« En même temps » : proclamer l’urgence climatique et importer du bœuf américain (nourri aux farines de sang)  ?

Le parlement européen vient de réaliser cet exploit : proclamer à Bruxelles "l'état d'urgence climatique" et la même semaine doubler les importations de viandes américaines... nourries aux farines de sang !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Francois Ruffin interpelle M. le ministre de l’Europe à propos de cet exploit : proclamer à Bruxelles « l’état d’urgence climatique » et la même semaine doubler les importations de viandes américaines… nourries aux farines de sang !

« Nous allons faire voter un texte qui déclare l’état d’urgence climatique et environnemental en Europe. » Pascal Canfin, député européen En Marche, exprime sa détermination : « … parce que nous sommes deux semaines après que Trump a confirmé sa volonté de sortir les Etats-Unis de l’accord de Paris. » Roulez tambours, sonnez trompettes.
Voilà pour les discours.

Mais qu’apprend-on ? La même semaine, à Bruxelles toujours, le même parlement européen doit valider un accord avec les Etats-Unis « visant à doubler les importations européennes, à droits de douane nuls, de viandes bovines étasuniennes. » Des viandes dites « de haute qualité », mais qui peuvent en vérité provenir de bovins nourris aux farines de sang, aux farines de porc, aux litières de volaille.
Jusqu’alors, les Etats-uniens n’exportaient qu’un volume limité de viandes bovines vers l’UE (17 000 tonnes en 2018). La révision de cet accord « Panel Hormones » va leur ouvrir un boulevard, sans aucun droit de douane ni aucune concurrence. Ce serait le prix à payer pour solder un long conflit nous opposant aux Etats-Unis sur l’interdiction du « bœuf aux hormones ».

Rarement le « en-même-temps », ici la même semaine, le même jour, n’aura autant relevé du grand accord. Donald Trump sort de l’accord de Paris, mais au fond, on le récompense. On promeut le mode d’élevage américain, ultra-productiviste, fortement émetteur de gaz à effet de serre, avec des modes d’alimentation (farines de sang, litières…) interdits en Europe. On mine ainsi les standards européens, tout en réclamant une « montée en gamme de l’agriculture française », voire une « relocalisation » ! Enfin, et surtout, vous poussez toujours plus loin le grand déménagement du monde, avec des flux de marchandises tous azimuts, et les émissions liées aux transports qui vont avec, qui ne diminuent pas, qui augmentent chaque année : tandis que vous facilitez les importations depuis le Canada, désormais les Etats-Unis, bientôt le Brésil ou l’Argentine avec le Mercosur, vous recommandez aux paysans français d’exporter en Chine ! Voilà vos « circuits courts » !

Une question simple : cet accord « Panel hormones », envisagez-vous de le présenter au Parlement français ? Ou comptez-vous contourner la représentation nationale ?

(Cette question, retravaillée, nous a été suggérée par la Fédération Nationale Bovine et son président, notre ami Bruno Dufayet. L’amitié n’interdisant pas des désaccords : non, pour nous, les exportations vers la Chine ne doivent pas être l’avenir de l’élevage français.)

À lire également

8 réflexions sur “« En même temps » : proclamer l’urgence climatique et importer du bœuf américain (nourri aux farines de sang)  ?”

  1. Assurément nous comptons sur le bon sens de quelques députés comme vous, Ruffin, pour mettre gouvernement et majorité parlementaire en face de leurs contradictions, je devrais plutôt dire en flagrant délit de mensonges & manipulation grossière de l’opinion !

    1. C est comme d hab complètement con. Les exportareurs canadiens de viande sont peu nombreux, quant aux farines animales, il n est pas mauvais de donner aux bovidés, qui ne sont que des fermenteurs sur patte, des protéines animales pour qu elles puissent assimiler plus vite les acides aminés et les vitamines qu elles ont du mal à synthétiser. Pour autant il faut que ces complements alimentaires soient protégés contre la transmission de prions, que dans les années 90 les anglais ont négligé en ne chauffant pas suffisament et suffisamment longtemps les farines destinées à l alimentation des bovins. Faut se renseigner avant de publier des aneries

  2. Encore une aberration innommable des autorités européennes !!! Je me permets de m’exclaffer, même si je sais que cela présage encore le pire si on laisse encore Bruxelles décider.
    J’en ris parce qu’au fond de moi, je pense à : « l’Homme est un loup pour l’Homme ». « C’est pas faux ». Cependant, je suis certaine que les loups, entre eux, ont plus le sens de la valeur de Communauté que l’être humain.
    L’Homme creuse lui même sa tombe. Car quoiqu’il arrive, la Nature nous survivra.
    Nous ne sommes qu’une espèce en voie d’extinction, comme tant d’autres.
    Juste de passage.
    À nous de vivre au mieux la Vie que nous voulons, en acteurs ou en spectateurs.

  3. FRANCIS SEEGMULLER

    Ils veulent exporter notre bonne Viande et Importer de la MERDE je me Rappelle d’une Epoque ou la Viande Française suffisait à Nourrir les FRANÇAIS et elle n’est pas si loin derrière nous ne nous laissons pas faire par une BANDE D’IRRESPONSABLE BRAVO MONSIEUR RUFFIN POUR VOS INTERVENTIONS

    1. Et le glyphosate continue à être utilisé, laissant cruellement les apiculteurs sans travail…. et sans espoir, le gouvernement ne dédommage que très rarement nos équilibristes de la nature…
      Je n’ai pas peur pour moi, le mal est fait, mais pour mes deux grands gosses et leurs futures progénitures…

      1. Le glyphosate et les abeilles n ont rien à voir. Les neonuclinoides sans doute. Faut pas tout mélanger. Je vous rappelle que le patron de l ANSM dit qu’ il n y a aucune raison scientifique ni epidemiologique de supprimer le glyphosate. Il n est pas cancérigène !

  4. En même temps, ma réflexion se porte sur le libre échange.
    1er marché, l’UE
    2è marché, l’ALENA
    3è marché, le Mercosur.
    Il est ou le climat ? Il est ou ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reste informé !

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député.