage : en gros je mets une rustine supplémentaire à la roue de mon vélo. Et j’attends la prochaine panne.
    – La réorganisation : au bout d’un certain nombre de rustines il faut changer la roue. Sinon il vaut mieux marcher à pieds. La réorganisation est une réponse de transformation, la seule capable d’éviter la répétition de la crise.

    Mais la capacité de réorganisation exige quelques conditions :
    – 1/ une quantité suffisante de souffrance (sinon on bricole : les rustines, c‘est plus économique au niveau psychique)
    – 2/ Les ressources suffisantes : une sorte de potentiel de transformation de base
    – 3/ Un attracteur

    Même si une crise est le moment possible d’un changement, elle n’en est pas la garantie. Comme le dit si bien Mélanie Klein, une crise fait simplement apparaître les croyances et les règles implicites. Voir comment Trump invite ostensiblement les sociétés privées d’assurance maladie pour les mettre en avant et voir comment le capitalisme menacé se met à devenir autoritaire.

    Évidemment aujourd’hui beaucoup d’entre nous aspirons à changer la roue et peut être même le vélo. Ce n’est pas gagné : le confinement à durée indéterminée va nous user. Il est à craindre que, sans vision claire et stratégique de la sortie de confinement, nous assistions plutôt à des actes de rébellion désespérés, ou à un relâchement dangereux. Il est à craindre aussi que la sortie soit un tel soulagement que nous nous mettions à consommer joyeusement tout ce dont nous avons manqué : le autres, et ça c’est tant mieux, mais aussi les supermarchés et tout ce que le capitalisme rusé nous offre comme tentations. Enfin libres, quoi !! Mais de quoi ?

    Revenons au
    1/ : La Souffrance
    De quoi souffrons nous exactement en ce moment ?
    – Du manque de liberté c’est clair : j’en veux pour preuve le sentiment ridicule de liberté que je peux éprouver en prenant ma voiture pour aller faire mes courses !! Hallucinant !!
    – Nous souffrons aussi de la peur : toutes et tous terrorisé(e)s par le méchant virus chinois qui choisit ses victimes de façon quasi imprévisible : un apprentissage de l’impuissance paradoxal. Finalement il vaut mieux l’attraper comme ça tu es immunisé, finalement il ne vaut mieux pas l’attraper, tu peux mourir.
    – Nous souffrons aussi et de façon majeure de la différence sociale : certains confinent en famille au bord de l’eau et certains confinent dans la promiscuité de leur petits appartements se supportant à peine. Il faut s’attendre à des dommages collatéraux du confinement : violences domestiques, enfants maltraités, enfants en dérive au niveau scolaire, chômage, décompensation, etc…

    Toutes ces souffrances sont des effets mais ne ciblent pas le bon problème : le problème c’est d’avoir cru que nous pouvions confier nos existences à des responsables politiques qui n’avaient rien à faire de l’intérêt général. La souffrance c’est notre dépendance à ces personnes qu’Isabelle Stengers appelait déjà ironiquement « nos responsables ».

    2/ Les ressources :
    – Ce sont les capacités d’analyse politique de la crise. Clairement la recette pour empêcher les gens de réfléchir c’est de les assommer de travail. Il ne faut pas demander à la caissière et à l’ouvrier qui a passé 8h et plus à travailler de lire Le Monde, Médiapart ou le Média, et de renoncer à la télé réalité pour écouter Bernard Friot ( allez donc regarder la vidéo du Média : https://www.youtube.com/watch?v=Z9HsnkMhfBc). Ne nous étonnons pas que les 35H ait été une cible prioritaire pour les gouvernements de droite.
    – Seule radio officielle (hors la presse alternative) qui fait un travail pédagogique au niveau politique : France Culture (je n’ai pas de prise d’intérêt !!). L’information est devenue un spectacle, merci à Salamé et de Morand). Sans information pas d’esprit critique.
    – L’école et les profs, dernière roue de la charrette budgétaire : c’est quand même là qu’on pourrait développer l’esprit critique. Une démocratie a besoin de citoyens éclairés et informés. Ce n’est pas une priorité pour les régimes non démocratiques ou faussement démocratiques.
    – On peut voir aussi les résultats d’une intoxication majeure : aujourd’hui on applaudit les soignants. Encore un motif possible de colère : la plupart des mêmes qui applaudissent les ont traités de fonctionnaires privilégiés il y a peu !! L’opposition fonctionnaires/privés a bien marché.
    – On a voté Macron (pas moi, pas deux fois !). Qu’est ce que ça dit de notre état de conscience ?
    – Je n’ai jamais entendu, lu autant de textes, de discours intelligents, d’analyses pertinentes. Les « intellectuels » sont au rendez vous mais qui les écoute ?

    3/ L’attracteur
    – Nous sommes saturés de colères, d’indignations, de désespoir, de critiques, de constats déprimants. Nous ne cessons de dénoncer, montrer, témoigner. Qu’en reste–t-il ? De l’amertume.
    – L’amertume n’est pas un bon moteur : elle peut tout aussi bien conduire au désespoir qu’à l’action.
    – Ce qui met en mouvement vers le changement c’est un attracteur. En politique un attracteur c’est la vision d’un autre modèle de société.
    – Alors travaillons à proposer un modèle différent, occupons nous de notre lumière plutôt que nous occuper de leur ombre.
    – Mais attention gare aux discours du genre : «Nous prenons à nouveau conscience d’un destin partagé. Nous prenons aussi conscience de ce qu’ensemble, nous pouvons transformer la société. Aller vers plus de convivialité et de solidarité. Reconquérir des espaces d’autonomie, où chacun peut s’épanouir… ». C’est joli mais ça ne dit rien. Les mots sont saturés, vidés de leur sens par un usage inconsidéré. Il nous faut du concret.
    – Je propose que nous nous mettions à travailler à la description concrète et précise de ce à quoi pourrait ressembler une manière de vivre ensemble satisfaisante. Je propose que nous racontions le film d’un avenir le meilleur possible.
    – Badiou disait en regardant les images de la colère grecque au moment de la crise que cette révolte était opaque et qu’elle s’éteindrait malheureusement d’elle même. Il avait hélas raison ! Les révoltes s’éteignent quand elles n’ont pas d’horizon.

    Nîmes le 04/04/20

    1. Tout est résumé dans la dernière phrase ! Nous avons tous un horizon quelque part mais pour beaucoup, nous ne le voyons pas…. Il faut aller le chercher !!! Et comme disait Victor Hugo : ‘Il y a toujours un côté du nuage qui voit le soleil … »

  138. Bonjour
    Toutes ces contributions qui vous arrivent vont constituer un vrai cahier à charges et un exceptionnel cahier d’idées.
    Et si aux réquisitions industrielles on ajoutait également ,très clairement, les « réquisitions » « hôpitaux fermés ».
    Par exemple, il me semble qu’il faut diffuser largement ces informations peu de personnes savent :
    Insister pour la REOUVERTURE de l’HOPITAL VAL-DE-GRACE
    Fermeture scandaleuse de cet hôpital qui était accessible à tout le monde pas seulement aux militaires. Actuellement à l’abandon – Intéressant d’aller voir sur le site internet le désastre –
    Merci à Jean Yves Le Drian pour cette remarquable décision de restriction budgétaire –
    Autre scandale : L’AP-HP vient de céder à un promoteur privé un tiers de la surface l’hôpital de de L’HOTEL DIEU – la mieux située avec son jardin intérieur devant le parvis de Notre Dame
    On désosse un Hôpital avec des services de haute qualité – le personnel soignant se bagarre
    Tout cela pour un projet immobilier – pour du fric bien sûr !

    Au moment où nous en sommes je propose comme indicatif musical de LAN01 à chaque fois que le Président ou des ministres font leurs petits discours lénifiants :
    Tout va très bien madame la marquise, tout va très bien …

    Il y a tant à dire sur tout ce qui dysfonctionne … et vous le faites les uns et les autres chacun avec votre personnalité. Merci aux représentants de la France insoumise

  139. tout le monde se préoccupe ice de ce que sera l’apres. on lit des choses comme il faudra mettre en
    place telle ou telle commission, donner la paroles aux gens et les écouter etc.
    c’est un peu ce qui est fait ici.
    Mais si l’on reprend les recettes du passé le soufflé retombera.
    la gauche a la mémoire courte
    Qui se souvient du site Nous le Peuple créé par Mélenchon et Coquerel (PG)?
    c’était il y a deux présidentielles. ce site récoltait par themes les idées pour la 6 eme république.
    il y a eu jusqu a 100 000 participants qui votaient pour ou contre les propositions des uns et des autres. cherchez ce site sur internet!
    c’est payé balayé oublié . le site a été supprimé.
    il y a eu aussi « le vrai débat » mis en place pour montrer face a celui de macron ce qu’est un vrai débat démocratique sans thémes interdits au vote.
    la aussi plus de 100 000 participations
    c’est payé balayé oublié?
    je n’attends rien de la droite. Pour la gauche j’attends de voir avant de revoter si je revote un jour.
    vous n’etes pas au pouvoir on ne peut vous reprocher de ne pas mettre en place des constituantes
    mais vous pourriez mettre en place un grand site de vote (change le fait déja) pour réagir aux voltes face des leaders
    rappelez vous (j etais jeune) le pcf qui de pacifiste s est converti a l’ arme atomique
    rappelez vous mitterand se convertissant aux bienfaits de l’autorité
    rappelez vous holande passer de la finance au cout du travail comme ennemi
    et macron passer du pognon de dingue dépensé en vain a la santé devenu un bien inestimable.

    qu’en sera t il pour l’an 01?
    Monsieur Ruffin vous avez en main une partie de la réponse
    Yves lecteur de Fakir

  140. Bonjour,

    Vous ne pouvez pas dire que la pollution a disparu ou a fortement baissé.

    Elle a baissé certes mais les niveaux de pollution sont toujours importants malgré la chute de la production.
    C’est terrible, je trouve !!!
    http://www.airparif.asso.fr/ nous sommes le 9 avril (hier aujourd’hui et demain) sur la région parisienne qui n’est pas l’unique région française mais qui est quand même important, et bien, les taux demeurent élevés et je trouve qu’on en parle pas assez !!!

    Sinon, nous ça fait bientôt 9 ans je crois qu’on prône l’an 01.
    https://senshumus.org/2019/10/03/la-paresse-est-de-retour-au-jardin-pouplier/

    Bonne journée à tout le monde et surtout à celles et à ceux confinés dans peu d’espace… et avec une présence policière menaçante

  141. puisqu’on est a l’arret on peut en profiter pour réfléchir.
    Ne serait ce qu’a cette petit musique lancinante (comme les acouphenes) que
    nous distille jour apres jours les économistes a la télé et a la radio.
    ils sont la pour nous culpabiliser. on bosse moins que les chinois et on gagne plus qu’eux.
    ils n’en déduisent pas que les chinois doivent gagner plus
    les enseignants ont leur retraite basée sur la derniere année ceux du privé sur un moyenne de 40 ans
    ll faur s’aligner sur les derniers.
    il fallait fermer des lits dans les hopitaux et quand on il faut faire le contraire on vire dans le grand est un ponte qui a eu la connerie de répéter le discours d’il y a 2 mois.
    Et seul les humoristes en parlent a la radio.
    la derniere et la meilleure c est le chantage a la dette
    Le medef vient de dire que quand ce sera fini il faudra travailler plus dur pour rembourser la dette?
    la dette c’est un jeu d’écriture. une histoire de faussaires. ca ne coute rien aux financiers de preter aux etats. quand ils ont prété ils n’ont pas d’argent en moins l’argent ils l ont créé comme par magie
    mais ca peut rapporter gros si on peut faire croire aux travailleurs qu’ils vivent a crédit, que leur enfants vont héritér de leurs dettes.
    les ricains les chinois le anglais ont des banques nationales qui créent les sommes nécessaires pour que leurs peuples s’en sortent. on n’y parle pas de dette tout comme on ne parlait pas de dette sous de gaulle avant l’europe.
    alors oui on a le temps on réfléchit. et si l’an 02 n’était pas celui du medef?

  142. Bonjour grace a lrem et ses pleurnichards c est pas moi se sont ceux d avant MDR nouveau monde ca fait 40a que je l entend celle la .leurs absence de gestion ont est toujours plus dans la merde le seul fusible qui doit sauter c est macron pas les sous fifres .DROUET est le plus fort RIC je viens de lire que le sous fifre legendre parle de laisser tomber la reforme des retraites et nous refait le coup de la fausse revolution de technos en nous disant qu il faut un nouveau pacte republicain avec plus de social mon cul plus d ecologie mon cul etc ils se pissent dessus tous a lrem ils disent partout que ca va etre grave si ils arrete le confinement de cannards pourquoi?a cause de la nouvelle sortie des gilets jaunes cette fois encore avec l ext droite et gauche et j esper cette fois avec les quartiers qui meurent encore plus et qui peut etre vont se faire une sacrée guerre mais c est eux lrem qui ont mal géré encore. ils aurait invité les gilets jaunes a discuter les 1er jours et c etait fini non ils ont preferé leur taper dessus tuer mutiler le covid 19 ont est la 5eme puissance mondial il y a un entrepreneur qui propose 15million de masques par semaine ou par mois ne sait plus ils reponde ont peux pas depuis 1mois les labos veterinaires disent ont peux tester mais il ne voulaient pas par contre pour un decret d eutanasie qui passe au dessus de la loi leonetie ils
    peuvent pourquoi ces pleurnichards nevrosé qui gueule avec une voix de cresselle quand ils prennent un coup de pied auX fesses se pleignent pendant deux semaineS ont va les laisser nous mettre un vaccin et nous pucer avec L IA plutot crever detruire l economie et pleins de familles et reconstruire avec L IA une dictature oui avec une simple machine pourquoi ont les laissent nous faire tous ca maintenant ont arrete tout ont sort tous avec un masque ou des chiffons avec les gilets jaunes les extremes droites gauches les quartiers et ont va faire sauter ce fusible nevrosé pleurnichard LA REPUBLIQUE C EST NOUS

  143. Allez une bien bonne pour finir
    je suis sous linux, je vais sur le site de l’an01.org pour télécharger le socument de ruffin.
    et la miracle des miracle du capitalisme on me dit que le navigateur sous linux n’est pas prévu.
    c’est pourtant un navigateur dit libre, gratuit éloigné dis logiciels commerciaux…. et bien
    non on me dit que seur windows et mac sont compatibles. et oui ici on n’est compatjible qu’avec
    les logiciels propriétaires. en l’an 01 on en aura donc pas fini avec les robinets a dictats que sont devenus pour les partis youtube facebook twitter (voir trump) et en plus faur se les gober
    sous window ou mac. désolé ce sera sans moi desormais.

    yves abonné a fakir que Magali m’envoie en version numérique sur mon pc linux
    avec toute mon amitié aux petites mains et a leurs reves de jacuzzi et de sixieme république.

  144. Petite ode à l’attention de Manu (que j’ai reçue et qui lui va bien)

    « Incroyable ! Tu nous promets qu’on va retrouver les Jours Heureux !
    Les Jours Heureux ! j’en suis encore sur le cul !
    Déjà manu, que tu saches ce qu’étaient les Jours Heureux m’émeut !
    Ce programme mis en place par le Conseil National de la Résistance.
    Ce programme ambitieux, solidaire, parlant de prévoyance…
    De protection sociale universelle tout au long de la vie,
    De nationalisation des industries stratégiques, des banques et des énergies.
    D’Indépendance des médias vis à vis des puissances d’argents et de l’état,
    Du soutien et le développement des coopératives agricoles et de l’artisanat.
    Enfin pour résumer Manu ! De la défense de l’intérêt collectif au détriment de l’intérêt particulier.

    As-tu seulement conscience que ton changement ainsi annoncé, n’est qu’aveu !
    Qu’aveu que ce que tu nous promettais, c’était les Jours Malheureux.
    Sacré Manu ! Et tu voudrais que je te croie.
    Que sans broncher je m’en remette à toi !

    D’autant qu’en ce jour de Pâques, ton discours cloche Manu !
    Il sonne faux.
    Tu remercies tout ceux que tu as méprisés, violentés, réprimés et appauvris,
    Depuis que, les ors de la républiques, tu arpentes Manu militari.
    Tu sais, les personnels de santé, les caissières, les routiers, les éboueurs
    Tout ceux ignorés dans la rue et que tu découvres sur ton prompteur.
    Tu glorifies notre système de santé, l’état, les associations et les citoyens solidaires.
    Toutes organisations que tu n’as eu de cesse de détruire et faire taire.
    Cependant ! Tu mets en avant les victoires, les choix, les décisions prises,
    Tu avoues quelques ratés, mais tu nous dis avoir fait face à la crise !

    Mais Manu ! Ainsi, tu ne fais que rappeler les erreurs commises, les retards pris.
    Tu ne fais que souligner les incuries liées à la politique libérale suivie.
    Et benoîtement, sans en avoir l’air. De cette économie en difficulté respiratoire,
    Tu nous annonces que nous devrons aller à son chevet, sans faire d’histoire.
    Car enfin ! Il faudra bien la redémarrer de plus belle notre économie de marché.
    En temps et en conditions, par toi choisis, à marche contrainte et forcée !

    Et là je comprends plus Manu ! Il me semble déceler quelques incohérences !
    Mais oui, simple incompréhension des références.
    Les jours heureux que tu nous promets de retrouver, ce sont les tiens.
    Ceux du profit et du capital divin.
    Ceux qui nous ont menés à ce funeste destin.
    Ce n’est là que confusion ? Je n’en suis pas certain !
    Tu fais mine de comprendre, d’entendre, mais tu n’écoutes pas !
    Arrête toi Manu ! C’est le moment maintenant de le sauter le pas !
    Il est temps de rendre ton tablier, enfin, pardon ! ton costard ! Qui n’est pas rien.
    Oui Manu, il est temps de passer la main.
    D’autres ont la compétence de prévoir et d’organiser demain…
    Nos Jours Heureux »

  145. Moi il y a un truc qui m’empeche de dormir. On va filer un fric de dingue a Air France pour l’empecher de faire faillite. Bon pourquoi pas. Mais n’y a t il pas un risque énorme que l’on n’aie plus une « concurrence libre et non faussée ». pour laquelle nous avons tant et tant fait des concessions sur nos retraites, nos salaires, nos garanties sociales…. Ou alors on ce serait fait avoir? c était que de la com?

  146. Bonjour,c’est vraiment agréable de lire toutes ces expressions sur la situation actuelle; de la vrai démocratie.Je me joins à la démarche en disant chapeau à ceux qui vont prendre en charge la synthèse de ces cahiers de doléances prérévolutionnaires.
    Deux points:
    Les agences de notations font à nouveau leur apparition dans les grands média…bizarre…pour dire que la situation est grave dans les pays latins, Italie, Espagne et France et on ne parle pas de La Grande Bretagne!!!
    Pour l’Italie ce ne serait pas trop grave si le gouvernement mettait en place des mesures pour… mobiliser l’épargne privée qui est importante dans ce pays.
    Toujours ce travail forcené pour tout mettre en liquidité et notamment l’argent des peuples. Pour en faire quoi?

    La méthode pour construire l’avenir reste à trouver mais de façon très simple et j’en ai conscience très partielle je pense qu’il faut être attentif à la notion de consommation.
    Dès à présent le super boy Le Maire dit qu’il faut redémarrer en relançant la consommation des ménages. Pour moi c’est juste l’inverse qu’il faut faire pour être cohérent avec la prise en compte de l’environnement et pour le bonheur des gens.Sur ce point l’action politique doit intégrer une démarche pédagogique très forte pour faire comprendre que le bonheur ne se trouve pas dans l’achat forcené de biens mais plutôt dans le respect des choses dans leur entretien. Par mon travail dans l’immobilier, tous les jours je constate un imaginaire consumériste forgé par les publicités.Des jeunes femmes pas plus cuisinières que moi veulent casser la cuisine de la vieille maman pour…réchauffer des plats surgelés,pour les mecs c’est le portail plastique avec télé commande électrique et le pompon…le terrain piscinable…Un niveau de consommation pas soutenable, pour les familles avec des prêts à 30 ans supérieurs à la durée de vie des ménages et pour l’environnement car tout cela est très précaire. Il y a une responsabilité collective. Il faut de l’information, de la pédagogie pour contrer ce conditionnement et je suis persuadé que cela peut être un bon axe d’action politique progressiste.
    Merci à vous Bon courage François

  147. L’information c’est bien. La pédagogie c’est bien aussi. Mais dans le monde d’avant, ce n’était pas ce qui manquait. On n’avait jamais eu une telle somme d’informatjion disponible. il y avait des tutos sur tous les sujets, sur l’économie la finance les techniques de manipulation etc. vous pouviez lire le monde diplo, fakir, mediapart le canard enchainé ou les chaines youtube de vos hommes politiques préférés (tiens il y avait que des hommes). bref les robinets etaient tous ouverts Il n’y avait qu’a choisir les bons. Alors d’ou venait ce sentiment de malaise? de doute?
    Du fait que derriere tout ca il y avait une belle brochettes de milliardaires? ou de politicards sans scrupule? Oui bien sur.
    En fait personne ne semblait réaliser que tout était vérouillé, bloqué , a sans unique.
    dans les medias quoi d’autre a part les micro trottoirs pour écouter les invisibles les inaudibles ceux qu’on appelle les premiers de corvées, les gilets jaunes ou les sans dents (ca dépend de son degré de cynisme). Que des blogs de chefs de partis pouvant effacer vos réactions.
    que des chaines youtube ou rien n’est prévu pour les réponses.
    Peut etre Ruffin ou d’autres pourraient créer des sites ou la parole remonterait vers les politiciens showbizifiés.
    Rien n’est encore apparu. j attends. et ma carte d’électeur est bien rangée , trop bien rangée.

  148. C’en est bien fini du monde d’avant ou les caciques politicards péroraient sur leur chaine américaine youtube.

    Ld monde nouveau va connaitre TWITCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *