Vous partiez en voyage de classe, vous, Monsieur Blanquer ?

« Vous savez que le ministère a baissé de moitié les fonds sociaux pour les collèges ? Que monsieur Blanquer vienne annoncer aux enfants qu’à cause de tels choix, ils ne partiront plus en voyage scolaire. »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

M. François Ruffin interpelle M. le ministre de l’éducation nationale : vous avez divisé par deux les fonds sociaux. Quand viendrez-vous au collège Arthur Rimbaud déclarer aux élèves « Toi tu partiras en voyage de classe, toi tu ne partiras pas » ?

« Monsieur le député, vous savez que le ministère a baissé de moitié les fonds sociaux pour les collèges ? ». C’est Guillemette Quiquempois, secrétaire du syndicat national des assistantes sociales de la FSU de l’Académie d’Amiens, qui m’interpellait ainsi lors d’une manifestation. Confus, je lui confiais mon ignorance : non, je n’avais pas vu passer le dossier.

Elle est donc revenue vers moi ce lundi, preuves en main : votre Budget éducation nationale et jeunesse prévoit, en effet, une « dotation fonds sociaux » de 30 670 976 € en 2020. Alors qu’elle s’élevait à hauteur de 59 millions en 2019. La moitié sabrée d’un coup, donc.

« A quoi servent ces sommes ? », je l’ai interrogée.

« La priorité, c’est que tous les élèves aient un cartable bien rempli avec toutes les fournitures indispensables (cahiers, crayons,). Il y a la vêture, aussi, des manteaux en hiver, les tenues de sport… Il peut s’agir d’autres situations : là, par exemple, on a une maman dont la carte vitale n’est pas à jour, qui a des soucis avec tous ses papiers. Les professeurs soupçonnent une dysgraphie chez son fils. Il est en troisième, il passe bientôt le brevet. Et donc, pour demander un aménagement des épreuves, il nous faut un bilan ergothérapie de tout urgence. Mais ça coute 150€. Le fonds social permet aussi de payer la cantine, pour que les enfants puissent manger le midi. C’est parfois le seul vrai repas qu’ils prennent dans la journée… « 

Bref, il s’agit d’aider les collégiens et lycéens les plus précaires. Les familles pauvres ignorent souvent l’existence de ces fonds, ou n’osent pas les demander. Pourquoi ? Car il manque des assistantes sociales pour les en informer. Dans la Somme par exemple, le service social en faveur des élèves ne compte que vingt-six assistantes sociales scolaires pour plus de quatre-vingts établissements. Alors forcément, il reste des « crédits non-consommés ». Voilà qui vous permet de rogner sur la grande pauvreté.

Madame Quiquempois exerce au collège Arthur Rimbaud, à Amiens-Nord. Celui où est scolarisé mon fils, également :

« – Ce printemps, un voyage est prévu en Ecosse, non ? », je l’interroge.
– Oui, avec 300 € à verser par les parents. Pour des familles précaires, c’est énorme
– Tous les enfants vont partir ?
– Non, pas du tout. Par exemple, je recevais l’autre jour une maman qui a trois enfants, tous les trois au collège. Parce que les fonds sont limités, il a fallu choisir qui partirait, qui ne partirait pas. C’est inadmissible : avec la baisse des fonds sociaux, c’est sur les enfants qu’on tape ! »

Dans une récente tribune, l’ancien directeur général de l’enseignement scolaire Jean-Paul Delahaye s’en alarmait : « Mesure-t-on partout l’impact de l’humiliation subie par ces jeunes qui restent dans leur établissement quand leurs camarades partent en voyage linguistique ? » Dans son rapport Grande pauvreté et réussite scolaire (2015), il relevait déjà, entre 2002 et 2012, une division par deux des fonds sociaux. Avec une baisse drastique sous le ministère de Robien… dont vous étiez, M. Blanquer, le directeur de cabinet adjoint. Une décennie plus tard, vous récidivez.

Aussi, Madame Quiquempois, vous convie-t-elle : « Que monsieur Blanquer vienne annoncer aux enfants qu’à cause de tels choix, ils ne partiront plus en voyage scolaire. Qu’il vienne leur dire, droit dans les yeux, “Non toi, tu ne partiras pas, tu resteras dans la cour du collège pendant que tes camarades seront en Ecosse, en Allemagne, ou ailleurs”. Il n’y a rien de plus terrible que de lire la tristesse et la détresse dans le regard d’un enfant. »

Alors, partiez-vous en voyage scolaire, monsieur Blanquer ? Pouvez-vous jurer que, demain, le tri des partants ne se fera pas encore davantage au porte-monnaie ?

Sur le même thème

Blanquer

En trois ans, huit collèges supprimés en Picardie !

« En trois ans, depuis votre arrivée au ministère de l’Education nationale, ce sont 327 postes qui ont été supprimés dans l’Académie d’Amiens. Soit huit collèges. » Courrier à Jean-Michel Blanquer.

blanquer RASED

Pour les RASED, la mort à trente ans ?

« Cette année, les RASED vont avoir trente ans. Mais on ne sait pas ce qu’on va devenir, nos perspectives sont bien sombres. » Monsieur Blanquer, allez-vous raser les RASED ?

Une lycéenne m'écrit : "Faut-il être riche pour réussir ?

Mes parents m’ont toujours dit de profiter car les années lycée seraient les plus belles de ma vie. J’espère que ce sont les pires, sinon, ça doit être vraiment triste d’être un adulte.
Je crois qu’elle est en train de me détruire.

Commentez

13 réflexions sur “Vous partiez en voyage de classe, vous, Monsieur Blanquer ?”

  1. Soupirs. Soit Ils n’ont toujours rien compris. Soit nous ne vivons pas dans le même espace/temps. Ou les deux. Ça me fait penser à la prestidigitation, l’ attention est captivée ailleurs, et hop ! Ils jouent leur tour. Ni vu ni connu, j’t’embrouille.
    Merci à Guillemette de t’avoir mis dans l’info, et à toi d’avoir relayé.

  2. Madame, Monsieur Ruffin, je vous sais vraiment gré à tous deux d’avoir pris cette question au sérieux au point de la médiatiser ! Encore une honteuse action de sape, dans le dos, et à l’égard des familles démunies et surtout des enfants ! En 2003, j’enseignais encore en collège de Seine-Saint Denis, et les deux mesures qui m’ont tellement révoltée que j’ai fait 10 jours de grève pour la 1ère fois de ma vie, ont été la réduction d’un 5ème du montant alloué pour le Fonds social collégien (et lycéen je crois), et la mise à disposition auprès des conseils départementaux des personnels non enseignants (d’entretien, de santé) qui jusque là dépendaient de l’Educ.Nationale ! Les infirmières!? Deux mi-temps partagés entre deux des plus grands collèges de France de l’époque, adjacents = 1 infirmière pour 1900 élèves! MAIS DE QUEL DROIT ONT-ILS PRIS CES DECISIONS INHUMAINES ? Quand on sait que chaque jour et à chaque heure des enfants avaient besoin que l’infirmerie soit ouverte, un-e professionnel de santé les soigne et les écoute… Le médecin scolaire ? Contractuel, donc présent une demi-journée… Quant au FSC, mon principal m’a répondu :  » Mais ne vous inquiétez pas, nous sommes à L.G. « , c’est-à-dire une ville assez aisée ! 30 familles au moins étaient néanmoins concernées, et combien d’enfants ? et leur nombre ne serait pas réduit l’année suivante à 24 familles dans le besoin, mais en croissance…
    Nous, enseignants, comptons sur la présence de tous les élèves de notre classe lors de sorties scolaires (classes vertes…). Parallèlement, certains séjours s’organisaient en Grèce, en Inde, c’est « la vitrine »de l’établissement…
    Autre aberration : l’obligation, à l’époque, de renouveler systématiquement notre manuel de français niveau après niveau tous les quatre ans! Or, en juin, nous avions un consensus : garder le manuel, satisfaisant, mais demander un cahiers de TD  » en langue  » – à savoir grammaire, orthographe, conjugaison et vocabulaire, dénommés « ORL « !
    Oui, « Observation Raisonnée de la Langue « …Il fallait au moins avoir fait Com ou ENA pour trouver le moyen d’enfumer autant l’honnête citoyen!
    Il nous fut répondu vertement :  » Des cahiers de TD c’est pour les langues. On vous demande de changer le manuel de français.
    – Parce que le français n’est pas une langue ?
    – C’est pour l’anglais, l’espagnol.
    – Mais le manuel est très bien, on vous fait faire des économies ! A la place, des cahiers de…
    – Ce ne sont pas les mêmes dotations! Et si vous ne faites pas commander des manuels, l’an prochain, on recevra moins d’argent et vous en manquerez pour le prochain achat de livres!
    – C’est du… Bon, on gardera nos livres pour celles qui ont une armoire et une salle… Et sinon, que deviendront-ils ?
    – Au pilon…  »
    De la bonne gestion économique des finances de nos impôts…
    Finalement, les TICE, et l’informatique au collège, c’est super ! Achetons des ordinateurs à chaque élève pour éviter d’acheter des cahiers de TD langue française et de garder de bons manuels ! Economisons sur les salaires des enseignants diplômés, recrutons uniquement des vacataires dont le volant annuel d’heures (par exemple 200h) est inférieur au nombre d’heures à effectuer dans la matière annuellement !

  3. Mayer Chantal

    Heureusement que Guillomette l’a signalé et que vous l’ayez relayé François… Bavo à vous !
    Que des coups bas… surtout sur les plus démunis…cela ne fait plus CIVILISATION !
    Honte à ces LRM… D’ailleurs je me demande si le problème des hôpitaux PUBLICS ne serait pas dû AUSSI à la crise bancaire 2007/8…
    En ces temps là ne leur proposait on pas des fuck crédits pour agrandir etc… qui, après la crise, auraient augmentés ??? donc devenus subprimes … tandis que les privés bénéficient de fonds divers (fondations, état… etc…)Me trompe-je ou y a-t-il eu des enquêtes à ce sujet… ? Bien à vous. Chantal

  4. Bonjour
    Affligeant….mais j’aimerais bien connaître la réponse de Mr Blanquer si ce dernier a répondu.
    Pouvez vous la mettre en ligne ?
    Tenons bon la rampe…..
    Merci , grand merci à vous de porter la voix des silencieux dans cet hémicycle qui a perdu pied…
    Salutations

  5. Concernant les voyages scolaires rien de bien nouveau il y a déjà longtemps que tout le monde ne part pas en voyage scolaire (fonds sociaux ou pas! )
    Il suffit d’éradiquer les élèves turbulents ou médiocres ( ceux là même qui pourraient progresser grâce à un changement de point de vue en voyage scolaire : relations différentes prof élève ; élève élève ; méthode d’apprentissage différentes etc ) sont évincés pour des raisons économiques : trois profs et un car de 50 places pour 80 élèves ! C’est du vécu .

  6. Les paillassons de Macron vous ont répondu avec leur vote contre ‘l’allongement des journées pour enfant décédé
    Ils ne voulaient pas contrarier leur chef .Effrayant de savoir ce qu’est la représentation parlementaire macroniste :des petits fonctionnaires obéissants comme nous les décrivait Hannah Arendt sous le régime nazi .honte à eux

  7. Je vous trouve assez peu concerné de façon générale par les problèmes qui touchent à l éducation nationale ainsi que par le sort qui est fait par le gouvernement aux enseignants ( les plus mal considérés et rémunérés d Europe). Dommage car sur le reste je suis souvent d accord…

  8. Je vous trouve assez peu concerné de façon générale par les problèmes qui touchent à l éducation nationale ainsi que par le sort qui est fait par le gouvernement aux enseignants ( les plus mal considérés et rémunérés d Europe). Dommage car sur le reste je suis souvent d accord…

  9. Dans notre monde, c’est à dire celui de la ville la plus pauvre du département du Val d’Oise, personne n’est parti en voyage de classe – en France ou à l’étranger – au collège que nous fréquentions au début des années 90. Comme ça, c’était vite réglé et assez égalitaire. Et ceux dont les familles auraient pu bénéficier d’aides pour la cantine (et ils devaient être nombreux dans ce cas) ne mangeaient pas grand chose le midi tellement c’était dégueulasse: les fruits étaient si durs qu’ils servaient de projectiles pour des batailles acharnées dans le réfectoire. S’ils avaient été comestibles évidemment ils auraient été consommés… Malheureusement Lionel Jospin ou Jack Lang qui n’étaient qu’à 35 kms ne sont jamais venus nous voir. Et on a découvert l’existence de l’infirmière scolaire au lycée. On devait être l’avant garde du macronisme, mais pas encore triomphant…

  10. En 2020, le budget de l’éducation nationale, c’est 73,2 millards d’euros soit 1 milliard de plus par rapport à 2019. Ce milliard d’augmentation est distribué pour 991 millions d’euros sur le périmètre enseignement scolaire et 51 millions d’euros sur le périmètre jeunesse et vie associative. Ceci pour augmenter les chances d’intégration sociale des plus défavorisés et leur donner le goût d’apprendre, assurance de devenir un citoyen qui contribue après avoir reçu. Bref, c’est un budget sur l’acquisition des savoirs. C’est pas un budget pour faire du tourisme scolaire. Alors Monsieur Ruffin on peut le dire ça aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *