Cyrano s’emporte à la tribune : « Le voila, votre pognon de dingue ! »

Madame la ministre, monsieur le ministre, monsieur le rapporteur général, en quelle langue faut-il donc vous le dire ?

En anglais : what a waste ! En italien :che spreco ! Je veux bien, même, essayer en chinois : touome lang fei !

En français, tout de même : quelle gabegie ! Quel gâchis colossal !

J’ai découvert le scandale, un matin, en écoutant la radio – je roulais dans mon Berlingo : « D’après un rapport de France Stratégie, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi aurait permis de créer ou de sauvegarder 100 000 emplois. » C’est le genre de calcul que j’aime bien faire dans ma tête ; ça fait passer le temps au volant. Allons-y ensemble : le CICE coûte aux alentours de 20 milliards d’euros par an ; si l’on divise cette somme par 100 000 emplois, on obtient 200 000.

J’ai dit à mon collaborateur, Vincent, qui était à côté de moi (Mêmes mouvements) : « Tu te rends compte : 200 000 euros par emploi et par an ! C’est pas possible, j’ai dû m’emmêler dans les zéros… » Sur le siège passager, Vincent a vérifié sur son téléphone portable : « C’est bien ça : 200 000 euros par an pour un emploi. »

Cela paraissait tellement incroyable, tellement délirant, tellement surréaliste ! Si j’étais informaticien, je fabriquerais un « convertisseur de CICE ». Vous saisiriez le nom d’un métier, « infirmier » par exemple. C’est la débâcle dans les hôpitaux, on le sait tous : les patients attendent des nuits entières aux urgences ; les établissements parisiens épuisent leurs salariés ; dans d’autres, le personnel apporte son propre papier toilette. Bref, l’hôpital est au bord de la crise de nerfs. Donc, embaucher des infirmiers, qui est contre ? Eh bien, ces 20 milliards de CICE, ça fait 625 000 infirmiers !

Mais vous avez raison : il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Avec mon convertisseur, chacun pourrait se faire son propre mix, ses embauches idéales : des accompagnants pour les enfants handicapés, des animateurs pour le périscolaire, des auxiliaires pour les personnes âgées, des inspecteurs du travail… et tout ça, par centaines de milliers. Est-ce que vous saisissez, maintenant, l’énormité de ces 20 milliards ?

Et à qui profite ce CICE ? Pour moitié aux multinationales. Le premier bénéficiaire dans le privé, c’est Carrefour, Carrefour qui licencie 4 500 caissières et autres employés, Carrefour qui reçoit, néanmoins, 130 millions d’euros au titre du CICE, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Emploi, emploi… ça ne vous choque pas ?  Dans tout le pays, il n’y a qu’ici que ça ne choque pas ! Tous les experts vous le disent : le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi est une gabegie. Le comité de suivi de France Stratégie le dit. La fédération « Travail, emploi et politiques publiques » du CNRS le dit. Le laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques le dit. Toutes ces études aboutissent à la même conclusion : un effet quasi-nul.

Malgré ces rapports, ces études, ces évaluations, que décidez-vous ? Que décidez-vous après la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, après la flat tax, après la suppression de l’exit tax, après la baisse de l’impôt sur les sociétés ? Vous décidez de poursuivre le CICE, de le pérenniser en allégements de charges et même, pour cette année, de le doubler, en le faisant passer à 40 milliards d’euros. Quarante milliards, c’est, pour 2018, douze fois le budget de l’agriculture, quatorze fois celui de la culture, quatre fois celui de l’écologie !

Mais vous êtes sourds.

Vous êtes sourds aux faits ; vous êtes sourds aux Français ; vous êtes aveuglés par votre dogme. Ces chercheurs, de France Stratégie ou du CNRS, devraient abandonner leur langue convenue et convenable. Ils devraient vous l’écrire en très grand, en lettres clignotantes, tout en klaxonnant : gaspillage ! Gaspillage ! Gaspillage !

Ou alors, comme Cyrano de Bergerac, ils devraient vous le déclamer.

Généreux : « Moi, si j’avais un tel magot dans ma besace, /Il faudrait sur le champ que je le partageasse ! »

Curieux : « Dites-moi, de quoi sert ce fabuleux pécule ? /Aimez-vous à ce point les très grandes fortunes / Que paternellement vous vous préoccupâtes / De leur tendre ce chèque de 40 000 patates ? »

Dramatique : « Ô rage ! Ô désespoir ! C’est le peuple que l’on saigne ! /Mais pour les millionnaires, quelle formidable aubaine ! »

Agressif : « Le voilà donc, monsieur, votre « pognon de dingue » /Pour que l’oligarchie fasse follement la bringue ! »

Quarante milliards, donc ! Quarante milliards ! Et en même temps, vous osez. En même temps, vous osez geler les pensions de retraite. En même temps, vous osez geler les allocations familiales.

En même temps, vous osez geler les pensions d’invalidité.

Vous vous rattrapez sur les familles pauvres, sur les personnes âgées, sur les personnes handicapées. Sur elles, vous allez gratter 7 milliards. À elles, vous criez la nécessité de l’effort budgétaire. Vous osez. Bravo ! Chapeau !

Victor Hugo écrivait : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. » Vous êtes les maîtres d’œuvre de cette injustice ! Vous êtes le bras armé de cette iniquité !


François Ruffin

François Ruffin

Né à Calais, j'ai grandi à Amiens. J'y ai fondé le journal Fakir, puis réalisé le film Merci patron !. Élu sous l'étiquette Picardie debout ! (FI, PCF, EELV, Ensemble), je continue à jouer tous les dimanches en vétéran avec l'Olympique amiénois et à m'occuper de mes deux enfants, de 5 et 8 ans, en garde alternée.

Rejoignez-nous !

Je ne vous promets pas la lune, mais face aux puissants, je m’engage à ça : ne pas courber l’échine, me tenir droit.

Sur le même thème :

33 réponses à “Cyrano s’emporte à la tribune : « Le voila, votre pognon de dingue ! »”

  1. Ce n’est pas tant l’injustice fiscale qui compte que l’injustice monétaire quand on sait que la source de presque tous les flux monétaires est USURIERE (monnaie privatisée avec intérêts) !

    Mais chut hein, l’intérêt est le Saint Graal de la secte responsable de l’obscurantisme monétaire actuel, il ne faudrait pas attirer ses foudres vu leur toute puissance illimitée et la norme d’impunité dont bénéficient leurs collaborateurs.

    Le service de la dette souveraine est au 1er poste de dépense de l’Etat. C’est dire l’intérêt sur la chose publique en leur « république » qui n’est pas démocratique, mais ploutocratique !

    Répondre

  2. Merci de mettre en lumière ce type de VOL

    Cependant face à l’imoralité, l’égoisme, l’avidité d’une oligarchie toute puissance vos mots même s’ils nous font du bien lettres mortes resteront.

    Pour changer cette donne MONTRUEUSE (Waren Buffet disait : La lutte des classes existe, et c’est la mienne qui l’a gagnée !) il faudrait laisser le choix aux quidams de base de bosser ou pas pour cette oligarchie dégueulasse !

    Un revenu de base devient de plus en plus necésaire et avec les 20 Milliards de CICE qu’en avant vous mettez, cela finance déjà ce RDB pour toutes les EXCLUSIONS (Travailleurs pauvres, minima sociaux,etc…) A partir de la l’oligarchie sera bien obligé de proposer de vrais salaire pour continuer à faire tourner ses boutiques !!!

    Répondre

  3. Mon pauvre Monsieur,
    Tout est à revoir. Responsables mais non coupables, on connaît la chanson.
    Le CICE a déjà fait l’objet de critiques (ex : – https://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/racket-au-credit-d-impot-competitivite_1512153.html ou – https://www.usinenouvelle.com/editorial/pourquoi-le-patronat-traine-les-pieds-sur-la-transformation-du-cice-en-baisse-de-charges.N558373
    et – https://www.geroscopie.fr/print.asp?67A0548D4A8B etc. …)
    Le temps passe et ils s’en mettent plein les fouilles.

    Répondre

  4. tout un speech pour un CICE qui disparait dans 2 mois ?…

    Répondre

    1. mais qui sera pérennisé sous forme d’allègement de charges sociales

      Répondre

  5. Bravo François pour cette intervention salutaire et particulièrement théâtrale. On entend ici ou là des ricanements et gloussements, certainement émis par quelques hommes ou femmes-robots qui n ont plus que la raillerie à confronter à ta verve et ton courage. Le cice nous le savions, était fait en pure perte, chèque en blanc au grand patronat. Bravo encore de porter sur la place publique ce énième scandale et merci de te faire porte voix de nous les « petits »…

    Répondre

  6. Merci de représenter notre colère et notre indignation… continue François lâche rien on est avec toi. Signe un gosse de la cité scolaire des années 90

    Répondre

  7. Valérie Bizouerne 3 novembre 2018 à 13:39

    merci de vous indigner. Merci

    Répondre

  8. Et bien bravo…..

    Répondre

  9. Euh françois Ruffin, çà fait longtemps que je souligne ce fait que les emplois aidés nous coutent des fortunes et que ramenés à leur cout unitaires ils représentaient effectivement « un pognon de dingue ». Mieux j’ai osé proposé à l’époque que l’on donnât directement cet argent aux sans emplois plutot que de les réduire en esclavage : le problème c’est que bien peu de gens sont pour ! dés que vous montez un peu dans l’échelle sociale : les pauvres sont considérés comme des mange merde et de ce fait, on récuse l’idée de les aider à leur juste valeur !Et d’ailleurs puisqu’on parle de çà, on devrait aussi reconnaitre que : « donner aux pauvres (essentiellement chomeurs) de quoi vivre, conduirait à dégouter tout ceux qui sont juste au dessus du seuil, et qui se lèvent le matin pour des salaires de misère !
    Pas sûr, en fait, que tous les « moins pauvres » apprécieraient l’idée, ne serait ce que parce que de cette manière ils se trouveraient tout soudain projetés dans un milieu qu’ils rejettent avec rage !
    Pour moi il n’y a pas que les très riches qui posent problèmes, les moyens pauvres et les moyens tout court, ne sont pas prêts à admettre l’abolition de la pauvreté, une urgence sociale absolue pourtant !

    Répondre

  10. Bonjour,

    Plutôt qu’un salaire de base (la classe dominante en rêve pour maintenir de plus en plus de gens dans la précarité), le salaire à vie, tel que théorisé par Bernard Friot et qui existe déjà pour les fonctionnaires.
    Quant au choix de bosser ou non pour l’oligarchie, il existe aussi. Ecouter à nouveau Bernard Friot dans l’émission ‘Vraiment politique’ N°7 sur Le Média, à partir de 1:33:50 qui propose une alternative (en se basant là encore sur quelque chose qui existe déjà et qui se développe), alternative qui consiste en une sorte de cotisation santé-alimentation, pour contourner l’industrie agro-alimentaire.
    Et comme le dit Pablo Servigne dans son entretien avec François Ruffin (https://www.youtube.com/watch?v=6J1Lzs-iYAI) : « Nous avons une grande capacité d’entraide et d’altruisme et nous pouvons concevoir des institutions, des normes sociales qui favorisent l’émergence spontanée de nos comportements altruistes et pro-sociaux. L’art de la politique, c’est de concevoir des institutions qui favorisent ça. »
    Même si la classe dominante se fiche pas mal de vos interventions, François Ruffin, vous réveillez quelques consciences, et c’est déjà ça. Merci, et surtout, continuez s’il vous plait.

    Répondre

  11. gérard cloarec 4 novembre 2018 à 13:39

    Le problème nous la multitude: ,divisée,manipulée,egoistes et méprisée par les puissants ,rien ne change,c’est comme si c’était dans l’ordre des choses depuis la nuit des temps ,nous sommes trop nombreux pour s’organiser et trop divisés! Merci quand même d’exister monsieur Rufin ce serait à chaque citoyen de se réveiller ,mais la manipulation mentale est trop forte!9

    Répondre

  12. Catherine MARCHIO 5 novembre 2018 à 01:40

    Là, rien à redire : juste fantastique !

    Continuez à progresser comme ça, MERCI.

    Répondre

  13. Je vous remercie de votre révolte. Je vous remercie aussi de vos explications… Vous redonnez aussi l envie de s informer, là où, dans une sorte de no man s land de l info, on aurait plutôt envie de tout laisser tomber pour aller faire du fromage de chèvre dans le Larzac. Gagner en information et en esprit critique: Noam Chomsky, nous voilà !

    Répondre

  14. Tellement vrai. Et tellement plus efficace que les coups de sang de M. Mélenchon qui ne servent à rien, à part discréditer tout un parti. M. Ruffin, vous avez compris que c’est en gardant votre calme et en vous appuyant sur des exemples concrets de choix budgétaires profondément injustes que vous arriverez à redonner confiance aux français à qui il reste encore quelques valeurs dites de « Gauche » : justice sociale, service public, lutte contre les inégalités.

    Répondre

  15. Schweitzer lucien 5 novembre 2018 à 18:12

    J’apprécie Monsieur Ruffin et ses envolés lyriques politiques, tout comme vous tous qui derrière le clavier brandissez des boucliers et tel Don Quichotte avec sa lance vous lancez contre des moulins à vents imaginaires dans des diatribes de bon sens. Mais le bon sens n’est pas ici, il est dans les urnes lorsque le troupeau dérouté vote toujours pour les mêmes depuis des décennies, ce que vous ne savez pas c’est que : tant que nous resterons dans ce carcan d’Union Européenne rien ne changera <> chanson des jeunes qui se meurent ET Oui Monsieur Ruffin seul la sortie de La Fédération en Marche pourra nous/vous faire retrouver la Liberté de notre nation <> que vous le vouliez ou non la solution n’est pas dans l’Europe des oligarchies ELLE est la solution du déclin SINON depuis un demi siècle cela se verrait et se saurait…

    Répondre

  16. Schweitzer lucien 5 novembre 2018 à 18:14

    Inutile car je disais bien que ma parole est d’or et la censure de LFI est d’argent il est où mon post ?

    Répondre

  17. Schweitzer lucien 5 novembre 2018 à 18:17

    Merci, je suis français et mes post sont en français or ! je disais bien que la censure existe chez LAFI prouvez moi le contraire ?

    Répondre

  18. Bonsoir et bravo pour cette intervention, la vérité qu’on nous cache.
    Vous contribuez sans aucun doute à ouvrir des consciences, parmi tous ces moutons Français qu’on a complètement éteints. j’espère que beaucoup vous écoute, car c’est tous ensemble que nous pourrons changer ce Pays, sans aucune distinction de quoi que ce soit.
    Merci pour votre travail, c’est remarquable, et suivons votre exemple, fonçons tous ensemble, dans la Paix, le Calme et la Vérité.
    Nicole

    Répondre

  19. Le cice un chèque de Noël aux groupes du CAC 40, ArcelorMittal en bénéficie largement, alors que les deux tiers des bénéfices sont alloués aux actionnaires, 5% pour les salariés, le reste en pour les investissements.
    Il y a encore 5 % à gratter et les baisses de charge sont encore demandé par le M E D E F AU nom de la compétitivité

    Répondre

  20. Bonsoir
    Merci pour vos prises de position et vos prises de parole qui remontent le moral dans un paysage politique bien grisâtre…

    Sur le CICE, en plus du scandale absolu que vous avez bien décrit, vous pourriez rajouter qu’entre 2015 et 2016, les dividendes des entreprises du CAC40 ont progressé de 13Ms€… et que ces entreprises sont détenues en grande partie par des fonds de pension américain. Donc indirectement, l’argent du contribuable sert à verser des dividendes à des retraités américains vivant en Floride ou en Californie… super calcul!

    https://www.lesechos.fr/09/01/2017/lesechos.fr/0211673522438_bourse—les-dividendes-records-du-cac-40.htm

    https://www.abcbourse.com/analyses/chronique-le_poids_des_fonds_investis_dans_lindice_cac40-752.aspx

    Répondre

  21. Après, on peut aussi peut-être s’interroger sur le pourquoi?
    Pourquoi s’entête-t-on dans une politique qui aura coûté à la fin dans les 100Ms€ pour des résultats « calamiteux », « plus que mitigés » (Alter Eco)?
    Personnellement, j’y vois une grande part d’idéologie, mais pas seulement.
    Mettre tout dans le CICE justifie aussi la faiblesse du budget de tous les autres secteurs de l’Etat… il n’y a -et c’est vrai- plus « d’argent magique » après le CICE… tout est parti avec lui. Le reste de la société peut donc se serrer la ceinture, doit se serrer la ceinture. Le CICE sera vite oublié par les non-spécialistes, restera les coupes budgétaires, les services publics en berne, les dernières entreprises publiques privatisées, les allocations en baisse, la retraite bientôt rabotée…
    Sans l’aide du CICE, si les caisses de l’Etat peuvent finalement subvenir à toutes ces dépenses, pourquoi les réduire?…

    https://www.alternatives-economiques.fr/maigre-bilan-cice/00080800

    Répondre

  22. Merci, merci une fois de plus…

    Répondre

  23. Sylvie Doubrère 5 novembre 2018 à 21:51

    Quelle éloquence! que de vérités énoncées! mais ils sont sourds nos députés?

    Répondre

  24. La lutte des classes existe t’elle ?… Pour qu’elle existe, il faudrait que ceux qui jouent dans l’équipe des ouvriers , des employés, des sans grades, des gens de peu n’aspirent pas à passer dans l’equipe d’en face , celle des chefs, des patrons, des gradés , des gens de bien… et qu’à l’inverse , les gradés n’aient pas à trouille immense de perdre leurs galons et leur veau d’or pour se retrouver à jouer en shorts faits de coton même pas bio .

    Répondre

  25. toujours aussi droit dans ses bottes François . Qu’ont ils a dire pour la parade .Rien , et cela depuis des lustres , il fallait quelqu’un comme François ou JLM pour mettre la machine a laver en route .Du fric , il y en a , mais la répartition reste a définir .Jusque maintenant , on commence par soi , même l’argent des autres . Ils bavent sur le chômage , ou , plutôt sur les chômeurs , mais , que proposent’ils , de traverser la route .Si par malheur j’habitais en face de l’Élysée , je n’oserais même pas , quand je vois ce gâchis .Du travail, comme je l’appelle ainsi , non pas de la viande que l’on jette , il ni en aura pas pour tout le monde , donc , il faut assumer .Ce branleur de Macron , avec son troupeau de bourgs me donne la nausée .

    Répondre

  26. Merci Cyrano, merci pour votre panache et vos interventions clairvoyantes, encore un bon coup de pieds dans le…panier de crabes. Continuez à les secouer régulièrement, je ne sais pas si cela finira (j’ai peu d’espoir) par leur décoller la pulpe du fonds comme disait Coluche, mais en attendant vous nous redonnez espoir et envie de batailler. Et ça c’est énorme!

    Répondre

  27. Je m’associe aux nombreux remerciements déjà écrits…
    Merci pour la clarté de vos explications qui éclairent et redonnent du sens au Politique.
    Merci pour la force de votre engagement et la pertinence de vos propos.
    Merci d’évoquer les « vrais gens » de la « vraie vie », notamment les infirmières, les auxiliaires de vie scolaire etc Ces métiers sur representés par les femmes largement sous payées.
    Votre approche n’est pas agressive mais puissante et permet l’espoir, un jour sûrement, d’un changement en profondeur de notre société.

    Répondre

  28. Il sera essentiel de donner un minimum social aux chômeurs de longue durée le manque d emploi en laisse de côté surtout en province

    Répondre

  29. Alice Deconinck 7 novembre 2018 à 20:51

    Un grand BRAVO Mr Ruffin.
    Je suis rassurer de voir qu’il y a encore de belles et grandes âmes sur terre.
    Et surtout, au sein même: De la France insoumise.  » Vive la 6ème république. »

    Répondre

  30. BRAVO!
    BRAVO!

    Je me suis surprise à applaudir et crier bavo devant mon ordinateur

    Que ça fait du bien que vous leur mettiez dans les oreilles ce que l’on aimerait leur dire. Que ça fait du bien de les voir obligés d’entendre ces mots!

    MERCI!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informés

Dossiers chauds

Les articles clés