Le bulletin de Ruffin

Chaque semaine, le point en vidéo sur l’actualité de votre député ! A consulter également en podcast sur Deezer, Spotify, Itunes et Soundcloud !

Aujourd’hui, comme Giscard, je m’invite chez les Français: dans la cuisine d’un autre François, maraîcher à Picquigny,en pleine crise du Lubrizol.

Voir le dernier bulletin
Ne manquez aucune vidéo, abonnez-vous !
bulletin 62

Bulletin #62 : Et si Bakhtine bloquait la Gare du Nord…

Bon, je préviens je suis complètement dans le gaz : mon train Paris-Amiens a mis 6h24 cette nuit, je suis arrivé chez moi à trois heure du matin. On va essayer quand même de causer de la convention Macron pour le climat, de Lubrizol, des violences conjugales et du roman comme genre démocratique.

Voir la suite
bulletin 61

Le Bulletin de Ruffin #61 : Sois jeune, et nettoie !

J’ai perdu mon antivol, ma carte d’identité, mon chargeur…J’arrive pas à gérer mes affaires, comment je vais gérer les affaires du monde ? Ou alors c’est peut-être parce que je sais pas gérer mes affaires que je me charge de celles du monde, ou au moins de mon coin.

Voir la suite
bulletin 60

Bulletin #60 : J’ai demandé un ministère à Macron !

Bon, j’ai fait ma rentrée parlementaire, ma rentrée des classes aussi, mais pas ma rentrée médiatique. Alors un petit Bulletin, sur le CETA, l’issue politique, la guerre des pesticides, ma soupe de poireaux, les gorilles de Total, mes frais de mandat et le procès de LFI pour me remettre en jambes !

Voir la suite
bulletin 57 crise

Le Bulletin de Ruffin #57 : préparons la crise !

D’où ça va péter ? De la dette des étudiants américains ? De la bulle immobilière en Chine ? D’un Etat qui ne pourra plus payer ? Je sais pas, je ne suis pas Nostradamus. Ce que je sais, en revanche, c’est que cette fois, il faudra être prêt.

Voir la suite
bdr51 castaner casta

Bulletin #51 spécial Castaner !

Quel métier faut pas faire, franchement : obligé de faire un Bulletin spécial Castaner, c’est quand même déprimant ! La conversation parfois c’est comme les billes, paf, ça tombe dans l’ornière. Alors allons-y pour ce qu’il y a de pire, allons-y pour Castaner !

Voir la suite