Grazziela, femme de ménage à l’Assemblée nationale à 740 euros par mois

Ce qui me fait me lever le matin, c’est l’indécence. L’indécence, des femmes de ménage qui se lèvent à 5h du matin, prennent deux bus, pour laver les bureaux de l’Assemblée nationale sans que personne ne les voit, à 740 euros par mois. Et l’indécence par le haut, les milliards qui pleuvent sur quelques-uns, même par temps de crise…
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Sur le même thème

questeur menteur

Femmes de ménage : Questeur-menteur !

Sur les femmes de ménage de l’Assemblée, ça fait trois ans que Florian Bachelier me balade. J’ai rien dit, espérant que ça avance, pour elles, dans la discrétion. Aujourd’hui qu’elles vont finir leur « année Covid » sans 13e mois, pendant que M. le Questeur-Menteur s’en met 12 200 brut tous les mois, j’en ai marre…

Photo 2020 09 09 16 35 08

Pour la reconnaissance des métiers du lien

François Ruffin (LFI) et Bruno Bonnell (LREM) proposent à l’Assemblée nationale de reconnaître les métiers d’auxiliaire de vie sociale, d’assistante maternelle, d’accompagnante d’enfant en situation de handicap et d’animateur péri-scolaire

Photo 2020 10 05 18 25 53

Pour les Départements : 10 propositions pour les AVS

Lundi, avec Annie, Sylvie, Véronique, AVS, et Sabine, directrice de Ozange, nous présentions nos dix propositions communes pour ce métier. Pas des trucs rêvés, mais des petits pas, que les conseils départementaux peuvent mettre en œuvre. Des petits pas dont vous pouvez discuter dès maintenant, pour les mettre au programme des élections de ce printemps.

Commentez

12 réflexions sur “Grazziela, femme de ménage à l’Assemblée nationale à 740 euros par mois”

  1. Jean-Paul Astié

    Celle nettoyant les 1500 m2 de moquette à l’Élysée est à 750 € par mois aussi ??? A moins que Brigitte fate l’appoints……

  2. Bertho Annick

    C’est l’Éternel recommencement…
    Les esclaves existeront toujours.
    L’indécence est flagrante…
    Comme vous dites les milliards pleuvent …pour quelques uns..
    Sommes-nous capables de réagir. ?non, au vu des moutons que nous sommes..

  3. Pascadour@gmail.com

    Ce sont toujours dans les situations extrêmes que l’on s’aperçoit que les autres font preuves d’empathie envers son prochain alors que dans une situation « normale » l’ignorance est de règle. Un exemple : les remerciements des éboueurs avec des messages de sympathie, idem les postiers, les soignants. Il est plus facile de taper sur une casserole à 20h que d’aller manifester dans la rue quand il le fallait.

  4. Je pense que de plus en plus la pression monte et il suffira d’une étincelle pour que tout explose en effet de plus en plus les gens ne mangent plus à leur faim et les godillots ne se rendent compte de rien, les forces de l’ordre, n’attendent que cela pour se libérer mais face à la la colère du peuple ils risquent de ne pas peser lourd, le gouvernement devra assumer devant les tribunaux populaires toutes ses erreurs, ses mensonges…

  5. Renée Piettre

    La police n’observe nullement à l’égard des personnes interpellées ou réprimées les gestes de « distanciation sociale » et de protection contre l’épidémie qui sont la règle imposée par ailleurs.
    L’État investit dans toutes les armes de répression de masse et, en pleine « guerre sanitaire », ne laisse aux hôpitaux que des médailles et des appels à charité.
    Le seul traitement existant pour étouffer dans l’œuf le Covid-19 est l’objet d’une interdiction systématique extrêmement troublante (d’ailleurs non observée par les élites), au profit d’un « tracking » qui met en place l’outil d’un totalitarisme en marche.
    La population tout entière en réalité est devenue une cible. Non seulement il ne faut la ménager en rien (les EHPAD mis sous cloche ont permis que que nul n’assiste à l’hécatombe, Amazon a pu sans complexe faire fi des règles sanitaires, etc.), et réprimer à tour de bras, mais encore toute la politique actuelle, au lieu de se saisir de la crise pour engager un tournant écologique, vise à nous gaver de produits de consommation, autos etc., y compris médicaments, dont plus personne ne veut.
    Je suis désolée d’être si générale dans ces considérations, mais je crois nécessaire d’inscrire la situation es femmes de ménage dans ce contexte où le confort des gens et le climat ne fon EN RIEN l’objet de quelque sollicitude que ce soit de la part de l’État: seuls l’intéressent les dividendes

  6. etoilerouge6

    tt le monde est d’accord à produire français? C’est wallt Disney! Ils ont signé pour l’Union européenne, Rassemblement national compris et maintenant malgré cette situation ces magouilleurs, hypocrites et menteurs, américanisés ds le cerveau vt recréer de l’emploi? L’UE l’empêche mais pas seulement , l’euro l’empêche et l’OTAN aussi où la FRANCE américaine achète des armes à l’étranger -Allemagne, usa,- et ne les fabrique plus. On ferme 4 usines Renault pour les transférer à l’étaranger trahison nationale. Que fait le RN? il ferme sa gueule de pute et soutient l’UE.
    Produire en FRANCE supposela sortie de l’UE, euro, OTAN, suppose la déqualification d’élites stupides, américanisées, dorlotées, égoistes et meurtrières.

  7. https://youtu.be/pnpTiP1qcp4
    Pas d’A.S.H., pas d’hôpital propre.
    Pas d’hôpital propre,… Vous devinez la suite.
    Et c’est le même schéma dans le milieu privé.
    Entreprises et dans le cadre de la famille.
    Qui veut faire ce travail ?
    Posez vous la question.
    Qui veut nettoyer la « merde »?
    Et pourtant, nous sommes la base de toutes sociétés.
    Et c’est comme ça que ce métier est remercié ?!?!
    Prenez le temps de vous regarder devant un miroir chaque matin.
    (et franchement, on voit que la REM se disloque, et « ils » essayent de mettre la zizanie dans la LFI. Vous êtes, toutes et tous, bien au dessus de ces rumeurs.
    L’expérience, c’est Mélenchon, les connaissances, c’est Mélenchon, la prestance oratoire, c’est Mélenchon.
    Et c’est vous, la jeune génération !!!
    « Diviser, pour mieux régner ».
    N’entrez pas dans leur jeu.
    C’est juste le respect à nos « anciens », qui ont tant à nous apprendre.
    Et nos « anciens », en temps de COvid, on ne peut pas leur dire un adieu décemment.
    Et nos « anciens », on ne les valorise pas assez, alors qu’ils sont tant !!!!!
    Nous valons, toutes et tous, autant que notre voisin/voisine.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *