Harcèlement chez EDF : l’Etat doit agir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Qu'il soit institutionnel, sexuel, discriminatoire, chez EDF le harcèlement paraît érigé en doctrine. L'Etat-employeur et actionnaire doit agir, à moins qu'un nouveau France Telecom...
Question gouvernement harcèlement EDF

M. François Ruffin interpelle Mme la ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion sur la maltraitance organisée chez EDF.

« Un jour, mon harceleur m’a dit « je te veux ». Plus je disais non, plus il me harcelait. » Un autre salarié explique qu’il a publié sur les dangers du nucléaire mal entretenu « du jour au lendemain on ne me donnait plus de travail ». « Le directeur a demandé de ne plus t’en donner. » « Quand je suis arrivé en Andorre, le soir, le n+1 n’avait réservé qu’une chambre d’hôtel pour deux », dit encore une autre. « Ils ont fait venir une personne qui s’est présentée comme psychanalyste et cet e… a donné tous les témoignages à la direction qui s’en est servi pour purger l’équipe. »

C’est aussi le cas pour Élodie qui explique : « Comme beaucoup de salariés en situation de handicap, j’ai été victime de discrimination. Pour avoir demandé l’application de l’accord handicap, j’ai subi du harcèlement pendant plus de 6 ans avec la complicité du médecin conseil – qui est salarié du groupe EDF -, ce qui a eu pour effet d’aggraver mon handicap. Comme beaucoup, j’ai donc fini en invalidité catégorie 2 ».

Sur le site d’EDF, on peut lire qu’il s’agit d’« un employeur socialement responsable ». Chez les salariés, on peut entendre de plus en plus : « J’étais dans un mal-être. On m’a massacré ».

Harcèlement institutionnel, discriminatoire et sexuel chez EDF

Selon une vaste enquête du média Blast-info, il existerait un véritable système de pression chez EDF, où certains dirigeants peuvent agir comme bon leur semble en toute impunité. Les témoignages s’empilent chez Blast et Éthique en actions : harcèlement institutionnel, discriminations des personnes en situation de handicap, harcèlement sexuel. Depuis les révélations de Blast, EDF a eu pour seule réaction de convoquer Jean-Michel pour avoir partagé l’enquête sur son mur Facebook en interpellant les DRH. Il est aujourd’hui licencié. Cela montre que la doctrine est toujours la même. Des salariés finissent même par soupçonner qu’il s’agit d’un plan social déguisé, vu le nombre de départs.

L’État employeur ou actionnaire doit agir. À moins que Mme la ministre ne préfère faire d’EDF le nouveau France Telecom ? Il souhaite connaître son avis sur le sujet.

Retrouvez toutes les alertes et question au gouvernement de François Ruffin

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Vous en voulez encore ?

Si vous souhaitez aussi que je poursuive la bagarre, à l’Assemblée et ailleurs,
que je porte la voix des oubliés, alors, j’ai besoin de vous… et de vos sous !