Éducation dans la Somme : où va-t-on ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Trois collèges et des classes par dizaine de sauvés l’an dernier. La Somme sait se mobiliser pour son éducation. Mais où va-t-on ? Quel chemin dessine-t-on pour nos enfants, notre avenir ?
Accueil des enfants handicapés, statut des AVS, des AESH, Rectorat, moyens alloués pour la rentrée prochaine et dans les années à venir…

Jeudi 22 Novembre à 20h30
Espace Dewailly
3 Place Louis Dewailly
Amiens 80000

Partagez cet article :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Restez informés !

Le dernier bulletin de ruffin

Dans la même catégorie...

sncf 8h23

Pétition : Amiens-Paris, plus de rames pour le 8h23 !

Tous les matins, c’est la même galère pour les usagers du Amiens-Paris : un train bondé, plus aucune place assise, les passagers debout dans l’allée. Quel début de journée !
Nous demandons simplement des rames supplémentaires pour le train Amiens-Paris de 8h23 !

VOIR LA SUITE
renovation urbaine

La rénovation urbaine contre les habitants ?

Des fonctionnaires, fussent-ils des experts, peuvent-ils avoir raison seuls contre les locataires, contre les élus locaux, contre les bailleurs ? Peuvent-ils juger, de loin, depuis Paris, sur des généralités statistiques, sur des dogmes urbanistiques, des bonnes décisions à prendre pour une ville, pour un quartier, qu’ils connaissent peu ou pas ?

VOIR LA SUITE

1 réflexion sur “Éducation dans la Somme : où va-t-on ?”

  1. A France Inter, face à Salamé, il y a avait un journaliste, François Ruffin, qui la renvoyait , elle, à un statut non pas de journaliste mais de serveuse de soupe. L’usage récurrent de l’interro-négative, « ne croyez-vous pas que… » est une antienne journalistique qui n’est jamais dénoncée pour ce qu’elle est , un fausse question; en fait une affirmation : « je (moi l’interviewer-euse) pense que, ou plus justement « mon maître pense que.. ». Apprenons à dénoncer ces pratiques et montrons que ces gens ne sont pas des journalistes mais des larbins.
    Continue, François. Tu fais du bon boulot.
    Moi, je veux bien aider. Je suis retraité donc titulaire d’un salaire à vie et ai du temps pour travailler avec vous.
    Pierre Sauve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Secouer l'Assemblée !

Avec un fil conducteur : moins pour l’argent, plus pour les gens ! Plus pour les hôpitaux, plus pour les petits clubs de foot, plus pour les femmes de ménage.

Nous suivre