Amiens-Nord : en finir avec les promesses en l’air

Ce jeudi après-midi, je me suis rendu devant l'Atrium, à Amiens-Nord, occupé par des habitants du quartier depuis deux jours.

Ce jeudi après-midi, je me suis rendu devant l’Atrium, à Amiens-Nord, occupé par des habitants du quartier depuis deux jours.

Je les ai longuement écoutés : « On nous avait promis des emplois, des logements. » « Avant l’élection, le maire de secteur nous a reçus dans son bureau, nous a garanti des boulots chez Procter, à la Ville, et on n’a rien vu venir. » « Shopping Promenade devait embaucher trente pourcents de gens d’ici, on attend toujours. Je ne connais personne qui travaille-là-bas. » « Et le Colvert, est-ce qu’ils vont embaucher des ouvriers du quartier pour le refaire? Je me lève le matin, ça travaille devant moi mais y a aucun boulot pour nous. » « Celle qu’on veut voir, c’est Madame le maire, pas son pantin d’adjoint… »

Au vu de cette situation, plusieurs choses :
D’abord, quand les gens se bougent, réagissent, ne se laissent plus faire, j’encourage. J’accueille donc avec sympathie ce mouvement naissant. A la condition, évidente, rappelée, que ces actions demeurent non-violentes. Et avec l’espoir que ces personnes mobilisées trouveront la manière d’exprimer, au-delà de leur désarroi, celui de leur quartier.
Ensuite, dans le Courrier picard, l’adjoint de secteur lui-même l’affirme : « C’est vrai, il y a eu une convention avec Shopping Promenade pour que 30% des salariés soient du quartier. » Nous demandons à Madame le maire de faire respecter cet engagement. Et de veiller à ce que des chômeurs du quartier soient embauchés sur les chantiers en cours.
Aussi, il faut en finir avec le clientélisme électoral. Notre campagne législative, nous l’avons menée sans promettre le moindre emploi, le moindre logement. Mais sur le quartier nord, c’est une pratique qui dure depuis plus de trente années maintenant… qui conduit forcément à la déception, et au cynisme. Je vais le dire comme je le pense : c’est un héritage post-colonial. Les habitants d’Amiens-Nord méritent d’être traités comme des citoyens ordinaires, qui votent avec le souci de l’intérêt général, de la France, des travailleurs. Et non en achetant leur voix avec des promesses de pacotille.

Enfin et surtout, ce mouvement compte quelques dizaines de manifestants. Mais il semble bien refléter le malaise d’un quartier qui, des habitants aux commerçants, s’interroge, dans le doute : que veut-on faire de nous ? Quel avenir pour Amiens-Nord ?

2 réponses à “Amiens-Nord : en finir avec les promesses en l’air”

  1. Bon courage, ce sont les petits combats qui mènent à la victoire.

    Répondre

    1. les promesses en l’air ne restent toujours des promesses, certaines et souvent pour arriver à se faire élire Président de la République en promettant haut et fort qu’il y aura du changement. Ah oui pour du changement il y en a eu, mais beaucoup de promesses importantes se sont envolées comme des nuages poussées par le vent : le Jupiter avait dit « si je suis élu,plus personne ne dormira dans la rue ». Il a été élu mais les personnes dorment toujours et encore dans la rue, des enfants en bas âge, des familles entières et pendant ce temps de locaux appartenant au gouvernement, donc aux français car le Président n’est pas propriétaire des biens de l’ETAT, restent tristement libres,qui pourraient loger ces familles. Mais bien sûr j’oubliais que ce n’est pas la tasse de thé du Président dictateur,lui préfère les riches, taper sur les retraites en mettant les retraités dans le désespoir.
      Chaque élu,Maire,Député, Sénateur doivent être des actionnaires majeurs pour que les français ne soient pas des reclus de la société mais intégrés dans la région. Personne ne doit rester les bras croisés en se lamentant (sans intérêt) de la situation d’un chômeur, d’une personne au RSA, qui est obligé de mendier. Chacun en se donnant la main et beaucoup d’élus connaissent des entreprises qui peuvent embaucher des personnes handicapées ou non. Tout le monde a le droit de travailler,à condition de s’intéresser à ce qu’il se passe dans la ville, la commune, la région.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre député, votre voix

Je ne vous promets pas la lune, mais face aux puissants, je m’engage à ça : ne pas courber l’échine, me tenir droit.

64 Partages
Partagez
Tweetez64
WhatsApp
Email
François Ruffin

GRATUIT
VOIR