Fnac-Darty: je suis furieux !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
La Fnac et Darty vont rester ouvert, ma petite librairie de quartier va fermer, ça dit tout de ce nouveau confinement : les ordinateurs sont essentiels, les livres secondaires. Le télétravail il faut le sauver, mais la culture, l'amitié et même la famille, plus rien à secouer.
YouTube video

Bon c’est notre dernier jour au bureau. La semaine prochaine on va être éclaté, on aura plus le droit de se retrouver donc on en profite. Je voudrais réagir à l’annonce comme quoi la Fnac et Darty pourront rester ouverts tandis que les petits librairies et je pense à la petite librairie du Labyrinthe, mon copain Philippe, quartier Saint-Leu à Amiens, eux c’est fermé. Parce que ça me paraît vraiment un fait symptomatique de ce nouveau confinement.

Évidemment il y a cette injustice d’abord entre les petits commerçants et avec le même délire d’Amazon qui va faire des profits colossaux, la Fnac et Darty qui appartiennent à des grands groupes tandis que les petits risquent de crever dans les centre-ville. C’est la première chose, une chose évidente, une injustice éclatante.

La deuxième chose, ce que ça dit sur le nouveau mode de confinement.La Fnac et Darty peuvent continuer à ouvrir parce qu’ils vendent des ordinateurs. Tandis que les libraires ne vendent que des livres. Ca veut dire quoi sur notre société vue par la Macronie ? Par la sart-up nation ? A l’ère du digital et du numérique où tu as des lignes budgétaires partout sur le sujet. Où Cap2022, c’est 100% des services publics en numérique.

Dans leur esprit, qu’ils veulent instiller dans l’esprit du pays, c’est que les ordinateurs, les disques durs, ce sont des besoins essentiels tandis que le livre c’est superficiel, secondaire, c’est pour le loisir. Alors que franchement je crois que le livre est un outil d’émancipation et de libération tandis que l’ordinateur peut être pour beaucoup un outil d’aliénation.

Mais ça dit quelque chose encore en-dessous, sur ce confinement, c’est la troisième chose. C’est que tout ce qui touche au travail c’est sacré désormais. Tu auras ton attestation, du moment que ton employeur il aura bien signé en bas tu pourras aller où tu veux quand tu veux. Parce que le travail on y touche pas. L’économie on y touche pas. La croissance on y touche pas. En revanche tout ce qui est de l’ordre du social, de l’amitié, de la culture et même de la famille, c’est tout c’est mort c’est terminé. Les parents ne pourront plus aller voir leurs enfants et on le dit même pas comme ça.

Dans le premier confinement il y avait plein de choses qui n’allaient pas. Mais il y avait un truc qui était clair : on coupait le travail en même temps qu’on coupait la famille. On coupait l’économie en même temps qu’on coupait la culture. Tout était coupé en même temps. Tandis que là le PIB c’est sacré et en revanche tout le reste s’est sacré. Je sais pas moi ça me met furieux.

Je ne sais pas ce que le pays va éprouver mais moi ça me rend furieux. Je vois tout ça dans ce petit fait que Darty et la Fnac vont pouvoir rester ouverts au nom de leur rayon informatique utile pour le télétravail tandis que ma petite librairie du Labyrinthe va devoir fermer parce qu’elle n’est pas productrice de PIB pour les télétravailleurs.

On arrête là parce que je dois préparer ma séance de cet après-midi sur l’agriculture. Après la culture l’agriculture. Et bon courage à tous parce que quel merdier !

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.

"Debout les femmes !" au cinéma !
Retrouvez le dernier film de François Ruffin et Gilles Perret, en avant-première jusqu'à sa sortie en salle le 13 octobre !