Agriculture : relocalisation ou mondialisation ?

Le président prône « la souveraineté alimentaire », et en même temps, il ouvre les marchés agricoles au Canada et au Mexique. À un moment, il faut choisir un cap, et s’y tenir.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En pleine crise du Covid, l’Union européenne a signé, avec l’accord de la France, un accord de libre‑échange avec le Mexique. Qui prévoit, notamment, l’ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines, des viandes mexicaines jusqu’ici interdites ici pour des raisons sanitaires. Et à l’automne, ce sera au tour du Mercosur !

Et voilà ! Pendant que le président Macron nous promettait « la souveraineté alimentaire » et la « relocalisation », il consentait au grand déménagement de notre agriculture ! Un an après le Ceta, un accord de libre‑échange avec le Canada… et alors que le gouvernement prônait la « montée en gamme » aux agriculteurs !

Nous souhaitons, nous, qu’un cap clair soit fixé : nourrir notre population, d’abord, avec des produits de qualité, et moins d’intrants chimiques. Mais pour cela, il faut de la régulation : des quotas d’importation et des prix planchers, garantis. Nous ne devons pas laisser nos paysans, et nos assiettes, à la folie des marchés. Notre survie en dépend.

À l’Assemblée, nous nous sommes engagés dans les Etats généraux de l’alimentation. Nous en avons, parfois seul, dénoncé l’absence de cap. Quel bilan, à l’arrivée, une année après la loi ? Pour le lait UHT, la part du prix revenant à l’éleveur a diminué de 5 %, tandis que la marge des distributeurs augmentait de 8 %. Idem, en pire, pour le blé : -21%. Au final, concluait l’UFC-Que choisir, c’est « un chèque en blanc de 1,6 milliards d’euros sur deux ans à la distribution ».

Sur le même thème

Img 6320

Flixecourt : une alternance pour Sabrina ?

« J’ai arrêté de travailler quand on a découvert une maladie génétique à ma fille, Sabrina… » Au Café du Centre, à Flixecourt, Christel est venue en famille, juste comme ça, pour se donner des nouvelles depuis le temps du rond-point et du Gilet jaune.

1

François Ruffin fait son Dépu’tour !

Avant de retourner à l’Assemblée pour l’année,
j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vous écouter.
J’ai besoin d’ entendre vos vies et vos soucis.
Pour essayer de les faire résonner à Paris.
Venez m’interpeller.

Photo 2020 09 09 16 35 08

Mission : métiers du lien !

C’était mon gros boulot cette année : une mission d’information, que je menais, sur les « métiers du lien ». Assistantes maternelles, accompagnantes d’enfants en situation de handicap, animatrices périscolaires auxiliaires de vie sociale : des professions avec un faible statut, et de maigres revenus.

routes nationales

On s’oppose… on propose !

J’aime écrire. Alors, je m’adonne pas mal à la littérature parlementaire : rapports, propositions, résolutions… En toute honnêteté, sans grand espoir que ça passe. Mais avec comme but, au moins, que ça attire l’attention sur des sujets qui, sinon, seraient oubliés.

Commentez

1 réflexion sur “Agriculture : relocalisation ou mondialisation ?”

  1. Mazur christine

    Je suis d accord 100 % avec vous Mangeons et achetons local pour aider nos agriculteurs nos artisans nos petits commercants C est aussi toute une education a refaire Trops de cobsommateurs pensent qu au marché tout est plus cher alors que c est faux Si on veut sauver les petits il faut consommer francais puis regional chacun selon ses moyens Peut etre réinstaller des coopératives pour le lait. et pkein d autres produits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *