Avec l’an 01, préparer les ruptures nécessaires

500 alertes, 600 contributions, 4 émissions en direct, plus de 500 000 vues et un livre collectif écrit en direct avec les internautes, "Ruptures" : lancé la semaine dernière on fait le point sur lan01.org.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Lancé la semaine dernière par François Ruffin, le site lan01.org a déjà recueilli plus de 500 alertes, 600 contributions et produit quatre émissions en direct recueillant un total de 500 000 vues. Lors de ces émissions, le député-reporter a échangé avec Sylvie AVS, Philippe, libraire, Freddy, de chez Valeo, Sabrina Ali Ben Ali, médecin urgentiste, et les philosophes Dominique Bourg, Cynthia Fleury et Pablo Servigne. De quoi nourrir un livre collectif, écrit en direct avec les internautes : « Ruptures. »

Pour François Ruffin : « Les Français ne feront aucune confiance à Emmanuel Macron pour, comme il dit, ‘tirer les leçons de cette crise’. Il est l’incarnation de cet ancien monde qui prône la mondialisation, la concurrence, la croissance, qui a entraîné la perte de notre souveraineté. Les ‘ruptures nécessaires’ se feront sans lui. »

En une semaine, lan01.org a permis :

  • 500 alertes reçues par téléphone ou via le formulaire mis à disposition. Salariés de l’industrie, du BTP, postier, auxiliaires de vie scolaire, soignants nous alertent sur les dysfonctionnements de la crise. Ils font ressortir une leçon claire : même pendant la crise, les travailleurs sont méprisés par le gouvernement. Alors que les cadres sont protégés en télétravail, ouvriers et employés sont envoyés au front sans les protections nécessaires. Retrouver ici les témoignages reçus.
  • 4 émissions « Allô Ruffin » en direct : animées par François Ruffin sur Facebook, ces émissions permettent de mettre en lumière le témoignage direct de Français confrontés à la crise au quotidien : médecin, AVS, libraire, associations de soutien aux personnes vulnérables… Elles sont aussi l’occasion d’échanges entre François Ruffin et des intellectuels (Dominique Bourg, Cynthia Fleury, Pablo Servigne) pour préparer les ruptures nécessaires pour demain. Retrouver ici les émissions. Prochaine émission le mardi 24 mars, à 18h, à suivre en direct sur Facebook avec Paul Jorion, une responsable de rayon dans la grande distribution…

Mots-clés :

Lire également :

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Restez informés

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député. Retrouvez également nos newsletters sur Messenger et sur Telegram.

13 réponses

  1. bonjour François….
    Remarquez que depuis le confinement, et sans le nommer comme d’habitude, le gouvernement manie ni plus ni moins des leviers de type « communisme », et autrement dit constate jour après jour l’échec de sa politique et de son orientation économique!
    Sur le plan de l’acheminement des denrées alimentaires…le circuit court est privilégie …tiens c pas le programme de la France Insoumise non? et les poulets de chez Trump??? et toute la connerie qui va avec on en fait quoi?…ben non il faut donc consommer localement ….délire c’est ce qu’on veut depuis des lustres ..
    A savoir, l’Etat rachetant les dettes des entreprises prêts ou autres, puis prenant en charge le chômage partiel, donc la paye des salariés…et quoi donc? ben sachez messieurs les Ministres que qd l’Etat qse substitut à l’appareil prive il fait du communisme!! ah édifiant non? Bilan? le régime économique que vous nous vendez et revendez est lamentable et hors course!
    bon résumé: modèle lamentablement obsolète distribution nulle….il vous faut partir vite mesdames et messieurs du gouvernement vous n’êtes pas dans le bon programme!

    1. Petit village, petit marché, petits producteurs du coin. En effet : circuit court. Mais depuis aujourd’hui, interdit… Mieux vaut aller enrichir super U & co. Décisions prises à Paris par des super libéraux qui ne pensent qu’à la reprise de leur affaires. Les laisserons-nous faire après la crise ? Ou pourra t-on mettre en oeuvre l’avenir en commun ?

  2. Partager sa volonté de ce battre,pour en finir avec le fléau inhumain, au cotidien s’instruire :sera un courage toujours reconnu .
    Monsieur Ruffin merci pour votre éclairage génial .

  3. Quand nous serons sortis de l’épidémie, il ne faudra pas laisser le gouvernement respirer! Ce serait bien que les Gilets Jaunes reprennent les ronds-points, les jeunes occupent à nouveau les places des villes et que tous les secteurs publics et privés, derrière leurs syndicats, manifestent les samedis et dimanches, peut-être à tour de rôle, dans tout le pays, avec une exigence: dissolution de l’Assemblée Nationale, nouvelles élections législatives. Que enfin l’exécutif n’est plus son armée de robots à disposition! Et pourquoi pas une co-habitation qui permettrait de préparer une véritable élection en 2022, pas un simulacre. La seule inconnue, c’est est-ce que nos forces pourront se faire entendre? Est-ce que le peuple optera pour être représenté par des députés qui luttent pour l’intérêt de tous, tels que ceux de la FI et les communistes, et quelques autres d’autres partis qui ont le sens de l’intérêt général? Je suis convaincue qu’en 2017 les Français ont laissé passer une opportunité qui ne s’était pas présentée depuis longtemps, avec Mélenchon, au lieu de se précipiter dans les tenailles de Macron et Le Pen. Bon courage à tous.

  4. Bonjour,
    1ère réforme selon moi qui concerne un besoin fondamental, celui de se nourrir avec des produits sains.
    Engager un vaste programme de formation de nos paysans/agriculteurs aux techniques de production en bio (permaculture, agro foresterie..) et revenir à des exploitations où serait produit une diversité alimentaire localement, ce qui suppose de l’embauche de la main-d’oeuvre.
    Je sais que ce point était dans le programme de la campagne
    Développer les Amap , achats directement du producteur au consommateur….
    Développer le jardinage dans toutes les communes et former les enfants au plus jeune âge dans les écoles.

  5. Il faudrait trouver les connards qui ont sorti ce virus ?
    Bravo au Professeur de Marseille qui cherche une solution rapide avec un médicament

    1. Une pandémie annoncée dés 2014 :
      Laboratoire de haute sécurité biologique P4 – Wuhan (Chine) Or :
      Kolter n’est pas seul : ils sont 56 scientifiques d’envergure, dont trois Prix Nobel, à avoir signé fin décembre 2013 une lettre publique adressée à la Commission européenne réclamant « une véritable analyse de risque »pour ces expériences. Qui exposent l’humanité, avertit l’épidémiologiste d’Harvard Marc Lipsitch, lui aussi signataire du texte, à la possibilité d’une « pandémie véritablement catastrophique (…) capable de faire des centaines de millions de morts ».
      Ces expériences de la discorde, dont le début remonte à 2011, ont d’emblée agité la communauté scientifique – au point que leurs auteurs ont dû décréter un moratoire sur leurs travaux en janvier 2012. Avant de le lever, unilatéralement, en janvier 2013, en dépit de l’absence de consensus. Depuis, elles se poursuivent comme si de rien n’était.
      H5N1 ET H7N9, DES VIRUS EXTRAORDINAIREMENT MEURTRIERS
      En quoi consistent-elles ? Elles portent sur deux virus grippaux, le H5N1 et plus récemment le H7N9, qui connaît actuellement une expansion inquiétante en Asie. Attention, « grippe » ne doit pas être lu comme signifiant « sans gravité ». H5N1 et H7N9 sont des virus extraordinairement meurtriers.
      Les malades, après une brutale poussée de fièvre, développent généralement une pneumonie, puis une grave détresse respiratoire à l’issue souvent fatale. Entre le tiers et la moitié des quelque 1 000 humains qui ont eu le malheur de contracter ces grippes en sont morts, généralement en une dizaine de jours. Pour le H7N9, le dernier bilan fait état de 72 décès en Chine entre janvier et février.

      https://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/03/10/virus-mutants-les-furets-de-la-discorde_4380437_1650684.html?fbclid=IwAR3s2op9PW45S0U91W0eHcI8xoYNMEBW7DvvX8pkY_5y7v0HrTXtqAeMxpw

  6. Continue François… J’arrive à ma fin de vie. Tu sera des quelques, rares qui m’auront fait plaisir … Merci

  7. Le papier « y a qu’à faut qu’on »
    première réaction du gouvernement sur le confinement ce sont les autorisations de sortie dérogatoires( déjà 4 modifications). Mise en place 16 heures après l’annonce du président. Ce sont ils posés la question comment les personnes âgées pouvaient répondre à ses obligations. Pour ma part infirmière de formation retraitée aujourd’hui. Je m’occupe d’associations d’aide à domicile : La guerre est déclarée depuis un moment sur les mesures ou non mesures qui sont réservées à ce service . Pour les présidents dignes de ce nom c’est un combat au quotidien. Habitante du lot et garonne nous avons interpellé nos députés sur les difficultés d’embauche ; le manque de reconnaissance pour ce métier ; les difficultés à fonctionner pour les associations prises en otage par les conseils départementaux. Allons nous la aussi laisser partir ce service au entreprises privées.
    « y a qu’à faut qu’on »
    Ahurie par les recommandations de l’ARS sur le port du masque pour tout et n’importe quoi et inondé dans les associations de leur recommandations la mise en œuvre sans matériel doit elle être dénoncée par des plaintes ?
    Bizarrement le bandeau a été retiré de leur site.

    « y a qu’à faut qu’on »
    Je ne parlerai pas du premier tour des élections municipales où les bons citoyens étaient déjà préoccupé par la pandémie débutante en France renonçant à aller voter pour des raisons de santé (chimio ; maladies auto immune ; pseudo confinement débuté. etc.) et les inconscients qui sont allés chercher des seniors pour faire des voix. Les dépouillements se sont fait sans aucune précautions particulières. Je ne parle pas des victoires qui ont été largement fêté malgré des préconisations pour moi importantes.
    Quel est la valeur de ces résultats lorsque l’on reprend les paroles du président :
    Correspond il à une prise de conscience de ce que nous vivons aujourd’hui ?
    «  Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. »

    « y a qu’à faut qu’on »
    Que penser du président qui inaugures des accueils d’hébergements temporaires et se montre devant l’hôpital militaire
    A t’il un esprit citoyen de se monter avec une dizaine de personnes . Découvre t’il les services publics ? Ou est le confinement ( mot qu’il n’a pas osé prononcé) combien de véhicules mobilisés ? Doit il donné l’exemple ?

    « y a qu’à faut qu’on »
    Interdiction de fumer ; de boire y compris de l’eau ; de sortir ; de faire du sport ; d’apporter un peu de chaleur à ceux qu’on aime. Je reviens sur l’eau dans ma commune nous sommes plusieurs « à bénéficier » d’eau en bouteille car l’eau du robinet est polluée et les travaux trop chers. Nous sommes fournis en eau en bouteille. Merci l’écologie et la diminution d’utilisation de plastique. La aussi aucune information de nos services publics sur ce problème.
    Quelle est cette société où par manque d’anticipation sur un dépistage massif nous nous retrouvons dans un choix d’interdiction. A quand les obligations de l’état sur une agriculture raisonnée.
    A quand les obligations sur les conditions de travail ? Mme Pénicaud a dérogé sur les conditions de travail : 60 heures par semaine. A t’elle pensé à la protection et aux mesures de confinement en vigueur.
    Comble de M. Lemaire qui reconduit la prime Macron. Là aussi l’aide à domicile pénalisée par le financement du conseil départemental car malgré l’envie de remercier les auxiliaires de vie pour leur investissement les associations n’auront pas les moyens de les remercier financièrement. J’espère que le CNSA aura un geste pour les intervenantes à domicile.
    Que penser du CNSA qui finance des appels à projets parfois loufoques alors que les associations d’aide à domicile s’étouffent dans dans la gestion quotidienne tout simplement en appliquant le minima des règles sociales. A quand un réel et décent financement de leur part ?

    Je ne parlerai pas des délais d’attente pour une prise en charge APA. Il est difficile d’être sollicité pas les conjoints ou les aidants de personnes dépendantes et de leur répondre remplissez le dossier et vous allez attendre.

    Pour les associations dont je m’occupe nous avions les équipements de protection nécessaires à ce début de crise. Il nous manquait du gel hydro alccolique nous l’avons confectionné nous même. Nous avons diminué le nombre des interventions à 4/5 par jour pour respecter le
    confinement. Nous avons limité les interventions aux actes essentiels de la vie quotidienne et à la lutte contre l’isolement. 2 intervenantes sont au chômage partiel je ne sais pas comment je pourrai les payer en avril puisque nous devons faire l’avance de trésorerie. Il serait important que les conseils départementaux financent les heures non pas effectuées mais sur la moyenne des 3 mois précédent la crise par exemple.
    Je reste à disposition pour parler de l’aide à nos personnes âgées ou dépendantes car j’en fait un combat quotidien pour donner à ce métier toute la reconnaissance qu’il devrait avoir.

  8. Merci François. Continue. Tu es ma bouffée d’oxygène.
    J’ai 70 ans et malheureusement je ne suis plus sur le terrain – bénévole à Médecins du Monde – où j’ai été présente durant toute ma vie professionnelle. Actuellement, ils ne veulent plus de nous, trop vieille, ils veulent nous protéger, disent-ils. Mais on sera là pour la suite. Bon courage à toi et à ton équipe.
    Chantal

  9. je comprends que vous avez besoin de témoignages de votre quotidien.
    De mon côté, j’ai envie d’un futur pour mes jeunes adultes de 20 et 22 ans. Hier déjà ils avaient compris qu’ils auront une vie adulte bien différente et incertaine que moi. Aujourd’hui ils sont encore plus perdus dans leurs études et dans leur début de carrière. Ils ont peur ! Il me disent déjà depuis un certain temps qu’ils ne veulent pas se marier, pas avoir d’enfants… Ils ne veulent pas vivre dans cette société !!
    je rêve qu’en octobre ou novembre 2020, partout en France, on organise la plus grande manifestation pour ne pas « retourner dans nos mauvaises odeurs », dans le « business as usual ». Je rêve de les accompagner à créer une société plus respectueuse des uns et des autres et du vivant. Que vienne le temps des « possibles » 🙂 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *