On va se les peler sans pellets !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
François Ruffin interpelle le ministre de l’Économie sur la disponibilité et l’inflation délirante des granulés de bois.

Malgré un été caniculaire dans la Somme, il faut penser à l’hiver et au froid vif et humide de la Picardie qui arrivera dans les prochaines semaines.

Philippe, le coiffeur de Rosières en Santerre s’y connait en bon plan énergie : 

« Mes clients ne me parlent que de ça, le prix du litre de gasoil au dixième de centimes prêt, le prix des 1000 L de Fioul et surtout la pénurie de granulés de bois. Faut dire que dans le coin, on en a remplacé des vieilles chaudières au fioul ou au gaz par des chaudières ou des poêles à granulés. Et même que l’Etat les a subventionnés par des crédits d’impôts dans le cadre du plan de transition énergétique. Mais aujourd’hui, c’est le casse-tête et les listes d’attente pour en trouver et surtout à prix d’or.

Qu’on les appelle granulés ou pellets de bois, qu’on les achète en vrac, en palette d’une tonne ou en sac de 15 kg, on n’est pas sûrs d’en avoir pour l’hiver, et à quel prix ! A l’allure actuelle, le prix aura triplé dans 1 mois par rapport à la sortie d’hiver dernier. De 300€ la tonne à 750€ aujourd’hui, de 5€ le sac à 13€ aujourd’hui, quand on en trouve. En août, un magasin de bricolage de l’Aisne a provoqué une file d’attente avant l’ouverture, un bouchon sur la nationale et une cohue comme pour une promo sur le Nutella. Ils ont été contraints de rationner les clients, pas plus de 10 sacs à 8,99 € pièce. Une aubaine à l’époque. »

La facture flambe pour les Français convertis à ce mode de chauffage plus respectueux de l’environnement. Et pour eux, pas de bouclier tarifaire ! Ils ont fait l’effort de s’équiper souvent avec un investissement qui approche les 10 000 € et ils regardent les prix s’envoler. Alors que le fioul, l’électricité et le gaz sont protégés par un bouclier tarifaire. Les énergies fossiles subventionnées et l’énergie bois, renouvelable, laissée au marché spéculatif. C’est incohérent.

Alors, Monsieur le ministre de l’Économie, allez-vous mettre en place un bouclier tarifaire pour diminuer le tarif de cette énergie renouvelable ? Et pouvez-vous rassurer les Françaises et les Français sur l’approvisionnement suffisant en granulés de bois avant cet hiver ?

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Pour me soutenir... faites un don !

C’est pas pour moi, personnellement : vous le savez, je ne garde que le SMIC. Mais organiser notre tournée sur la ligne de front du Sud, préparer la future Nuit des Superprofits et plein d’autres choses !