Censure sur Facebook : « Votre publication ne respecte pas les standards de la communauté »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – « lutter contre les contenus haineux ». La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?
YouTube video


Monsieur le ministre de la Culture et de la Communication,

A la fin du mois d’août, j’étais encore en vacances dans le Tarn, quand mon chargé de com’ m’a alerté : « Je ne comprends pas, ta page Facebook ne tourne plus. Y a presque plus de visite. »
Je ne m’en suis pas inquiété : je devais conduire ma fille au poney.

Une semaine plus tard, grâce à un article de Médiapart, le mystère s’est éclairci : des tas de pages Facebook, toutes engagées, Lille insurgée, Bretagne noire, Collectif Auto Média énervé, Groupe Lyon Antifa, Nantes révoltée, toutes ont subi la même censure, toutes le même week-end que moi.

La page « Cerveaux non disponibles », par exemple, a chuté de 300 000 vues quotidiennes à moins de 1000…
Coïncidence ?

Au même moment, se déroulait, à Biarritz, le sommet du G7, avec Emmanuel Macron, Angela Merkel, Donald Trump.
Un G7 dans une ville bouclée.
Avec une communication verrouillée.
Et donc, une contre-information bloquée.

Ces pages militantes ont protesté auprès de Facebook. Mais c’est un algorithme qui leur a répondu : « Votre avis sera utilisé pour améliorer Facebook. Merci d’avoir pris le temps de nous envoyer votre signalement. »

A son tour, Médiapart a interrogé Facebook, qui a délivré une novlangue algorithmique : « Les pages en question n’ont pas été censurées. Si leur visibilité a été réduite, c’est parce qu’elles ont publié un ou des contenus contrevenant aux Standards de la Communauté. »

En octobre, cette fois, relate Le Parisien, ce sont les cheminots, de Sud-Rail et de la CGT, qui ont vu leurs pages censurées. Et avec la même réponse : ils auraient contrevenu aux « Standards de la Communauté ». Mais quels sont ces « standards » ? Interdisent-ils la politique ? La polémique ?

Comme ministre de la communication, vous êtes le gardien de la liberté expression dans notre démocratie.
Les atteintes, ici, sont manifestes.
Avez-vous interpellé la direction de Facebook ?
Quelles réponses avez-vous obtenue ?
Ou au contraire, ces censures vous arrangent-elles ?

Au printemps de cette année, le président Macron a rencontré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour – je cite – « lutter contre les contenus haineux ». La critique du gouvernement, le soutien aux mouvements sociaux, sont-ils rangés dans ces « contenus haineux » ?

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.

"Debout les femmes !" au cinéma !
Retrouvez le dernier film de François Ruffin et Gilles Perret, en avant-première jusqu'à sa sortie en salle le 13 octobre !