« Telle la cigale vous avez chanté tout l’été, et soudain… confinement ! »

Telle la cigale, vous avez chanté tout l’été. Vous étiez « prêts ». Vous dirigiez seuls, sans l’Assemblée, sans la société. Et soudain : confinement.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

« Oui, nous serons prêts. »
C’est le président de la République qui s’exprimait ainsi, le 14 juillet : « Nous serons pour la deuxième vague, cela a été préparé sous l’autorité du Premier ministre. » Le ministre de l’Education approuvait, en Dupont « T » : « Nous sommes préparés à tout », et sa Dupond « D » en charge de l’enseignement supérieur : « Les établissements sont prêts. »

Sans compter le La Palisse qui nous sert de Premier ministre, qui en septembre préconisait de « nous laver régulièrement les mains », qui ce samedi encore recommandait : « Le meilleur moyen de soulager l’hôpital, c’est de ne pas tomber malade. »

Confinement !

Tout allait bien, Madame la marquise.
Et soudain, le couvre-feu, l’Etat d’urgence, les ordonnances.
Et bientôt, ce vendredi, le re confinement.
L’hibernation avant l’hiver.
La police en première ligne, à nouveau, à délivrer des amendes de 135 €, 6 mois de prison après trois infractions…
« Des restrictions de libertés inédites en temps de paix », pointe le président du Comité des Droits de l’Homme.

Ce printemps, encore, le confinement se comprenait : nous étions pris par surprise, par un virus inconnu, débarqué de Chine. Vous agissiez, réagissiez, dans l’urgence. D’où notre clémence.
Mais cet automne.
Six mois après.
Six mois pour se préparer.
Et rebelote.
Les hôpitaux pleins.
Le manque de lits.
La pénurie de soignants.
De gants, et qui sait de médicaments.
Et confinement à nouveau.

Ce tweet, qu’un médecin vient de publier :

Bonjour Christophe
j’ai besoin de toi urgent. Mon beau père 82 ans hospitalisé pour Covid-19 sous 6l oxygène il est asmatique l’hôpital vient de nous dire qui pourront pas le mettre en réa vu son âge priorité au jeune met franchemoent c’est honteu
Peut tu m’appeler stp on a besoin d’aide on c’est pas quoi faire Urgent merc

Telle la cigale de la fable, vous avez chanté tout l’été, et nous voilà fort dépourvus quand la bise fut venue.
Vous avez chanté : « croissance ».
Vous avez chanté : « Faites-nous confiance. »
Vous avez chanté : « Laissez-nous gérer. »

Pleins pouvoirs et état d’urgence

Et c’est pour ça, justement, pour cette raison, que nous sommes dans la mouise aujourd’hui : parce qu’on vous a obéi.
Parce qu’on vous a fait confiance.
Parce qu’on vous a laissé gérer.
Et gérer seul, avec les pleins pouvoirs, les décisions qui tombent d’en haut, depuis l’Elysée ou Matignon. L’état d’urgence, au nom de l’urgence, pour les urgences, le couvre-feu, le confinement maintenant.
La démocratie, ça aurait ralenti.
Ca aurait entravé vos mesures.
« Nous n’avons pas besoin d’un colloque », comme on me l’a dit ici samedi.

En une formule, tout est dit.

Notre France compte une intelligence énorme, d’infectiologues, d’épidémiologistes, d’ambassadeurs, d’anthropologues, de journalistes scientifiques, de chercheurs en tous genres, de statisticiens, d’agences régionales de santé, de responsables d’ONG, de grands reporters, de médecins, de parlementaires pourquoi pas, d’élus locaux, d’enseignants, de soignants, d’étudiants, de commerçants, mais toute cette intelligence ne compte pour rien : « Nous n’avons pas besoin d’un colloque. »

Vous savez.
Vous savez seuls.
Pas besoin de nous, pas besoin des Français.
C’est le prix de votre suffisance, de votre arrogance, que nous payons aujourd’hui.

Un autre chemin est possible

L’autre chemin, l’alternative à votre solitude, c’est la démocratie.
Mais comment ?

Ici, d’abord. Chaque semaine, et en fait je pense chaque jour, vous auriez dû, vous devriez, rendre des comptes, sur les ouvertures et fermetures de lits, sur les places restantes, sur les stocks de gants de respirateurs de médicaments, sur les ressources en personnel.

Avec, oui, à affronter les questions rugueuses de l’opposition, avec de la contradiction, mais qui vous aurait fait réfléchir, avancer, des coups de pied au derrière. Et le débat que vous prévoyez jeudi, moi, je vous le dis d’avance, ne me suffit pas : ce n’est pas une fois, mais dix fois, cent fois, c’est tous les jours qu’il devrait se dérouler ici…

Quand on se sent, parfois, dans un univers parallèle, dans une cinquième dimension, discutant pépère dans l’hémicycle de la TVA sur les produits de bio-contrôle tandis que, dehors, est déclaré le couvre-feu, sans contrôle.

L’Assemblée ne suffit plus

Mais l’Assemblée ne suffit plus.
Elle n’incarne plus la démocratie, elle ne représente plus, plus à elle seule, le peuple français.
Il faut une autre instance, plus vaste, plus neuve.

Et je souhaiterais, pour ma part, une Convention Citoyenne sur le Coronavirus, où se mêleraient infectiologues, épidémiologistes, ambassadeurs, anthropologues, journalistes scientifiques, chercheurs en tous genres, statisticiens, historiens, responsables d’ONG, grands reporters, médecins, enseignants, soignants, étudiants, commerçants… avec des séances filmées, diffusées en direct sur Internet, informant le peuple, l’éclairant, fort de cette intelligence collective, qui envisagera mille fois plus d’options, qui imaginera mille fois plus de solutions, que vous seul, là, ou le Président seul dans son palais.

Quand bien même, à la fin, ce serait à vous, à lui, de trancher.

C’est curieux comme vous vantez le « numérique » partout, comme vous mettez du « digital » à toutes les lignes de crédit, comme vous vous revendiquez « disruptif », mais concernant votre pouvoir, c’est à l’ancienne, voire archaïque : autorité et verticalité.

On le pressent.
On le devine.
On le sait, intimement.

« Mettre de côté la démocratie »

Ce Covid-19 n’est qu’un prémisse, une répétition générale, un échauffement avant le réchauffement. Inondations, tornades, sécheresses, vont se succéder. Les dix plaies d’Egypte seront pour nous. La nature est déréglée, elle va se venger, elle se venge déjà.

Aussi, comment répond-on à cette secousse ?
C’est un indice de la suite.
Choisit-on la démocratie, le débat, la confiance, l’échange entre les citoyens ?
Ou préfère-t-on l’arbitraire, le bâton, la réponse policière à une crise sanitaire ?

Le scientifique James Lovelock l’envisageait : « Face à la crise écologique, il peut être nécessaire de mettre la démocratie de côté pour un moment. »
C’est pour l’instant la voie que vous avez choisie.

Sur le même thème

bfm ruffin impot covid

Pour un impôt Covid sur les profiteurs de la crise

Les profiteurs de « guerre » sont connus : c’est l’industrie pharmaceutique, les assureurs, la grande distribution et les plateformes numériques. Peut-on moralement accepter que des firmes tirent des bénéfices de cette crise quand des malades, l’hôpital, les commerces, le million de pauvre en plus cette année, en souffrent. Les profiteurs du Covid doivent payer !

Fnac-Darty: je suis furieux !

La Fnac et Darty vont rester ouvert, ma petite librairie de quartier va fermer, ça dit tout de ce nouveau confinement : les ordinateurs sont essentiels, les livres secondaires. Le télétravail il faut le sauver, mais la culture, l’amitié et même la famille, plus rien à secouer.

miniature surpris par le virus rmc ok

Macron « surpris par le virus », c’est un gag ?

Quand Macron en arrive à dire hier soir : « Nous sommes surpris par la deuxième vague », c’est un gag ? Alors qu’il aurait pu simplement écouter son Conseil scientifique qui n’a cessé de l’alerter.

vous mettez en sommeil la démocratie miniature youtube

Vous mettez en sommeil la démocratie !

Vous choisissez aujourd’hui de faire un chèque en blanc au Président sur les deux choses essentielles aux Français : la santé et la liberté. Pépères, tranquilles, désinvoltes, vous mettez la démocratie en sommeil, l’Etat de droit entre parenthèse.

Commentez

15 réflexions sur “« Telle la cigale vous avez chanté tout l’été, et soudain… confinement ! »”

  1. Marie-Ange GROSJEAN

    HA ! François !! MERCI MERCI !!! Comme d’habitude vous dites la VERITE, mais si peu vous entende !!!! Assemblée divisée par 2 et vos interventions, comme celle-ci, SURTOUT PAS DIFFUSEE PAR NOS « MERDIAS » !!!! Mais encore MERCI de vous battre et sachez que beaucoup de Citoyens (non moutons) sont avec vous.
    COURAGE François en espérant des JOURS MEILLEURS et ENFIN UNE VRAIE DEMOCRATIE
    INSTAUREE ET CONDUITE PAR LE PEUPLE !!!
    Amicalement

    1. JACQUES DA CUNHA

      Quel beau texte,mais ou sont les propositions ????? Reflet du raleur toujours contre tout et dans la tradition bien française : Tu dis tou le monde dans la rue…. personne ne bouge. A contrario tu confines ….Ils sont tous dans la rue.

  2. Cest beau et méritoire d’y croire encore à la démocratie ! Mais une commission de plus, qu’ils n’écouteraient pas davantage que celle sur la Ville, sur le Climat et autre grand débat, à quoi bon ? Tant que nous n’aurons pas représentation du peuple de France qui soit en adéquation avec la vraie société française nous ne pouvons croire à la démocratie ; j’approuve la plupart de vos interventions sinon toutes, fruits de votre travail, de votre implication, celles d’Adrien Quatennens toujours imperturbable face aux détracteurs. Vous me faites espérer en un temps meilleur. Et pourtant face à l’apathie des uns, aux incohérences et à l’incurie des autres il y a de quoi désespérer.

  3. Belin Jean charles

    Bonjour
    Jaime les gens a convictions
    Aujourd’hui je suis triste. Je suis infirmier liberal. Je teste, je testerais même les yeux fermés
    Mais a quoi bon. (Pas de traitement.)
    JE DETECTE les cas covids sans espoir. Je passe chez nos personnes âgées positives je leur caresse la tête. (Puisque les médecins ne prescrivent plus) et je declare ne vous inquiétez pas si ça ne va pas, on telephone au 15 et vous mourrez en rea. Voilà ce qui c’est passé il y a quelques jours
    On aurait peut être pu mettre de l’oxygène et l’accompagner. Qu’il puisse rester avec sa femme. Et bien non il est mort seul
    Alors j’aimerais que les francais soient comme vous et quils se lèvent. Je suis persuadé que le traitement existe
    Mais que l’on attend un vaccin qui remplira les poches de certains
    Cordialement

  4. Une convention citoyenne ! Oui ! Mais citoyenne alors. C’est une intervention à l’assemblée, pas le temps de développer. Mais on est d’accord que la convention citoyenne est composée de citoyens représentatifs de l’ensemble des citoyens et donc tirés au sort. On n’a pas trouvé mieux pour la représentativité. Tous ceux qui veulent avoir un échantillon représentatif le plus valide possible dans leur boulot utilisent cette méthode. Après, évidemment, il faut que cette convention puisse s’instruire. Et c’est là que l’on fait appel aux personnes qui ont bossé le sujet et cela de manière contradictoire. Et les citoyens peuvent questionner, faire venir ou revenir un tel.

    C’est ce qui s’est passé pour la CCC. Et c’est beau. Et je n’ai pas le souvenir d’une aventure aussi démocratique en France depuis… jamais. Alors oui, le pouvoir s’assoit sur ses recommandations. On le savait d’avance. Mais ce n’est pas grave. On a là quelque chose de précieux : l’avis des citoyens français lorsqu’ils ont eu le temps de bosser sérieusement le dossier (on ne peut pas demander à tous les citoyens de bosser sérieusement un dossier ; toute la France paralysée, non. Il faut un échantillon). L’opinion de quelqu’un qui ne connaît rien au sujet, on s’en fout, tout citoyen qu’il est. L’opinion des citoyens lorsqu’ils ont bossé le sujet… c’est inestimable. Et moi, dans mon travail, si je veux savoir ce que pensent les citoyens sur un sujet traité par la CCC, je vais regarder ce qu’ils ont proposé. La 5G, il faut temporiser. Je ne suis pas d’accord ? Peut-être. Mais je crois fermement à la démocratie, la vraie et donc je me plie à l’avis de la CCC.

  5. Quelles actions fortes pour marquer notre désaccord, notre colère et notre opposition, de manière nationale et significative??? Rassembler tous les partis et tous les peuples aujourd’hui mais comment ???

    1. Rassembler les partis ? Pour quoi faire. Vous avez quel âge pour ne pas avoir encore assez donné ? Les Peuples ? Belle utopie. Pourquoi pas les fédérations sportives, le Congrès, les assemblées d’actionnaires, les sociétés de ramasseurs de champignons ou les supporters de club de foot. En 68 le mot d’ordre était « dix ans ça suffit ». Nous sommes cinquante deux ans plus tard. Cinquante deux ans avant 68, mon grand père criait déjà « plus jamais ça ». On sait ce que « ça » a donné. Rassembler tous ceux qui savent se servir d’une fourche me paraitrait plus efficace. Moi, j’arrive au bout et j’ai une très bonne retraite. Alors, si vous préférez la voie démocratique ! … que vous semblez confondre avec « la voix démocratique des partis ».

  6. GINETTE SORGENFREI

    comment faire comprendre aux français qu’ils doivent aller voter quand on leur demande leur avis ? rendre le vote obligatoire,

  7. merci d’être là et de parler pour nous qui nous sentons baillonés et pour le moment impuissants….mais la révolte, elle fera son chemin

  8. DE ROLAND Bernadette

    Le virus ressemble à un ennemi mais l’ennemi N0 1, c’est le pouvoir de l’argent. Nous inciter à consommer, à croire sans penser, sans s’arrêter pour réfléchir…Pour moi, l’arrivée de ce virus est une alerte. On abîme la planète depuis des décennies, ce petit monstre invisible montre qu’on est pas les plus forts. Les peuples premiers sont dans le vrai, ils ont toujours composé avec la nature et elle leur a toujours permis de vivre et de s’épanouir. Dirigeants et citoyens, qu’on en prenne de la graine. Merci

  9. Ghislaine Aissani

    Ah pour une fois un documentaire intéressant sur la 5 sur le rôle de la police française durant la guerre de 40 Ça n a pas été beau

  10. Ghislaine Aissani

    Depuis les élections de 2012 Ils se servent des musulmans pour cacher la forêt ils font diversion comme ça Comme aujourd’hui avec le soit disant Covid qui n est que maladies courantes

  11. Merci de dire tout haut ce que la majoritė du peuple pense tout bas!

    Pour éviter un crash total du système et permettre une équitė pour tous, je pense tout bas qu’un revenu universel mensuel décent pourrait largement être déployé en réponse simple à tout ce marasme et à cette complexité administrative de demande d aide ou de prime distribuée aléatoirement de facon inéquitable….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *