Ehpad : quand Denis pourra-t-il refaire du vélo ?

Monsieur Véran, j’aurais bien d’autres choses à vous rapporter, sur les budgets, les plannings, les primes, etc., mais je pare au plus urgent : quand Denis pourra-t-il reprendre son vélo ? On ne saurait sauver des vies en sacrifiant notre humanité.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

M. François Ruffin interpelle M. Olivier Véran, ministre de la Santé : quand Denis pourra-t-il refaire du vélo ?

Ce lundi, j’ai visité l’Ehpad de Domart-en-Ponthieu. Et je voudrais simplement vous alerter, humainement, sur la détresse psychique, affective, des résidents :

« Ce matin encore, relatait une soignante, Denis a parlé de se jeter par la fenêtre. Il veut aller faire du vélo, boire un coup au troquet du coin, comme il faisait avant. Là, il a l’impression d’être en prison. C’est pareil pour Jacques : normalement il fume vingt cigarillos par semaine, maintenant c’est vingt par jour. Nos personnes âgées, ou handicapées, avaient l’habitude de faire un tour dans le village, elles en sont privées. Beaucoup ont développé des troubles psychopathologiques. Certains confondent le jour et la nuit, d’autres ne mangent plus ».

Je ne suis pas juriste. Mais déjà, pendant le confinement, l’interdiction de sortir de l’établissement, et même de leur chambre, posait un souci de droit : ils ne sont condamnés à rien, n’ont aucune sanction prononcée par un juge, ils sont les égaux des citoyens dehors. On pouvait le comprendre, néanmoins, eux-mêmes pouvaient le comprendre, au vu des restrictions de liberté pour l’ensemble des français. Mais aujourd’hui, ça n’est plus tenable. Après trois mois d’enfermement, ça n’est plus tenable. Au moment où toute la société se déconfine, ce n’est plus tenable pour les résidents, ce n’est plus tenable pour les soignants.

J’aurais bien d’autres choses à vous rapporter, sur les budgets, les plannings, les primes, etc., mais je pare au plus urgent, au plus pressé : quand Denis pourra-t-il reprendre son vélo ?

Post-scriptum : J’ai reçu dimanche ce témoignage, de Thierry :

« Ma mère est décédée le 30 mai 2020, ma maman n’est pas morte d’un coronavirus, ma maman est morte parce que, dans ses derniers moments, on l’a privée d’amour et je suis en colère. Des décideurs cyniques et froids, des exécutants serviles, complices et victimes à la fois, dans leur tour de verre, leur bureau d’acier ont mis en place une machine de guerre pour tenter d’anéantir ce qui fait de nous des humains. Sous de fallacieux prétextes, ils ont réussi à priver nos anciens des dernières attentions, précédant le départ, de ces derniers instants où la conscience réclame une caresse des cheveux, un baiser sur le front, avant l’inconnu. Quand, pour celui qui reste, il devient essentiel de soulager le corps et d’alléger l’esprit ».

On ne saurait sauver des vies en sacrifiant notre humanité.

Sur le même thème

Illu Femme De Ménage

Aux damnés de la prime Covid : témoignez !

La préfecture m’a demandé, à la demande de Macron lui-même, qui je voulais mettre à l’honneur le 14 juillet. « Geraldine, Severine, Olivier et leurs collègues

La santé : Allocutation d'Emmanuel Macron

« Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie

Qui l’ignorait, franchement, que « la santé » est un « bien précieux » ? Lui et son « élite » d’énarques, ses obsédés des « déficits », technocrates, Inspecteur des finances qui ont jivarisé la politique ? « Ce que révèle cette pandémie », c’est avant tout leur connerie.

La première des ruptures : la vie avant l’économie

La vie avant l’économie. Ces quelques mots vont de soi, ils énoncent une banalité. En vérité, c’est toute la société que nous avons à inverser, un grand renversement, le cul par-dessus tête, ou au contraire le monde remis à l’endroit, les pieds enfin sur terre.

bernard arnault hopital

Cher Bernard Arnault, on ne fait pas l’hôpitalothon…

L’hôpital ne fait pas l’aumône. Pour le financer, nous ne devons pas compter sur la générosité de Bernard Arnault et ses amis : il faut exiger d’eux qu’ils payent leurs impôts en France, toute l’année, comme le reste des Français.

Commentez

6 réponses

  1. HUMAN
    HUMANISM
    HUMANITY
    L’humain
    L’HUMANISME
    l’humanité,
    est une et indivisible.
    La calculette ne peut pas remplacer l’anglais, Le français et la parole, en générale.

    Comment sortir de ce cauchemard ?

    Bien à vous

    Camille Marchal

  2. Partageons notre humanité, maintenons ce rapport de force, la démocratie vaincra, pour une France de toutes les couleurs, pour une France égalitaire et solidaire.

  3. Merci François pour ces billets ramenant l’humain d’abord.
    Jean Luc et toi êtes tellement complémentaires ! Quelle chance de vous avoir tous deux … (et quelques autres, bien sûr) .
    Je peux te dire que toutes tes interventions que ce soit à l »Assemblée ou dans les médias sont écoutées avec bonheur par tous ceux plus ou moins engagés pour le changement de société que je connais.

  4. Ils comptent confiner les personnes âgées et à risques, c est une réelle injustice de plus, car ces personnes savent prendre les mesures pour se protéger de ce virus Et ce virus n est pas venu du Saint Esprit C est écoeurant, il y a de quoi être dégouté Malheureusement ils continuent ce qu’ ils ont commencé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *