Pour un impôt Covid sur les profiteurs de la crise

Les profiteurs de « guerre » sont connus : c’est l’industrie pharmaceutique, les assureurs, la grande distribution et les plateformes numériques. Peut-on moralement accepter que des firmes tirent des bénéfices de cette crise quand des malades, l’hôpital, les commerces, le million de pauvre en plus cette année, en souffrent. Les profiteurs du Covid doivent payer !

Votre député
votre voix

Comme député, je ne vous promets pas la lune. Mais plutôt cet engagement, permanent : devant les ministres, devant les PDG, devant les puissants, je ne courberai pas l’échine. Je me tiendrai droit en votre nom.

Secouer l'Assemblée !

Avec un fil conducteur : moins pour l’argent, plus pour les gens ! Plus pour les hôpitaux, plus pour les petits clubs de foot, plus pour les femmes de ménage…

J'alerte

Ça fait dix-huit ans que je suis « reporter », et franchement, j’éprouve nettement plus de joie, de plaisir, à être sur le terrain que sur les moquettes de l’Assemblée…

Je propose

Depuis trois ans, j’ai fait de nombreuses propositions de loi écrites, j’en ai signé plein d’autres, rédigé des rapports, porté des centaines d’amendements. À chaque fois, tout ça est parti de vos témoignages, de la proximité.
Photo 2020 09 09 16 35 08

Pour la reconnaissance des métiers du lien

François Ruffin (LFI) et Bruno Bonnell (LREM) proposent à l’Assemblée nationale de reconnaître les métiers d’auxiliaire de vie sociale, d’assistante maternelle, d’accompagnante d’enfant en situation de handicap et d’animateur péri-scolaire

avion jet

Aérien : pour un quota carbone individuel

Le gouvernement a repris une version édulcorée de notre proposition de remplacer les vols intérieurs par le train (quand c’est possible). Par justice sociale, pour la planète, nous devons aller plus loin : un quota maximal de kilomètres aérien individuel.

Où va leur argent ? Les Français ont le droit de savoir !

Nous demandons que soit rendue publique la liste des grandes entreprises qui bénéficient des aides financières de l’État. Car non, on ne fait pas « a priori » confiance à des firmes qui délocalisent, et s’installent dans des paradis fiscaux.

Le bulletin de Ruffin

Le point, en vidéo et en podcast, sur mon actualité à l’Assemblée, dans la Somme, mais aussi partout ailleurs !