Pour les RASED, la mort à trente ans ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
« Cette année, les RASED vont avoir trente ans. Mais on ne sait pas ce qu’on va devenir, nos perspectives sont bien sombres. » Monsieur Blanquer, allez-vous raser les RASED ?

M. François Ruffin interpelle M. Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse : pour les Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté, la mort à trente ans ?

« Cette année, les RASED vont avoir trente ans. Mais on ne sait pas ce qu’on va devenir, nos perspectives sont bien sombres ».

C’est K. du Collectif RASED de la Somme, qui m’alerte ainsi. Les RASED – réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté – sont nés en 1990 de la volonté d’accompagner les enfants ayant des difficultés d’apprentissage, comportementales ou psychologiques, tout en les maintenant dans le système scolaire classique. Ils embauchent des psychologues et des enseignants spécialisés. Ce dispositif est un précurseur, donc, de l’école inclusive qui vous est si chère, M. Blanquer. Aujourd’hui pourtant, les RASED sont à l’agonie.

Sur les 36 antennes de la Somme, 17 sont incomplètes. Dans la moitié des RASED, donc, il manque des psychologues et des maîtres spécialisés. Cela engendre une importante surcharge de travail pour le personnel en poste, qui doit se séparer entre plusieurs secteurs, de nombreux enfants, avec sentiment de saute-mouton, de travail mal-fait.

Le Rapport grande pauvreté et réussite scolaire (2015) invitait pourtant à « conforter les RASED » et à « s’assurer que les postes sont bien implantés là où sont les besoins ». Or, la MDPH de la Somme souligne que « notre région est l’une des dernières selon les indicateurs de précarité et de santé ». Les besoins sont là. Pas les moyens.

« Ça fait vingt ans que je travaille en RASED m’explique B., psychologue. Jamais on n’a eu aussi peu de moyens. Malgré ça, on continue à faire notre maximum pour les enfants, mais c’est dur. Là, c’est la première année où je ne fais aucune action de prévention ».

D. enchaîne : « Aujourd’hui, on est obligés de faire des choix. Certains gamins sont laissés sur le bord de la route, et c’est les familles défavorisées qui trinquent en premier. Celles qui ont les moyens placent leurs enfants dans le privé. Psychologiquement, c’est très dur pour nous de porter ça. A tel point que je pense de plus en plus à démissionner ».

C. abonde : « Un inspecteur m’a dit « vous allez devoir choisir qui vous aidez, et faire des choix c’est renoncer ». L’argument, c’est qu’avec le dédoublement des CP-CE1 en REP, on n’a plus besoin des RASED : c’est absurde ! »

Ces économies de bout de chandelle, Monsieur Blanquer, pénalisent à la fois les professionnels des RASED (qui assurent au mieux, mais non sans mal, leurs missions), les enseignants (qui gèrent seuls des situations compliquées), et surtout les élèves. Au final, c’est la société qui y perd, si sortent de l’école de futurs dépendants.

Alors, M. Blanquer, allez-vous raser les RASED ? Les laisserez-vous mourir à trente ans ? Ou bien leur donnerez-vous les moyens d’assurer leurs missions, en recrutant des maîtres spécialisés et des psychologues à la hauteur des besoins – et notamment dans la Somme ?

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Publications en lien

sport plein air

Sport : Laissez-nous courir !

François Ruffin interpelle Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé : ayez bon cœur pour la santé du nôtre, levez les restrictions horaires sur le sport en plein air !