Coulées de boues et quand même debout !

« Un malheur n’arrive jamais seul » : En plus du Covid, il a fallu que, le vendredi 17 avril, suite à des orages, des coulées de boue envahissent 17 villages, Bussus- Bussuel, Francières, Cramont, Buigny l’Abbé, etc. Enfilant mes bottes, je me suis aussitôt rendu sur place.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En mars déjà, Naours et Wargnies avaient été inondées. Et comme me l’a dit le lieutenant‑colonel Deck, « même en Picardie, nous devrons de plus en plus faire face à des événements météorologiques extrêmes ».

Avec le Sénateur Daniel Dubois, nous avons écrit à Christophe Castaner, le Ministre de l’Intérieur : « l’état de catastrophe naturelle » est reconnu pour toutes les communes sauf une, Vauchelles-lès-Quesnoy. Une absurdité démocratique.

Nous avons bien sûr contesté cette décision. Sur le fond, une question : ne faudrait-il pas réintroduire des haies ? C’est une mesure que préconisent les chercheurs contre ces coulées.

Dernière minute : nouvelles coulées de boue

Dans la nuit du mercredi 12 août, les communes de L’Étoile, Bettencourt- Rivière, Airaines, ont à leur tour subi d’importantes coulées de boue. Et le lendemain, le jeudi 13 août dans l’après-midi, des vagues de boue ont à nouveau envahi Bouchon et L’Étoile, traversant le café, les maisons, emportant les meubles, noyant l’électroménager. « On a tout perdu, tous nos souvenirs », craquait une mère de famille.

« Pour l’instant, on pare au plus pressé, on s’entraide, on nettoie, commentait le maire, Ghislain Timarche. Mais ensuite, il faudra s’interroger sur les causes de tout cela. » On est bien d’accord avec monsieur le maire. Certes, il y a la météo, de violents orages. Mais on ne peut pas accepter, deux fois par an, de simplement passer le camion-pompe et la balayeuse.

Nous demandons des réunions officielles sur les origines de ces coulées de boue, afin d’intervenir avant les catastrophes, de les éviter si possible. Des chercheurs travaillent sur cette question. Nous les inviterons dans les villages concernés.

Event Fb Deputour2

Sur le même thème

Img 6320

Flixecourt : une alternance pour Sabrina ?

« J’ai arrêté de travailler quand on a découvert une maladie génétique à ma fille, Sabrina… » Au Café du Centre, à Flixecourt, Christel est venue en famille, juste comme ça, pour se donner des nouvelles depuis le temps du rond-point et du Gilet jaune.

1

François Ruffin fait son Dépu’tour !

Avant de retourner à l’Assemblée pour l’année,
j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vous écouter.
J’ai besoin d’ entendre vos vies et vos soucis.
Pour essayer de les faire résonner à Paris.
Venez m’interpeller.

Photo 2020 09 09 16 35 08

Mission : métiers du lien !

C’était mon gros boulot cette année : une mission d’information, que je menais, sur les « métiers du lien ». Assistantes maternelles, accompagnantes d’enfants en situation de handicap, animatrices périscolaires auxiliaires de vie sociale : des professions avec un faible statut, et de maigres revenus.

routes nationales

On s’oppose… on propose !

J’aime écrire. Alors, je m’adonne pas mal à la littérature parlementaire : rapports, propositions, résolutions… En toute honnêteté, sans grand espoir que ça passe. Mais avec comme but, au moins, que ça attire l’attention sur des sujets qui, sinon, seraient oubliés.

Commentez

1 réflexion sur “Coulées de boues et quand même debout !”

  1. michele Villalongue

    Courage François, courage à tous et toutes
    Nos voix que tu portes c’est déjà fantastique et c’est précieux que les petits marquis poudrés de La Rem entendent quand ils sont présents une voix différente de celle de leur Maître.
    Merci pour toute la patience que tu dois déployer pour ne pas claquer la porte et bises à tes pitchouns.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *