Psychiatrie : ma question écrite à Agnès Buzyn

Madame la ministre,

A l’Assemblée nationale, je vous alertais le 27 octobre dernier sur la situation de l’hôpital psychiatrie Philippe Pinel à Amiens, et sur la psychiatrie en général : chambres sur-occupées, privation de liberté, soins réduits au minimum, détresse des soignants…

Solennellement, vous alors répondu aux parlementaires :

“Je le dis à tous les députés, les établissements psychiatriques sont extrêmement surveillés dans notre pays. Ils font l’objet d’une visite de certification tous les quatre ans. Quand ils n’atteignent pas le niveau ad hoc, ils ont des visites tous les six mois, voire tous les ans, avec des experts médicaux qui vérifient l’adéquation des moyens aux missions, la manière dont les patients sont traités, y compris sur le plan humain. Donc on ne peut pas raconter que dans nos hôpitaux aujourd’hui, des patients échappent complètement à une certification.”

Circulez, il n’y a rien à voir.

Depuis, Madame Barbara Pompili, députée En Marche! de la Somme, a à son tour visité cet hôpital. Voici le début de son témoignage, publié sur sa page Facebook :

“Je savais, on me l’avait dit. Mais je n’avais pas vu. Maintenant j’ai vu. Et je ne pourrai plus oublier. Je ne pourrai pas ne rien faire. C’est une question de civilisation. C’est une question d’humanité.”

Et elle conclut:

“Le pire, c’est qu’il semble que Pinel serait loin d’être un cas isolé. Un rapport de la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté a déjà pointé en 2016 les conditions révoltantes de contention et d’isolement.

Un système aveugle est en train de nous faire revenir en arrière sur la manière dont nous traitons nos plus vulnérables. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire des économies ici.”

Alors, Madame la ministre, l’aveuglement se poursuivra-t-il? Ou accepterez-vous d’ouvrir les yeux sur l’état de la psychiatrie dans ce pays ?

Nous portons, pour notre part, une proposition simple, qui tombe sous le sens : qu’a minima, la dotation pour les hôpitaux psychiatriques suivent la même évolution que pour les hôpitaux classiques. Alors qu’aujourd’hui ces crédits ne stagnent pas seulement, ils diminuent.

Nous sommes évidemment prêts à en discuter avec votre ministère.

Nous espérons que, pour que l’alarme d’un élu soit prise au sérieux, il ne faut pas qu’il porte la bonne étiquette, elle de la majorité.

Nous avons, évidemment, contacté Barbara Pompili, députée En Marche! de la Somme, pour mener des actions communes dans l’intérêt des patients et des soignants.

2 réponses à “Psychiatrie : ma question écrite à Agnès Buzyn”

  1. Il y a beaucoup de personnes opprimés par ces établissements Une honte

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre député, votre voix

Je ne vous promets pas la lune, mais face aux puissants, je m’engage à ça : ne pas courber l’échine, me tenir droit.

393 Partages
Partagez136
Tweetez318
WhatsApp
Email