Quelle trace laisserez-vous Monsieur De Rugy : du goudron ou du courage ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
M. François Ruffin interpelle M. le Ministre de la Transition écologique à propos de la construction du Grand Contournement Ouest (GCO) de Strasbourg : quelle trace laisserez-vous ? Du goudron, ou du courage ?

« La semaine dernière, j’ai encore cueilli des mirabelles, ici, et le samedi nous avons vendu ces fruits sur le marché de Strasbourg. » C’est Philippe, un agriculteur, qui me racontait ça sur une colline de Kolbsheim, cet automne en Alsace. Mais derrière lui, on ne voyait plus de mirabelliers, ni de cerisiers, ni de pruniers. Juste des arbres coupés, des souches arrachées. Ces bois accueillaient des oiseaux. Le pic cendré, une espèce menacée. Ou encore l’alouette des champs, en chute libre. Mais en se taisant, chut, nous n’entendions aucun chant. Seulement le bruit de la tronçonneuse, le grondement des pelleteuses.

A l’écologie, le gouvernement a préféré Vinci

Le projet du GCO date de 1973. Il a été ressorti des cartons il y a vingt ans, en 1999. C’est un projet du très vieux monde : une autoroute payante de 24 kilomètres à travers le Kochersberg, à travers les terres les plus fertiles d’Alsace. Un tronçon à péage censé désengorger la circulation aux abords de Strasbourg. Mais dès 2008, une commission d’enquête publique émettait un avis défavorable au projet en concluant que « le désengorgement n’est ni l’enjeu ni l’objectif du GCO ». Au total, sept rapports ont souligné l’inutilité du GCO. Le gouvernement s’est assis dessus plutôt que de s’opposer aux lobbies du BTP. A l’écologie, le gouvernement a préféré Vinci. Le chantier revient à Vinci, la concession d’exploitation de 54 ans revient à Vinci, la rente revient à Vinci.

« Sur le tracé du #GCO, entre Kolbsheim et Vendenheim, quelle trace laisserez-vous, Monsieur le Ministre @FdeRugy ? Du courage ou du goudron ?


Peut-être qu’hier, à l’époque du tout voiture, à l’époque où on ne se souciait pas de la bétonisation de nos campagnes, peut-être que ce projet s’expliquait. Mais en 2019, à l’heure de l’urgence climatique, à l’heure où nous faut sortir des énergies fossiles, à l’heure où les terres cultivables deviennent des biens précieux, à l’heure des rapports toujours plus alarmants livrés par le GIEC, un tel projet est injustifiable. Le GCO, c’est 300 hectares goudronnés, c’est 120 espèces animales menacées, c’est 11 cours d’eau pollués.

Le chantier est malheureusement déjà bien engagé. Face à cette catastrophe environnementale, les militants anti-GCO, avec le soutien de nombreux habitants et élus locaux, ont multiplié les actions non-violentes contre le projet : recours en justice, contre-expertises, manifestations, grève de la faim, parties de foot sur le futur tracé de l’autoroute, plantage d’arbres, décrochage du portrait du Président de la République, etc. En guise de réponse, le gouvernement leur a envoyé la police : destruction des cabanes sur la ZAD, interpellations musclées, jets de lacrymos. Même ma collègue Martine Wonner, députée de votre majorité, en a fait les frais.

Un GCO ou des oiseaux ?

Récemment, des archéologues ont découvert les vestiges d’un village du néolithique ancien sur le futur tracé du GCO. Il y a 5000 ans, nos ancêtres nous ont laissé des fondations et des sépultures comme traces de leur passage sur Terre. Mais vous, que laisserez-vous derrière vous ? Du goudron, de la pollution ? Mais nul besoin de se projeter aussi loin dans l’avenir. Demain, lorsqu’entre Kolbsheim et Vendenheim, le houblon ne poussera plus, les oiseaux ne chanteront plus, les abeilles ne voleront plus, nos enfants vous accuseront, nous accuseront collectivement, de ne pas avoir agi, d’avoir laissé faire. Et ils auront raison. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas, qu’on n’avait pas le choix.

Ou alors, marquerez-vous votre passage sur Terre, et au ministère, par du courage ? Malgré l’état d’avancement du GCO, il est encore temps pour vous d’interrompre le désastre. M. le ministre, prenez vos responsabilités, stoppez ce projet, rendez réel le « make our planet great again ». Votre prédécesseur Nicolas Hulot, une fois sa liberté de parole retrouvée, a reconnu que « le grand contournement ouest est une bêtise écologique ». Aurez-vous le courage d’en dire autant ?

Partagez cet article :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Restez informés !

Le dernier bulletin de ruffin

Secouer l'Assemblée !

Avec un fil conducteur : moins pour l’argent, plus pour les gens ! Plus pour les hôpitaux, plus pour les petits clubs de foot, plus pour les femmes de ménage…

Nous suivre

44 réflexions sur “Quelle trace laisserez-vous Monsieur De Rugy : du goudron ou du courage ?”

  1. C’est à l’image de ce gouvernement qui dévasté tout et tous au nom de l’argent roi. Les futures générations vous réclamer ont des comptes ! Que direz-vous à vos enfants ?

    1. Un vrai désastre ce gouvernement commen nous peuple de France pouvons nous accepter tous ça, une grève générale serait la bien venue……

    2. marianne auricoste

      Le désastre écologique, nous le connaissons tous et nous savons pourquoi ils l’ignorent, c’est un combat de titan qu’il nous faut mener pour ne pas sombrer dans leur chao mortifère

  2. Armengaud Jeanine

    Merci mRuffin pour ce que vous faite j’ai vu votre film il est très humain comme vous vous redonner un peu d’espoir au peuple je n’ai pas encore manifeste auprès des Gj mais cela ne va pas tarder

    1. n’attendez pas trop car on a besoin d’un maximum de la population pour que les choses changent (si on veut qu’elles changent ??!!)rejoignez les GJ vous vivrez une expérience humaine très forte et pour
      un monde meilleur !!!!

  3. Ce gouvernement est à l’apogée de son ignominie. Tout ce qui en sort , ce ne sont que des décisions néfastes aux citoyens à tous points de vue ( pas de justice sociale ni fiscale, pas d’écologie , plus aucun droit d’expression, interdiction de manifestation, pollitique liberticide, mensonges, manipulations, etc…).
    La macronie c’est la liquidation du pays pour permettre des profits aux amis de l’usurpateur qui n’a encore pas endossé le costume de président de tous les français. Alors vous pensez bien que le contournement de Strasbourg ….!

    1. jean françois barberousse

      Es-tu certain que ce gouvernement soit pire que les autres? Je crois seulement que les Français, ceux qui bossent(les plus chanceux), qui rament pour boucler les fins de mois commencent à prendre conscience qu’on arrive au bout de ce que est supportable, tant au point de vue de la justice sociale qu’en matière d’écologie. J’ai toujours voté à gauche sans jamais y croire vraiment. Les hommes politiques sont tous pareil. Il n’y a que François Ruffin que j’écoute car il a un discours de raison. Aujourd’hui c’est Macron mais demain ça en sera un autre, tant que nous ne sortirons pas de ce modèle économique, nous ne pouvons rien espérer de bon.

  4. Bonjour, y-a-t-il quelque part une pétition destinée directement à Matignon et à notre si exemplaire ministre de l’écologie ? Merci !

  5. Tandis que le même Mr de Rugy signe un papier attestant de sa connaissance des dangers à venir (« L’hypothèse retenue est une hausse de la température moyenne mondiale de 2°C ») : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018.12.20_PNACC2.pdf
    Contradiction ?
    C’est bien entendu plus pratique de s’engager de manière juridiquement non contraignante, et à part, dans des actions permettant de s’adapter à une aggravation des perturbations de l’écosystème et de nos capacités agro-écologiques…tout en approuvant des actions qui justement y participent !! (où sont les convictions politiques ? personne ne l’a forcé à travailler pour l’intérêt général nom d’un chien, qu’il laisse donc la place à ceux qui en ont quelque chose à faire !).
    Je cite tout de même : « La politique nationale d’adaptation constitue donc le complément essentiel de notre politique d’atténuation du changement climatique qui vise à atteindre la neutralité carbone. Elle vise également à éviter les contradictions des différentes actions d’adaptation entre elles et avecles actions de protection de l’environnement. Elle reconnaît la valeur de la biodiversité et des services écosystémiques pour l’adaptation et recherche, partout où cela est possible, des synergies en privilégiant les solutions fondées sur la nature1. Elle s’inscrit également dans le principe de la transition écologique et solidaire. »
    Il est encore temps de se mobiliser massivement contre la poursuite de ce saccage inutile.
    Merci Mr Ruffin de nous y inviter !

  6. déjà , le Kochersberg , où j’ai passé mon enfance , n’est plus qu’une banlieue de Strasbourg … mais une banlieue vivable !
    Ce projet est une monstruosité et François n’exagère pas ; il faut tout stopper et replanter .
    Bon courage , les Alsaciens !( depuis ma Bretagne adoptive )

  7. François Champelovier

    Formidable Ruffin. Mais, il s’adresse au président, aux ministres, aux députés, à nous. Il sait que ceux qui gouvernent ce sont les multinationales. Ce sont elles qui ont pris le pouvoir. Ce sont elles qu’il faut détruire. Nos « dirigeants » ne sont que des marionnettes dans les mains de milliardaires voraces et sans scrupule. Reprenons le pouvoir.

    1. Dominique Vitart

      Oui formidable Ruffin, seul député à ne pas pratiquer la langue de.bois, et à nommer nos véritables ennemis , les multinationales., dont les lobbies tiennent nos représentants , tant nationaux qu’européens …..qui prennent grand soin de le masquer……
      Seul député digne de nous représenter pour nous proteger de ces prédateurs!

      Grand courage qui fait mon admiration!
      Merci Ruffin
      Dominique Vitart

  8. Macron = Trump, Bolsonaro et tous ces fous qui aveuglés par leur croissance « éternelle » mènent l’humanité à sa perte !
    Quand et comment allons nous les arrêter ? Il s’agit de la vie de nos enfants ?
    Ne nous laissons pas non plus berner par ces populistes qui n’ont rien à proposer sinon que de dresser des murs et d’attiser la haine, eux aussi sont des fous !

  9. gérard hahn

    C’est quoi le pire ? Qu’il soit le ministre de l’environnement ? Ou l’environnement de ce ministre ?

  10. Ce que disent les maoris en Nouvelle Zélande : «  »La seule trace qu’un homme doit laisser sur terre, c’est la trace de ses pas. »

    1. jean françois barberousse

      Les aborigènes d’Australie étaient dans la même démarche, mais ce qu’une tribu de quelques centaines d’âmes peut faire est-ce qu’une planète avec plusieurs milliards d’êtres, est-elle capable de le réaliser. On parle du défie écologique qui se dresse devant nous mais pour remporter la lutte et laisser à nos enfants (pour moi à mas petits enfants) une planète respirable, il faudra bien un jour oser parler de démographie, réduire la pression des hommes et arriver à une décroissance. Laissons de la place aux arbres, aux animaux….à la terre en somme.

  11. sylvie paquerot

    il faut peut-être rappeler au ministre qu’une autre immense bêtise, complétée celle-là à grands frais… a bien montré que les opposants avaient raison… la 2e gare VIDE de Montpellier… le problème c’est qu’en matière d’écologie, la preuve après coup ne permet généralement pas de revenir en arrière…

  12. MADOEUF BERNADETTE

    et ça continue!tout pour le fric Macron ne respecte plus rien! au profit de qui? de Vinci
    bien su^r! C’est à vomir….

  13. Merci MR Ruffin, comment ouvrir les yeux de ces gens, et pire de ceux qui les soutiennent aveuglément, De Gaulle avait -il vraiment raison sommes nous des veaux???

  14. Stéphanoise

    Grand merci une fois de plus à François Ruffin d’attirer notre attention sur un nouveau dossier du désastre. Merci de nous montrer que placer l’urgence climatique au premier plan n’est pas contradictoire avec une vision sociale de la politique (ça règle une fois pour toutes le cas de la vieille et stupide opposition entre écologie et « maintien de l’emploi », que les syndicats – tous – ont défendue pendant trop longtemps. On espère qu’ils ont maintenant compris).

    Merci aux commentatrices/teurs pour leurs contributions, dans laquelle je retiendrai en particulier qu’une « grève générale serait la bienvenue ».

    Hélas on ne sait pas par quel bout prendre le problème : la contestation des Gilets Jaunes a été laminée, avec une destruction par la violence policière, une décrédibilisation permanente via la presse, jusqu’à la calomnie…

    Comme le dit un article du journal Reporterre : https://reporterre.net/Le-municipalisme-est-l-avenir-des-Gilets-jaunes. On pourrait commencer par là.

    Plus urgemment, que faire contre ce projet de GCO ? Dans ma région, le « Grand Projet Inutile » de l’A45 a été abandonné. Pour le moment. Ca ne s’est pas fait sans une lutte convergente et soutenue des mouvements anarchistes, libertaires, altermondialistes et paysans unis pour refuser cette autoroute inutile et surtout nuisible.

  15. Bonjour,
    je suis périgordine (Dordogne 24). Juste une petite info pour signaler et encourager les défenseurs de l’environnement et du développement mais durable !!! Un projet de contournement similaire, mais de bien moindre ampleur puisqu’il s’agit de Beynac et non Strasbourg, a été arrêté, jugé inutile, dangereux pour l’environnement et surtout parce que de nombreux éléments avaient été cachés lors de l’enquête préalable. Après maintes jugements et appels, le département se doit de tout démanteler, les travaux étaient pourtant bien avancés… Alors COURAGE, Amitiés et Merci à celles et ceux qui se battent pour un avenir plus vert. la bise

  16. jean françois barberousse

    Ici c’est le CGO, mais partout c’est la course au bétonnage, je suis de la Corrèze et je vois que chaque commune et là je parle de commune rurale, veulent leur zone artisanale, leur super marché ou je ne sais quoi. Les champs disparaissent. A Brive, déjà cerné par les zones industrielle, l’ancien aérodrome vient d’être transformé en zone d’activité. Mais quel activité? les super marché se vident, des centaines de m² de locaux sont inoccupés, mais qu’importe on bétonne, on aligne tout au cordeau…..je ne veux voir qu’une seule tête!

  17. La seule issue à tout ça est la coordination des luttes.
    Si nous ne réagissons pas de suite, rien n’arrêtera ce gouvernement qui n’est là que pour favoriser ceux qui les ont mis en place et pour piller nos ressources.
    Joignez vous aux Gilets Jaunes, l’intelligence collective vous étonnera.

  18. Mr DE Rugy est un incapable,
    Personne ne voulait de lui à part Macron (l’autre incapable )
    Attention à ce que cela vas vous coûter de laisser ce type faire ce qu’il veut (privatisation des barrages etc…)
    Les écolos evvl ne veulent surtout pas d’éoliennes .
    Cet homme là est dangereux comme Yannick Jadot

  19. Du Pontavice

    Merci François Ruffin, pour tout ce que vous faites à l’assemblée et ailleurs où vous n’hésitez pas à exprimer vos opinions qui sont au service de l’humain, du social, de l’écologie… tout cela avec une pointe d’humour dont nous avons tous besoin vue la sinistrose ambiante…
    Bravo
    Brigitte Dupontavice

  20. Von Euw Dominique

    Hélas il faudrait aussi comptabiliser le nombre d’hectares menacés (et d’arbres déjà coupés) partout en France pour tous les projets de Zones commerciales ou autres projets démesurés de bétonnage que les Mairies ou communautés de communes encouragent.
    Visiblement les enquêtes publiques ne servent à rien, les préfets autorisent… cherchez
    à qui profite le crime ?
    oui je parle de crime contre la nature : j’ai vu des centaines d’oiseaux
    égarés ne sachant plus où se réfugier après que leur habitat ait été détruit ; donc ce n’est
    pas étonnant que les espèces disparaissent. A ce rythme, il faudra construire des zoos
    pour conserver quelques espèces afin que les enfants puissent encore observer des
    animaux, et construire encore des routes pour que les touristes puissent accéder à ces zoos, et payer pour observer ce qui était gratuit il y a encore peu de temps… Quelle absurdité !

  21. Ping : Quelle trace laisserez-vous Monsieur De Rugy : du goudron ou du courage ? | Mes coups de coeur

  22. Comment fédérer cette énergie que je peux lire dans tous ces messages laissés, est ce que France insoumise à l’ambition d’arrêter ce massacre que nous met en lumière encore une fois de plus ce grand monsieur Ruffin. J’ai envie de me battre contre cette croissance, cette logique capitaliste, mais je ne sais plus vers quel mouvement, vers quelle dynamique me tourner, la politique n’est plus, il faut des personnes vrai comme vous et des actions choc comme Greenpeace le fait. Monsieur Ruffin présentez vous et peut être que ma fougue militante me reviendra. Et merci pour votre combat quotidien.

  23. Eh oui!
    Là bas comme partout, le bétonnage et l’artificialisation des sols continue de plus belle!
    Les petits oiseaux et autres trotte menus n’ont plus qu’à faire leurs valises ou crever et ce qui reste de nos campagnes devient de plus en plus muet et inerte.
    Ici, à Alès (Cévennes), une nouvelle grande surface commerciale est en construction, au mépris des règlements d’urbanisme et des PPRI (plan de protection contre les risques d’inondation) au bord du Gardon, en zone inondable à priori inconstructible, cela avec la bénédiction du maire et des affairistes locaux.
    Quiconque traverse Alès pour aller du sud vers le nord (ou du nord vers le sud) a le sentiment de ne longer qu’une immense zone commerciale sans cohérence urbanistique, parking et hangars souvent vides (et parfois en vente), témoins d’un modèle qui s’effondre et dans lequel on s’enferre pourtant.
    Le nouveau mode de consommation (e-commerce via Internet) sème ses immenses plateformes logistiques à travers les campagnes comme autant de merdes posées dans la nature (voir à St Martin de Crau, ou sur le plateau des Costières de Nîmes entre Arles et Nîmes , pour ceux qui connaissent le coin).
    Ce soit disant modernisme du commerce engendre encore plus de transport routier, donc de nouvelles routes et un nouveau sous prolétariat de préparateurs chauffeurs livreurs speedés et sous payés par les champions du e-commerce qui évitent de payer leurs impôts en France.
    Nos modes de transport et de consommation dénaturent, asservissent et tuent.
    Nos représentants sont complices, corrompus ou résignés, à de très rares exceptions près.
    Merci François Ruffin d’être de ces exceptions.

  24. des chantiers inutiles sur tout le territoire, dans tous les territoires, et quel est le moteur de notre impossibilité, à nous les gens du peuple, les gens d’en bas, à faire cesser la monstruosité de ces chantiers ? le travail ! pour quoi on travaille, pour qui on travaille ? On travaille pour la paye pour vivre ou survivre, et on sait qu’on travaille pour le capital puisque c’est le capital qui offre la possibilité de travailler et du coup d’être exploité. Cruel nœud dans nos têtes si on regarde la réalité en face. Pour ne pas devenir schizophrènes une solution est la grève générale mais ça a l’air compliqué à mettre en place. Peut-être ne sommes-nous pas encore complétement au bout de nos contradictions pour enfin prendre la décision radicale de nous arrêter tous et toutes, ensemble, et prendre le temps de réfléchir à d’autres buts, formes de « travail », participation, créations, correspondant aux besoins d’aujourd’hui, besoins qui ne sont pas les faux besoins du capital !

  25. Les agriculteurs de NOTRE-DAME-DES-LANDES qui avaient vendu leurs terres à l’Etat sont de retour.
    Premier geste : arracher des haies et recouvrir une prairie de désherbant.
    Qu’on se le dise !
    François, fais un reportage !
    Et si ça se trouve, l’agriculteur qui a fait ça est capable de demander son passage en certification bio dans la foulée, pour avoir les aides et « une meilleure valorisation », une fois qu’il aura tout nivelé comme on le voit ici : https://zad.nadir.org/spip.php?article6498

  26. En Amérique Latine, Trump et Bolsonaro font des ravages environnementaux et sociétaux. Or, ils sont les amis et les alliés de GUAIDO, le président auto-proclamé du VENEZUELA.

    Il ne faut pas soutenir Guaido, c’est un facho comme les deux précédents. D’ailleurs, voyez : Guaido est soutenu par MACRON. C’est un très mauvais signe.

    Maduro n’est pas le dictateur qu’on veut nous faire croire par la propagande des médias étasuniens repris sans contre-enquête par les médias dominants français.
    Maduro rend des terres aux petits paysans, il est favorable aux communes rurales ou dans les quartiers, il est favorable à la télé populaire Terra-TV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *