A Bobigny, un local de campagne brûle en silence

« Chasse à la balance », local de campagne brûlé, militants intimidés : après la parution d’un livre sur les liens entre la mairie UDI et les réseaux criminels, à Bobigny, la démocratie n’est plus protégée…
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

M. François Ruffin appelle l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les intimidations contre les candidats aux municipales à Bobigny.

Dans moins de trois semaines, les Français vont décider des équipes municipales qui administreront leur commune. Le ministère de l’intérieur est responsable de la bonne tenue de ces élections.

Or, dans certaines villes de France, le climat électoral dépasse le classique antagonisme politicien pour devenir dangereux pour les militants qui mènent campagne. C’est, notamment, le cas à Bobigny où le local de campagne de Fouad Ben Ahmed a été incendié.

On pouvait entendre sur France Bleu Seine-Saint-Denis : « Un homme qui habite à l’étage, au-dessus, a eu le temps de prévenir les pompiers qui l’ont évacué. Mais le local lui, est partie en fumée. » Fouad Ben Ahmed raconte : « La cafetière, le cahier d’émargement, le canapé ont brûlé, le plafond est carbonisé. Selon les pompiers, le feu a été provoqué à l’aide d’un liquide inflammable. » Les colistiers du candidat sont intimidés. Ses affiches sont arrachées, semble-t-il, par les services municipaux. Sa vitrine aurait reçu une balle.

Ces évènements interviennent dans un contexte particulier : la sortie d’un ouvrage décryptant les liens entre la majorité UDI à la mairie et des réseaux criminels. Avec, depuis, une « chasse à la balance ». Bobigny fait partie de ces villes gangrenées par une maladie de notre démocratie : l’abstention. Qui risque de s’étendre si n’est pas offert, ouvert, aux habitants un véritable choix, libre, sans pression.

La démocratie est notre bien commun. C’est pourquoi je vous demande, Monsieur le ministre, quels moyens sont assurés par l’Etat pour protéger les militants et candidats de Bobigny dans cette élection ?

Sur le même thème

Pourquoi mes livres sont en vente sur Amazon (et pourquoi je ne les retire pas)

Je crois plus aux règles communes qu’on se fixe et qu’on respecte, qu’aux gestes individuels. C’est par les luttes et les lois qu’on a obtenu l’interdiction du travail des enfants, le congé maternité et la journée de 8 heures. C’est par des luttes et des lois qu’on obtiendra les futures avancées sociales, fiscales, et environnementales.

bfm ruffin impot covid

Pour un impôt Covid sur les profiteurs de la crise

Les profiteurs de « guerre » sont connus : c’est l’industrie pharmaceutique, les assureurs, la grande distribution et les plateformes numériques. Peut-on moralement accepter que des firmes tirent des bénéfices de cette crise quand des malades, l’hôpital, les commerces, le million de pauvre en plus cette année, en souffrent. Les profiteurs du Covid doivent payer !

Commentez

3 réflexions sur “A Bobigny, un local de campagne brûle en silence”

  1. Ghislaine Aissani

    Oui lorsque l on veut dénoncer un complot on nous fait taire Et pour entreprendre il faut des amis Avec la 5G en plus ça peut être plus difficile surtout lors des élections ainsi truqués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *