« Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie

Qui l’ignorait, franchement, que « la santé » est un « bien précieux » ? Lui et son « élite » d’énarques, ses obsédés des « déficits », technocrates, Inspecteur des finances qui ont jivarisé la politique ? « Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

« Et la santé, surtout. »

Quand j’étais petit garçon, c’était encore la tradition : on faisait en début d’année, de ferme en ferme, de grands-oncles en cousins lointains, la tournée des étrennes. Un froid glacé s’engouffrait dans le couloir, et tandis qu’on ôtait nos cache-cols, une grand-tante nous serrait dans ses bras, claquait une bise poilue sur notre joue, et glissait une pièce entre nos doigts : « Tu t’achèteras un chuc », nous chuchotait-elle à l’oreille. Ma mère avait repéré le manège, et s’exclamait, battant des bras : « Fallait pas ! Fallait pas ! Oh, ils sont gâtés pourris ! » On reprenait en écho, « fallait pas ! », mais au fond ces 10 francs nous dédommageaient d’heures ennuyeuses, fastidieuses, au coin du poêle, autour d’une toile cirée, à prendre des nouvelles de marraines inconnues, d’aïeux jamais vus, et aussi des lopins revendus. Avec les « meilleurs voeux » à la queue-leu-leu, et ce refrain, rebattu : « Et la santé surtout, parce que quand on a la santé, tout va. » On s’en moquait, avec ma soeur, on les imitait en sortant, fredonnant : « Et la santé surtout ! Parce que quand on a la santé, tout va ! », nous qui l’avions, la santé. Mais dans sa banalité, ce bon sens disait tout : oui, la santé surtout…

Cela entraîne, à l’évidence : la santé comme priorité, et sans compter. Sans que l’Etat ne compte.

Je ne vais pas refaire, ici, un débat sur la fiscalité. M’enfin, tout de même, des évidences, des offenses au bon sens : cet automne, « pour des mesures d’urgence », dites Gilets jaunes, 4,7 milliards d’euros furent prélevés sur la Sécu, des « mesures d’urgence » non pour les urgences, mais « pour le pouvoir d’achat ».

C’était un extra. Qui s’ajoutait aux vingt milliards du Crédit Impôt Compétitivité Emploi, aux trois milliards de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, à l’« exit tax », à la « flat tax », tous ces « allègements » pour les « investisseurs ». Et en plein dans notre sujet : le Crédit Impôt Recherche, 6 milliards par an, deux fois le budget du CNRS ! Des sommes qui ne vont pas aux chercheurs, mais aux magouilleurs. Un « hold-up », comme le dénonce le Professeur Canard. Avec son équipe, depuis près de vingt ans, cet infectiologue effectue des recherches sur les Coronavirus, et il peine, il remplit des dossiers, il galère en précarité, avec des postes perdus, des congés maladie non remplacés, idem pour les congés maternité, une démission navrée. Tandis qu’Elise, elle, vend des « produits de défiscalisation » : « J’explique aux PDG comment frauder, m’avait-elle éclairé, comment retranscrire toute leur activité en Recherche et Développement. On tire sur cette vache à lait, pour faire du détournement. Souvent, les clients doutent de pouvoir en bénéficier, mais nous une laborantine, une secrétaire, un VRP, on te passe tout ça en R et D. Les SSII, les sociétés de service en informatique – ce sont des marchands de viande – ils embauchent un cheptel de cent mecs en CIR, tout est subventionné. Il suffit de marquer ‘chercheur’. »

Tout ça pour dire : faut pas nous embêter avec les budgets. De l’argent, il y en a : la santé comme priorité, sans que l’Etat compte.

Mais sans, surtout, que les gens n’aient à compter. Et donc, pour tous : une couverture à 100 %. Sans qu’un tiers des Français, les plus pauvres évidemment, ne renoncent à des soins. Sans que la Sécu ne ressemble à un gruyère, avec plus de trous que de fromage : hausse du forfait hospitalier, dépassements d’honoraires autorisés, déremboursements de médicaments… Qu’est-ce qui est pris en charge ? Qu’est-ce qui ne l’est plus ? Qui le comprend encore ? Pas moi, en tout cas.

Et les vautours bien sûr en embuscade.

Claude Bébéar, le patron d’Axa, en rêvait il y a vingt ans déjà, et ne faisait pas qu’en rêver : « Il peut y avoir une Sécurité sociale publique, et à côté des Sécurités sociales privées. » A la tête du premier assureur en Europe, le « parrain du capitalisme français » a les moyens de convaincre, doucement, gentiment les dirigeants. En 2000, le voilà qui fonde l’Institut Montaigne, un « think tank » bien sûr « indépendant » – c’est-à-dire financé par Areva, Axa, Allianz, BNP Paribas, Bolloré, Bouygues, Dassault, Pfizer, etc. Aux côtés des banquiers et des PDG, s’y retrouvent des économistes médiatiques et des journalistes dominants… De quoi faire passer ses « idées » dans le tout-Paris, avec des invitations sur France Inter, LCI. De quoi les faire passer, surtout, pour des idées « indépendantes » – et non pour des intérêts déguisés. Et qu’on devine son cheval de bataille ? « Réinventer l’assurance maladie »…

« Il faut une génération pour changer un système de santé » notait, philosophe, Henri de Castries – le successeur de Claude Bébéar à la tête d’Axa. Lentement, doucement, bout par bout, ils y parvenaient.

C’est ce chemin qu’il nous faut stopper net.

« Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »

Ni « je » ni « nous », dans cette longue phrase, et l’on devine le pourquoi de cette énonciation impersonnelle : Emmanuel Macron veut effacer son aveuglement, sa volontaire cécité, et en vérité, sa responsabilité. Discrètement, il fait passer son cas personnel pour de l’universel : « Ce que révèle cette pandémie », comme si nous avions besoin, nous, d’une « révélation » ! Comme si notre conscience s’était ouverte avec lui !

Qui l’ignorait, franchement, que « la santé » est un « bien précieux » ? Qui ne le voyait pas, à part lui et les siens, des billets devant les yeux, une Golden Card sur le coeur ? Lui et son « élite » d’énarques, ses obsédés des « déficits », technocrates, Inspecteur des finances, experts comptables qui ont jivarisé la politique ? Les Français l’ont toujours su, ne l’ont jamais oubliée, cette banalité : « Et la santé, surtout. »

« Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie.

Sur le même thème

Illu Femme De Ménage

Aux damnés de la prime Covid : témoignez !

La préfecture m’a demandé, à la demande de Macron lui-même, qui je voulais mettre à l’honneur le 14 juillet. « Geraldine, Severine, Olivier et leurs collègues

Qe Ehpad Domart

Ehpad : quand Denis pourra-t-il refaire du vélo ?

Monsieur Véran, j’aurais bien d’autres choses à vous rapporter, sur les budgets, les plannings, les primes, etc., mais je pare au plus urgent : quand Denis pourra-t-il reprendre son vélo ? On ne saurait sauver des vies en sacrifiant notre humanité.

La première des ruptures : la vie avant l’économie

La vie avant l’économie. Ces quelques mots vont de soi, ils énoncent une banalité. En vérité, c’est toute la société que nous avons à inverser, un grand renversement, le cul par-dessus tête, ou au contraire le monde remis à l’endroit, les pieds enfin sur terre.

bernard arnault hopital

Cher Bernard Arnault, on ne fait pas l’hôpitalothon…

L’hôpital ne fait pas l’aumône. Pour le financer, nous ne devons pas compter sur la générosité de Bernard Arnault et ses amis : il faut exiger d’eux qu’ils payent leurs impôts en France, toute l’année, comme le reste des Français.

Commentez

34 réponses

  1. Ce n’est pas « leur connerie », tout ceci voulu, Macron à été élu pour appliquer cette politique la, ce qui est encore plus grave . Il sait très bien ce qu’il fait…..si les tests n’arrivent pas non plus c’est pour pouvoir donner les chiffres qu’ils veulent, ils en sont les seuls comptable et peuvent raconter n’importe quoi…..

  2. Bravo François pour tes prises de positions qui suscitent chez certains des réactions méprisantes : oublie-les et continue, car c’est la bonne voie !

  3. Oui les mutuelles sont devenues des assurances privées !!! parfois 120€ par mois et en plus elles ne remboursent presque rien !!! c’est pour celà d’ailleurs que beaucoup de personnes ont arrêtés d’en prendre !!!

    Merci pour cet article plein de réalités que nous dénonçons depuis tant d’années !!!

    Il est temps de tout reprendre en main !!

    les vautours sont de retour ( jamais trop loin, toujours à planer avant d’attaquer ) et ils n’attendent qu’un geste de ce gouvernement pour nous bouffer !!!

    AUX ARMES citoyens !!! NE LÂCHONS RIEN !!!! Mieux : REPRENONS TOUT !!!

    1. pour moi et ma famille la mutuelle représente 2000€/an….et pour le changement de lunettes de mon fils de 5 ans nous avons du payé 135€ supplémentaires……Avec comme réponse de notre mutuelle vous n’avez qu’à prendre le panier santé…..Sauf que la corection de mon fils nécessite un amincissement bien supérieur au panier santé il n’était donc pas compatible….Pour mon ainé qui est dysgraphque nous avons besoin de psychomotricité toutes les semaines 45€ sans aucune prise en charge……il faut de plus en plus en « sans défaut » pour pouvoir vivre…..

  4. merci, François pour la langue verte au lieu de la langue de bois
    Et comme l’on dit à la Réunion:
    « ou largue pas, ou tien bon! »

  5. Bonjour, notre président a dit qu’il y aura un monde d’après la pandémie, et qu’il devrait être meilleur. Chouette !
    L’institut Montagne fait des suggestions pour relancer l’économie et que le monde d’après soit pire que celui d’avant (sauf pour eux, bien sûr). Nettement moins chouette !
    Personnellement, j’ai une préférence, mais j’ai le sentiment qu’il va falloir faire changer nos dirigeants (ou les Changer) si on veut s’en sortir, et que cela pourrait être violent, ce qui est désolant.

  6. Un ans de cancer à atteindre la remition et me voilà la a réfléchir, confiné ..dommage que l’on n’en soit que à espérer et que nos politiques ne nous offre pas des certitudes
    Merci pour tout vos travaux de fakir jusqu’au bout 😈

  7. Premières lignes d’un ouvrage en chantier:

    Moi, je suis dans la rue. Alors votre pandémie, vous comprenez, peu m’importe. Vous l’avez bien cherché. Maintenant débrouillez-vous avec. Moi je m’en lave les mains si j’ose dire. Ou plutôt je l’accueille, non pas avec joie, mais tout de même, je contemple cette irruption du virus inconnu et diaboliquement facétieux avec un sourire tristement sarcastique.
    Je vous observe depuis mon bout de trottoir, derrière mon gobelet cabossé par l’usage. Je vous observe, enfin j’observe les rares d’entre vous qui s’aventurent dans la rue, en réalité les plus pauvres qui n’ont d’autre choix que d’aller trimer s’ils veulent avoir de quoi nourrir leurs petits et leurs vieux.
    à suivre…

    1. J’adhère. Merci à toi.
      Merci à tous.tes pour vos/nos commentaires, arguments, coups de gueule, remerciements, merci.
      « l’oignon fait la force, et l’union la soupe ».
      Je ne suis personne en particulier, mais je suis Moi.
      « et notre parole est d’or »… 😉

  8. Pour en arriver là tout porte à croire que c est une attaque biologique Et pourquoi les généralistes n ont pas la liberté de soigner le virus comme ils l entendent ? Nous ne pouvons qu’ espérer que le climat nous débarrasse de ce virus

    1. Je crois surtout que le climat attend qu’on le débarrasse de nous…Voyez comment en quelques jours la nature reprend ses droits, comme ces globicéphales vus au large des iles du frioul… les exemples sont innonbrables. Nous avons traité le la faune et la flore comme auparavant les colons blancs avaient traité les peuples amérindiens… nous sommes le cancer de cette planète. Seule une décroissance de masse pourra sauver l’humanité. Décroissance de nos comportements consuméristes mais aussi décroissance quantitative en terme de population…
      Finalement le problème de l’humanité est plus d’ordre Malthusien… Nous sommes trop nombreux pour les ressources que peut donner cette
      planète en une année. Je crois me rappeler qu’en 2019 nous avions consommé toutes ces ressources vers le 03Août et avions vécu à crédit le reste de l’année… En 2020 ce sera à quelle date ? 15 Aout grâce au Covid… ce sera un report de courte durée, si en 2021 rien ne viens perturber l’activité économique, à partir de quelle date vivront nous à crédit ? 01/08 ? 23/07 ?….

      1. Qqs citations :
        « Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé »- Albert Einstein.
        – « Expropriés de notre culture, dépouillés des valeurs dont nous étions épris -pureté de l’eau et de l’air, grâces de la nature, diversité des espèces animales et végétales-, tous indiens désormais, nous sommes en train de faire de nous-mêmes ce que nous avons fait d’eux. » – Claude Lévy-Strauss (Saudades do Brasil-Plon-1994 !)-
        Il est à croire que nos gouvernants n’ont jamais lu un seul bouquin !! C’est bien possible mais il apparaît plutôt qu’ils nous considèrent de plus en plus comme des andouilles capables de gober toujours plus de niaiseries !
        Que de promesses électorales non tenues ! Trois présidents en campagne nous ont même affirmé qu’il n’y aurait plus un SDF avant la fin de leur mandat !!…Grrr !!
        – « Si les hommes avaient consacré autant d’énergie à croire en eux-mêmes qu’ils en ont gaspillé à défendre des chimères et entretenir leurs querelles mortifères, politiques et religieuses, depuis la nuit des temps, l’humanité en eût été profondément transformée ». -J.L.
        Il n’est peut-être pas trop tard. C’est à nous de décider au nom de la qualité de notre présent et de l’avenir de nos enfants.
        En politique comme en religion il y a ceux qui la servent et ceux qui s’en servent. Il est urgent de bien faire la différence. Alors, courage ! Réveillons-nous, braves gens !! Faute de quoi notre génération droguée aux 30 glorieuses laissera dans l’Histoire, après les sacrifices consentis par nos anciens pour nous aménager une vie décente, le souvenir d’une énorme inconsistance coupable.
        Pourtant, tout est dit dans notre devise républicaine. Il suffirait de nous en tenir strictement à ces notions fondamentales et de les imposer à tout responsable d’une autorité quelconque pour retrouver enfin une harmonisation de notre société, digne du XXIe siècle.
        L’humain est décidément l’être vivant le plus débile et suicidaire de la planète !! En 300 ans, il aura été capable de gaspiller les énormes richesses que la nature aura mis qqs milliards d’années à lui offrir !!
        Pas un animal n’est capable d’une telle imbécillité : chacun ne prélève dans la nature que ce qui est nécessaire à sa survie. Si les ressources viennent à s’amenuiser, alors il régule ses effectifs. Le partage des territoires est systématique.
        Quant aux arbres, aux plantes, aux champignons, il a été découvert qu’ils savaient communiquer principalement par les racines afin, notamment, de se partager l’espace disponible. La chercheuse qui présentait cette avancée scientifique déplorait que les humains n’aient pas cette capacité à communiquer entre eux et à s’entendre sur l’essentiel. Pour cette dame, il y allait pourtant de notre survie !
        Enfin, pour revenir aux inconsistances nombreuses de nos gouvernants, ne pensez-vous pas que des salariés de tous niveaux ont souvent été remerciés pour bien moins que cela ?!

  9. Confiné depuis le 14/03. `
    Auto entrrepreneur. Musicothérapeute intervenant en maisons de retraite.
    Tu imagines bien que le boulot court pas les rues en ce moment.
    Arrêts de travail à la clef (4 depuis le 14/03).
    Allianz (cette merveille de société altruiste) me répond: « Nous comprenons votre désagrément pour le retard de vos indemnités. Toutefois, sachez que nous vivons un moment difficile et qu’il nous est difficile (encore une fois) de répondre à toutes les demandes ».
    Allianz: Agence « Midon et Gazin » à Lunéville.
    Je propose un fonds pour aider Allianz dans ces moments difficiles.

  10. Il ne leurs manque que les cornes Nous fliquer ainsi par la sécurité sociale et j en passe Pour nous faire souffrir à mourir dans les hôpitaux tandis que d autres n ont pas ce traitement Les infirmières dans les hôpitaux n y sont pour rien C est juste écoeurant

  11. Le neoliberalisme est une malédiction, l’histoire nous l’a déjà montré, un marché deregule et l’absence de contre pouvoirs sont des catastrophes et surtout la reproduction de ses énarques à la la tête du pays qui sont des plaies pour le pays, ils sont comptables de crimes economiques et humains et doivent en répondre

  12. J’en peux plus, François. On n’en peux plus. Qu’ils se servent dans la caisse, passe encore. Ça sert à quoi d’être élu, sinon?
    Qu’ils nous tabassent en manif pacifique pour asseoir une vérité unique, aidés par des médias complices, ça commençait à coincer…mais la!!! Cette crise du coronavirus à mis un terme aux dernières notions de démocratie. La colère souriante et solidaire affichée sur les ronds points il y a un peu plus d’un an n’est plus. Exit les gilets jaunes, place aux gilets rouges et noirs.
    Les urnes? Et après ? Ils tissent une toile, ils légifèrent pour qu’on ne puisse plus bouger, plus avoir le droit à la parole ni au débat.
    « Tu as voté pour moi alors, ferme ta gueule, maintenant ! » Il ne s’adresse pas à moi, bien sur…mais au peuple de France. Moi, je n’ai pas voté. Au premier tour et puis…j’ai laissé à mes compatriotes le soin de choisir entre la peste et le choléra. De toute façon, on allait perdre. De toute façon, je perd depuis que je suis en âge de voter… Ils m’ont tout pris, ils nous prennent tout.
    Les nazis ont été mis au pouvoir démocratiquement… ça choque toujours les gens quand je leur rappelle, pire, quand je leur apprend. Puis, ils balayent l’air devant eux, comme si mes mots étaient fétides tant le parallèle avec ce que je vois, ce que vis aujourd’hui est évident. Crises sociales et sanitaires, pauvreté galopante, élites grasses à en suer des pièces… Les populismes et la guerre, voilà ce qui nous pend au nez.
    Je la reve, cette guerre. Civile, manichéenne. Nous contre eux, les gentils contre les méchants. On pourrait mettre des chapeaux blancs et eux des noirs, comme dans les vieux John Wayne… J’espère t’avoir fait un peu sourire François. Au moins un peu en retour de tout ce que tu as fait et que tu fais encore pour nous. Je ne t’avais jamais écrit, je suis une des silencieux qui te suivent et t’esperent depuis toujours…je ne t’avais jamais écrit avant mais là, c’est Alamo et l’armée Mexicaine du libéralisme robotisé nous fond dessus. Alors, avant qu’une matraque ou un LBD ne vienne m’eteindre un de ces matins, je voulais te remercier.
    Voilà qui est fait…

  13. Faut être con pour ne pas comprendre que 100€ cotisié a la sécu 20 € sont en frais administratif et 80 en soins , investissement , recherche ,salaire,etc
    Pour les mutuelles c’est 50 /50
    Donc supprimons les mutuelles

  14. Cet article résume parfaitement la situation. Juste une chose: il y a un manque énorme de prévention en France. Il faut absolument que les gens prennent leur santé en main, par une meilleure hygiène de vie. C’est fondamental. Et ça ne viendra pas des médecins: le secteur de la santé étant devenu une industrie comme une autre, ils ont tout à perdre à ce que les gens soient en meilleure santé.

  15. Bonjour j’ai beaucoup de mépris pour Macron et toute la classe politique qui méritent d’être capturés et mis dans des cuves d’acide sulfurique arrêtez donc de les traiter d’incapables mais plutôt de criminels en bandes organisées ils font partie du gouvernement mondial nazi qui veut tuer les vieux et les gens qui ne rapportent pas au système capitaliste

    1. Le coronavirus n’existe pas mais ils s’en servent pour nous confiner au niveau mondial afin d’éviter la guerre civile mondiale qui couve depuis longtemps et de sauver le capitalisme en faisant de l’eugénisme

    2. C’est vrai, mais c’est dommage de gaspiller de l’acide sulfurique comme ça. Il vaut mieux le garder pour les cocktail Molotov au cas où la situation deviendrait mûre…. (dernier avatar : loi Avia, du nom de la députée qui est restée au stade de la collégienne houspillée dans la cour de récréation par ses « petits camarades » et qui demande au proviseur de les exclure de l’établissement parce qu’ils sont méchants.. Nahh !)
      François

  16. Le coronavirus n’existe pas mais ils s’en servent pour nous confiner au niveau mondial afin d’éviter la guerre civile mondiale qui couve depuis longtemps et de sauver le capitalisme en faisant de l’eugénisme

  17. Bonjour,
    tout d’abord merci pour ce texte, grands mercis!
    L’infâme institut Montaigne (pauvre Montaigne…) est récemment revenu à la charge en diffusant l’idée nauséabonde d’une partiicipation des salariés quant à leurs congés; il s’agit pour ces « Montaignes » de n’en payer qu’une partie… Nauséabond, non?
    De plus cette ordure de gouvernement essaie de faire passer l’idée de milices privées pour nous fliquer encore plus au déconfinement. Des amateurs? Non, des pétainistes!
    Mon père était FTP, il a rendu les armes en 47 contre la sécu!
    A nous de jouer, maintenant…

  18. Pour l hôpital, en tant que gilet jaune’ j en ai passe du temps à distribuer des tracts à la population, sur le parking de l hosto, sur les ronds points, dans mon quartier de Quimper. Quand les hospitaliers ont manifesté dans la rue, sans l appui massi des citoyens, ils ont ete lacrymogénes, bastonnés, violentés. Alors, les applaudissement, quelle tartufferie ! Tous les soirs, a 20 heures, je donne une casserolade, coups de marteau pour les soignants, les Ephads, les aides a domicile, les caissieres, les routiers, etc, etc … il y en a tant de ces vrais premiers de cordée. Ensuite, j installe une enceinte sur ma fenêtre etbalance des chants de révolte. Dur, dur de secouer l apathie des voisins et pourtant « les Grands ne sont puissants que parce que nous sommes à genoux. » je crains que l APPRES ne ressemble à l AVANT.
    Mon pessimisme, passager, est dû a l age, je commence a prendre un coup de vieux (80 ans). Heureusement, il y a de l intelligence dans ce beau pays dont toi François . j espere que je verrai cette clique dégager avant de plier mon parapluie ! Je t embrasse.

  19. C’est évident, le gouvernement a vraiment mal engagé la protection contre ce virus mais qui avait les vrais informations ? Aucun scientifiques de Raoult à tous les grands professeurs du conseil de scientifiques aucun n’était d’accord sur ce qu’il fallait faire. Comment voulez-vous qu’un responsable qui a l’économie du pays et la santé de l’autre puisse prendre une décision aussi grave.

  20. Monsieur Ruffin, je suis avec intérêt vos prises de positions, qui révèlent la cupidité des hommes en général. La contradiction est nécessaire pour la vitalité d’une démocratie, même au sein de vos articles elle serait heureuse pour apporter une vérité plus éclairée. Je suis pour ma part plutôt un dernier de cordée, côté diplôme, côté France profonde, dans un petit village d’une centaine d’âmes dans mon beau Béarn. Mais, j’espère que ce n’est pas vulgaire, j’aime que l’on fasse des efforts pour obtenir quelque chose. J’aime à penser que nous avons un bien beau Pays, piloté, je veux bien l’accepter par beaucoup de démagogues, mais c’est dommage, je vous mets dans ce même sac « Macron, Mélanchon, Marine…, 😉 C’était pour rester en M…,etc, ». Au plaisir, peut être, d’échanger avec vous.

  21. La majorité des personnes n ont pas besoin de traitement contre ce virus alors pourquoi ces tests qui impliquent traitement contre nature alors que la nature fait bien son travail Nous n avons alors pas besoin de ce gouvernement

  22. Ma maman a tout fait comme la société lui a dit : mère au foyer, élève 2 enfants, petits job usant mais pas de carrière. Puis elle divorce à l’aube de ses 50 ans. Ensuite encore petits boulots, petite pension et puis l’âge de la retraite arrive.
    Pas assez cotisé donc 853 de retraite mensuelle minimum puis 50 de complémentaire. Pas propriétaire de rien, pas le droit à la CMU car elle dépasse le plafond (si si). Sa santé se dégrade, elle accumule les mauvais coup de la vie, (logements insalubre, découvert permanents et agios élèvés, expulsions et relogements envie plus insalubre…). Et puis la santé qui l’attends au tournant, la vie baisse mais lunettes pas remboursées, la dentition qui se dégrade mais le dentiste ça coûte cher… Il faut choisir entre boucler le mois ou se soigner, entre manger à sa faim ou se soigner, entre un paquet de cigarette ou se soigner, enfin, entre tout ou se soigner.
    Mais des qu’on a plus la santé et les moyens de se la payer ?
    On remet de l’ordre dans tout ça ?

  23. Les tests ne sont pas fiable ils enferment les gens à la tête du client Le coronavirus a certainement été créé par le gouvernement français dans leur labo en Chine Ils en profitent pour déployer la 5G Sauvons le peuple Mr Ruffin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *