Pourquoi je n’irai (toujours) pas à Versailles

Pourquoi je n’irai (toujours) pas à Versailles

Lundi 9 juillet, comme chaque lundi, je serai à ma permanence, à Amiens, pour faire ce pour quoi j’ai été élu : rencontrer les gens, faire remonter leur parole et les représenter. Et non aller écouter, celui qu’on ne devrait plus appeler le Président des Riches… mais le Roi des riches !


 

L’année dernière déjà… (publiée le 29 juin 2017)

Ce lundi, j’avais rendez-vous, à Amiens, avec des parents d’enfants handicapés. Ensemble, nous devions rédiger une question écrite au gouvernement, au ministère de la Santé en l’occurrence, et travailler à une proposition de loi (ça, pour l’instant, je ne sais pas du tout faire).
Et voilà qu’Emmanuel Macron a décidé, subitement, de convoquer un Congrès.
Pour quoi faire ?
Pour l’écouter.
On aura droit à son Premier ministre le mardi, mais ça ne suffit pas, le Président se rajoute au programme la veille.
A quoi on va servir, nous tous, là-bas ?
A rien, on va juste l’écouter.
Je ne crois pas qu’on m’ait élu pour ça.
Je préfère bosser sur des dossiers, avec les gens, à leurs côtés.

Quant au sens politique, maintenant : ça fait beaucoup, quand même, non, pour le monarque républicain ? Sur la loi Travail, mais aussi l’Université il paraît, et même (avant que ça ne capote) sur les néonicotinoïdes, il fonce par ordonnances. Il prépare un Etat d’urgence sur mesure et permanent qui, dans la rue, dès l’automne, neutralisera ses opposants. A l’Assemblée, il se choisit sa propre opposition, “constructive”. Et lorsqu’il se tourne vers le Parlement, c’est juste pour avoir des figurants dans sa pièce à lui. En plus, il paraît qu’on doit rendre nos amendements sur l’habilitation à la loi Travail pour lundi soir (et des amendements je ne sais pas non plus comment on fait ça).
Alors, je vais vous dire, ce lundi, je serai aussi bien devant ma télé à regarder LCP.
On a pensé à tenir cette position, avec plein de camarades, au sein du groupe France insoumise.
Et donc finalement, après discussion, on n’y va pas.

A la place, on va bosser !

François Ruffin

François Ruffin

Né à Calais, j'ai grandi à Amiens. J'y ai fondé le journal Fakir, puis réalisé le film Merci patron !. Élu sous l'étiquette Picardie debout ! (FI, PCF, EELV, Ensemble), je continue à jouer tous les dimanche en vétéran avec l'Olympique amiénois et à m'occuper de mes deux enfants, de 5 et 8 ans, en garde alternée.

9 réponses à “Pourquoi je n’irai (toujours) pas à Versailles”

  1. Merci François d’essayer de faire bouger ce gouvernement d’élite. Pour ma part maman d’un enfant atteint de mucoviscidose qui aimerait aller à l’Université à la rentrée prochaine c’est un vrai parcours du combattant. Pas de logement au CROUS et pas les moyens de lui payer un logement ailleurs. Rien a changé aujourd’hui pas d’argent pas d’études.

    Répondre

  2. Carratié Alain 7 juillet 2018 à 16:02

    Je vous apprécie beaucoup votre façon d’agir. Je suis un retraité fortement déçu. Électeur de gauche, je n’ai pas repris la carte du Parti Socialiste. Pour manifester mon mécontentement, j’ai stoppé mon bénévolat et l’envoi de dons à des oeuvres d’art. J’attends les prochaines élections. Toute mon amitié. A Carratié.

    Répondre

  3. Catherine MARCHIO 7 juillet 2018 à 16:21

    Bonjour,

    Je trouve votre expérience à l’Assemblée très intéressante, et votre témoignage édifiant, comme les précédents. Je partage également votre analyse quant au « rapetissement » de la démocratie, c’est le moins qu’on puisse dire. Je trouve également vos critiques et propositions alternatives pertinentes quant au nombre et au rôle (potentiel…) des députés.

    Là où je ne vous suis plus du tout, c’est lorsque vous ne faites pas le lien entre toutes ces lois liberticides que vous dénoncez (« Fake news », « secret des affaires » etc.), leur implication synergique et le fait qu’elles ont été anticipées au contraire par Macron bien en amont, et qui vont justement lui permettre d’éviter de voir le peuple se dresser face à lui pour dire « stop ! » comme vous nous l’annoncez.

    D’ailleurs, sa première dépense avait été de renouveler le stock de munitions contre le peuple : il savait très bien ce qu’il faisait et allait faire, ainsi que notre réaction prévisible. Le peuple, justement on le tabasse, le gaze, lui sectionne des membres, on l’intimide, le garde à vue, l’incarcère abusivement, même les mineurs !

    Ce type est un grand malade à sang froid, pas un roi capricieux. C’est pour ça qu’il a été choisi : une ordure finie qui a trahi tout le monde, dont notre ancien président. Il n’a aucune morale ni honte tant il est pervers. C’est un bulldozer qui ira jusqu’au bout.

    Il n’y a pas chez lui le moindre caprice, contrairement à ce que vous dites, mais plutôt un planning de destruction massive minutieusement travaillé en amont, avant même son « élection » – volée, comme nous le savons désormais, ce qui est logique, en somme. Et son calendrier est tellement serré qu’on vous étrangle à l’assemblée avec des « fake lois » déjà pré-votée. Un plan démoniaque accompli de jour en jour avec un sang-froid digne d’un SS.

    Nous sommes en dictature, et c’est « à mort, le peuple » !

    Si vous n’avez pas encore compris, c’est inquiétant, car moi, qui ne suis pas députée, je le ressens dans ma chair, et, sauf miracle je vais en payer le prix fort.

    Répondre

  4. Quel bonheur de vous écouter !
    de l’air pur par tombereaux !!

    Répondre

  5. Devant la statue de Montesquieu François Ruffin explique clairement les dérives monarchiques de notre président . Il décide seul des règles et ne justifie pas ses décisions, c’est  » je décide, vous exécutez » Il impose des lois sur mesure pour son service etc …
    28 minutes d’analyse, de propositions concrètes intelligentes et démocratiques : Merci François Ruffin.
    Ne nous soumettons pas au roi Macron .

    Répondre

  6. daniel rapinat 9 juillet 2018 à 07:01

    bjr , je suis tout à fait d’accord avec vos prises de position sur l’ensemble des sujets qui inquiète nos concitoyens . Par contre, j’ai ete déçu de votre absence lors du vote de la loi permettant de poursuivre l’autorisation d’utiliser le glyphosate votre absence et celle de nombreux députes de FI

    Répondre

  7. J’ai peur!!!

    Répondre

  8. C’est une posture de communicant d’etre contre tout quelque soit le propos! Pas très glorieux sous l’apparence de Chevalier Blanc c’est l’attitude typique de la vielle politique qu’il est le premier à dénoncer – chercher l’erreut!

    Répondre

  9. La situation dans laquelle se trouve aujourd’hui l’opposition ne devrait pas étonner les commentateurs: la Ve République avait en germe cette évolution monarchique. Il y a longtemps que l’exécutif est tout-puissant, que le Premier Ministre n’est que le (plus ou moins) brillant second du Président, que le Parlement est entravé dans sa fonction de contrôle. Comparez ce système avec le Consulat sous Bonaparte, et vous comprendrez que nous ne sommes plus en république. C’est vrai, dans ce contexte, que pouvez-vous faire, à part vous livrer à un baroud d’honneur ? Rappeler qu’à l’extérieur de ce théâtre d’ombres qu’est devenu le Parlement, il subsiste quelque chose comme un peuple ? Mais ce dernier a-t-il encore conscience d’exister ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *