Dépakine & Sanofi : le silence du gouvernement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Question au gouvernement de François Ruffin à Edouard Philippe, sur la Dépakine et Sanofi. Avec la réponse du Premier ministre et la réponse à sa réponse, en direct de la bibliothèque de l’Assemblée nationale.

Partagez cet article :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Secouez l'Assemblée !

Ne manquez aucun discours...

D'autres discours à l'Assemblée...

1 réflexion sur “Dépakine & Sanofi : le silence du gouvernement”

  1. Bonjour Mr RUFFIN,

    S’agissant de SANOFI, peut être le savez vous, mais au cas ou, mes camarades du site de MOURENX (près de PAU) signalent un scandale, une pollution due à des rejets toxiques qui met à l’arrêt la production de leur usine avec une mise en demeure de l’état de neutraliser ces rejets.
    La Direction semble rejeter la responsabilité de la destruction de l’outil industriel par la CGT, bien entendu. Comme si ça arrangeait la CGT que les gars perdent leur boulot. Apparemment, ça chie un peu !
    Si le sujet vous intéresse, je pense pouvoir vous mettre en rapport avec mes camarades du site. Ce sont des gens très avertis qui traitent entre autre les suites des problèmes liés à l’amiante (action qu’ils mènent depuis le début). Je ne pense pas qu’ils soient hostiles à vous rencontrer si d’aventure vous étiez intéressé, quoi qu’ils ne soient pas informés de ma démarche. mais bon, ça peut être enrichissant.

    Cordialement

    Jean luc JACOB

    Nota: Sans vouloir faire le lèche cul, j’ai pensé à vous adresser ce message, rapport à l’affection que je porte au petit fakir et à l’admiration que j’ai pour votre mission que je « surveille » avec assiduité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Secouer l'Assemblée !

Avec un fil conducteur : moins pour l’argent, plus pour les gens ! Plus pour les hôpitaux, plus pour les petits clubs de foot, plus pour les femmes de ménage…

Nous suivre