Sylvie : « Ils m’ont tout fait à la gendarmerie »

violence conjugale

Ses enfants jouaient dans le jardin et l’on entendait leurs cris de joie. Qui contrastent avec le récit de son calvaire ordinaire : la violence de son ancien conjoint, doublée d’une autre, plus diffuse, plus discrète, l’indifférence, l’indifférence des gendarmes.