L’amour est dans le pré (Ruffin ft. la FNSEA)

Comment on est devenu copains avec Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine ? Parce que, lui comme moi on réclame un "nouveau contrat social entre les français et les agriculteurs", qu'un "cap" soit fixé. Pour l'instant entre EGA et CETA, c'est plutot le grand n'importe quoi, en direct du sommet de l'élevage à Clermont-Ferrand.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

4 réflexions sur “L’amour est dans le pré (Ruffin ft. la FNSEA)”

  1. conversation intéressante entre deux personnes intelligentes. Juste un problème : le président de la FNB est un représentant de la FNSEA qui est bien le principal obstacle que l’on trouve toujours sur notre route quand on se bat pour une agriculture plus sociale, plus environnementale. FNSEA qui n’hésite pas à utiliser la violence vis à vis du bien public dans une grande impunité. Ce n’est pas la première fois que cette organisation utilise des personnages bien présentables sous tous rapports pour améliorer son image. Mon cher François il y a aussi des paysans qui se battent depuis des décennies pour un projet d’agriculture paysanne en phase avec les attentes de la société, ils sont pour la plupart à la Confédération Paysanne et dans quelques assos proches (Solidarités Paysans, CIVAM). À mon avis tu as encore plus de choses à apprendre d’eux

  2. Si Bruno Dufayet ne fait que se conformer aux bilans formatés par la FNSEA, il ne pourra jamais faire le pas de côté.
    Qu’il aille se ressourcer sur ZAD ! Là au moins, il aura une chance d’évoluer.

  3. Un assassinat « de type familial » reste un assassinat. Le « modèle familial » ne nourrira d’ailleurs jamais 8 milliards d’humain·es. Comment imaginer le contraire ? Comment ne pas comprendre, lorsque l’on consacre sa vie à la défense des opprimé.e.s ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reste informé !

Une fois par semaine, toute l’actualité de votre député.