Reconquête industrielle ? Les patrons à Versailles, les Luxfer à Pôle emploi

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Voilà la réponse du Ministère à Luxfer : « Des actionnaires qui détruisent une entreprise, c'est comme un enfant qui casse son jouet, il faut les laisser faire. Ça s’appelle le libéralisme ».

M. François Ruffin interpelle M. le ministre de l’Economie et des Finances, à propos de sa politique de « reconquête industrielle » : trouverez-vous bientôt un intitulé plus pompeux, et plus mensonger ?

« Des actionnaires qui détruisent une entreprise, c’est comme un enfant qui casse son jouet, il faut les laisser faire. Ça s’appelle le libéralisme ».

Voilà la maxime qui anime, semble-t-il, votre ministère. Et qu’ont entendu les salariés de l’usine Luxfer à Bercy même, entre vos murs, tombée des lèvres d’un de vos hommes de confiance.

Implantée depuis 1939 près de Clermont-Ferrand, Luxfer produit des bombonnes de gaz haute pression. Les bouteilles d’oxygène de nos hôpitaux, c’est Luxfer. Les extincteurs de nos pompiers, c’est Luxfer. La ventilation artificielle des malades en insuffisance respiratoire, les incendies éteints, c’est encore Luxfer. Ou plutôt, « c’était », faudrait-il dire.

Le 26 novembre 2018, les ouvriers ont appris la fermeture de leur usine par un « manager de transition », dépêché spécialement sur place par la multinationale anglaise. Au même moment, la direction publiait un communiqué : « Face à une concurrence de plus en plus agressive provenant notamment de pays à bas coûts, de fortes pressions à la baisse sur les prix de vente […], l’entreprise doit aujourd’hui simplifier son outil industriel en réorganisant son activité de production de bouteilles en France ».

La « concurrence », alors que Luxfer a, en 2018 dans le monde, réalisé 25 millions de dollars de bénéfices, en progression de 50 % par rapport à l’année précédente. Alors que le site français, à Gerzat, enregistre 9 % de rentabilité, deux millions d’euros de profits, un carnet de commandes plein. C’est un savoir-faire vieux de quatre-vingts ans et unique en Europe qui est sacrifié sur l’autel des actionnaires.

Qu’importe : finance oblige, 136 salariés seraient laissés sur le carreau.

Les ouvriers ont alors proposé un contre-projet, validé par des experts. Ils sont allés, d’eux-mêmes, chercher un repreneur. Mais balayé d’un revers de main par l’actionnaire, qui préfère la terre brûlée, que rien ne repousse, surtout pas un « concurrent ». Et leur sort s’est réglé ce 27 mars 2019, le jour même de mon passage : 47 000€ d’indemnités supra-légales et le paiement des quatre mois de grève. Les hôpitaux français et les pompiers français achèteront désormais anglais, ou américain.

Quel soutien, au cours de leur bras de fer, ont-ils trouvé dans votre ministère ?

Aucun.

Au contraire, même.

A Bercy, Jean-Pierre Floris, le délégué interministériel aux « restructurations » d’entreprises, leur a exposé avec franchise sa vision de l’économie : « Des actionnaires qui détruisent une entreprise, c’est comme un enfant qui casse son jouet, il faut les laisser faire. Ça s’appelle le libéralisme ». Puis il les a mis en garde, suppléant à la fois le patronat et les forces de police : « Faites attention à votre attitude, on ne tolérera pas de débordements ».

Entre les financiers et les ouvriers, son camp était choisi. Sa complicité, signée. Et la vôtre dans la foulée : ne pas s’opposer à une Finance qui détruit notre économie comme une nuée de sauterelles. La « laisser faire ». Pour les uns, les réceptions en grande pompe à Versailles. Pour les autres, les files d’attente à Pôle emploi.

Dans le cas de Luxfer, comme dans cent autres histoires, votre ministère n’a pas bougé.  

Plus vous êtes passif, et complice, plus vous vous payez de mots : « il faut se battre pour chaque emploi industriel menacé », proclamez-vous. D’où ma question : après le « redressement productif » cher à Hollande et Montebourg, qui se posait déjà là, trouverez-vous bientôt un intitulé plus pompeux que « la reconquête industrielle » pour masquer votre inaction derrière l’emphase des mots ?

Voici la réponse du gouvernement :

Le groupe international LUXFER a décidé de fermer l’usine LUXFER de Gerzat (Puy-de-Dôme), décision que l’Etat a dénoncé. La préfète du Puy-de-Dôme, comme le délégué interministériel aux restructurations, se sont investis sans compter pour obtenir les meilleures conditions possibles pour les salariés et pour favoriser sa réindustrialisation. Les salariés se sont prononcés à la quasi unanimité en faveur de l’accord dégagé sous la médiation de la préfète. Monsieur Ruffin incrimine l’inaction de ce Gouvernement et de ceux qui l’ont précédé pour empêcher de telles situations. L’action de ce Gouvernement vise précisément à ce qu’il y ait moins de situations comme LUXFER : Il y aura moins de LUXFER si l’épargne nationale s’investit plus dans les entreprises et leur donne les moyens de rester maîtresses de leur avenir, c’est l’objet de la loi PACTE, Il y aura moins de LUXFER si les territoires peuvent se doter de stratégies plus offensives pour préserver leur tissu productif, c’est l’objet de la démarche « territoire d’industrie » qui se déploie avec succès depuis un an, Il y aura moins de LUXFER enfin, si les évolutions peuvent être mieux anticipées, c’est l’objet de la politique industrielle et tout particulièrement des 18 contrats stratégiques de filières, qui travaillent à « la reconquête industrielle ».

Voir également :

https://www.facebook.com/FrancoisRuffin80/videos/2168668490111145/
Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print