Chômage : que contient le rapport censuré ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Madame la ministre du Travail, Monsieur le président de la République, pourquoi cachez-vous, aujourd’hui, pourquoi censurez-vous un rapport sur le non-recours au chômage ?
YouTube video

La loi du 5 septembre 2018 sur « la liberté de choisir son avenir professionnel » stipulait article 62 : « Dans un délai de deux ans à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur la réalité et les conséquences du non-recours aux droits en matière d’assurance chômage. » C’était il y a près de quatre ans, donc.

Et en ce mois de janvier 2022, un autre rapport, « sur l’évaluation de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » indique dans un encadré : « Rapport sur le non-recours : un rapport en retard mais en voie d’être remis pour le début de l’année 2022 ». Le « début de l’année » est désormais passé, et on ne voit toujours rien.

Après renseignements – c’est notre métier – nous pouvons affirmer que ce rapport existe, qu’il est finalisé, que vous et votre cabinet l’avez relu. Et pourtant, nous, députés, n’avons toujours rien reçu.

Nous vous demandons donc : pourquoi n’a-t-il pas été remis ? Que contient ce rapport pour qu’il soit censuré à quelques semaines des élections présidentielles ?

Nous vous demandons de transmettre, au plus vite, ce rapport aux députés : vous n’avez pas le choix, c’est une obligation légale.

François Ruffin


Mise à jour : lundi 14/032022 à 10h02

Madame la ministre, vous mentez.

Je vous interrogeais, la semaine dernière, sur un rapport, caché, concernant « le non-recours à l’assurance chômage ». Vous me répondez, par voie de presse interposée, que « les premiers résultats nécessitent d’être approfondis ». C’est faux.

La cause de la censure n’est pas technique, mais bien politique.

Ce rapport – je me suis informé plus amplement depuis – ce rapport, vous l’avez non seulement lu, mais vous l’avez approuvé. Vous étiez prête à le rendre public. Vous l’avez alors transmis à Matignon et à l’Elysée, « pour validation ». Et c’est alors que la publication fut bloquée.

Dans la presse toujours, vous indiquez que, bien sûr, « nous sommes bien décidés à transmettre aux parlementaires ce travail dès lors qu’il sera abouti ». Le président de la République, le Premier ministre et vous-même, vous êtes surtout bien décidés à nous le transmettre… après la présidentielle !

Aussi, je vous demande à nouveau : que contient ce rapport ? Vous avez l’obligation, inscrite dans la loi, de me le remettre, de le remettre à mes collègues. Un rapport qui aurait dû nous parvenir depuis plusieurs années déjà. Un rapport que, au vu de la période de réserve, vous avez jusqu’à jeudi pour publier…

Conformez-vous à la loi : je passerai à votre ministère, ce mardi après-midi, pour récupérer ce rapport.

Très parlementairement,
François Ruffin.

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Pour me soutenir... faites un don !

C’est pas pour moi, personnellement : vous le savez, je ne garde que le SMIC. Mais organiser notre tournée sur la ligne de front du Sud, préparer la future Nuit des Superprofits et plein d’autres choses !