Noam Anouar : "défaut d'exemplarité" ou policier exemplaire ?

Noam Anouar, policier, syndicaliste à Vigi passait en conseil de de discipline pour "défaut d'exemplarité". Je l'accompagne comme témoin à son conseil de discipline, à la préfecture de Paris. Pour interroger sa hiérarchie: n'est-il pas, au contraire, un policier exemplaire ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Aussi, le même jour, une Maman nous a écrit. Son fils, lycéen, est emmené en garde à vue, pour un feu de poubelle (« c’est pas malin », admet-elle). Mais au commissariat du XXème, s’ensuit un calvaire, avec des humiliations semble-t-il ordinaires.
Ces policiers seront-ils traduits, eux, en conseil de discipline ?

Voici son témoignage, que j’ai lu lors de l’audience de Noam :

Les enfants se sont donc retrouvés à partir de la fin d’après-midi, seuls dans des cellules sans aucune information de ce qui allait se passer. Cellules où l’odeur est insupportable. Ils n’ont pas été informés qu’ils allaient rester la nuit. A chaque fois qu’ils ont demandé l’heure, on leur répondait « après ». Mon fils a demandé du papier toilette, le flic lui a dit « je reviens », il n’est jamais revenu. Lorsqu’on lui a amené son repas le vendredi soir, le flic lui a dit « fais attention c’est brûlant », en fait le plat n’était même pas décongelé. Ils sont réveillés la nuit toutes les deux-trois heures pour être fouillés. Mon fils avait enlevé son tee-shirt et son sous pantalon pour se faire un oreiller et se protéger de la lumière pour essayer de dormir, un flic est venu dans la nuit et lui a demandé s’il avait froid. Il lui a répondu oui, et ce dernier lui a pris son tee-shirt et son pantalon. Mon fils a vomi pendant la nuit à plusieurs reprises, il a sonné longtemps, très longtemps (ce fameux bouton comme à l’hôpital où on appelle quand on a besoin d’aide), personne n’est jamais venu. Il s’est alors mis à taper contre les murs pour que quelqu’un vienne enfin. Un flic est venu et lui a dit d’arrêter et de fermer sa gueule, sans même lui demander ce qu’il se passait. Lorsqu’ils ont été déférés, les enfants n’avaient aucune info d’où ils étaient emmenés

Pouvez-vous me dire quel être humain mérite à ce point de ne plus être considéré ? De quel droit, ces agents de police peuvent ne pas amener du papier toilette à un gardé à vue qui en réclame ?

Quand les enfants ont été déférés au tribunal, ils n’avaient aucune idée d’où ils partaient. Quand l’un d’entre eux a osé demander dans le fourgon où ils allaient, un des agents de police leur a répondu : « Ferme ta gueule, j’ai envie de taper alors ne me cherche pas ». La situation est très préoccupante et là ce ne sont que quelques-unes des premières remarques que mon fils a pu nous faire hier soir. Quelle image donne-t-on aux mineurs de la Police ? C’est le système lui-même qui est en train de braquer les jeunes contre la Police. Quel être humain mérite d’être traité avec autant d’humiliation ? Où est le respect des droits de l’Homme ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Sur le même thème

4 réponses

  1. Bonjour,
    Malheureusement ces bien comme cela que l’on fait taire les personnes qui veulent dire la vérité qui dérange certaine personne. Même macron avec l’histoire du tee shirt envoie un message d’alerte. Des policiers en retraite se battes aussi contre les policiers corrompues. Comment ferait on pour changer les problèmes de la france si on as pas le droit de dire la vérité ?

  2. Triste, je suis très triste de voir tout ce qui se passe.
    J’ai 73 ans, 68 oui j’y étais, mais qu’attendons nous pour réagir, que toute la population réagisse face à ces comportements ignobles des dirigeants.
    Toute ma vie, en tant que prof, j’ai aidé, soutenu, encouragé la jeunesse dont j’avais la charge en Lycée, dans les assos., c’est tout se que j’ai à leur offrir maintenant ?
    Écœuré , j’ai envie de crier « debout, assez »!
    Une idée de Socrate que toute ma vie j’ai gardé en tête comme maxime des jours difficiles, « les vents ne favorisent que ceux qui savent où ils vont » et bien ne laissons plus ceux qui nous dirigent aller là où ils veulent nous amener, et nous agissons pour ne pas terminer dans le mur !

  3. Triste, je suis très triste de voir tout ce qui se passe.
    J’ai 73 ans, 68 oui j’y étais, mais qu’attendons nous pour réagir, que toute la population réagisse face à ces comportements ignobles des dirigeants.
    Toute ma vie, en tant que prof, j’ai aidé, soutenu, encouragé la jeunesse dont j’avais la charge en Lycée, dans les assos., c’est tout ce que j’ai à leur offrir maintenant ?
    Écœuré , j’ai envie de crier « debout, assez »!
    Une idée de Socrate que toute ma vie j’ai gardé en tête comme maxime des jours difficiles, « les vents ne favorisent que ceux qui savent où ils vont » et bien ne laissons plus ceux qui nous dirigent aller là où ils veulent nous amener, et nous agissons pour ne pas terminer dans le mur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *