« Je ne me tairai pas ! Je ne sortirai pas ! »

François Ruffin lors du discours d'Edouard Philippe pour le 49-3

« Votre situation sera évoquée devant le bureau Monsieur Ruffin !
– C’est pas ça qui me fait peur ! Je ne me tairai pas, je ne sortirai pas ! » Edouard Philippe arrive du Havre, il passe 5 minutes dans l’hémicycle et il nous dit quoi ? D’arrêter les débats !

Macronisme, le séparatisme c’est eux !

Le séparatisme c'est eux : découvrez le nouveau Bulletin de François Ruffin

Je poste mes courriers « défi » aux trois cents députés marcheurs : ils se croient encore « représentants de la nation » ? Qu’ils le prouvent, qu’un seul remette son mandat en jeu, et moi aussi je défais mon écharpe. Mais ils sont désormais ultra-minoritaires dans le pays. Un groupuscule. Une secte. Et qui prétend pourtant diriger, sans même écouter.

49-3 : Macron ajoute la lâcheté à sa solitude

Dans la rue et à l’Assemblée, nous nous sommes battus contre la réforme des retraites. Seul contre les oppositions, contre les syndicats, contre le Conseil d’Etat, contre les Français, Macron passe en force, pour Axa et Blackrock. En catimini, un samedi après-midi, il ajoute la lâcheté à sa solitude. Une nouvelle bataille s’ouvre : celle de la reconquête de ce pouvoir qu’ils nous volent.

Pour une dissolution de l’Assemblée nationale

dissolution edouard philippe assemblée

Une motion de censure, c’est du bidon. De l’agitation, qui demeure dans le ronron des institutions. Il nous faut exiger, dans l’immédiat, une dissolution de l’Assemblée nationale. Tant le fossé est grand, comme cause le président, entre « pays légal » et « pays réel ». Et surtout, il nous faut unir les forces, pour vaincre Macron, dans la rue et dans les urnes…

Retraites : porte de sortie (Communiqué)

Retraites et 49-3 : une porte de sortie

Quelles que soient nos opinions sur cette réforme, permettez que les débats se déroulent sans la pression d’un compte à rebours : reportez-la. Les Français et leurs retraites valent mieux que ça.

"L'honneur de Sanofi"

Sanofi vient d’être mis en examen dans l’affaire de la Dépakine. Côté diabète, la firme abandonne toute recherche. Tandis qu’elle fait de l’insuline une rente. Et ça lui vaut quoi ? Une légion d’honneur, remise par le gouvernement…

Retraites : "Ceux qui abîment l'Assemblée, c'est vous !"

retraites Assemblée

Ils passent en force. Dans la rue face aux manifestants, face aux Français dans les sondages, contre les syndicats et le Conseil d’Etat. Mais ils passent aussi en force à l’Assemblée : micros-coupés, tribunes tronquées, temps de parole diminué… Best-of.

Serez-vous les paillassons de Macron ?

Puisque, comme d’habitude, vous applaudissez, puisque vous faites la claque en cadence, je voudrais m’adresser vous, chers collègues, chers collègues de la majorité : Quand retrouverez-vous un peu de dignité ? Ou resterez-vous les paillassons de Macron ?

Macron seul !

Même les patrons, et ses économistes, jusqu’à Dominique Seux, le lâchent.

Et sinon : entre Sabine et Sanofi, le président de la République a choisi. Des nouvelles d’Ecopla. Et vive le cinéma (chinois) !

Bonne année… sans BlackRock !

« C’est une mauvaise polémique, assurent les ministres en chœur. Ce n’est pas au dirigeant de BlackRock que cette légion d’honneur est délivrée. C’est à la carrière du haut-fonctionnaire, etc. etc. »
Mais justement : c’est cette carrière qui devrait valoir à Jean-François Cirelli la légion du déshonneur. Après avoir livré Gaz de France aux financiers, va-t-il en faire de même avec les retraites ?

Retraites : touche pas au grisbi !

illu qag retraites

Le smicard perdra 20% de sa retraite, la fonctionnaire -15%, le salarié du privé -23%. Pas touche, en revanche, aux 300 milliards de revenus financiers, aux dividendes qui ont triplé… Les dividendes des actionnaires, c’est tellement sacré que le ministre n’ose même pas les mentionner. Que ça demeure tabou, le point aveugle du débat.