Comment Bill Gates a sacrifié le vaccin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Le vaccin serait "un bien public mondial" avait promis Macron, et l'Union européenne, et l'Assemblée nationale. Et ça a bien failli. Mais Bill Gates est intervenu...
YouTube video

Bill Gates a-t-il sacrifié le vaccin ? « L’Université d’Oxford a surpris et ravi les partisans de la refonte du secteur des vaccins en avril, en promettant de céder les droits de son prometteur vaccin contre le coronavirus à tout fabricant de médicaments. » C’est le journal KHN qui révélait le 25 août que « l’idée était de fournir des médicaments contre le COVID-19 à faible coût ou gratuitement.  » L’article est intégralement en ligne sur leur site. En voici quelques passages traduits.

« A la demande de Bill Gates »


« Nous pensions en fait qu’ils allaient le faire », déclarait James Love, directeur de Knowledge Ecology International, une organisation à but non lucratif qui travaille à élargir l’accès à la technologie médicale, à propos de l’engagement d’Oxford. « Pourquoi les gens n’accepteraient-ils pas que chacun ait accès aux meilleurs vaccins possibles ? »

Jay Hancock, auteur de l’article, apporte la réponse : « Quelques semaines plus tard, Oxford – à la demande de la Fondation Bill & Melinda Gates – a inversé la tendance. Oxford a signé un accord de vaccin exclusif avec AstraZeneca qui a donné au géant pharmaceutique les droits exclusifs et aucune garantie de prix bas. »

Des organisations à but non lucratif telles qu’Oxfam et Médecins sans frontières font pression depuis des années sur les sociétés pharmaceutiques pour qu’elles changent. Les brevets exclusifs et les prix élevés qui rendent des médicaments vitaux parfois inabordables dans les pays riches, et souvent totalement indisponibles dans les pays pauvres, affirment-ils.

Pour contourner cette situation, une solution s’est incarnée dans d’énormes subventions privées et gouvernementales, y compris du Royaume-Uni, des États-Unis et de la Fondation Gates, pour promouvoir les vaccins des pays en développement par le biais de l’organisation à but non lucratif genevoise Gavi, anciennement connue sous le nom d’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination.

La Fondation Gates a contribué au lancement d’une autre organisation non gouvernementale, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), en 2017. Le CEPI avait justement été créé pour lutter contre des menaces telles que le coronavirus : des menaces infectieuses potentielles ignorées ou négligées par les sociétés pharmaceutiques.

Les premiers principes du CEPI autour de l’«accès équitable» avaient suscité les éloges des réformateurs. Le groupe a alors demandé la divulgation publique des données des bénéficiaires des sociétés pharmaceutiques, une comptabilité «transparente» pour montrer le coût réel du vaccin, et le droit d’intervenir et de reprendre un projet de vaccin si le développeur échouait à livre ces derniers.

L’industrie pharmaceutique s’est immédiatement opposée. Même financées par des fonds publics, les sociétés pharmaceutiques étaient « préoccupées par le précédent qui pourrait être créé si elles permettaient à une entité extérieure, en l’occurrence le CEPI, de fixer unilatéralement le prix d’un produit », a rapporté le CEPI en février. L’organisation à but non lucratif a reculé, supprimant la plupart des références aux prix, dans une nouvelle politique que Médecins sans frontières a qualifiée de « recul alarmant ».

Oxford a renoncé à son engagement de licence ouverte après que la Fondation Gates l’a exhorté à trouver une grande entreprise partenaire pour mettre son vaccin sur le marché.

« Nous sommes allés à Oxford et nous avons dit: » Hé, vous faites un travail brillant », a déclaré Bill Gates aux journalistes le 3 juin, selon une transcription. «Mais… vous devez vraiment faire équipe.» Les commentaires ont d’abord été rapportés par Bloomberg.

« AstraZeneca, l’une des deux principales sociétés pharmaceutiques du Royaume-Uni, a peut-être demandé une licence exclusive en échange de la conclusion d’un accord », a déclaré Ken Shadlen, professeur à la London School of Economics et autorité en matière de brevets pharmaceutiques.

«Je pense que la propriété intellectuelle est un élément fondamental de notre industrie et si vous ne protégez pas la propriété intellectuelle, il n’y a essentiellement aucune incitation pour quiconque à innover», a déclaré Soriot (PDG Français d’AztraZeneca) au journal The Telegraph en mai.

Certains considèrent que la Fondation Gates, un important bailleur de fonds de Gavi, du CEPI et de nombreux autres projets de vaccins, soutient les droits de brevet traditionnels des sociétés pharmaceutiques.

« [Bill] Gates a mis en évidence ce rôle démesuré dans le monde des vaccins », a déclaré Love. « Il a la conviction idéologique que le système de propriété intellectuelle est un merveilleux mécanisme nécessaire à l’innovation et à la prospérité. »

A lire également :

Recevez la newsletter

Un email par semaine avec toutes les dernières actualités de François Ruffin.