Éloge du bistro

Amélie a publié ce texte, à propos du bar Le Select, à Gardanne. Je le trouve beau, alors je le partage, en pensant à mon papy qui en tenait un, de bistro .
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Il y avait celui qui buvait de l’alcool et celui qui n’en buvait pas. Son café, ma bière, son sirop, son verre de vin blanc et les tournées qu’on s’offrait pour être ensemble.

Il y avait celui qui regardait le foot et celui qui ne le regardait pas. Son OM, son Barça et l’impossibilité pour moi de rester concentrée plus de dix minutes devant un match et la beauté du jeu quand je tournais le dos à la télé et que je voyais ça dans leurs yeux.

Il y avait celui qui lisait et celui qui ne lisait pas. Mon livre, son journal et le cocon des bavardages tout autour.

Il y avait celui qui jouait et celui qui ne jouait pas. Leur belote, leurs échiquiers, leurs accusations de tricherie et leurs colères feintes et mon incapacité à retenir la moindre règle après vingt ans de formation continue.

Sur ces chaises-là, derrière ces grilles ou ces rideaux de fer, il y avait tout l’amalgame foutraque de la diversité de cette ville. Il y avait la possibilité d’échapper aux déterminismes socio-culturels qui nous poussent à un entre-soi plus ou moins élargi.

On recause réouverture le 20 janvier si on est sages. Sauf que si on ne les aide pas maintenant, les grands artisans de la cohésion sociale vont sans doute mettre la clé sous la porte, autorisation d’ouvrir ou pas. Et puis, ce manque de confiance, cette classification comme « nuisibles », je ne sais pas trop comment ils vont s’en remettre.

Sur le même thème

Vous connaissez le point commun entre stratégie et Macronie ?

Vous connaissez le point commun entre Macronie et stratégie ? Ca rime, mais à part ça, c’est un oxymore. La Macronie croit tellement à la « main invisible du marché », aux « entreprises privées », qu’elle est incapable d’organiser l’Etat, d’où des échecs sur les masques, les tests, et maintenant ce scandale, nous n’avons pas de vaccin français…

bfm ruffin impot covid

Pour un impôt Covid sur les profiteurs de la crise

Les profiteurs de « guerre » sont connus : c’est l’industrie pharmaceutique, les assureurs, la grande distribution et les plateformes numériques. Peut-on moralement accepter que des firmes tirent des bénéfices de cette crise quand des malades, l’hôpital, les commerces, le million de pauvre en plus cette année, en souffrent. Les profiteurs du Covid doivent payer !

Fnac-Darty: je suis furieux !

La Fnac et Darty vont rester ouvert, ma petite librairie de quartier va fermer, ça dit tout de ce nouveau confinement : les ordinateurs sont essentiels, les livres secondaires. Le télétravail il faut le sauver, mais la culture, l’amitié et même la famille, plus rien à secouer.

miniature surpris par le virus rmc ok

Macron « surpris par le virus », c’est un gag ?

Quand Macron en arrive à dire hier soir : « Nous sommes surpris par la deuxième vague », c’est un gag ? Alors qu’il aurait pu simplement écouter son Conseil scientifique qui n’a cessé de l’alerter.

Commentez

12 réflexions sur “Éloge du bistro”

  1. Charrier Martine

    Merci Amélie !!

    Gardanne et ses boues rouges !! un long combat aussi !!

    En tant que Marseillaise je regrette aussi que tous ces petits bistrots de quartier soient fermés, c’est l’endroit où les pays et les plus jeunes se retrouvent pour discuter de la vie, tout simplement !!

    Je ne sais pas ailleurs mais à Marseille ( et les bouches du Rhône) c’est toujours pagnolesque !!

    Merci François !!

  2. marie petit-signe

    Mais oui c’est lui mon lieu essentiel, le-mon bistrot! Boire un café, le matin au soleil, oui oui, devant le port de Granville .Le journal sous le nez, bien sur il faut se farcir les discours pateux des voyages aux Antilles, les traversées scabreuses vers les ‘Anglos’ …çà énerve des fois , surtout qd on lit les désastres sociaux, économiques …de tout genre ds le monde. Mais c’est aussi notre monde et, vite, faut se tourner vers le ciel, la mer et ses petits bateaux qui tanguent tranquillement .Et très souvent il se trouve qq’un qui vient partager ce moment de bonheur. Merci Amélie, merci François!

  3. comme je te comprends Amélie!
    Moi j’attends avec impatience un parti qui propose dans son programme l’ouverture MASSIVE de bistrots! à tous les coins de rues! à côté des marchés, des jardins … partout. Vive les bistrots!

  4. Merci pour ce beau texte, merci de défendre les cafetiers, les bistroquets, tous artisans de cohésion sociale, partout, dans les petits villages, dans les quartiers et au coeur des villes…

    1. Que deviennent les personnes transférées en Allemagne pour Covid tel que le Président Algérien et l opposant Russes et les transferts qui ont eu lieu de patients ?
      Les Américains ont prévenu que le vaccin n était pas bon, alors il faut attendre et le virus disparaîtra

  5. Nous sommes contre ce vaccin Covid ! Qu est ce que c est ce Covid un virus informatique ? Il n y a pas de virus Alors quels effets sur l homme ce vaccin, les américains l on dit c est mauvais N y a t il pas eu assez de drames
    Il faut laisser la liberté de choisir même pour les epadh Pourquoi obliger ceux qui ne peuvent se défendre et pourtant disent non
    Je pourrais en dire j ai assez dit, les technocrates depuis la guerre de 40 on n entends qu eux, que ce soit dans les trésors des chansons anciennes françaises des annees 1940 qui sont d une vérité indéniable

  6. Ghislaine Aissani

    Je me souviens de jeunes dans les 2 hôpitaux psychiatriques de Villejuif Ils avaient les yeux qui brillent de trop dû aux injestions obligatoires et ils étaient doux comme des moutons
    J ai souvenir de leurs gentillesse et de leurs joies de vivre Ils sont si bons Rendez leurs la liberté

  7. Ghislaine Aissani

    Je me souviens de jeunes dans les 2 hôpitaux psychiatriques de Villejuif Ils avaient les yeux qui brillent de trop dû aux injestions obligatoires et ils étaient doux comme des moutons
    J ai souvenir de leurs gentillesse et de leurs joies de vivre Ils sont si bons Rendez leurs la liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *